Jeudi : Pif de retour dans les kiosques !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 juin 2015

 

J-2 avant le retour de Pif dans les kiosques !

 

CapturePif

 

 

  Le 25 juin, retrouvez Pif, Hercule

  et leur drôle de bande

  dans un hors-série exceptionnel.

Publié dans BD | Pas de Commentaire »

Lettre ouverte des auteurs de BD à Aurélie Filippetti

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juin 2014

 

CaptureBD-retaites

 

 BD : 748 auteurs et scénaristes ont adressé une lettre ouverte

 à la Ministre de la Culture dans laquelle ils dénoncent

une réforme injuste pour leur retraite.

Lisez leur lettre illustrée par des dessins de James, Duhamel

et Maëster sur bdzoom.com

Publié dans Austerite, BD, ECONOMIE, France, RETRAITES, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Boule et Bill répondent à Marine le Pen

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 mars 2014

 

Boule & Bill répondent à Marine le Pen

bouleetbill1

« United Colors of Boule & Bill », c’est le titre de ce dessin extrait d’un album de Boule & Bill

que les éditions Dargaud ont posté sur Twitter parce qu’ils n’ont pas apprécié que la présidente du FN

se serve de ses héros de bande dessinée pour alimenter ses critiques contre la dernière chanson

de Yannick Noah, Ma colère, qui s’en prend ouvertement à son parti.

« Philippe Ostermann, le directeur général délégué de Dargaud, a décidé de réagir, après réflexion en interne.

On n’aime pas l’idée d’être associés à des propos politiques en général. Boule et Bill est basé sur des valeurs

d’amour, de fraternité et d’amitié entre un petit garçon et son chien. On avait envie de réagir, en étant sobre

et sans polémique avec ce joli dessin contre le racisme et pour la diversité », a expliqué  Delphine Bonardi,

chef de projet internet des éditions Dargaud, responsable du compte Twitter.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Yannick Noah – Ma colère

Image de prévisualisation YouTube

voir sur youtube

 

Publié dans BD, Culture, F-Haine, France, Musiqe, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

La création de la richesse dans le système de production capitaliste (BD)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2014

 

A voir sur http://comite.de.prives.d-emploi.et.precaires.cgt.ales.over-blog.fr

production richesse

 

Publié dans BD, CGT, Syndicats | Pas de Commentaire »

EG181, de Libres échanges aux Rencontres internationales du dessin de presse

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 décembre 2012

 

EG181, de Libres échanges aux Rencontres internationales du dessin de presse dans BD eg181_m

Nous ne sommes pas peu fiers d’apprendre que EG181, alias Stéphane Paris,

dessinateur dans l’Humanité pour Libres échanges, participera en 2013

au Ridep (Rencontres internationales du dessin de presse) à Carquefou,

en Loire-Atlantique, au nord-est de Nantes, avec d’autres dessinateurs

d’autres pays (Canada, Grèce, Chine, Suisse, Mexique, Espagne, Inde,

Maroc, Argentine, etc.)

Pour fêter ça, Clément Jany, quatorze ans, collégien à Louvres (95), lui aussi

participant de Libres échanges, a pris la plume dans l’Humanité de ce jeudi,

pour croquer son collègue dessinateur. Nous reprenons son texte.

 

Un sacré numéro ce EG181

humour7 Libres échanges dans Dessin de presse

On aime particulièrement le dessin d’EG181 où l’on voit

le serpent du Livre de la jungle tenant un marteau

avec marqué « austérité » ou alors ­celui où l’on voit

un actionnaire face à un groupe de personnes le poing levé.

 

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

eg1810 dans l'Humanité

A consulter :

   Le blog de EG181


 

Publié dans BD, Dessin de presse, l'Humanité | Pas de Commentaire »

« Personne n’a jugé utile de s’intéresser aux Rroms, ils sont devenus des fantômes »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 août 2012

 

Alain Keler  :

« Personne n’a jugé utile de s’intéresser aux roms,

ils sont devenus des fantômes »

 

Des pays d’Europe de l’Est dont ils sont originaires aux bidonvilles

de France, Alain Keler parcourt le continent pour photographier

les Roms, « minorité des minorités ».

Depuis des années, le photographe reporter Alain Keler se rend en Europe de

l’Est à la rencontre des minorités ethniques et en particulier des Roms.

Une partie de ses reportages a été publiée dans la revue XXI sous forme

de bande dessinée avec Emmanuel Guibert (le photographe), avant de sortir 
en livre (1) l’an dernier.

Vous avez réalisé de nombreux reportages auprès des Roms dans les villages d’Europe de l’Est.

Pourquoi partent-ils ?

Alain Keler. Pour schématiser, il s’est passé la même chose dans tous les pays de l’Est : pendant le régime communiste,

les Roms étaient obligés de travailler. À la chute du bloc de l’Est, des tas d’usines pas rentables ont fermé. Les premiers

licenciés ont été les Roms, parce qu’ils n’avaient pas fait d’études et, surtout, parce qu’ils étaient roms… Avec la montée

du chômage, ils n’ont jamais pu se faire réembaucher. Ils ont été mis à l’écart d’une société qui devenait de plus en plus

compétitive. Sans doute, eux, se sont isolés aussi. Au début des années 1990, on a vu apparaître des pogroms contre

des villages roms. Ça a été d’autant plus dur qu’il n’y avait aucune politique gouvernementale pour les aider. Notamment

pour la scolarisation. En Slovaquie, les enfants roms sont jugés trop turbulents et mis dans des écoles spéciales pour

handicapés mentaux. C’est terrible, on leur supprime dès le plus jeune âge toutes les chances de s’intégrer 
dans la société.

 En ex-Yougoslavie, la situation était un peu différente, non ?

Alain Keler. Au Kosovo, quand les Serbes ont quitté le pays fin 1999, la première chose qu’ont faite les Albanais a été de

brûler les maisons des Roms qu’ils accusaient d’avoir collaboré avec les Serbes. Beaucoup sont partis, notamment en Serbie

parce qu’ils parlaient la langue. Ils sont devenus des fantômes : sans papiers d’identité, ils vivaient dans des forêts près de

Belgrade et travaillaient en récupérant du métal. Personne n’a jamais jugé utile de s’intéresser à eux et ça a duré comme ça

une vingtaine d’années dans tous ces pays. Pendant que les gens goûtent aux plaisirs de la société ultralibérale, eux sont mis

complètement à l’écart. En Roumanie, ils vivent dans des petits villages, loin de tout et très pauvres. Quelques-uns arrivent

à s’en sortir, heureusement.

Comment réagissez-vous aux évacuations de campements menées en France ces dernières semaines ?

Alain Keler. Mal. J’ai été très surpris. Le discours est moins violent, mais on se retrouve dans le même cas de figure que

sous Hortefeux et Guéant. Je pensais que le gouvernement aurait la sagesse d’organiser des rencontres entre associations

et ministères pour essayer de trouver des solutions. Les Roms vivent dans des conditions épouvantables ; au niveau sanitaire,

c’est terrible, il y a des rats, des épidémies. Je pensais qu’il y aurait une vraie réflexion pour supprimer les bidonvilles,

pour que les familles soient mieux traitées et puissent se stabiliser.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

(1)

alain_couv-200x300 Alain Keler dans EUROPEVerso_122165-196x300 expulsions dans Photographie

 

sur fr.calameo.com/Feuilleter Les nouvelles d’Alain

- Des Nouvelles d’Alain sur le blog de XXI.
*

- Le site internet du photographe Alain Keler.


 

Publié dans BD, EUROPE, Photographie, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaire »

Les planches à (se) repasser

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 février 2012

Les planches à (se) repasser  dans BD header-1-300x45

 

  • « Marine d’Arc et le bon peuple » Chantal Montellier

plcm_a3_150dpi-pdf-image-212x300 Chantal Montellier dans F-Haine

 

plcm_a3_150dpi.pdf

 

Parmi les nombreuses initiatives déjà lancées par le Front de gauche,

en voici une nouvelle qui ne manque pas d’originalité et d’intérêt.

Mis en place par le PCF, la plateforme laplanche.pcf.fr propose

aux dessinateurs désireux de s’exprimer de le faire.

Pour cette seconde planche, c’est l’illustratrice Chantal Montellier

qui s’est prêté au jeu.

 

 

  • « Le bout de la logique »  Lardon

planche-a3-150dpi-pdf-image-212x300 Dessinateur dans PCF

 

 

planche-a3-150dpi.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans BD, F-Haine, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

« Dans l’ombre de Charonne » de Désirée et Alain Frappier – Préface de Benjamin Stora

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2012

Vu sur : PCF Grésivaudan - 16 janvier 2012

 

Charonne, 50 ans après

 

 

 

Les éditions Mauconduit viennent de publier un album de bande dessinée,

d’une grande qualité graphique, pour évoquer le drame de «Charonne»

de février 1962, au moment de la fin de la guerre d’Algérie.

Voici la préface que j’ai rédigée pour ce travail qui porte pour titre :

« Dans l’ombre de Charonne ». B.S. 

 

 

« Charonne », ou l’oubli impossible.

Le nom de la station du métro parisien « Charonne » est entré dans le Panthéon des mémoires douloureuses françaises le 8 février 1962, comme un symbole de la résistance à la guerre d’Algérie. Ce soir-là, une manifestation est organisé
contre l’OAS . Cette organisation rassemble les partisans de l’Algérie française qui pratiquent une politique de « la terre brûlée » contre les militants, algériens ou français, favorables à une solution négociée en Algérie  (la guerre d’Algérie dure depuis novembre 1954…..).
Au début de l’année 1962, en France, l’OAS multiplie ses actions violentes qui soulèvent l’indignation d’une opinion française excédée. La gauche dénonce « le danger fasciste » et appelle, ce 8 février 1962 à une manifestation de « défense républicaine ». La manifestation est organisée par les syndicats, CFTC, CGT, UNEF, SGEN, SNI, auxquelles se sont associées les organisations de gauche, dont le PCF et le PSU. Selon Alain Dewerpe, il s’agit « d’une manifestation de militants et, toutes obédiences confondues, de militants souvent durablement engagés dans la lutte anticolonialiste ». Il relate aussi, d’après témoignages, que « l’UNEF et le PSU sont majoritaires en tête et au sein du cortège. »[1]
Plusieurs cortèges tentent de se rejoindre dans le XIe arrondissement., deux des principaux cortèges fusionnent sur le boulevard Beaumarchais. La foule devient excessivement dense, interdisant tout repli au moment d’une possible charge. Les manifestants se heurtent à un important dispositif policier. Maurice Papon est le Préfet de police de Paris qui coordonnera l’action des forces de l’ordre. Ce sera un véritable carnage. Prise de panique, la foule s’engouffre dans la bouche de métro Charonne. Dans la panique et la bousculade, des personnes trébuchent et sont piétinées. Sur cet amas humain qui obstrue complètement l’entrée de la station de métro, des témoins voient un groupe de gardiens casqués « entrer en action ». Les policiers tapent les manifestants à coup de  « bidule ». Au milieu des cris, des gémissements, des couches de blessés enchevêtrés, on retire six cadavres de « Charonne » plus le blessé qui décèdera le lendemain. Deux autres manifestants sont tués à l’extérieur de la bouche de métro avec la même sauvagerie meurtrière. Tous sont à la CGT et huit d’entre eux appartiennent au Parti communiste français.

Voir également :

http://anticolonial.net/spip.php?article2422

humanite.fr/fil-rouge/le-2301.-50eme-anniversaire-de-charonne-initiative-de-la-cgt-a-montreuil

Vidéo ina.fr/les-obseques-des-victimes-de-la-manifestation-du-8-fevrier

 Leny Escudero – Je t’attends à Charonne (à visionner sur youtube)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans BD, Culture, HISTOIRE, Hommages | Pas de Commentaire »

Les immigrés, héros d’une bande dessinée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 août 2011

Les immigrés, héros d’une bande dessinée  dans BD logo-huma 23 août 2011 – Marie Barbier

lesmigrantsweb.jpg

Éditée par une association, les Migrants racontent des histoires ordinaires

d’immigration,  présentées ensuite dans les écoles.

Une belle initiative pour valoriser les origines.

« Utiliser les mémoires des uns pour faire grandir les autres. » C’est le pari de l’association Paroles d’hommes

et de femmes qui raconte en bande dessinée des destins d’immigrés (1). Ce sont des histoires comme il en

existe tant en France. Des figures ordinaires devenus héros le temps d’une bulle.

Après un premier tome consacré à la Picardie, celui-ci s’attache à suivre des « parcours franciliens ».

Six destins d’hommes et de femmes venus de tous les continents. Ces histoires représentent un an de travail.

Six mois pour recueillir les récits, autant pour les dessins. « On travaille avec les témoins depuis longtemps,

raconte Florence Brethes, l’un des deux écrivains publics chargés d’écrire ces biographies. Notre parti pris est

de rester dans le récit à la première personne, ce sont leurs mots à eux. »

Le texte est ensuite soumis à deux bédéistes. « Ce n’est pas une bande dessinée classique, explique Kiel,

dessinateur. Chaque histoire compte huit planches dans lesquelles il faut incorporer le texte, c’est un compromis

difficile, mais le texte est notre priorité. » Le résultat est une BD assez bavarde : pas de bulles ici, mais un récit

à la première personne qui entoure le dessin.

« On donne un rôle éducatif aux migrants et on aide les jeunes à se construire en les valorisant »

Frédéric Praud

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

iranii3m.jpg


(1) Les Migrants, parcours franciliens par F. Praud, F. Brethes, H. Horsali et Kiel, 51 pages, 21 euros.


En vente sur le site de l’association :  www.parolesdhommesetdefemmes.fr


Publié dans BD, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaire »

Lionel Brouck, le dessinateur des luttes des « sans-voix »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 février 2011

Source : Laissez-passer.info/ - 7 février 2011 - Marie Barbier

Croquis de luttes

Voyage au bout de l'envers

 

Depuis 2008, le dessinateur de presse Lionel Brouck a suivi toutes les luttes des « sans-voix » : des mal-logés de la rue de la Banque, en passant par les migrants de Calais et les grévistes sans papiers.

C’est d’ailleurs au profit des caisses de solidarité de ces travailleurs en lutte depuis octobre 2009, que ces « reportages dessinés » sont aujourd’hui édités.

Chaque planche est un moment de lutte pris sur le vif agrémentée des commentaires de l’auteur. Le tout donne un BD reportage atypique et intelligent. Un salutaire travail de mise en convergence qui montre le foisonnement des résistances.

Des exemplaires sont disponibles à la librairie coopérative EMDP, impasse Crozatier Paris 12e (permanences le mercredi de 15h à 18h) et sur le site http://brouck.canalblog.com.

« Voyage au bout de l’envers », reportages dessinés de Brouck, 8 €.

 

 

 

 

 

Publié dans BD, Culture, Dessin de presse, Luttes, Sans Papiers - Immigration, SOCIAL | Pas de Commentaire »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy