Pacte budgétaire : L’Irlande va organiser un référendum

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 février 2012

Pacte budgétaire : L'Irlande va organiser un référendum dans EUROPE 39479898-avatar_large2

Référendum sur le pacte budgétaire en Irlande

 

 

ireland-300x200 pacte budgétaire dans IrlandeLa nouvelle est tombée en milieu d’après-midi de la bouche

du Taoiseach’s (premier ministre) Enda Kenny, membre

du Fine Gael (droite) :

il y aura bien un référendum sur la ratification du Traité sur

la Stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de

l’Union économique et monétaire

(TSCG, aussi appelé « pacte budgétaire »).

 

Sans surprise, Enda Kenny a appelé à voter pour la ratification du traité.

Le Tánaiste (vice premier ministre) Eamon Gilmore, membre du Parti Travailliste irlandais y est allé de

sa déclaration de soutien à la ratification du traité.

Heureusement, l’autre gauche irlandaise s’est immédiatement lancée dans la campagne pour le non.

Sinn Féin et le Socialist Party, qui siègent avec le Front de Gauche au sein du groupe de la Gauche Unie

Européenne au Parlement européen, seront les fers de lance de cette bataille.

Le Front de Gauche les soutiendra dans cette bataille décisive et continue de se battre pour qu’en France

aussi le « pacte budgétaire » soit soumis au suffrage du peuple.

Source : Place au Peuple  29 février 2012

Auteur : Céline Meneses

 

 

Publié dans EUROPE, Irlande, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

La crise vue d’Irlande

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 février 2012

 

David McWilliams est économiste.

Il nous montre comment les Irlandais voient la crise et la cure d’austérité imposée

par le tandem Sarkozy-Merkel.

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=UJrLwHZhmxo&feature=player_embedded

*

Publié dans Allemagne, Austerite, ECONOMIE, EUROPE, France, Irlande, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Patrick Le Hyaric : « Un recul sans précédent de la démocratie est à l’oeuvre sur notre continent »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 novembre 2011

Patrick Le Hyaric :

Source illustration : PCF Grésivaudan

Sortir des impasses de l’euro-austérité

 

Le_capitalisme_ne_recule_A4c dans Democratie

par Patrick Le Hyaric 

Ce n’est plus un petit vent mauvais qui souffle sur

l’Europe mais une tornade qui, pour le compte du

monde de la finance, aspire, déchiquette, détruit

les droits sociaux et humains acquis, pendant des

décennies,  au fil des combats sociaux des ouvriers,

des intellectuels et des créateurs.

Un recul sans précédent de la démocratie est à

l’œuvre sur notre continent.

 

Régression sociale inconnue depuis la seconde guerre mondiale, injustices, inégalités, appauvrissement,

se conjuguent avec la mise en place d’un totalitarisme d’un type nouveau, appliqué par des mandataires,

anciens commissaires européens ou de la Banque centrale européenne, aux pouvoirs spéciaux, au service

du capital financier international. Le fossé séparant les puissances d’argent et les peuples va s’agrandissant.

Ces forces de l’argent, portées par les banques privées, les fonds d’investissements, des compagnies

d’assurance, ont les mains libres grâce aux politiques libérales menées par les gouvernements successifs

de droite, mais aussi malheureusement par des gouvernements de gauche, de tendance sociale-libérale en

Europe. Elles livrent une véritable  guerre  aux peuples, qui n’épargne pas  le capital productif. Guerre avec

ses fronts économiques, monétaires entre le dollar et l’euro, et politiques, allant jusqu’à imposer à la tête

des États les mandataires de leur choix. Après l’Irlande et  le Portugal, la finance vient d’installer ses

« administrateurs judiciaires » à la direction de la Grèce et de l’Italie. Nous sommes à un moment où les

contradictions internes du capital peuvent exploser. En Grèce a été préférée l’entrée au gouvernement,

aux côtés de la droite et des socialistes,  de l’extrême-droite des colonels plutôt que la consultation du peuple

par référendum. En Italie, nous ne regretterons pas M. Berlusconi. Mais il détenait son mandat du suffrage

universel. Aujourd’hui, c’est l’ancien commissaire européen, qui a le plus poussé aux dérégulations et

déréglementations, forçat de la concurrence débridée, qui est aux affaires.

En France, à peine le Premier ministre avait-il fini d’exposer un deuxième plan d’austérité depuis l’été, que

concomitamment, la Commission de Bruxelles en réclamait un troisième et l’agence de notation nord-américaine

« Standard & Poor’s » préparait un communiqué confirmant une dégradation de la note de la France.

Depuis, on fait croire qu’il s’agit d’un accident. En vérité, c’est le révélateur du système. Un communiqué était

écrit et est parti trop tôt. Mais il était rédigé d’avance. Dans quel but ? Et pour qui ? La réponse est claire.

En dégradant la note de la France, les taux d’intérêt des emprunts de notre pays augmentent automatiquement.

Déjà l’État français emprunte à des taux d’intérêt plus élevés que l’Allemagne.

Au nom de quoi ? Aucune raison valable, sauf la voracité de la finance.

Lire la suite

 

Publié dans Austerite, Democratie, ECONOMIE, Espagne, EUROPE, FMI "affameur des peuples", France, Grece, Irlande, Italie, Union europeenne | Pas de Commentaire »

CADTM : « Tout prêt accordé en contrepartie de l’application de politiques violant les droits humains est odieux »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 août 2011

Lu sur : CADTM : 12 août 2011

publié par reineroro (Démineuse De Tapettes à Gruyère et Pourfendeuse De Cornichons.)

 

Grèce, Irlande et Portugal :

pourquoi les accords conclus avec la Troïka sont odieux ?

Auteur : Renaud Vivien, Eric Toussaint - Source : CADTM

 

25958 dans ECONOMIELa Grèce, l’Irlande et le Portugal sont les trois premiers pays de la zone euro

à être passés sous la tutelle directe de leurs créanciers en concluant des plans

d’ « aide » avec la « Troïka » composée de la Commission européenne,

de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI).

Mais ces accords, qui génèrent de nouvelles dettes et qui imposent aux peuples

des mesures d’austérité sans précédent, peuvent être remis en cause sur base

du droit international. En effet, ces accords sont « odieux » donc illicites.

Comme le souligne la doctrine de la dette odieuse, « les dettes d’États doivent être contractées et les fonds

qui en proviennent utilisés pour les besoins et les intérêts de l’État |1| ». Or, les prêts de la Troïka sont

conditionnés à des mesures d’austérité qui violent le droit international et qui ne permettront pas à ces

États de sortir de la crise.

Tout prêt accordé en contrepartie de l’application de politiques violant les droits humains est odieux

Comme l’affirme le rapporteur spécial Mohammed Bedjaoui dans son projet d’article sur la succession en

matière de dettes d’État pour la Convention de Vienne de 1983 :

« En se plaçant du point de vue de la communauté internationale, on pourrait entendre par dette odieuse

toute dette contractée pour des buts non conformes au droit international contemporain, et plus

particulièrement aux principes du droit international incorporés dans la Charte des Nations Unies |2| ».

Il ne fait aucun doute que les conditionnalités imposées par la Troïka (licenciements massifs dans la fonction

publique, démantèlement de la protection sociale et des services publics, diminution des budgets sociaux,

augmentation des impôts indirects comme la TVA, baisse du salaire minimum, etc.) violent de façon manifeste

la Charte des Nations unies. En effet, parmi les obligations contenues dans cette Charte, on trouve notamment,

aux articles 55 et 56, « le relèvement des niveaux de vie, le plein emploi et des conditions de progrès et de

développement dans l’ordre économique et social (…), le respect universel et effectif des droits de l’homme et

des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion ».

En conséquence, les mesures d’austérité et les dettes contractées dans le cadre de ces accords avec la Troïka

sont frappées de nullité puisque tout ce qui y est contraire à la Charte de l’ONU est réputé non écrit |3|.

Au-delà de la violation des droits économiques, sociaux et culturels engendrée par l’application de ces mesures

anti-sociales, c’est le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, consacré à l’article 1-2 de la Charte de l’ONU et

dans les deux Pactes de 1966 sur les droits humains, qui est bafoué par la Troïka.

Selon l’article premier commun aux deux pactes, « Tous les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes.

En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement

économique, social et culturel. Pour atteindre leurs fins, tous les peuples peuvent disposer librement de leurs

richesses et de leurs ressources naturelles, sans préjudice des obligations qui découlent de la coopération

économique internationale, fondée sur le principe de l’intérêt mutuel, et du droit international. En aucun cas,

un peuple ne pourra être privé de ses propres moyens de subsistance. »

Or, l’ingérence de la Troïka dans les affaires internes de ces États au mépris de la démocratie est flagrante. 

[Lire la suite sur : dazibaoueb.com/]

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, FMI "affameur des peuples", Grece, Irlande, POLITIQUE, Portugal | Pas de Commentaire »

Colère des Irlandais : « l’Eire n’est pas à vendre, pas au FMI »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 novembre 2010

Accueil 27 novembre 2010

Au moins 50000 Irlandais défilent contre l’austérité

 

Des dizaines de milliers d’Irlandais mirland.jpganifestaient dans le centre de Dublin samedi à la mi-journée contre le plan de rigueur draconien du gouvernement.

Le cortège de 50.000 manifestants, selon une estimation de la police vers 13 heures (14 heures, heure française), est parti au son des cornemuses des quais de la Liffey pour rejoindre le GPO (General Post Office), lieu symbolique où avait été lue en 1916 la déclaration d’indépendance, dans le centre-ville.

Malgré un froid vif et des chutes intermittentes de neige sur Dublin, les Irlandais se sont mobilisés pour dénoncer le plan du gouvernement en difficulté du Premier ministre Brian Cowen, qui devrait soumettre le pays à un régime d’austérité sévère afin d’assurer le sauvetage de son secteur bancaire.

Les manifestants défilaient en chantant «Nous sommes le peuple, nous détenons les votes». Des bannières proclamaient: «Il y a une voie plus juste et meilleure» ou «l’Eire n’est pas à vendre, pas au FMI».

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

 

Publié dans EUROPE, Irlande, Luttes | Pas de Commentaire »

UE-FMI : « la pédagogie de la dette » pour en finir avec les acquis sociaux des peuples européens

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 novembre 2010

Source : Plume de presse27 novembre 2010 – par Olivier Bonnet

 

En finir avec les acquis sociaux des peuples européens

 

DSK, c’est ça…

 

saigneetigreceltiquelqxn9dlopt.jpg Pauvre Irlande ! « Des prêts d’un montant global de 80 à 90 milliards d’euros devraient être accordés par le Fonds européen de stabilité financière (créé en mai 2010 lors de la crise de la dette publique grecque) et par le FMI, récapitule l’excellent article du blog de Gérard Filoche consacré à feu le « tigre celtique ». (…) Le prêt accordé à la Grèce était du même ordre de grandeur : 110 milliards d’euros. Sa réalisation sera, comme pour la Grèce, échelonnée sur 3 ans et les tranches ne seront débloquées que si l’Irlande applique le plan d’austérité dont les modalités viennent d’être fixées par l’accord conclu entre le gouvernement irlandais, l’Union européenne et le FMI.

 

FMI

Aux termes de cet accord, l’Irlande devra réduire de 24 750  le nombre de ses fonctionnaires (l’équivalent de 350 000 en France) ainsi que leurs salaires. Le salaire minimum irlandais  devra lui aussi baisser. Et pas qu’un peu, puisqu’il passera de 8,65 euros de l’heure à 7,65, soit une baisse de plus de 11%. Des coupes claires devront être réalisées dans les dépenses publiques de santé, les allocations chômages, les allocations familiales pour atteindre 2,8 milliards d’euro en 2014. Le taux de la TVA (l’impôt le plus injuste) augmentera de 21 à 23%. Une taxe foncière sera instaurée et la moitié de la population active (la moins aisée) qui ne payait pas d’impôt sur le revenu sera imposée.

Par contre, le taux dérisoire (12,5%) de l’impôt sur les sociétés, ne sera pas revu à la hausse. » Et tout ça pour quelle raison ? Autrement dit, comment expliquer l’actuelle dette publique de l’Irlande ? « Le déficit était nul en 2007. En 2008 il atteignait 7,3% du PIB et 14,4% en 2009. En 2010, il culmine à 32%. Ces 32% de déficit proviennent (comme dans tous les autres pays européens) de la baisse des recettes fiscales mais surtout des sommes colossales versées par l’État irlandais pour sauver les banques privées irlandaises.

[Lire la suite sur : plumedepresse.net/]

L’illustration sur le FMI provient de Webduweb.

Publié dans Austerite, EUROPE, FMI "affameur des peuples", Irlande, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Communiqué ATTAC : « Sauver les banques ou les Irlandais ? »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 novembre 2010

Communiqué ATTAC :

Source : Attac France24 novembre 2010

 

Sauver les banques ou les Irlandais ?

 

 

L’Irlande faisait figure, pour les marchés financiers, de bon élève de la zone euro, illustrant le triomphe d’une politique ultralibérale, basée sur des impôts réduits, des excédents budgétaires, ainsi que sur un secteur financier débridé. Pourtant le « tigre celtique » a fini par payer le prix de ses « vertus ». Après l’éclatement de la bulle de spéculation immobilière, les banques irlandaises se sont rapidement retrouvées au bord de la faillite.

Le gouvernement est alors passé à la caisse, et les excédents budgétaires se sont transformés en gouffre : 32% de déficit en 2010. Plus dure sera la chute, non pour les banques mais pour le peuple irlandais. En effet le plan de « sauvetage » lancé par l’Union européenne et le FMI vise avant tout à sauver les banques… étrangères, surtout allemandes, britanniques, françaises, italiennes, qui avaient prêté massivement aux banques irlandaises pour profiter du « miracle irlandais ».

En contrepartie des sommes débloquées pour refinancer le secteur bancaire, le peuple irlandais doit pour la seconde fois remettre le couvert de l’« austérité », de manière encore plus drastique : au programme, plus de 100.000 suppressions d’emplois publics, des coupes dans les allocations chômage et familiales, ainsi qu’une réduction du salaire minimum.

Des mesures d’autant plus drastiques que le gouvernement refuse d’envisager toute augmentation de la fiscalité sur les sociétés (12,5% contre 33% en France) ; Google, Microsoft et Intel, largement implantés en Irlande, l’avaient d’ailleurs menacé de représailles en cas contraire.

[Lire la suite sur : france.attac.org/]

Publié dans Austerite, EUROPE, FMI "affameur des peuples", INFOS, Irlande | Pas de Commentaire »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy