« Les Mains en l’air », un film de Romain Goupil

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 mai 2010

 

bandeau dans Sans Papiers - Immigration
lalerte2 dans Solidarite

DÉCOUVREZ ET FAITES DÉCOUVRIR LES PRINCIPAUX ARTICLES PARUS AUJOURD’ HUI DANS MEDIAPART.FR

Invitation à une avant-première du film de Romain Goupil

Par La rédaction de Mediapart

Une projection en avant-première du prochain film de Romain Goupil, les Mains en l’air, sera organisée le mardi 25 mai à Paris au profit des travailleurs sans papiers en grève. La séance, à laquelle s’associe Mediapart, aura lieu à 19h30 au cinéma Le Max Linder, 24 bd Poissonnière, dans IXe arrondissement.

L’entrée sera libre et le Collectif des cinéastes pour les sans-papiers qui organise cette soirée mettra une boîte à l’entrée de la salle pour y recueillir les dons qui seront intégralement reversés aux 6.000 grévistes.

 

***************************************

+ d’infos sur le film sur :

http://www.filmsactu.com/critique-cinema-les-mains-en-l-air-10117.htm

http://www.filmsdulosange.fr/fr/fr_main_en_lair.html

 

Les Mains en l'air

http://www.dailymotion.com/video/xcrt00

Publié dans Cinema, Sans Papiers - Immigration, Solidarite | Pas de Commentaire »

Les nostalgiques de la colonisation font campagne contre le film « Hors-la-loi » de Rachid Bouchareb

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 mai 2010

Publié par : http://www.ldh-toulon.net/ – 5 mai 2010

Les nostalgiques de la colonisation font campagne contre le  film

 

“Hors-la-loi” :

le retour des guerres de mémoires

 

A la suite de la polémique qui s’est développée en France après l’annonce de la prochaine présentation au Festival de Cannes du film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb, une douzaine de personnalités, historiens et créateurs, rappellent que « Le pire est à craindre quand le pouvoir politique veut écrire l’histoire ».

[Lire le texte]

 

Jamel Debbouze, Sami Bouajila et Roschdy Zem.

Jamel Debbouze, Sami Bouajila et Roschdy Zem.

 

Le film s’ouvre sur les massacres de Sétif, Gulema et Kherrata le 8 mai 1945, et dont nombre d’historiens pensent qu’ils sont à l’origine du déclenchement de la guerre d’indépendance neuf ans plus tard. Il raconte les parcours de trois frères, témoins de ces douloureux évènements et qui partent ensuite pour la France où ils se trouveront pris dans la tourmente de la guerre d’Algérie.

(Source : http://www.afrik.com/)

 

 

 

A lire également sur : ldh-toulon.net
rubon17-0a59f dans Cinema

 

lettre ouverte à Hubert Falco : « l’autre 8 mai »

publiée le 7 mai 2010

La section de Toulon de la Ligue des droits de l’Homme s’est adressée le 27 avril 2010 à Hubert Falco, maire de Toulon et secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens combattants pour rappeler que le jour anniversaire de la victoire sur le nazisme est également celui de la répression sanglante à Sétif d’une manifestation de nationalistes algériens.

[Lire la lettre]

Plusieurs associations sont cosignataires de cette lettre :

  • Association des anciens appelés en Algérie contre la guerre [1]
  • Association nationale des pieds-noirs progressistes et leurs amis [2]
  • Varois pour la paix et la justice en Méditerranée (VPJM)
  • Espace Franco-algérien PACA
  • Réseau France Orient Culture

Publié dans Censure, Cinema, HISTOIRE, LIBERTES, UMP | Pas de Commentaire »

« Les oubliés de la mémoire »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 mars 2010

Entretien réalisé par Jean Roy

«  Il est nécessaire de parler et d’affronter son histoire  »

Tout le monde ne connaît pas l’existence des 
« triangles roses » déportés 
en raison de leur homosexualité. L’arbre et la forêt, le nouveau fim de Olivier Ducastel et Jacques Martineau.

Depuis leur premier film, Jeanne et le Garçon formidable, en compétition à Berlin en 1998 et deux fois nommé aux césars la même année, nous voulions rencontrer Olivier Ducastel et Jacques Martineau. Suivront Drôle de Félix (au Panorama à Berlin en 2000), Ma vraie vie à Rouen (en compétition à Locarno en 2002), Crustacés et Coquillages (au Panorama à Berlin en 2005), Nés en 1968 dans sa double version cinéma et télévision, et, désormais, l’Arbre et la Forêt (au Panorama à Berlin il y a dix jours).

odjm dans Culture L’entretien a enfin lieu, chez eux, une vue imprenable sur tout Paris et un voisin qui manie la perceuse comme d’autres jouent de l’épinette.

- Qu’est-ce qui vous a amenés 
à réaliser ce film  ?

OD-JM. J’avais (commence Jacques) lu et fais lire à Olivier le livre écrit en 1994 par Pierre Seel, Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel (chez Calmann-Lévy), témoignage qui a contribué à briser le silence sur cet aspect de la déportation. Il y avait un beau sujet mais il fallait savoir quoi en faire. C’était aussi l’occasion de quitter l’esprit de comédie de certains de nos films précédents pour aller vers une forme plus posée et plus construite. L’actualité est passée par là avec, en 2001, le discours de Jospin, alors premier ministre, reconnaissant qu’il y avait eu de la déportation homosexuelle, qui, je dois dire, nous est un peu passé au-dessus de la tête, puis, en 2005, la reprise de cette déclaration par Jacques Chirac, président de la République, à l’occasion de la Journée nationale du souvenir, puis lors de l’inauguration du Centre européen du résistant déporté au Struthof, qui n’a pas bouleversé la donne mais a quand même fait bouger quelque chose. D’où la nécessité de parler et d’affronter son histoire. Est arrivée au même moment la fiction diffusée par France 2, l’Amour à taire, de Christian Faure 

[Lire la suite]

Plaque à la mémoire des victimes homosexuelles du nazisme, apposée dans le camp de concentration de Neuengamme.

plaque_neuengamme dans HISTOIRE

Dans les camps nazis, les déportés homosexuels doivent porter un triangle rose, pointe tournée vers le bas, qui les identifie comme tels. La hiérarchie concentrationnaire les place au plus bas de l’échelle sociale des camps, ce qui ne leur permet guère d’entretenir des relations d’entraide avec les autres déportés et d’améliorer ainsi leurs chances de survie. Victimes expiatoires toutes désignées puisque déjà mises au ban de la société non carcérale, les homosexuels sont, à l’instar des Tziganes, astreints aux travaux les plus durs et les plus dégradants. De fait, statistiquement, le taux de mortalité de ces déportés figure parmi les plus élevés des camps.

 

(Source : http://triangles-roses.blogspot.com/)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Cinema, Culture, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

1...34567
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy