Détention des migrants : un business juteux pour les multinationales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2017

Observatoire des multinationales

La détention des migrants, un business en pleine expansion

11 janvier 2017 par Olivier Petitjean

Capture.PNGdetentionmigrants

 

Cliquer sur l’image pour lire l’article

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Creative Commons License

 

Publié dans EUROPE, multinationales, Privatisation | Pas de Commentaire »

La Commission européenne s’attaque à EDF

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 novembre 2015

Capturel'humanité

Jean-Emmanuel Ducoin – 4 novembre 2015

Faire barrage !

 

Les rapports de la Commission européenne sont souvent des sommets de cynisme à usage libéral.

L’un des derniers en date, que l’Humanité s’est procuré en exclusivité, a la saveur d’un scandale éhonté et

toute l’apparence d’un cheval de Troie supplémentaire… Une soixantaine de pages adressées au gouvernement

français dans lesquelles les proconsuls de Bruxelles somment la France de libéraliser les concessions

hydroélectriques. Pas de quoi fouetter un chat, penseraient beaucoup de candides. Sauf à y regarder de plus près.

Car les fameuses concessions hydroélectriques, autrement dit les barrages qui constituent çà et là des éléments

de décor de nos territoires, sont confiées pour l’essentiel à l’opérateur national, EDF. La Commission n’y va pas

par quatre chemins :

au nom de la sacro-sainte « concurrence libre et non faussée » – qui n’est qu’une concurrence

non libre et faussée –, les autorités françaises disposent de deux mois pour lancer la mise en vente

desdites concessions ! En 2010, Sarkozy et Fillon s’y étaient engagés ; Hollande et Valls n’ont depuis

rien changé. Comble de l’ironie, EDF ne pourrait même plus participer aux futurs appels d’offres…

Privatisez ! Privatisez ! Car, voyez-vous, le marché national des barrages est juteux, près de 2,5 milliards

d’euros d’excédents par an. L’argent de la collectivité en somme. Or, depuis longtemps, les consortiums privés

s’activent en coulisses, salivent et s’impatientent que la déréglementation s’abatte enfin sur ce bien national.

Ils sont venus à bout de GDF, ils s’attaquent aujourd’hui à EDF par l’un de ses piliers stratégiques,

qui ne représente pas moins de 14 % de la production d’électricité du pays et la quasi-totalité de la production

nationale d’énergie renouvelable. Cette perspective constitue d’ores et déjà la plus grave menace

contre l’indépendance énergétique de la France. La preuve : cette mise en demeure s’ajoute à la fin

des tarifs réglementés 
de l’énergie, début 2016.

En voulant abattre le modèle public d’EDF, la Commission veut en finir avec l’idée même

de service public, quel que soit le secteur. Et en finir avec l’universalité des services,

l’un des derniers remparts à une économie de marché profondément inégalitaire.

Publié dans Energie, France, INFOS, Liberalisme, Privatisation, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Grèce : Yanis Varoufakis décrypte le texte imposé par l’Eurogroupe

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juillet 2015

 

Yanis Varoufakis met en lumière les appétits des liquidateurs de la Grèce

 

CaptureYanisVaroufakis

 

  L’ex-ministre des finances grec, qui a rejeté l’accord à la Vouli

  hier soir, décrypte sur son blog les implications concrètes

  de chaque point du texte imposé par l’Eurogroupe.

  A travers ses remarques, l’économiste révèle les desseins

  prédateurs des bailleurs de la troïka. Il montre comment l’accord

  ouvre un boulevard à ceux qui ont pour projet de faire de la Grèce

  un paradis social et fiscal pour les entreprises transnationales

  qui convoitent des pans entiers du patrimoine industriel

  et des secteurs vitaux dont la privatisation est exigée.

 

 

A quelques heures du vote du Parlement sur l’accord du 13 juillet, Yanis Varoufakis, pour qui la démission,

n’est pas synonyme de mutisme, a publié une version intégrale du texte, avec ses remarques et annotations (en gras).

Loin du « plan de sauvetage », ce texte qui porte une lourde atteinte à la souveraineté du gouvernement grec,

constitue un coup d’arrêt à toute tentative de relance économique et éloigne encore davantage la résorption de

la crise humanitaire grecque.
(lire la version originale en anglais)

 

Quelques extraits :

 

Capturecharognards

 

• En ce qui concerne les marchés de l’énergie, procéder

  à la privatisation de l’opérateur du réseau de distribution

  d’électricité (ADMIE), à moins que l’on puisse trouver

  des mesures de remplacement ayant un effet équivalent

  sur la concurrence, comme convenu par les institutions

  [ADMIE sera liquidé au profit d’intérêts particuliers

  étrangers sous commandement des institutions];

 

 

Capturegrèce13

    • En ce qui concerne le marché du travail,

  entreprendre un réexamen rigoureux et une modernisation

  des négociations collectives [s’assurer qu’aucune

  négociation collective n’est possible], de l’action syndicale

  [qui doit être interdite] et, conformément à la directive

  pertinente de l’UE et aux bonnes pratiques,

  des procédures de licenciement collectif

[qui doivent être soumises aux caprices des employeurs], selon le calendrier et l’approche

convenus avec les institutions [c’est la troïka qui décide].

Sur la base de ces réexamens, les politiques du marché du travail devraient être alignées sur les meilleures

pratiques internationales et européennes, sans que cela se traduise par un retour aux politiques

antérieures qui ne sont pas compatibles avec les objectifs de croissance durable et inclusive

[il ne doit exister aucun mécanisme permettant aux salariés d’obtenir de meilleures

conditions des employeurs];

[..]

 

charb-grece

• Conformément aux ambitions du gouvernement

  grec, moderniser et considérablement renforcer

  l’administration publique grecque, et mettre en place,

  sous l’égide de la Commission européenne,

  un programme de renforcement des capacités

  et de dépolitisation de l’administration publique grecque

  [faire de la Grèce une zone sans démocratie

sur le modèle de Bruxelles, une forme de

gouvernement soi-disant technocratique, politiquement

toxique et macro-économiquement inepte].

Une première proposition devrait être présentée

d’ici le 20 juillet après discussion avec les institutions.

Le gouvernement grec s’engage à réduire encore

les coûts de l’administration publique grecque [diminuer les bas salaires tout en augmentant

légèrement les salaires des quelques apparatchiks proches de la troïka], conformément

à un calendrier convenu avec les institutions;

[Article complet sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, EUROPE, FMI "affameur des peuples", Grece, Liberalisme, Privatisation, Troika | Pas de Commentaire »

Nice : rejet massif de l’une des mesures de la loi Macron

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2015

 

Les Niçoises et les Niçois répondent au 49-3 de Valls

 

nice_airport

 

  Le gouvernement ne voulait pas permettre

  aux députés de voter sur la loi Macron,

  d’une certaine manière les Niçoises

  et les Niçois l’ont fait à la place

  des parlementaires.

 

Face au coup de force du gouvernement à l’Assemblée Nationale, le vote est sans appel. Il marque le rejet

massif (97%) d’une des mesures de la loi Macron. Et pour beaucoup d’électeurs qui se sont exprimés aujourd’hui,

il marque aussi le rejet de la régression sociale que porte cette loi.

Ce vote sera un point d’appui pour les Sénateurs du Front de gauche lorsque cette loi viendra en discussion,

au mois d’avril, devant le Sénat.

Un point d’appui d’autant plus important que la participation à ce référendum est une agréable surprise.

Plus de 36 000 Niçoises et Niçois ont participé au référendum sur la privatisation de l’aéroport. Ce chiffre est

significatif eu égard aux conditions de la tenue de ce référendum, un jour de semaine avec des bureaux

de vote dans des lieux souvent inhabituels et en nombre très réduit (45 au lieu de 240 pour un scrutin classique).

Ce résultat en participation conforte la proposition qu’avec mes colistiers du Front de gauche nous portions

lors des élections municipales : celle d’organiser un référendum sur toutes les questions importantes

pour le devenir de notre ville. Cette première expérience devrait inciter le maire de Nice à avoir la même audace

démocratique pour organiser un référendum sur le choix du tunnel de la ligne 2 du tramway, ou bien encore

l’aménagement du quartier du Ray…..

Robet Injey – PCF/ Front de gauche

Publié dans France, POLITIQUE, Privatisation | Pas de Commentaire »

Rail : Après deux décennies de privatisation, les Britanniques payent les tarifs les plus élevés d’Europe pour voyager

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 janvier 2015

 

Très chère privatisation des « TER » britanniques :

des tarifs 50 à 300 % plus chers que là où le réseau reste public

 

Image de prévisualisation YouTube

Trades Union Congress (TUC)

Ce court métrage d’animation des TUC (la CGT anglaise) met en évidence l’impact de la privatisation du rail avec des profits qui vont directement dans les poches des actionnaires du rail, pendant que des coupes sont faites dans le fonctionnement de l’entretien et de l’infrastructure, et que les tarifs augmentent trois fois plus vite que les salaires. On voit que les mécanismes mis en place en France par la SNCF devenue Société Anonyme, ressemblent étrangement à ceux de l’Angleterre, où la « macronisation » en œuvre remplace les trains par les bus.

2015 est une année qui commence fort … avec la hausse des tarifs, en France comme en Grande-Bretagne. De l’autre côté de la Manche, les militants pour la re-nationalisation du rail étaient sur le parvis des gares pour rappeler les effets désastreux pour le porte-monnaie des usagers de la privatisation actée il y a 20 ans de cela.

 

CaptureAfr

  Ils étaient à King’s Cross pour éclairer les Londoniens

  sur le scandale de la privatisation des trains de banlieue.

  Les militants de la campagne Action for rail (AfR) menée

  par le Trade Union Congress (TUC), la confédération

  syndicale unique britannique.

 

Vive la privatisation ? + 60 % de hausse des tarifs depuis 2008 !

Les syndicalistes du RMT (Syndicat majoritaire chez les cheminots), ASLEF (Syndicat des conducteurs) et TSSA étaient présents également pour dénoncer l’augmentation de 2,5 % des tarifs au 1er janvier (comme en France) .

C’est plus largement sur l’explosion des tarifs du rail depuis la privatisation que les militants syndicats tiraient la sonnette d’alarme : + 60 % en moyenne depuis 2008 seulement.

Depuis la privatisation, au début des années 1990, l’augmentation des tarifs a été trois fois supérieure à celle de l’augmentation des salaires. La Grande-Bretagne dispose désormais des tarifs les plus élevés du monde.

Action for Rail(AfR) a offert de nouveaux chiffres qui font mal, une comparaison du tarif des pass mensuels pour des trains de grande banlieue dans les principales métropoles européens, qui démonte l’argument de la privatisation garante de tarifs moins élevés.

Des tarifs 50 % plus élevés qu’en France, quatre fois plus qu’en Espagne !

[Lire la suite sur CGT Dieppe]

 

Publié dans ECONOMIE, France, Grande Bretagne, Liberalisme, Privatisation, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

«Privatisation des autoroutes, 9 milliards en moins pour l’État»

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mai 2014

 

«Privatisation des autoroutes, 9 milliards en moins pour l’État»

 

Entretien avec Gérard Le Briquer, secrétaire de l’Union des transports CGT.

 

Latifa Madani – 4 mai 2014

 

oseille

 

  La CGT, aux avant-postes contre le bradage du réseau routier

  depuis 2005, fait campagne pour une maîtrise publique du réseau

  national. Et rappelle que les revenus financiers doivent revenir

  à l’investissement et au développement.

 

 

 

HD. Pourquoi la CGT s’oppose à ce plan de relance autoroutier 2015-2020 ?

GÉRARD LE BRIQUER. Parce que ce plan est la poursuite de la privatisation du réseau. Au prétexte qu’il n’y a pas d’argent, l’État poursuit le bradage pour 3,7 milliards d’euros auprès de sociétés qui regorgent déjà d’énormes profits non réinvestis dans l’intérêt général. C’est un mauvais signal qui rapportera des rentes importantes aux grands groupes et privera l’État de recettes.

 

HD. Quel est le manque à gagner ? Si l’État renationalise, combien ça coûte, combien ça rapporte ?

G. L. B. Lorsque l’État était le seul actionnaire, il récupérait les dividendes pour les réinjecter dans le développement des réseaux routiers. Aujourd’hui, on sait qu’à chaque fois qu’une société privée procède à un investissement, elle l’amortit rapidement grâce au péage et ensuite elle fait du profit net. Le manque à gagner est réel. Il est évalué annuellement à 1 milliard. Auquel il faut ajouter les 800 millions de l’écotaxe qui auraient dû entrer. Par les temps qui courent, l’État se prive de près de 2 milliards, c’est loin d’être négligeable. C’est pour cette raison qu’il faut exiger un retour des sociétés d’autoroutes dans le giron de l’État qui sera bénéfique aux finances publiques et aux usagers.

 

HD. Vous avez observé une dégradation de l’état du réseau alors que les cahiers des charges qui lient l’État aux sociétés concessionnaires imposent des investissements pour l’entretien et la sécurité.

G. L. B. Les retards sont importants. La norme est que 15 % environ des chaussées doivent être renouvelées chaque année. Ce taux est tombé à 8,8 % en 2009 et à 4 % en 2012 ! C’est dire si l’état de certaines chaussées et de certains ouvrages d’art nécessite une mise à niveau. Selon le rapport Mobilité 21 du sénateur Philippe Duron, il faudrait un budget de 160 millions d’euros par an pendant 8 ans. Or, il est actuellement de 110 millions. À la CGT, nous disons qu’il est urgent de réengager des crédits pour rattraper les retards. Car ils ont des incidences sur la sécurité routière et sur l’emploi.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, PETITION, Privatisation, SOCIAL | Pas de Commentaire »

4ème paquet ferroviaire : Droit de grève des cheminots en danger

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2014

 

L’Union européenne va-t-elle mettre en danger

le droit de grève des cheminots ?

 

Par Jacky Hénin, Député européen

CaptureJackyHenin

  Le Parlement européen va se prononcer le 26 février à Strasbourg

  sur le quatrième paquet ferroviaire. Ce texte est le dernier en date

  d’une longue série de mesures législatives visant à privatiser le rail.

  Petit rappel :

  ♦  Le premier paquet ferroviaire a posé les bases pour la libéralisation

  du fret et de l’interopérabilité.

 

♦  Le deuxième paquet ferroviaire a privatisé le  fret ferroviaire (depuis, le fret ferroviaire a baissé de moitié

reportant une partie importante du trafic sur la route).

♦  Le troisième paquet ferroviaire a libéralisé les transports ferroviaires internationaux (ce qui a entrainé

une explosion des prix pour les usagers).

Cette nouvelle modification de la législation européenne vise à achever la privatisation du rail.

Comment ? Entre autres par la séparation entre gestionnaires d’infrastructure et opérateurs de transport

(particulièrement problématique pour des organisations aux grosses infrastructures comme Eurotunnel),

et l’obligation pour les collectivités de passer par des appels d’offres, avec les couts supplémentaires

que cela implique, (pour l’instant les collectivités ont le droit d’octroyer directement un contrat de service

public à une entreprise ferroviaire si elles le souhaitent). Même l’avis du comité des régions rédigé

par un élu UMP a critiqué cette remise en cause des droits des collectivités à organiser les transports.

Cerise sur le gâteau, lors du vote en commission transports du Parlement européen le 17 décembre,

un amendement a été ajouté demandant :

             «  un niveau de service minimal en cas de grève dans les transports publics« .

Cette mesure va contre le droit de grève, liberté fondamentale des travailleurs du privé comme du public.

Les travailleurs du rail, premiers à voir les conséquences concrètes d’un projet technique, étaient déjà très

remontés, voilà qui n’est pas pour les rassurer.

Avec le quatrième paquet ferroviaire les conditions de travail des salariés comme la sécurité

du réseau ou les coûts pour les passagers ne sont que des variables d’ajustements permettant

d’augmenter les profits des entreprises ferroviaires.

Le dogme de la concurrence dirige une fois de plus la législation européenne au mépris de l’intérêt général.

Pour mieux réussir à faire passer des mesures profondément impopulaires la technique est bien rodée en Europe,

diviser la législation en plusieurs parties et faire avaler la pilule morceau par morceau. Au besoin ajouter une dose

de complexité par-dessus et arroser de mauvaise foi.

Mais les syndicats ne s’y laissent pas prendre, une mobilisation est prévue le mardi 25 février

devant le Parlement européen. Je serai à leurs côtés.

Le blog de Jacky Henin

Publié dans ECONOMIE, EUROPE, Liberalisme, POLITIQUE, Privatisation, SERVICES PUBLICS, Transports - SNCF, Union europeenne | Pas de Commentaire »

La délivrance des visas livrée au privé

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 juin 2013

 

SÉCURITÉ DES DONNÉES

Comment les États privatisent la délivrance des visas

 

La délivrance des visas livrée au privé dans Privatisation visaspar Rachel Knaebel

La France et d’autres États confient à

des prestataires privés une partie de

la procédure des demandes de visas.

De la prise de rendez-vous au recueil

des données biométriques, ce n’est plus

à un fonctionnaire que l’on s’adresse

mais à une société privée.

Un marché monopolisé par quelques entreprises. Conséquences : hausse du coût

pour les demandeurs et risques pour la sécurité des données. Avec la généralisation

du visa biométrique et la privatisation des procédures, la possibilité de voyager

et les flux migratoires seront-ils bientôt sous le contrôle des multinationales ? Enquête.

La France a traité 2,6 millions de demandes de visas, pour des ressortissants étrangers en 2012.

Un chiffre en hausse de 20% en dix ans. Plus d’une demande sur deux passe aujourd’hui entre les mains

d’une entreprise privée. Demandes de rendez-vous, saisies des données personnelles, jusqu’à la prise

des empreintes digitales et de la photo numérisée pour les visas biométriques, telles sont les missions

désormais confiées à des entreprises privées. Une soixantaine de consulats délèguent ainsi une partie

de ces tâches au privé.

L’externalisation se limite par exemple à la prise de rendez-vous par l’intermédiaire d’un centre d’appels

à Abidjan, Yaoundé ou Dakar. Elle concerne la collecte des dossiers à Dubaï et New-Delhi. Et va jusqu’à

la saisie des données personnelles des demandeurs dans une vingtaine de consulats. Sur trois sites,

en Grande-Bretagne, Algérie et Turquie [1], la France expérimente la délégation au privé de la collecte

des données biométriques – photos numérisées et empreintes digitales – et leur stockage temporaire.

Comment cette démarche, qui touche pourtant à la souveraineté de l’État, a-t-elle pu être privatisée ?


[Lire la suite sur Basta !]

Photos et illustrations CC Owni

Creative Commons License

Lire également :

Quand le privé vend une optionVIP aux demandeurs de visa pour Paris

Publié dans Privatisation | Pas de Commentaire »

Tout ce que Bruxelles veut vous faire perdre

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2013

 

Retraites, droit du travail, services publics, fiscalité :

tout ce que Bruxelles veut vous faire perdre

 

Tout ce que Bruxelles veut vous faire perdre dans Austerite ollirehnOli Rehn, commissaire européen en charge des affaires

économiques, fer de lance de l’offensive de la Commission

européenne

Si la France suit à la lettre les recommandations

économiques dévoilées ce mercredi

par la Commission européenne, les droits actuels

à la retraite, les services publics et les protections

des salariés vont en prendre un sacré coup.

Revue de détail de ces changements néolibéraux

qui se cachent derrière le terme politiquement correct de « réformes structurelles ».

 

  • Retraites rognées

retraite austérité dans Competitivite

L’objectif assigné par Bruxelles à Paris est de ramener

à l’équilibre « pour 2020 au plus tard » son système de

retraites. Pour ce faire, la Commission n’édicte qu’un seul

oukaze :

« Éviter d’augmenter les contributions des employeurs

aux régimes des retraites ». En clair, il s’agirait donc de

jouer soit sur les niveaux actuels des pensions,

donc sur le pouvoir d’achat des retraites,

soit sur les droits à la retraite à taux plein des salariés,

soit sur l’âge légal (65, 67 ans?), soit encore

sur l’alignement des régimes spéciaux sur le régime général. Bref, c’est aux Français de faire les efforts.

Pas touche aux cotisations des entreprises.

Réponse à l’automne lors du lancement d’une nouvelle réforme des retraites, après celles de 2003

et 2010. Avant cela, une concertation va s’engager entre le gouvernement et les partenaires sociaux

lors d’une conférence sociale les 20 et 21 juin.

 

  • Assurance chômage lessivée

 Commission européenne dans droit du travail

La travail étant une charge et non créateur

de richesse pour la Commission européenne,

Bruxelles demande à la France de « doper

sa compétitivité ». Après l’Accord national

interprofessionnel (ANI) et sa récente

transposition dans la loi, voici donc un second

round de flexibilisation du marché du travail

hexagonal. Cette fois, les assurances chômage

sont dans le viseur. Il faut « lancer en urgence une réforme de l’assurance chômage avec les partenaires

sociaux pour assurer qu’elle rend attractif le retour au travail », dit la Commission. Fainéant de chômeurs !

 

  • Travail dérégulé

 

code-du-travail financement des retraites dans ECONOMIE

 

 

Dans la même veine, la Commission renouvelle sa demande de réforme

du marché du travail et d’ouverture de certaines professions comme

les notaires ou les taxis. Elle souhaite voir renforcer la compétitivité

des services en agissant sur les professions réglementées

via la suppression des quotas et autres restrictions juridiques.

Elle préconise également de simplifier la législation sur les heures

d’ouverture des magasins.

 

 

  • Règlementations chassées

Selon Bruxelles, Paris devrait aussi supprimer les tarifs réglementés sur le gaz et l’électricité et ouvrir

le secteur du transport ferroviaire domestique des passagers. Ce qui est déjà sur les rails.

 

  • Fiscalité remaniée

Là encore, un seul mot d’ordre : tout pour les entreprises, les particuliers peuvent payer ! (…)

austerite2 flexibilité dans EUROPE

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

 

Publié dans Austerite, Competitivite, droit du travail, ECONOMIE, EUROPE, France, Privatisation, RETRAITES, SOCIAL, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Thierry Lepaon : « Avec un salaire minimum de 1 700 euros, on n’aurait pas de problème de retraite »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 mai 2013

 

Thierry Lepaon :

« Avec un salaire minimum de 1 700 euros, on n’aurait pas

de problème de retraite »

 

Thierry Lepaon :

À la veille d’une rencontre entre Jean-Marc Ayrault

et les syndicats pour préparer la conférence sociale,

le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon,

a appelé dimanche à « une irruption des salariés

sur le terrain social » à propos de la future réforme

des retraites, estimant qu’elle « va nécessiter

une mobilisation d’ampleur ».

  »La question des retraites va nécessiter une mobilisation

d’ampleur des salariés », a déclaré Thierry Lepaon

lors du Grand rendez-vous Europe1/i-Télé/Le Parisien-

Aujourd’hui en France.

 

 

« La question du rapport de force est une question essentielle. Il faut que les salariés s’occupent

de leurs affaires », a-t-il ajouté, jugeant que « le résultat d’une négociation, c’est avant tout le résultat

d’une mobilisation ». « Il faut que les salariés arrêtent de penser que les syndicats, dans le cadre de négociations,

peuvent obtenir des choses s’ils n’investissent pas le terrain social et s’ils ne se mobilisent pas », a-t-il précisé,

appelant les salariés à une « irruption sur le terrain social« .

Thierry Lepaon s’exprimait à la veille d’une rencontre entre le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et les syndicats

pour préparer la prochaine conférence sociale des 20 et 21 juin. Le numéro un de la CGT a demandé une réforme

« structurelle » du financement des retraites qui passe, selon lui, par l’augmentation des salaires,

ainsi que par l’emploi et la croissance. Refusant une nouvelle adaptation du système actuel, il a prévenu

que la CGT n’accepterait ni un allongement de la durée des cotisations ni une baisse du montant des pensions.

Faute de quoi, le syndicat appellerait à des manifestations.

« Si on allait vers un salaire minimum à 1 700 euros, on n’aurait pas de problème de retraite« , a-t-il dit.

« L’autre curseur, c’est l’emploi et donc la croissance », a-t-il estimé. Selon lui, « si on augmente les salaires

et si on augmente le nombre de salariés au travail, on n’a pas de problème de retraite ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, CGT, ECONOMIE, France, Politique nationale, Privatisation, RETRAITES, Salaires, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy