Trump, le président de tous les dangers

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2017

 

Capture.PNGTrump

 

  Donald Trump, qui se vante de posséder dans son équipe

 « les meilleurs tueurs dont dispose l’Amérique», va être

  intronisé ce vendredi 20 janvier.

  La rupture vers le national-libéralisme qu’il entend imposer

  à ses concitoyens et au monde est très lourde de périls.

  Pour les progressistes, l’heure est au développement

  des résistances.

Bruno Odent nous présente cette équipe « de tueurs », la politique promise, et la résistance qui s’organise

déjà aux États-Unis.

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

Réalisation : Abrahim Saravaki

Publié dans Capitalisme, ETATS-UNIS, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

À l’origine du 1er Mai : Lucy Parsons, la veuve des martyrs de Chicago

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2015

Hernando Calvo Ospina – l’Humanité – 29 avril 2015

 

À l’origine du 1er Mai : Lucy Parsons, la veuve des martyrs de Chicago

À l’origine du 1er Mai
CaptureAlbertetLucyParson

 

  Le 1er mai 1886, la grève est lancée à Chicago.

  Le 4 mai s’abat la répression.

  Jugés, quatre hommes sont pendus dont Albert

  Parsons. Sa femme, Lucy, poursuivra la lutte

  jusqu’à sa mort. À 88 ans, la police la considère

  toujours comme une menace « plus dangereuse

  que mille insurgés ».

 

 

1ermaichicago

En hommage aux cinq martyrs de Chicago,

le Congrès des ouvriers socialistes qui se tenait

à Paris en 1889 instaura le 1er mai comme

la Journée internationale des travailleurs et

des travailleuses.

L’année suivante, cette journée fut commémorée

pour la première fois.

Lucy Parsons était déjà connue comme la « veuve

mexicaine des martyrs de Chicago ».

 

 

Fille d’un Indien de l’Alabama et d’une Mexicaine noire, Lucy Gonzalez naquit esclave en 1853, dans un hameau

du Texas, un territoire qui, cinq ans plus tôt, faisait partie du Mexique. Orpheline à trois ans, on l’envoya

dans les champs de coton dès qu’elle fut en mesure de travailler. À dix-neuf ans, elle épousa Albert Parsons.

Quasiment considérés comme un couple illégal, car la mixité raciale était pratiquement interdite dans les États

du Sud, ils faisaient partie du petit nombre d’activistes pour le droit des Noirs. Pour ces deux raisons,

les menaces de mort à leur encontre les obligèrent à partir pour Chicago en 1873. Pour survivre, Lucy

confectionnait  des vêtements pour femmes et il travaillait dans une imprimerie. Elle se mit à écrire

pour des journaux syndicaux, sur des sujets tels que le chômage, le racisme, ou le rôle des femmes

dans les organisations politiques.

La militante Lucy fut très bien accueillie par les ouvrières, notamment dans les fabriques textiles, là

où l’exploitation était la plus féroce. Avec le soutien d’Albert, elle participa à la création de l’Union

des femmes ouvrières de Chicago, reconnue en 1882 par l’Ordre des nobles chevaliers du travail.

Un grand triomphe : jusqu’alors, le militantisme féminin n’était pas admis.

La lutte pour la journée de huit heures devint la principale revendication nationale. Les travailleurs

appelèrent à une grève pour le 1er mai 1886.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Hernando Calvo Ospina Auteur de Latines, belles et rebelles, aux Éditions 
le Temps des Cerises.

2015, 200 pages, 15 euros.

 

Capturelucyparson1

 

 

 

 

Publié dans ETATS-UNIS, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Venezuela : Echec d’une tentative de putsch soutenue en sous-main par Washington

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 février 2015

 

Venezuela : La stratégie du coup d’État permanent

 

Jean Ortiz – L’Humanité – 16 février 2015
*
*

Une tentative de putsch, soutenue en sous-main par Washington,

a été déjouée les 11 et 12février grâce à de jeunes officiers.

 

venezuela

  Des jeunes officiers des forces armées nationales

  bolivariennes ont permis qu’avorte, le 12 février 2015,

  une tentative de putsch impliquant de hauts gradés

  de l’aviation militaire et des civils liés à l’organisation

  d’extrême droite Primero Justicia.

 

 

Le Venezuela est confronté, depuis le coup d’État éphémère d’avril 2002 contre Hugo Chavez,

à ce que l’on pourrait appeler un « coup d’État permanent », une stratégie aussi évidente que cynique,

une « guerre de basse intensité », implacable, menée sous la supervision et la planification nord-américaine.

Le porte-parole du département d’État Jan Psaki a qualifié de « ridicules » les accusations du Venezuela

contre les États-Unis. Caracas crierait : « Au loup ! » alors qu’il n’y aurait aucun danger. Histoire de

décrédibiliser les craintes fondées, preuves à l’appui, de la révolution bolivarienne et d’endormir la vigilance

de son peuple et des soutiens internationaux. Le scénario putschiste, écrit aux États-Unis, est mis

en œuvre par une opposition haineuse, revancharde, qui était au courant des préparatifs du coup d’État.

Il s’agit, pour cette coalition (la MUD), qui va de l’ultradroite aux ex-sociaux-démocrates, de parvenir

à diviser et à battre le chavisme, par la conjugaison déstabilisatrice de tous les moyens possibles.

Déstabilisation économique et guerre idéologique

En premier lieu, la guerre économique, via l’accaparement et le stockage illégal, à des fins spéculatives,

d’aliments, de médicaments, de produits sanitaires… Via la spéculation tous azimuts, la hausse des prix,

la contrebande, afin de fatiguer la population par des pénuries organisées, de provoquer la colère,

d’inciter aux pillages.

Les chavistes sont au gouvernement, mais la réalité du pouvoir économique reste encore majoritairement

aux mains des patrons et de la droite. Qui plus est, un embargo financier international se met peu à peu

en place contre Caracas…

La déstabilisation économique se double d’une guerre idéologique de tous les instants : désinformation,

mensonges, manipulations, faux sondages, afin de créer un climat défaitiste à l’intérieur et de brouiller l’image

internationale du pays, de l’isoler, en créant un effet repoussoir (les « experts » en intox ont attribué

au Venezuela le plus important « risque pays »). Tout cela alimente une stratégie de la violence, renforcée

par les sabotages, les infiltrations massives de groupes paramilitaires par la frontière colombienne (aujourd’hui

disséminés partout dans le pays, y compris dans la capitale), l’assassinat de dirigeants chavistes,

comme le jeune Robert Serra, etc.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

Publié dans Amerique latine, ETATS-UNIS, Venezuela | Pas de Commentaire »

Transatlantique arnaque – La casse du siècle (le film)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 novembre 2014

Vu sur : Moissac au Coeur

 

     Transatlantique arnaque – La casse du siècle

 

tafta5

Dans la plus grande discrétion, l’Union

européenne et les États-Unis négocient

actuellement la création d’un grand marché

transatlantique.

Objectif ? Supprimer les «obstacles au commerce»,

 au bénéfice des entreprises multinationales.

Dans le dos (et sur le dos) des populations.

Date butoir : 2015.

Ce projet de grand marché transatlantique porte en lui de très lourdes menaces :

systèmes sociaux et services publics démantelés, explosion des inégalités, destructions environnementales,

répression des mouvements sociaux, atteintes aux libertés fondamentales…

Explications, témoignages et propositions de démontage dans ce court documentaire,

qui vous propose une incursion derrière les murs du silence. Avec notamment Bruno Poncelet,

Martin Pigeon et Raoul-Marc Jennar.

Réalisation : Yannick Bovy – Septembre 2014 – 29 mn

 

Image de prévisualisation YouTube

A voir en ligne sur  YouTube

Publié dans Culture, documentaire, ECONOMIE, ETATS-UNIS, EUROPE, IDEES - DEBATS - PHILO | Pas de Commentaire »

La guerre sans merci contre les pauvres aux États-Unis

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 octobre 2014

 

La guerre sans merci contre les pauvres aux États-Unis

(Black Agenda Report)

 

pauvrete usa1   Bill QUIGLEY

  Du philosophe Alain :

  « Les lois justes sont celles qui s’ingénient à faire que les hommes,

  les femmes, les enfants, les malades, les ignorants soient tous égaux.

  Ceux qui disent, contre le droit, que l’inégalité est dans la nature

  des choses, disent donc des pauvretés ».

  Cité dans « 200 CITATIONS POUR COMPRENDRE LE MONDE passé,

  présent et à venir ».

  VD et MV, éditions La brochure.

LGS

————————————————————————————————————————————————————————–

 

Texte I – La réalité des-sans abri aux États-Unis en dix points.

Voici, d’abord, trois histories vraies :

Renee Delisle faisait partie des 3500 sans-abri à Santa Cruz quand elle s’est retrouvée enceinte.

Le journal, le Santa Cruz Sentinel explique qu’elle n’avait pas pu aller dans un refuge parce qu’ils n’avaient

pas de place pour elle. Alors que d’autres sans-abri dormaient dans des voitures ou sous des ponts,

Renee avait trouvé refuge dans une cage d’ascenseur désaffecté jusqu’à ce qu’elle perde les eaux.

Jerome Murdough, 56 ans, ancien marine sans domicile fixe, avait été arrêté pour intrusion à New York

quand on l’avait trouvé un soir de grand froid en train de dormir dans la cage d’escalier de logements

sociaux. Le New York Times raconte qu’une semaine plus tard, Jerome était mort d’hyperthermie

dans une cellule de la prison, où la température dépassait les 37°.

Paula Corb et ses deux filles ont vécu, à la suite de la saisie de leur maison, quatre ans dans leur mini van.

Elles faisaient la lessive dans l’annexe d’une église, allaient se laver dans les stations-service et les filles

faisaient leurs devoirs sous des lampadaires.

Dix réalités concernant les sans-abri

N°1 – Plus d’un demi-million de personnes sont sans-abri

Le rapport du « US Department of Housing and Urban Development (HUD) » (« Département du logement

et du développement urbain ») sur les sans-abri aux US indique qu’il y a, chaque nuit et sur toute l’année,

plus de 600 000 sans-abri aux Etats-Unis. La majorité d’entre eux passe la nuit soit dans des refuges

soit dans quelque abri de transition à court terme. Un peu plus qu’un tiers vivent dans des voitures,

sous les ponts ou ailleurs.

N°2 – Un quart des sans-abri sont des enfants

Le HUD indique que plus de 138 000 sans-abri aux États-Unis sont des mineurs. Parmi ces enfants,

il y en a des milliers qui ne sont pas accompagnés, toujours selon le HUD.

Un autre programme fédéral, « No Child Left Behind » (« Aucun enfant abandonné », réforme de l’Éducation

des années G. W Bush, NDT), donne une définition plus large des enfants sans-abri, qui englobe non pas

uniquement ceux qui vivent dans des refuges ou dans des logements de transition, mais également

ceux qui cohabitent avec d’autres personnes à cause des difficultés économiques, qui vivent dans des voitures,

dans des parcs, des gares routières ou ferroviaires, ou qui attendent un placement dans une famille d’accueil.

En s’appuyant sur cette définition, le « National Center for Homeless Education » signalait en septembre 2014

que les secteurs scolaires locaux (LEA) comptaient qu’il y avait plus d’un million d’enfants sans abri

qui fréquentaient les écoles publiques

[Lire la suite sur Le Grand Soir]

 

Publié dans ETATS-UNIS, Pauvrete | Pas de Commentaire »

Le traité transatlantique (TAFTA) expliqué en quelques minutes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 octobre 2014

 

 

Image de prévisualisation YouTube

attactvsur youtube

Publié dans ECONOMIE, ETATS-UNIS, EUROPE, France, Liberalisme | 2 Commentaires »

Marche pour le climat : pari réussi à New York

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 septembre 2014

 

Mobilisation pour le climat : New-York réussit son pari

 

Marie-Noëlle Bertrand – 22 septembre 2014

CapturemanifNewYork  capture d’écran

 

  À la veille de la réunion sur le climat organisée

  par Ban Ki-moon, la marche à New York a de loin

  rassemblé le plus grand nombre de participants.

 

 

 

Envoyée spéciale à New York. Dénonciation de la course aux profits, de la pauvreté,

de la guerre : la marche états-unienne aura réussi à mettre en cohérence enjeux climatiques

et de développement.

Huge, comme on dit ici. Énorme. Ils voulaient en faire la plus grande marche des peuples pour le climat

jamais vue à ce jour. Ils comptaient, pour cela, faire défiler 100 000, voire 150 000 personnes

dans les rues de New York. Peu importe qu’ils aient atteint cette cote ou non : les organisateurs

de la manifestation qui a sillonné la Grosse pomme dimanche après-midi ont, quoiqu’il en soit, réussi le pari

d’en faire un moment de mobilisation majeur de la lutte contre le changement climatique.

Dans le même temps – à quelques fuseaux horaires près – d’autres rassemblements se tenaient à Berlin,

Amsterdam, Rome, Stockholm, New Delhi, Rio ou Melbourne.

CapturemanifParis210914   capture d’écran

  A Paris, l’évènement aura réuni plus de 5000

  personnes. Avaaz, l’une des organisations

  à l’initiative de cette journée mondiale, annonçait

  ainsi près de 2700 rendez-vous de diverses

  envergures dans près de 160 pays.

 

 

A l’avant-veille du Sommet des chefs d’État sur le climat, qui doit se réunir mardi 23 septembre à l’initiative

de Ban Ki Moon, secrétaire général des Nations unies, les organisations sont ainsi parvenues à mettre

un focus rarement vu sur un rendez-vous diplomatique de ce type.  Mieux encore : à New York, elles ont

réussi à mobiliser au-delà de leur propres rang, et à faire descendre dans la rue une société civile des plus

colorées et des plus éclectiques. Cyclistes new yorkais, étudiants de Brooklyn, associations de voisins,

de fleuristes, de pêcheurs… sous l’œil hautin des bâtiments rupins qui bordent Central Park, et à la barbe

des panneaux publicitaires ultra bling de Times Square, une marée de gens de tout poils s’est écoulée

pendant  des heures.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Environnement, ETATS-UNIS, Monde | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 août 2014

 

Poker menteur

L’éditorial de Maurice Ulrich.

 

obama-liar

 

  « Des innocents pourraient être victimes de violences terribles.

  Nous ne pouvons pas détourner le regard », a déclaré Barack

  Obama à propos de l’Irak.

  Le président des États-Unis comme la France et la Grande-Bretagne

  ont la fibre humanitaire sélective. S’agissant de Gaza, ils ne font pas

  que détourner un regard qu’ils portent de l’autre côté.

  Il reste qu’il faut stopper les fanatiques assassins de « l’État islamique »

  dans leur entreprise de conquête, d’asservissement, de conversions

  forcées sous peine de mort.

  Mais comment ?

 

 

Depuis deux décennies, les politiques interventionnistes sous la tutelle des États-Unis n’ont fait

qu’aggraver les crises dans des États où elles étaient censées amener une « démocratie » devenue

le nom de code du capitalisme et de la suprématie de l’Occident.

Ces dernières heures, deux anciens ministres des Affaires étrangères, Hubert Védrine

et Dominique de Villepin, n’ont pas dit autre chose.

Le premier évoquant « l’interventionnisme débridé occidental victime de ses propres excès »,

le second estimant que l’intervention en Irak des États-Unis avait ouvert « un boulevard aux forces

totalitaires ».

Mais, plus que cela, il s’agit d’un jeu de poker menteur planétaire.

Le véritable enjeu pour les États-Unis, c’est la pérennité de leur hégémonie mondiale. Elle passe

aussi bien par leur soutien aux monarchies du Golfe, les mêmes qui financent les fanatiques,

que par leurs entreprises de déstabilisation aux frontières de la Russie, avant de crier au feu.

Les assassins qui se couvrent derrière l’islam ont leur terrifiante logique, mais ils n’auraient pas

une telle force si la communauté internationale, avec l’ONU, ouvrait de nouveaux chemins de dialogues

avec les pays musulmans, s’efforçait d’inclure en Irak toutes les composantes de la société

dans une gouvernance responsable, de rassembler au lieu de diviser, et tirait enfin un trait

sur cet unilatéralisme occidental qui prétend abusivement à la conduite du monde.

 

Lire le communiqué du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran

Publié dans ETATS-UNIS, Irak | Pas de Commentaire »

L’impérialisme US et ses relais européens contre Cuba et l’Amérique latine

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 mai 2014

 

Les vautours sont lâchés sur l’Amérique latine

 

José Fort – 30 mai 2014

 

obama_cuba_embargo_2

BNP-Parisbas est directement menacé d’avoir

à payer 8 milliards de dollars au fisc nord-américain

pour avoir effectué des opérations commerciales

avec La Havane. Tandis qu’à la Maison Blanche

la tonalité est hypocritement au discours doucereux,

l’impérialisme US et ses relais européens montrent

les dents contre Cuba et l’Amérique latine.

 

Le maintien renouvelé à la tête de leurs pays des gouvernements progressistes latino-américains

et le développement des structures d’intégration économique et politique dans la région suscitent

la haine dans les sphères de pouvoirs états-uniens. Tandis qu’à la Maison Blanche la tonalité est

hypocritement au discours doucereux, au département d’État, à la CIA et dans les différents services

spéciaux yankees, une feuille de route adaptée et dotée d’énormes moyens financiers vient d’être

réactivée avec pour objectif d’aider les « oppositions dans les pays  non amis » et, si possible,

de renverser les gouvernements issus du suffrage universel. Plusieurs hypothèses de « travail » ont

été mises au point. Elles vont depuis l’aide matérielle à la subversion jusqu’à l’étranglement économique,

ou encore depuis les actes de terrorisme jusqu’aux campagnes de propagande largement relayées

en Europe. Il ne faut pas se tromper : l’heure est à l’affrontement de classes aigu en Amérique latine.

 

Il y a eu les coups d’État « institutionnels » au Paraguay et au Honduras. Il y a désormais des opérations

ciblées visant le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur, le Salvador, le Nicaragua et Cuba. L’Argentine et le Brésil

sont aussi dans le collimateur.

 

Au cours des dernières années, ces pays ont enregistré des avancées sociales importantes et construit

des politiques indépendantes et souveraines débarrassées de la mainmise des multinationales. Ils ont

travaillé à renforcer l’intégration régionale avec notamment la Communauté des États latinos américains

actuellement présidée par le Costa Rica. Un nouveau paysage politique s’est installé dans ce continent

qui était autrefois le « pré carré »  des États-Unis.

Pour l’impérialisme nord-américain, ses banques, ses multinationales et ses intégristes terroristes

protégés au plus haut niveau de l’État US, un coup d’arrêt s’impose. 

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Cuba, ETATS-UNIS, EUROPE, Monde | Pas de Commentaire »

Grand marché transatlantique : « Ce que nous savons à propos de cet accord commercial est mauvais, et ce que nous n’en savons pas pourrait être pire encore. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mai 2014

 

GRAND MARCHÉ TRANSATLANTIQUE

« Le commerce est censé construire des ponts entre les nations,

pas provoquer un désastre »

 

par Ilana Solomon 15 mai 2014

Traduction : Sophie Chapelle et Olivier Petitjean

 

GMT

  Négocié dans l’opacité, le projet d’accord

  commercial entre l’Union Européenne et

  les États-Unis inquiète.

  Pour mieux comprendre les enjeux, Basta !

  ouvre ses colonnes aux représentants

  de la société civile qui, de l’Allemagne aux

  États-Unis, en passant par la France,

l’Espagne ou l’Italie, se mobilisent.

Ilana Solomon est chargée des questions commerciales au Sierra Club, une ONG américaine

écologiste. Elle explique comment ce projet d’accord de libre échange pourrait porter

atteinte aux politiques climatiques, environnementales et sociales, aussi bien aux États-Unis

qu’en Europe. La première condition avant de poursuivre toute négociation :

« Impliquer le public dans toutes les étapes de la prise de décision. »

En réalité, les grandes entreprises veulent se servir de ce pacte pour éliminer, aux États-Unis comme dans l’Union

européenne, les mesures de protection de l’intérêt public et les normes existantes en matière d’environnement,

d’alimentation, de produits chimiques et dans bien d’autres domaines, en les stigmatisant comme « barrières

non tarifaires » ou « entraves commerciales ». Le tout dans le seul but d’amasser davantage de profits.

Cela représente une menace pour de nombreuses dispositions de protection de l’intérêt général qui affectent

directement nos vies quotidiennes. Cela contribuerait à aggraver l’un de nos défis communs – la crise climatique.

En matière d’alimentation, d’air, d’eau, de climat, l’Europe jouit généralement de niveaux de protection plus élevés

qu’aux États-Unis. Dès lors que ce soit-disant « pacte commercial » pourrait porter atteinte à l’ensemble

de ces protections, il semble que l’Europe ait encore plus à perdre que les États-Unis. La vérité, cependant, c’est

que les véritables gagnants de ce pacte seront les multinationales des deux côtés de l’Atlantique,

en quête de profits plus élevés. Les vrais perdants seront les citoyens tant du côté des États-Unis que de l’Union

européenne, et toutes celles et ceux qui sont frappés par les dérèglements climatiques.

Plus de gaz, plus de fracking

La Commission européenne, par exemple, a proposé d’inclure dans l’accord un chapitre entier dont l’optique

est d’augmenter les exportations de combustibles fossiles depuis les États-Unis vers l’UE. Il deviendrait beaucoup

plus facile d’exporter du gaz en réduisant les pouvoirs actuels du Département de l’énergie des États-Unis,

lequel n’aura même plus le droit de seulement analyser si ces exportations sont dans l’intérêt du public.

Les États-Unis seraient obligés d’approuver automatiquement toutes les exportations de gaz naturel – sans questions,

sans commentaires ou analyses, et sans délais.

Que signifierait concrètement une telle augmentation des exportations de gaz naturel pour les communautés

américaines ? D’une part, cela impliquera davantage de fracking. Le fracking, ou fracturation hydraulique, est

un processus violent visant à extraire des dépôts de gaz de schiste contenus dans des formations rocheuses,

et qui est connu pour contaminer l’eau potable, polluer l’air et causer des tremblements de terre.

Davantage de fracking signifie davantage de polluants toxiques, irrespirables et néfastes pour le climat,

davantage de menaces pour notre approvisionnement en eau potable, et davantage de risques

pour la santé publique, pour nos biens et pour notre environnement .

[Lire la suite sur Basta !]

Photo : source

Lire sur le même sujet la tribune de Pia Eberhardt du CEO.

Creative Commons License

Publié dans Democratie, Environnement, ETATS-UNIS, IDEES - DEBATS - PHILO, Liberalisme, POLITIQUE, Union europeenne | 1 Commentaire »

12345...11
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy