Historique ! L’Espagne devance l’Estonie ! Troïka trouduc !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2014

 

Historique ! L’Espagne devance l’Estonie ! Troïka trouduc !

 

espagne3

  Les chroniques de Jean Ortiz.

 

  Au classement européen des pays les plus inégalitaires,

  l’Espagne n’est battue que par l’Estonie. Adieu Real, Barça,

  Ronaldo, Iniesta…

 

Accoudés à la « barra » du vétéran bar moderniste Iruña, Place del Castillo, ou au Mesón de la Navarrería, plus à gauche, les jeunes « abertzales » (nationalistes basques) s’étripent amicalement.

« La Navarre fait partie du Pays-basque (Euskal Herrria) »; « c’est Rajoy qui ne veut pas la paix ». Ils critiquent « l’immobilisme » de Madrid. Les « plus âgés » se taisent, un verre de « tempranillo » à la main. Toutes les formations politiques navarraises ont demandé à l’ETA de se « dissoudre d’urgence ».
Les jeunes, étudiants -et ils insistent: « de l’université publique »- commentent ce drôle de classement européen; « les 20 Espagnols les plus riches possèdent une fortune équivalente aux revenus des 20% les plus pauvres ». Le classement de l’institut « Intermon Oxfam » préoccupe, mais il n’efface pas complètement « la Liga ». Ici « on est de « L’Altlético de Bilbao ». Pas de messie pour le budget, mais on se maintient.

Les grandes entreprises ne payent quasiment pas d’impôts enrage (« se encabrona ») Pedro. 85% des entreprises de l’IBEX (le CAC 40 espagnol) ont des filiales dans les paradis fiscaux. L’enquête ne dit pas si le Palais royal en est un…
Pour ces jeunes, la question sociale: « d’accord oui », « mais nous voulons surtout le droit de décider ». Au Pays-basque comme en Catalogne les tensions  centrifuges s’accentuent, fruit pourri de la crise économique et sociale, de l’effondrement de tout le « modèle de la transition négociée », de l’épuisement de la Constitution, du discrédit et de l’illégitimité de la monarchie, du « centralisme castillan » du bipartisme PP-PSOE, du verrouillage PP-PSOE, de la rupture incomplète avec le franquisme.

A Pampelune, l’opus DEI possède une florissante université. Et elle est fière de son fleuron. « L’OPUS DEI est partout » peste Paco. A Madrid, l’infante Cristina Federica Victoria Antonia de la Santísima Trinidad de Borbón y Grecia rame pour tenter d’échapper à une condamnation judiciaire pour corruption… « Nous ne sommes pas loin du vieux conflit seigneurs/plébéiens ». Les communistes du PC de Euzkadi sont ouverts à toutes les problématiques, mais « n’accepteront jamais que l’on oppose ouvriers madrilènes et ouvriers basques ».

L’Espagne se tiermondise

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

Infante d’Espagne. La monarchie était au-dessus de tout soupçon

La monarchie espagnole se déhanche de plus en plus

Marée humaine au Pays-basque espagnol

Publié dans Espagne, EUROPE, Liberalisme, Troika | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Humanité : 43 milliards escamotés

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2014

 

43 milliards escamotés, l’éditorial de Patrick Apel-Muller

 

huma2301

 

«Mesdames et Messieurs, pour que l’illusion soit complète,

fermez les yeux. » Le numéro de prestidigitateur à l’œuvre

dans le pacte de responsabilité réclame beaucoup de

complaisance de la part du public.

Mieux vaut être crédule et prendre pour argent comptant

les fables sur le « coût du travail ».

Il faut accepter d’imaginer des abysses budgétaires imaginaires,

des salariés si bien payés que les capitalistes en sont sur la paille,

des services publics tentaculaires et des profits en berne.

 

Ou alors, cacher aux regards curieux le fond du haut-de-forme, celui où se blottissent les retraites chapeaux,

les dividendes avantageux, les rémunérations hypertrophiées. Tenez, les entreprises du CAC 40 ont versé

43 milliards aux actionnaires l’an dernier, soit 4 % de plus qu’en 2012. La croissance des dividendes devrait

même encore s’accentuer pour les versements en 2014. Mais le « top », le « hype », le fond du fin pour parler

français, c’est le rachat d’actions, un système très pratique pour ponctionner les trésoreries des sociétés.

En vedette : Total, Sanofi, GDF Suez, EDF et Airbus. Ces entreprises licencient ? Rien d’étonnant. C’est aussi

une technique pour améliorer les profits. Il en est une autre, très lucrative, à entendre les ronronnements du Medef,

c’est de circonvenir le chef de l’État. Rapport au bas mot de 30 milliards d’euros d’exemption de cotisations sociales.

On comprend pourquoi la Bourse de Paris a retrouvé ses niveaux record. Les Échos, qui savent traduire les désirs

des investisseurs, soulignent le succès des fonds de gestion basés sur les dividendes. Ils s’arrachent au point

de drainer les plus grosses souscriptions du marché. Parier sur la hausse du coût du capital serait donc

une stratégie sûre dans la France de François Hollande.

« Même pas peur. » Alors que quelques porte-parole gouvernementaux se relaient pour affirmer

que le patronat devra des contreparties aux cadeaux qui lui sont faits, Pierre Gattaz reste bonhomme. Il s’était fait élire

sur un programme de combat et, voilà qu’avant même de s’être mis sur le pied de guerre, le président de la République

lui apporte, la corde au cou, les clés du trésor.

[Lire la suite]

Publié dans ECONOMIE, F. Hollande, France, l'Humanité, Liberalisme, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Le nouveau CPPT (contrat de présence postale territoriale) : Un véritable tour de passe-passe… aux dépens des usagers, des salariés, des collectivités

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2014

 

SERVICE PUBLIC

Pour avoir La Poste, il faudra passer au guichet

 

laposte_2

  Cette semaine dans la Terre :

  La Poste, l’entreprise délaisse les territoires ruraux.

  Le contrat de présence postale territoriale assigne

  à La Poste des objectifs non financés, dont la charge

  va reposer une fois de plus sur les usagers,

les collectivités et les personnels.

Dormez, bonnes gens, tout est tranquille ! L’État, La Poste et l’Association des maires de France (AMF) ont signé

le 16 janvier le contrat de présence postale territoriale (CPPT) 2014-2016. Censé garantir l’accès de tous les citoyens

de la République à un service public postal de qualité en quelque point du territoire que ce soit, ce texte s’inscrit,

nous dit-on « dans la continuité des précédents ». On ne sait s’il s’agit de nous rassurer, tant les moutures qui ont

précédé celle-ci n’ont guère empêché la dégradation du service public, la réduction des horaires d’ouverture,

la fermeture de nombreux bureaux de poste ou leur transformation en agences postales communales (APC)

ou relais-poste, l’allongement des temps de distribution du courrier, l’augmentation du prix du timbre, la fermeture

de centres de distribution et de centres de tri…

Six départements hors-la-loi

En réalité, citoyens et salariés n’ont pas intérêt à se laisser endormir par la berceuse des gardiens des dogmes

de la concurrence et de la réduction des dépenses publiques. Car derrière des objectifs en apparence louables

et un discours rassurant, cette nouvelle mouture du CPPT a pour seule ambition d’accompagner et d’habiller

l’aggravation de la politique de dégradation du service postal et de recul du service public. Quitte à travestir

et la réalité, et les intentions de ses promoteurs. Quitte aussi à bafouer la loi. Comme le réaffirme le préambule

du CPPT, celui-ci s’inscrit dans le cadre de la loi qui depuis 1995 énonce des règles d’accessibilité précises :

jamais plus de 10 % de la population d’un département à plus de 5 km ou 20 minutes en voiture

d’un « point de contact » avec la poste. Des règles déjà discutables : quand on fait partie des 10 % en question,

et/ou qu’on ne peut pas ou plus se déplacer en voiture, comment fait-on ? Mais surtout, la CGT l’affirme :

dans six départements de la France métropolitaine (l’Eure, le Gers, le Lot, la Lozère, la Haute-Marne et la Meuse),

ces règles d’accessibilité ne sont plus respectées. Et six autres départements – l’Aube, le Cantal, la Creuse,

la Manche, la Haute-Saône et les Deux-Sèvres – sont à la limite. Autrement dit, avant même d’être signé, le CPPT

est pris en défaut.

[Lire la suite sur humanite.fr]

LaTerre

Le dossier complet à retrouver dans la Terre en version numérique

 

 

 

Publié dans France, La Poste, La Terre, Liberalisme, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

« La façon la plus simple de désobéir à la finance, c’est de refuser de payer les dettes »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2014

 

CAPITALISME

David Graeber : « La façon la plus simple de désobéir à la finance,

                              c’est de refuser de payer les dettes »

 

audit-dette

  par Agnès Rousseaux

 

  La dette ? Une construction sociale, fondatrice d’un pouvoir

  arbitraire, estime David Graeber, anthropologue et économiste

  états-unien, considéré par le New York Times comme l’un

  des intellectuels les plus influents actuellement.

 

Les pays pauvres et les personnes endettées sont aujourd’hui enchainés aux systèmes de crédit. Piégés dans des relations basées sur la violence, les inégalités et justifiées par la morale, décrit l’auteur, dans un ouvrage qui retrace 5000 ans d’histoire de la dette. « Rembourser ses dettes » est devenu un dogme, impossible à contester. Et si, malgré tout, on décidait d’effacer l’ardoise ? Avec le mouvement Occupy Wall Street, David Graeber lance des actions de désobéissance civile pour démontrer l’absurdité du système capitaliste actuel. Entretien.

Basta ! : A quel moment dans l’histoire le crédit est-il apparu ? Qu’est-ce qu’une dette ?

David Graeber [1] : La dette est une promesse, qui a été pervertie par les mathématiques et la violence. On nous a raconté une histoire : « Il était une fois des gens qui utilisaient le troc. Voyant que cela ne marchait pas très bien, ils ont créé la monnaie. Et l’argent nous a amené le crédit. » Du troc au crédit, une sorte de ligne droite nous amènerait donc à la situation actuelle. Si on regarde plus attentivement l’histoire, cela s’est passé bien différemment ! Le crédit a d’abord été créé. La monnaie physique est apparue quelques milliers d’années plus tard. Cela permet de poser les questions différemment : comment sommes-nous passés d’un système où les gens disaient « je vous dois une vache », à un système où l’on peut mesurer la valeur exacte d’une dette ? Ou l’on peut assurer, formule mathématique à l’appui, que « 340 poulets sont équivalents à cinq vaches » ? Comment une promesse, une obligation de remboursement, est devenue une « dette » ? Comment l’idée que nous devons une faveur a-t-elle été quantifiée ?

En quoi quantifier une dette est-elle un problème ?

[Lire la suite sur Basta !]

Notes

[1] Docteur en anthropologie, économiste, ancien professeur à l’Université de Yale, David Graeber est actuellement professeur à la London School of Economics. Il est selon le New York Times l’un des intellectuels les plus influents actuellement. Et est l’un des initiateurs du mouvement Occupy Wall Street.

Creative Commons License

Publié dans ECONOMIE, Finance, Liberalisme | Pas de Commentaire »

Vœux aux « acteurs économiques » : Tout pour l’entreprise, quelques miettes aux ménages…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 janvier 2014

 

IMPÔTS :

        Hollande promet beaucoup aux entreprises,

        « un petit geste » aux ménages

 

Capturehollande-medefcapture d’écran

 

Tout pour l’entreprise,

pas grand chose pour les ménages.

Lors de ses vœux aux « acteurs économiques »,

le président de la République a promis ce mardi

une baisse des prélèvements obligatoires

sur les entreprises dès 2015 et « vraisemblablement

un petit geste pour les ménages ».

 

 

Le chef de l’État poursuit sa cour aux organisations patronales.

Lors de ses vœux aux forces économiques ce mardi, il a confirmé son pacte de responsabilité si favorables

aux entreprises, en y ajoutant d’autres cadeaux comme une prochaine baisse de fiscalité ainsi que le maintien

de toutes les niches fiscales « favorisant l’investissement ».

« Essayer de se mettre en capacité »

Pour François Hollande, une trajectoire « sera fixée pour l’évolution des prélèvements, aussi bien pour les entreprises

que pour les ménages, jusqu’en 2017, avec la perspective d’une harmonisation avec nos plus grands voisins

européens à l’horizon 2020″. Une « première étape » serait effective « dès 2015″. Cette baisse des prélèvements

sur les entreprises pourra se traduire par des réductions de cotisations ou de fiscalité.

Pour les ménages, en revanche, « on va essayer de se mettre en capacité dès 2015 de pouvoir avoir une première

baisse d’impôts », a précisé l’Élysée mardi. Prendre plus de pincettes sur le sujet relève de la gageure !

Seule promesse faite aux ménages : la baisse des cotisations sociales et patronales liées au pacte de responsabilité 

ne sera pas financée par un transfert de charges vers les ménages. Mais les ménages en paieront tout de même

le prix, via la réduction de 50 milliards dans les dépenses publiques.

Niches fiscales

La présidence est moins prudente concernant ses vœux aux entreprises. Déplorant la trop grande instabilité

de la fiscalité des entreprises, François Hollande a promis que « seront maintenues jusqu’à la fin du quinquennat

toutes les mesures qui incitent à l’investissement : le crédit d’impôt-recherche -désormais étendu à l’innovation-,

le régime fiscal des plus-values mobilières, le renforcement du statut de la jeune entreprise innovante, statut arraché

par le mouvement des Pigeons, et la fiscalité de l’épargne aussi bien pour l’assurance vie que pour le Plan Épargne

en Actions ».

 

[Lire la suite sur humanite.fr]

La vidéo des voeux

Libéralisme : François Hollande tombe le masque

 

Publié dans F. Hollande, France, Liberalisme, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Pacte de responsabilité : Hors de question «de soutenir le consensus à l’œuvre entre l’exécutif socialiste, le Medef et la droite»

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 janvier 2014

 

GOUVERNEMENT

          Pacte de responsabilité :

          le Front de gauche ne votera pas la confiance

 

chassaigne   André Chassaigne à l’Assemblée

 

  Alors que le gouvernement posera la question

  de confiance à l’Assemblée pour entériner

  son pacte de responsabilité, les députés   

  PCF-Front de gauche affirment leur désaccord.

 

 

Pour le député PCF-Front de gauche et président du groupe de la Gauche démocrate et républicaine (GDR)

à l’Assemblée, André Chassaigne, il est hors de question «de soutenir le consensus à l’œuvre entre

l’exécutif socialiste, le Medef et la droite» dont témoignent les orientations politiques développées

par le président de la République lors de sa conférence de presse, la semaine dernière. Et si la question

de confiance est posée devant l’Assemblée par le gouvernement pour valider, entre autres,

son «pacte de responsabilité», le responsable du groupe GDR «proposera aux députés du Front de gauche

de ne pas voter la confiance», avant de préciser : «Le groupe étant souverain dans le choix qu’il fera.»

Jean-Luc 
Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, avait laissé entendre un peu vite, dimanche, sur France 3

Île-de-France, que la décision d’un vote contre était déjà prise.

Cadeau de 30 milliards d’euros

Au lendemain même de la conférence de presse présidentielle, les députés Front de gauche avaient,

dans un communiqué puis dans une question au gouvernement, dénoncé «un programme d’accélération

des réformes libérales».

Pour le groupe GDR, «il est illusoire de croire» que le nouveau cadeau de 30 milliards d’euros au patronat et

aux actionnaires permettra «de créer des emplois tant nos entreprises sont, durablement, sous le joug de la finance»

que, pourtant, François Hollande avait «justement désignée comme l’ennemi lors de la campagne présidentielle».

Le groupe met aussi l’accent sur la baisse annoncée, d’ici à 2017, de 50 milliards d’euros de la dépense publique,

surtout « quand on sait qu’un quart du pouvoir d’achat des ménages résulte de la prise en charge publique

des frais de santé, d’éducation, de logement, de transport ». Et de conclure :

«Le gouvernement s’inscrit dans les pas de ses prédécesseurs, reproduisant les mêmes erreurs

qui perpétuent la situation de crise.»

Cette question du positionnement sur le vote de confiance et son contenu, l’accélération d’une politique libérale,

est aussi posée 
aux députés écologistes et à ceux de l’aile gauche du PS. Sortiront-ils de leurs seules critiques

verbales ?

Jusqu’où les écologistes feront-ils le dos rond ?  

Sur le pacte de responsabilité, les écologistes, qui sont souvent très critiques de la politique suivie

par le gouvernement, attendent de voir. Ainsi, le président du groupe d’Europe Écologie-les Verts au Sénat,

Jean-Vincent Placé, déclare que « le pacte de responsabilité n’est pas (leur) orientation naturelle mais ce n’est pas

non plus infamant ni choquant », avant d’ajouter : « On a des remarques, des critiques, il faut avancer dans le souci

du rassemblement. » En clair, une attitude d’accompagnement d’une politique 
qui, sur le fond, marque

une dérive libérale.

Max Staat - L’Humanité

 

Publié dans Assemblee nationale, Austerite, France, Front de Gauche, Liberalisme, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

1% des plus riches détiennent près de la moitié des richesses mondiales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2014

 

INÉGALITÉS :

     1% des plus riches détiennent près de la moitié

     des richesses mondiales

 

Captureaugmentationrevenusdes+richescapture d’écran (clic pour agrandir)

Les inégalités économiques se sont

amplifiés rapidement dans la plupart

des pays depuis le début de la crise,

a dénoncé ce lundi l’ONG Oxfam

dans un rapport publié à la veille

de l’ouverture du Forum économique

mondial de Davos, le rendez-vous

planétaire des capitalistes.

 

 

Ainsi, près de la moitié des richesses mondiales (46%) sont aujourd’hui détenues par 1% de la population,

selon le rapport de l’ONG Oxfam intitulé En finir avec les inégalités extrêmes (à consulter ci-dessous), qui rappelle

que les 85 personnes les plus riches possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population.

La richesse de ces 1% s’élève à 110 trillions de dollars soit 65 fois la richesse totale de la moitié la moins

riche de la population mondiale… Ces 1% les plus riches ont augmenté leur part de revenu dans 24 des 26 pays

pour lesquels des données sont disponibles entre 1980 et 2012.

Ce sont près de sept personnes sur dix qui vivent dans un pays où l’inégalité économique a augmenté au cours

des 30 dernières années, rapporte Oxfam. « Même si la crise a momentanément entamé la part des richesses

mondiales détenues par les plus riches, ces derniers se sont depuis largement rattrapés », indique le rapport.

Avec pour conséquence, poursuit l’ONG, que « les États serviront les intérêts des plus riches, tandis que

les inégalités politiques et économiques continueront de se creuser« .

La déréglementation financière, l’évasion fiscale en cause

Ainsi, les 1% les plus riches en Chine, au Portugal et aux États-Unis ont plus que doublé leur part de revenus national

depuis 1980. Même dans les pays réputés plus égalitaires comme la Suède et la Norvège, la part de revenus allant

aux 1% les plus riches a augmenté de plus de 50%. Pour Oxfam, le creusement de ces inégalités est en grande

partie dû à la déréglementation financière, aux systèmes fiscaux biaisés et aux règles facilitant l’évasion fiscale.

L’organisation dénonce également les mesures d’austérité, les politiques défavorables aux femmes et la confiscation

des recettes issues du pétrole et de l’extraction minière. « La situation ne cesse d’empirer. Nous prévoyons

entre 15 à 25 millions de pauvres en 2025 ». », affirme l’ONG. Une des solutions proposées par Oxfam :

« Augmenter les salaires afin de vivre correctement ». « Cette proposition est liée à notre position

contre les mesures d’austérité. C’est sur ce domaine, que les États devraient plutôt agir  », explique

Leila Bodeux, chargée de plaidoyer pour les services sociaux de base à Oxfam Belgique sur le site du quotidien

belge, Le Soir.

« L’égalité des chances ne sera plus qu’un mirage »

L’ONG fait par ailleurs le lien entre les inégalités économiques extrêmes et la confiscation du pouvoir politique

par une riche élite, qui gouverne dès lors pour servir ses intérêts propres. « Sans une véritable action pour

réduire ces inégalités, les privilèges et les désavantages se transmettront de génération en génération,

comme sous l’Ancien régime. Nous vivrons alors dans un monde où l’égalité des chances ne sera

plus qu’un mirage« , conclut-t-elle.

Source : humanite.fr

Lire aussi :

 

Captureinégalitéscapture d’écran

 

Cliquez sur l’image pour lire le rapport

« En finir avec les inégalités extrêmes »

Publié dans ECONOMIE, Liberalisme, Monde | Pas de Commentaire »

Pour le Medef, c’est Noël tous les jours

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2014

 

Pour le Medef, c’est Noël tous les jours

 

xmas

  Par Guillaume Liégard| 15 janvier 2014

  Les annonces de François Hollande exaucent

  les vœux du patronat, qui se retient à peine

  de crier sa joie, et emballent dans ces cadeaux

  une « politique de l’offre » qui a pourtant fait

  la preuve de sa totale inadéquation à la situation

économique.

Qui a parlé de déprime des Français, quand la magie de Noël a encore produit tous ces effets enchanteurs ? Les petits yeux illuminés de bonheur de Pierre Gattaz, après la conférence de presse de François Hollande, sont là pour en attester. Bien sûr, comme tout enfant trop gâté, il ne sera jamais complètement rassasié et il continuera à réclamer toujours plus, toujours plus vite. Mais les déclarations du président de la République exaucent presque intégralement la longue liste au père Noël que le Medef avait adressée au gouvernement au mois de novembre sous l’appellation « pacte de confiance ». Le paquet cadeau a certes changé puisque la dénomination retenue est celle de « pacte de responsabilité » mais le contenu, lui, est une copie conforme.

« Accélération »… de la politique libérale

Le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (ou CICE) avait été le cadeau phare de l’année dernière. En 2013, celui-ci a été équivalent à 4% de la masse salariale de l’entreprise hors salaires supérieurs à 2,5 fois le smic. En 2014, le taux est porté à 6%. Le gouvernement, lui même, a évalué à 13 milliards d’euros le coût du crédit d’impôt pour 2013 et à 20 milliards pour 2014. Et pour être bien sûr que cet allègement de charges soit sans contrepartie, le gouvernement avait annoncé, par anticipation, que l’utilisation du CICE ne serait pas contrôlé par l’administration fiscale.

Les annonces faites par François Hollande, mardi 14 janvier, indiquent une seule « accélération », celle de la politique libérale.

[Lire la suite sur regards.fr]

 

Publié dans F. Hollande, France, Liberalisme, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Entente Hollande Medef contre les familles

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2014

 

Ce jeudi dans l’Humanité :

          Hollande fissure l’édifice de la Sécu

 

huma1601

Avec son nouveau cadeau de 30 milliards d’euros

aux patrons, le président de la République annonce

la « fin » des cotisations sociales famille.

Une manière d’enterrer le modèle social issu

du Conseil national de la Résistance.

Extrait :

En octobre 2007, ­Denis Kessler, ex-bras droit d’Ernest-Antoine

Seillière à la tête du Medef, revenu en grâce dans les cénacles

patronaux depuis l’intronisation de Pierre Gattaz, avait salué

les premières contre-réformes de Nicolas Sarkozy

dans une tribune restée célèbre. « Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire

méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance », avait-il encouragé.

L’histoire retiendra peut-être que, quelques années plus tard, c’est un président « social-démocrate »

– comme il le revendique au moment même où il reste nu avec le libéralisme pour dernier oripeau –

qui parachève ce travail de sape du modèle social français.

[Lire la suite]

Sommaire

L’Humanité en version numérique

 

Lire aussi :

 

Publié dans F. Hollande, Finance, France, Liberalisme, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

1...3334353637
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy