Espagne : Vers un nouveau front populaire et écologiste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2014

 

EUROPE

Vers un nouveau front populaire et écologiste espagnol

 

par Nathalie PédestarresBasta ! – 29 mai 2014

C’est la question qui brûle toutes les lèvres en Espagne depuis les résultats de l’élection européenne dimanche dernier… Y aura-t-il une fusion politique d’Izquierda Unida (gauche unie, 10% des suffrages à l’élection européenne), de Podemos (parti issu des Indignés, 8%) et d’Equo (écologistes, 2%) ? Cette coalition pèserait alors virtuellement 20% des voix et serait en mesure de concurrencer les conservateurs (PP) et les sociaux-libéraux (PSOE) qui dominent l’échiquier politique depuis la transition démocratique de 1978. A l’image de leurs homologues français, ces deux partis de gouvernement sortent très affaiblis du scrutin du 25 mai.

Malgré une base sociale commune, les trois formations de la gauche radicale n’ont pas l’intention de s’unir précipitamment sous une même et unique bannière. Mais le projet est sérieusement discuté en interne dans la perspective des élections générales de 2015. C’est ce qu’ont affirmé les porte-paroles des trois mouvements lors d’un débat radiophonique le 28 mai.

Un débat plein de prudence. Alberto Garzón, qui incarne un renouveau de génération à gauche, préfère parler de « confluences » plutôt que de « fusion », pour « additionner les forces ». Pour Iñigo Errejón, de Podemos, ce n’est pas tant l’unité de sigles qui importe mais « l’unité du peuple pour décider de son futur et récupérer sa souveraineté ». Les trois partis se sont donc mis d’accord pour se donner du temps. « Nous représentons des mouvements démocratiques, c’est donc notre base militante qui décidera », a tranché l’écologiste Juanxo López de Urralde.

En attendant une possible union officielle, les trois partis forment déjà un front commun pour défendre les classes populaires contre les abus de « la caste », les deux partis politiques majoritaires. Face à cette menace pour leur hégémonie historique, le PP et le PSOE en viennent aussi à évoquer une coalition. Un scénario à la grecque se profile-t-il en Espagne ?

 

Creative Commons License

Publié dans Elections europeennes, Espagne, EUROPE, Front de Gauche, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Espagne : un avenir nouveau peut poindre le 22 mars

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2014

 

Une marche géante va « prendre Madrid » le 22 mars

 

Capturemarche madridJean Ortiz, L’Humanité, 15/03/14

Depuis des mois se prépare dans toute l’Espagne

la (les) »Marche(s) de la dignité ». En colonnes venues

de toutes les latitudes de la Péninsule, le 22 mars, elle,

elles, vont « envahir » Madrid. Sur toutes les routes,

des marcheurs sont déjà à l’effort depuis des jours,

vers la capitale.

 

En ruisseaux humains qui vont devenir des flots, des vagues, à l’approche du 22 mars… Et c’est dur. Cela nécessite du courage, de bons souliers ! et une logistique solidaire lourde. Des milliers d’autres « marcheurs » arriveront à Madrid en bus. Les drapeaux républicains flottent.

Une multitude de chômeurs (six millions en Espagne), de « sans terre » (alors que de grands « cortijos » de 30.000 hectares ou plus monopolisent la terre en Andalousie), de précaires, de victimes des expulsions locatives, comptent camper à Madrid et y rester. Sur leur parcours, ils ont été reçus dans villes et villages, déclinant les revendications dans les rencontres, les assemblées, avec leurs hôtes travailleurs, étudiants, paysans, fonctionnaires…

Il peut y avoir un avant et un après le 22 mars. Plus d’un million de « marcheurs » sont attendus. Au départ, l’idée a été lancée par le Syndicat andalou des travailleurs, de Diego Cañamero, le « Front civique-Nous sommes la majorité » de l’ex secrétaire général du PCE Julio Anguita et les « Campements dignité d’Estrémadure ».

Le manifeste et les revendications « agglutinantes » ont permis que nationalement les marches soient soutenues par Izquierda Unida, la CGT, la CNT-AIT, de nombreux collectifs de lutte, et localement par une constellation d’ « assemblées populaires », une multitude de mouvements sociaux, les « marées » vertes des enseignants, blanches des personnels de la santé, contre les privatisations, rouges des travailleurs licenciés de la multinationale Coca Cola, des comités larges regroupant les différentes colères, le PCE, les « plates-formes » contre les dizaines de milliers d’expulsions consécutives à l’explosion de la « bulle spéculative immobilière » (86.000 familles andalouses ont ainsi été expulsées de leurs maisons et appartements par les banques), Attac, les collectifs 15M ou issus du 15 M, la Gauche anticapitaliste, les associations de quartier, de voisins, les organisations citoyennes…

Les deux grands syndicats UGT et CCOO se sont jusqu’à présent tenus à l’écart du mouvement, nationalement, mais l’unité syndicale s’est matérialisée au Pays basque, en Galice, à Valencia, à Murcie, en Andalousie… et l’ensemble des syndicats de salariés de ces régions convergent déjà ensemble vers Madrid.

Entraîner « la gauche qui traîne les pieds »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Espagne, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

José Antonio Alonso, dit « commandant Robert », élevé au grade de Commandeur de la Légion d’honneur

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 février 2014

 

Le « commandant Robert » honoré

 

J.-Alonso-Foix

  L’hiver à Pau, par Jean Ortiz.

 

  Nous venons d’apprendre ce 21 février que José Antonio Alonso,

  dit « commandant Robert », qui joua un rôle de premier plan

  dans la libération de Foix et de l’Ariège avec des dizaines d’autres

  guérilleros espagnols, républicains qui continuaient  le combat

  antifasciste, sera élevé au grade de Commandeur de la Légion

  d’honneur, le 15 juin, à Vira, Aude.

 

« vingt et trois étrangers et nos frères pourtant ». Nous sommes très heureux de cette belle nouvelle

et de ce nouvel hommage au rôle des guérilleros espagnols majoritairement organisés dans de l’AGE-FFI,

bras armé de l’UNE, mais aussi dans d’autres organisations de lutte, dans des unités et des maquis français…

Ces hommes se levèrent en France, parmi les premiers, pour défendre une « patrie d’idéal », contribuer à libérer

la France, et reconquérir la liberté et la République en Espagne. Chacun sait qu’à la Libération ces héroïques

combattants espagnols furent une nouvelle fois lâchés…

Il n’est pas inutile de le rappeler en ce 21 février, jour de 1944 où furent fusillés nos frères « étrangers »

de « l’Affiche rouge », et parmi eux  le courageux « moïste » espagnol « Alfonso ». Que des étrangers aient été

parmi les premiers résistants devrait contribuer à la réflexion et à la résistance contre la montée du racisme,

de la xénophobie, de l’antisémitisme, et de la dangereuse extrême droite. Continuons donc le combat de mémoire

au présent, veillons, ne lâchons rien.

Continuons à marquer des points, ensemble.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

L’histoire extraordinaire d’Esteban « El Rojo », 103 ans!

Républicain espagnol et communiste, Virgilio Peña a cent ans aujourd’hui

Diego Cañamero Valle, portrait d’un révolutionnaire andalou (Vidéo)

Jean Ortiz

Publié dans Espagne, HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Riposte à l’obscurantisme

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 février 2014

 

Ce lundi dans l’Humanité : riposte à l’obscurantisme

 

huma0302

 

Pour la défense de l’IVG et des droits des femmes,

des dizaines de milliers de personnes ont défilé samedi

à Paris, Madrid et un peu partout en France et en Europe.

Une première réplique d’ampleur aux ultraréactionnaires.

  ♦ La foule, déterminée mais inquiète, a battu le pavé.

Toutes générations confondues, les manifestants ont haussé

le ton contre le retour d’un ordre moral et réactionnaire.

  ♦ Reportage à la manifestation parisienne

 

 

  ♦ Les points de vue de Maya Surduts, fondatrice de la coordination des associations pour le droit à l’avortement,

de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, de MArtine Billard, co-présidente du PG, et d’Olivier Besancenot,

porte-parole du NPA

  ♦ Entretien avec Annie Ernaux. Elle revient sur l’avortement clandestin qu’elle avait subi en 1964 et raconté 

dans son livre « l’Événement ». L’écrivaine alerte sur ce que veut dire absence de loi et ce que signifie être

totalement dans l’illégalité.

  ♦ Reportage à Madrid : « En Espagne aussi, les femmes ne sont pas qu’un utérus »

[Lire la suite]

Sommaire

Publié dans avortement, Droits des femmes, Espagne, EUROPE, France, l'Humanité, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Des milliers de manifestants à Madrid et à Paris pour le droit à l’avortement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 février 2014

 

« Avortement libre »

crient des milliers de manifestants à Madrid comme à Paris

 

CaptureTrain de la liberté

  Plusieurs milliers de manifestants ont

  accueilli samedi à Madrid

  le « train pour la liberté » parti du nord

  de l’Espagne, transportant des militantes

  féministes en gilet violet.

 

 

Les progressistes espagnols et de toute l’Europe dénoncent le projet de loi gouvernemental

qui limite drastiquement le droit à l’IVG. Plusieurs milliers de personnes manifestent également

à Paris et dans plusieurs villes de France en soutien des Espagnoles et pour refuser tout recul

du droit à l’IVG.

 

Capturemanif Madrid

Capture d’écran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des dizaines de trains et d’autobus venus de toute l’Espagne ont convergé vers la capitale. A bord, des milliers

de manifestants prêts à défiler jusqu’au Parlement contre ce  projet de loi qui ramène le pays 30 ans en arrière

pour le droit des femmes. Il entend supprimer le droit à l’IVG et n’autorise l’avortement qu’en cas de danger

prouvé pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, ou après un viol ayant fait l’objet

d’une plainte préalable. La malformation du fœtus n’est plus reconnue comme une raison valable.

Adopté fin décembre par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, ce texte supprime celui de 2010,

voté sous l’ancien gouvernement socialiste, qui autorisait l’avortement jusqu’à 14 semaines de grossesse pour

toutes les femmes sans justification et jusqu’à 22 semaines en cas de malformation du fœtus ou de grave danger

physique ou psychique pour la mère.

« Nous n’accepterons pas de revenir à l’époque franquiste »

[...]

ivg_2

  Plusieurs milliers de personnes manifestent

  également à Paris en soutien aux Espagnoles,

  mais aussi pour rappeler que l’IVG est un droit

  qui reste en danger en France.

  Une vingtaine d’autres rassemblement ont lieu

  ce samedi en France, à l’appel d’organisations

  progressistes :

associations féministes, partis de gauche (PS, PCF, Europe Écologie Les Verts, Parti de Gauche, Lutte Ouvrière, NPA)

comme syndicats (CGT, Solidairesn FSU…). A Paris, ils ont défilé de la Place Joffre (VIIe arrondissement)

vers l’ambassade d’Espagne, de l’autre côté de la Seine, en scandant « avorter, c’est mon choix, avorter, c’est mon droit ».

Selon le Planning Familial, une des associations organisatrices, les participants étaient 40.000 en France, dont 30.000

à Paris.

[Article humanite.fr]

 

Publié dans avortement, Droits des femmes, Espagne, EUROPE, France, Luttes | Pas de Commentaire »

IVG, un combat européen

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 janvier 2014

 

Dans l’Humanité des débats :

                         IVG, un combat européen

 

huma3101

Espagne, Irlande, Italie, Pologne… Nombreux sont les pays

où le droit des femmes à disposer de leur corps est ignoré

ou remis en cause. De grandes manifestations sont prévues

ce samedi 1er février, en France et partout en Europe.

Un immense rassemblement est attendu à Madrid

pour défendre l’intervention volontaire de grossesse.

Les collectifs de femmes et de féministes, les syndicats,

les partis politiques de gauche s’opposent à la réforme

de la droite espagnole.

 

 

Il y aura l’Espagne bien sûr, avec l’arrivée des « trains de 
la liberté », ce samedi à Madrid. Mais aussi l’Italie, où plusieurs villes vont manifester, telles Rome, Milan, Florence. La Pologne, 
la Grande-Bretagne, l’Irlande s’apprêtent aussi à accueillir 
des défilés samedi, pour résister au « vent venu des fonds 
de l’histoire la plus glauque, la plus rétrograde », selon les mots 
de Martine Hatchuel, médecin et militante française pour le droit 
à l’avortement. Des délégations de France et d’autres pays du Vieux Continent se rendront le 1er février en Espagne, pour constituer la chaîne de solidarité des femmes du monde entier. Un mouvement auquel se joignent aussi les Marocaines, qui ont prévu ce samedi un sit-in à Rabah, la capitale du Maroc, où l’IVG est interdite.

À Paris et en province, on bat le pavé. Samedi, les manifestations pour la défense du droit à l’avortement se déroulent dans au moins une trentaine de villes de France, à l’appel 
de nombreuses associations, syndicats et partis de gauche. Au-delà du soutien aux Espagnoles, les militant(e)s pointent les manquements qui obèrent l’exercice du droit à l’IVG dans notre société. Quasiment toutes les grandes agglomérations (Toulouse, Lyon, Marseille, Nantes, Lille, Bordeaux ou Grenoble) auront leur défilé. Dans la capitale, le cortège, qui regroupera plus de 90 organisations, partira à 14 heures 
de la place Joffre (7e arrondissement, métro École-Militaire) vers l’ambassade d’Espagne.

[Lire la suite]

 

 

CaptureIVGFemmesSolidaires

Communiqué Femmes solidaires

 

  Cliquer sur l’image pour agrandir

Publié dans avortement, Droits des femmes, Espagne, EUROPE, France, SANTE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Manifestation pour le droit à l’IVG samedi 1er février

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 janvier 2014

 

Manifester samedi à Paris pour le droit à l’IVG

 

CapturedroitIVG

capture d’écran

  La capitale française attend du monde, samedi après-midi,

  pour défendre le droit à l’avortement, dès 14 heures

  de la Place Joffre (École militaire) jusqu’à l’ambassade

  d’Espagne.     

 

  Les militantes l’assurent : il y aura du monde samedi à la manifestation.

  Le Planning familial, la CADAC, le collectif Tenon, qui tenaient ce mardi

  une conférence de presse, figurent parmi les quatre vingt dix organisations

  appelant à battre le pavé.

 

«Au-delà du soutien aux femmes espagnoles, l’enjeu est de savoir quelle société européenne nous voulons

construire», explique Marie-Pierre Martinet, la secrétaire générale du Planning.

De nombreuses villes¹ de France, de nombreuses capitales européennes s’apprêtent à recevoir la  foule

des défenseurs du droit à l’avortement, menacé directement ou indirectement selon les pays.

droit_IVG

L’attaque du gouvernement espagnol, qui entend annuler la loi autorisant l’IVG, est vécue dans le Vieux continent

comme un danger pour l’ensemble des femmes.  «C’est inacceptable pour les femmes du monde», soutient Josiane

Ceret, membre de la CADAC depuis sa création, en 1990, «alors que les intégristes catholiques entrent

dans les hôpitaux pour empêcher les avortements», précise-t-elle.

Retour en arrière

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

¹  A LILLE : le 1er /02 14h00 Place Richebé (près de République Beaux-Arts) – à noter qu’un bus partira de Lille pour la manifestation du 29 à Bruxelles

 

carte interactive : En Europe les femmes inégales face à l’avortement

Publié dans avortement, Droits des femmes, Espagne, EUROPE, France, Luttes, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Solidaires des femmes espagnoles, treize femmes politiques françaises appellent Mariano Rajoy à retirer son projet de loi sur l’avortement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 janvier 2014

 

« Nous, femmes politiques françaises, appelons Mariano Rajoy

  à retirer son projet de loi sur l’avortement »

 

CaptureLillemanifdroitavortement   capture d’écran – Lille 18/01/13

  Marie-George Buffet, Anne Hidalgo ou encore

  Rama Yade… Treize femmes politiques et militantes

  féministes françaises, de gauche comme de droite,

  lancent un appel au gouvernement espagnol pour

  qu’il renonce à son projet de loi anti-IVG.

 

« Solidaires des femmes espagnoles, nous, femmes politiques françaises, appelons le gouvernement espagnol à retirer son projet de loi sur l’avortement », écrivent les signataires de ce texte, initié par Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris et d’origine espagnole, demandant aux femmes de « se mobiliser pour ce combat fondamental ».

« C’est l’Espagne qui a montré à l’Europe la voie en matière de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. C’est l’Espagne qui a inspiré la loi française de 2010 instaurant l’ordonnance de protection et créant le téléphone grand danger pour les femmes victimes de violence. L’Espagne ne peut être aujourd’hui le pays du grand retour en arrière », estiment les signataires de l’appel visible sur le site du monde.fr.

« Le droit des femmes à disposer de leur corps n’est pas un supplément d’âme dans une société qui se targue de construire l’égalité. Il s’agit d’un droit fondamental, c’est le socle de l’égalité. C’est le signe principal de l’émancipation des femmes dans la société », affirment-elles encore, rappelant que dans le monde « une femme meurt toutes les neuf minutes d’un avortement clandestin ».

Outre Anne Hidalgo, ont co-signé cet appel Clémentine Autain (féministe, directrice d’édition), Roselyne Bachelot (ancienne ministre UMP de la Santé), Michèle Barzach (ancienne ministre RPR de la Santé), Martine Billard (ancienne députée, Parti de Gauche), Jeannette Bougrab (ex-secrétaire d’Etat à la Jeunesse, UMP), Marie-George Buffet (députée de Seine-Saint-Denis, PCF), Caroline de Haas (féministe), Catherine Coutelle (députée PS, présidente de la délégation de l’Assemblée nationale des droits des femmes), Michèle Sabban (vice présidente PS de la région Ile-de-France), Yvette Roudy (ex-ministre du droit des femmes de François Mitterrand), Dominique Voynet (maire EELV de Montreuil) et Rama Yade (ancienne secrétaire UMP d’Etat chargée des affaires étrangères et des droits de l’homme).

manif droit avortement

En France, une manifestation est déjà prévue pour le 1er février

en soutien aux féministes espagnoles qui défendent l’avortement

à l’appel du mouvement « La marche mondiale des femmes »,

qui se rendra devant l’ambassade d’Espagne.

« Le combat des femmes, des forces démocratiques et associatives

espagnoles pour ce droit fondamental est le nôtre (…)

car il est le combat de celles et ceux qui veulent l’égalité

entre les femmes et les hommes », a souligné

« La marche mondiale des femmes » (MMF) dans un communiqué.

 

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans avortement, Droits des femmes, Espagne, France, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Historique ! L’Espagne devance l’Estonie ! Troïka trouduc !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2014

 

Historique ! L’Espagne devance l’Estonie ! Troïka trouduc !

 

espagne3

  Les chroniques de Jean Ortiz.

 

  Au classement européen des pays les plus inégalitaires,

  l’Espagne n’est battue que par l’Estonie. Adieu Real, Barça,

  Ronaldo, Iniesta…

 

Accoudés à la « barra » du vétéran bar moderniste Iruña, Place del Castillo, ou au Mesón de la Navarrería, plus à gauche, les jeunes « abertzales » (nationalistes basques) s’étripent amicalement.

« La Navarre fait partie du Pays-basque (Euskal Herrria) »; « c’est Rajoy qui ne veut pas la paix ». Ils critiquent « l’immobilisme » de Madrid. Les « plus âgés » se taisent, un verre de « tempranillo » à la main. Toutes les formations politiques navarraises ont demandé à l’ETA de se « dissoudre d’urgence ».
Les jeunes, étudiants -et ils insistent: « de l’université publique »- commentent ce drôle de classement européen; « les 20 Espagnols les plus riches possèdent une fortune équivalente aux revenus des 20% les plus pauvres ». Le classement de l’institut « Intermon Oxfam » préoccupe, mais il n’efface pas complètement « la Liga ». Ici « on est de « L’Altlético de Bilbao ». Pas de messie pour le budget, mais on se maintient.

Les grandes entreprises ne payent quasiment pas d’impôts enrage (« se encabrona ») Pedro. 85% des entreprises de l’IBEX (le CAC 40 espagnol) ont des filiales dans les paradis fiscaux. L’enquête ne dit pas si le Palais royal en est un…
Pour ces jeunes, la question sociale: « d’accord oui », « mais nous voulons surtout le droit de décider ». Au Pays-basque comme en Catalogne les tensions  centrifuges s’accentuent, fruit pourri de la crise économique et sociale, de l’effondrement de tout le « modèle de la transition négociée », de l’épuisement de la Constitution, du discrédit et de l’illégitimité de la monarchie, du « centralisme castillan » du bipartisme PP-PSOE, du verrouillage PP-PSOE, de la rupture incomplète avec le franquisme.

A Pampelune, l’opus DEI possède une florissante université. Et elle est fière de son fleuron. « L’OPUS DEI est partout » peste Paco. A Madrid, l’infante Cristina Federica Victoria Antonia de la Santísima Trinidad de Borbón y Grecia rame pour tenter d’échapper à une condamnation judiciaire pour corruption… « Nous ne sommes pas loin du vieux conflit seigneurs/plébéiens ». Les communistes du PC de Euzkadi sont ouverts à toutes les problématiques, mais « n’accepteront jamais que l’on oppose ouvriers madrilènes et ouvriers basques ».

L’Espagne se tiermondise

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

Infante d’Espagne. La monarchie était au-dessus de tout soupçon

La monarchie espagnole se déhanche de plus en plus

Marée humaine au Pays-basque espagnol

Publié dans Espagne, EUROPE, Liberalisme, Troika | Pas de Commentaire »

Espagne : Le droit à l’avortement bientôt supprimé ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2014

 

DROITS DES FEMMES

Le droit à l’avortement bientôt supprimé en Espagne ?

 

droit_IVGpar Nolwenn Weiler

Les ultra-conservateurs espagnols auront-ils gain de cause

sur le droit des femmes à interrompre une grossesse ?

Approuvée le 20 décembre dernier par le Conseil des ministres

de droite du Parti Populaire (PP), actuellement au pouvoir,

une proposition de loi restreint drastiquement les conditions

dans lesquelles une femme sera autorisée à avorter.

 

Proposé par le ministre de la Justice Alberto Ruiz-Gallardón, le texte sur « la protection de la vie de l’être conçu et des droits de la femme enceinte » prévoit une possibilité d’avorter dans les situations suivantes :

- en cas de grave danger pour la vie de la femme ou pour sa santé physique ou psychologique (sachant que le texte impose que le diagnostic soit émis par deux médecins différents et étrangers à l’établissement pratiquant l’avortement),

- en cas de viol et à condition que la femme ait déposé plainte (ce qui concerne une minorité des victimes de viols),

- en cas de malformation fœtale, sous réserve de deux rapports médicaux – l’un sur la mère et l’autre sur le fœtus, qui confirmeront le motif d’interruption de grossesse.

 

droitivg

  Approuvée dans le pays par diverses associations

  ultra-conservatrices et par la conférence épiscopale,

  la proposition a soulevé la colère des mouvements féministes

  ainsi que du Parti socialiste (PSOE).

  Au sein même du Parti populaire, le texte ne fait pas l’unanimité.

Plusieurs poids lourds régionaux le désapprouvent.

La section des jeunes n’y est pas favorable non plus.

La réaction de la vice-présidente conservatrice du congrès des députés, Celia Villalobos, a été particulièrement remarquée. Elle a demandé au premier ministre Mariano Rajoy « la liberté de vote » lors du débat parlementaire. Celia Villalobos s’était déjà fait remarquée en 2010, alors que les socialistes étaient au pouvoir, en s’abstenant de voter contre la loi qui légalisait l’avortement jusqu’à 14 semaines de grossesse. Elle avait, pour cela, été sanctionnée par son groupe parlementaire. Le projet de loi ne devrait cependant pas passer devant le Parlement espagnol avant l’été.

De ce côté-ci des Pyrénées, seule Marine Le Pen soutient ouvertement le projet de loi d’Alberto Ruiz-Gallardón. Les socialistes ont immédiatement dénoncé « une attaque contre le droit des femmes à disposer de leur corps » et appeler à manifester. De même que le Parti de Gauche et Europe Écologie Les Verts. L’UMP, elle, reste discrète. Et les féministes sont vent debout. Pour le planning familial, l’initiative illustre la volonté du gouvernement espagnol de « maintenir les femmes dans un statut social étroit et de soumission » et s’inscrit dans un « mouvement européen réactionnaire et conservateur qui n’a toujours pas accepté le droit des femmes à disposer de leur corps ». Les médecins craignent en plus un afflux de patientes espagnoles en France si la loi venait à être votée… comme il y a 25 ou 30 ans. De nombreuses manifestations ont déjà eu lieu. D’autres sont prévues tout au long du mois de janvier.

Source : Basta !

Publié dans avortement, Droits des femmes, Espagne, SOCIETE | 1 Commentaire »

12345...8
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy