« Fukushima : impunité pour les actionnaires de Tepco »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 novembre 2011

Source : Basta ! - 8 novembre 2011 - Par Ivan du Roy

Nucléaire

Fukushima : impunité pour les actionnaires de Tepco


La compagnie japonaise Tepco, exploitant de la centrale de Fukushima, accumule les pertes financières.

De l’indemnisation des victimes au démantèlement des centrales, impossible pour l’entreprise de faire

face aux coûts de la catastrophe. Pour éviter la faillite, l’État japonais vient de renflouer les comptes de

Tepco. Mais les actionnaires, qui ont touché depuis dix ans des milliards d’euros, ne sont pas inquiétés.

 

 

Privatiser les profits, socialiser les pertes : la compagnie japonaise

Tepco (Tokyo Electric Power Company), exploitant de la centrale de

Fukushima, n’échappe pas à cette règle universelle. L’État japonais

– donc le contribuable – vient de lui accorder une aide de 8 milliards

d’euros pour indemniser les victimes de la catastrophe nucléaire de

Fukushima. Car la 4e plus grosse compagnie d’électricité du monde

(derrière les allemandes RWE et E.ON, et la française EDF) est au

bord de la faillite.

 

 

Depuis l’accident, Tepco affiche un déficit cumulé de 16 milliards d’euros. Elle devra en outre assurer

le démantèlement des quatre réacteurs détruits (dont trois ont fondu) de la centrale de Fukushima Daichi,

pour un coût évalué à 9 milliards d’euros. Une estimation qui pourrait être largement sous-évaluée au vu

des fissions nucléaires qui se poursuivent.

 

Menace future sur la sécurité

En échange de cette aide, l’État japonais réclame un plan de restructuration. D’ici fin 2013, Tepco devra

supprimer 7 400 emplois (sur 38 671 salariés), soit près de 20 % des effectifs. Les primes, les pensions

retraites et la couverture santé de son personnel (malgré leur exposition à la radioactivité…) seront notamment

amputées, ainsi que les dépenses d’équipements et de matériels. Cette réduction importante d’effectifs et de

moyens augure mal d’une nécessaire amélioration de la sécurité des centrales nucléaires.

 

Tepco possède en tout 17 réacteurs nucléaires au Japon, qui représentaient, avant le séisme du 11 mars,

un quart de sa production d’électricité. Outre les réacteurs de Fukushima Daichi, quatre réacteurs de la centrale

voisine de Fukushima Daini étaient toujours arrêtés début novembre. « Nous continuons de nous efforcer à

stabiliser chacun de ces réacteurs » , communique laconiquement Tepco. Après avoir couvert les mensonges et

les fraudes de Tepco les années précédant Fukushima, le gouvernement japonais récidive dans ses aberrantes

décisions.

 

Impunité pour les actionnaires

Et du côté des actionnaires ? Ils se portent bien, merci. Certes, ils ne toucheront exceptionnellement pas de

dividendes cette année. Mais depuis 2001, environ un milliard d’euros de bénéfices [1] leur ont été redistribués

chaque année. Soit 9 milliards d’euros en neuf ans, davantage que l’aide que vient de débloquer le gouvernement.

Mais pas question de payer la décontamination ni d’indemniser les victimes.

Qui sont ces actionnaires ? D’abord des particuliers, des banques ou des fonds d’investissement et des

compagnies d’assurance vie (vous noterez le paradoxe…). Ce qui pose, une fois de plus, la question de l’impunité

de ces acteurs économiques, dont la responsabilité dans les conséquences de leurs investissements est

totalement occultée.

Ivan du Roy

Photo : Source

Notes

[1] 60 yens pour chacune des 1,6 milliard d’actions émises.

Creative Commons License

Publié dans INFOS, Japon, Nucleaire | Pas de Commentaire »

Nucléaire : Centrale de Fessenheim / Témoignage du Japon

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 juin 2011

  • FRANCE

Source :  Basta !  Par Sophie Chapelle (28 juin 2011)

La centrale de Fessenheim accumule les dysfonctionnements

Faut-il fermer la centrale de Fessenheim, la doyenne du parc nucléaire français ? Située en Alsace,

à la frontière avec l’Allemagne, la centrale accumule les défauts de sécurité, enregistre un taux

d’incidents supérieur à la moyenne nationale, et reste vulnérable aux séismes et crues exceptionnelles.

Des lacunes dans la « culture de sûreté » commencent à se multiplier.

Population, élus alsaciens et voisins allemands demandent la fermeture de la centrale.

[Lire la suite sur : bastamag.net/]

Lire également : Désaccord sur le risque d’inondation à la centrale de Fessenheim

 

  • JAPON

Source : Dazibaoueb.fr/30 juin 2011 –   Publié par graffitix

[« ma fille dort à coté »…à 200km de Fukushima]

Source : la fourmi rouge

Image de prévisualisation YouTube

Moins énervé que le message d’Alex aux Français mais peut-être plus percutant encore, un autre témoignage du Japon.

Et après les deux incidents du 24 mai en Belgique (un pour chaque centrale, vite oubliés, non?),

voici un nouvel accident actuellement classé niveau 4 à Fort Calhoun aux USA, tandis que

 les flammes menacent un  laboratoire nucléaire à Los Alamos !

Telle est l’urgence.

[Lire la suite sur : dazibaoueb.fr/]

 

Publié dans France, Japon, Nucleaire | Pas de Commentaire »

Japon : Interview avec Hidekatsu Yoshii, député communiste et responsable nucléaire pour le Parti communiste japonais

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 avril 2011

Publié par Section PCF Grésivaudan27 avril 2011

Tsunami et catastrophe nucléaire au Japon : l’avis du PC japonais

 

Japon : Interview avec Hidekatsu Yoshii, député communiste et responsable nucléaire pour le Parti communiste japonais    dans Environnement PCJ

Interview avec Hidekatsu Yoshii, député communiste et responsable nucléaire pour le Parti communiste japonais  

Hidekatsu Yoshii affirme que l’arrogance du groupe privé Tepco a aggravé les conséquences de l’impréparation

face à la catastrophe nucléaire qui a touché la cote Est Japonaise.

Quel est, à l’heure actuelle, le bilan des effets du séisme et du tsunami?

En termes géographiques, 20% du territoire national a été touché par la catastrophe. Près de 520 000 personnes

ont été évacuées. Le nombre de morts et de disparus est évalué, en ce moment, à plus de 11 500.

Le gouvernement japonais a-t-il réagit rapidement et de façon appropriée ?

La mobilisation réalisée par les autorités n’a pas été à la hauteur des attentes des populations. Ni la TEPCO, l’entreprise qui gère la centrale de Fukushima

ni le gouvernement n’avaient imaginé un scénario catastrophe de cette ampleur. Ils n’étaient pas vraiment préparés à une situation telle qu’elle qu’elle s’est

produite. La TEPCO s’est déclarée convaincue que ses centrales étaient 100% sûres. Cette multi-nationale a vécu sur le mythe d’une sécurité absolue.

Cette arrogance a aggravé les conditions d’impréparation face à la catastrophe.

Comment évaluez-vous la gravité de cette catastrophe nucléaire ? Est-il approprié de la comparer à Tchernobyl ?

Après ce séisme de magnitude 9, toutes les centrales nucléaires ont arrêté de fonctionner. Les réacteurs se sont arrêtés automatiquement. Mais tout de

suite après, les problèmes ont commencé surtout à la centrale de Fukushima Daiichi, qui représente aujourd’hui un problème. Quand le séisme s’est produit,

seuls les réacteurs 1, 2 et 3 étaient en activité. Les réacteurs 4, 5 et 6 étaient en maintenance. Mais bien qu’ils se soient arrêté, les barres de combustible

nucléaire ont continué à diffuser de la chaleur. Quand cela a lieu, et si rien n’est fait, la température grimpe et apparaît le risque de fusion du noyau du

réacteur. On ne peut pas se passer du système de refroidissement. Mais le séisme a endommagé la pompe qui alimente en eau le centre de refroidissement.

Le circuit d’urgence a été mis hors d’état par le tsunami. Le moteur d’urgence s’est arrêté, interrompant le système secondaire d’injection d’eau pour le

refroidissement. Par conséquent,  mises à nu, les barres de combustible ont surchauffé, provoquant une augmentation de la pression. La technologie

utilisée à Fukushima est très différente de celle utilisée à Tchernobyl. Mais laisser dans ces conditions les barres de combustible en fusion dans le

noyau du réacteur peut avoir des conséquences incalculables.

Le séisme et le tsunami peuvent-ils seuls expliquer ce catastrophe nucléaire ? Y-a-t-il responsabilité de l’entité en charge de l’installation ?

 Lire la suite 

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

Commentaire : Le Parti communiste japonais est l’un des plus grands partis communistes d’opposition au monde avec 400 000 adhérents.

Aux élections de 2009, il a recueilli près de 5 millions de voix et 7,03 %, conservant ses 9 députés dans un contexte de poussée médiatisée du Parti libéral démocrate, présenté comme

une alternative sociale, ce qu’il n’est pas.

Le PCJ connait une forte vague d’adhésions notamment dans la jeunesse qui comprend ,avec la crise, les limites d’un système social basé sur la réussite individuelle et la précarité professionnelle.

Son poids social progresse également grâce aux syndicats indépendants et professionnels.

Opposé depuis toujours au nucléaire, civil comme militaire, le Parti communiste japonais organise d’importantes actions de solidarité avec les régions touchées par le séisme et le tsunami,

en s’appuyant notamment sur les communes qu’il gère.

 

Publié dans Environnement, Japon | Pas de Commentaire »

Nouveau séisme au Japon

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 avril 2011

Accueil 7 avril 2011

 Nouveau séisme et alerte au tsunami au Japon

 

Nouveau séisme au Japon dans INFOS 2011-04-07japon-techtonique_0

Un fort séisme de magnitude 7,4 s’est produit ce jeudi à une quarantaine de km des côtes nord-est du Japon, a annoncé

l’Agence météorologique japonaise, qui a mis en garde contre un tsunami* pouvant aller jusqu’à deux mètres de haut.

Selon l’Agence, les personnes habitant le long des côtes de la préfecture de Miyagi doivent évacuer vers des endroits plus

élevés en prévision de vagues pouvant atteindre deux mètres. Cette préfecture a déjà été frappée le 11 mars par un séisme

de magnitude 9, le plus puissant jamais enregistré au Japon, suivi d’un tsunami de plus de dix mètres qui a tout dévasté

sur son passage. La catastrophe a fait près de 28.000 morts et disparus.

Cette nouvelle secousse, dont la magnitude a été estimée à 7,4 par les services météorologiques japonais, s’est produite à

23 heures 23 heures locales (15H23 heure de France) à une profondeur de 40 km. Son épicentre était situé dans l’océan

Pacifique à 40 km de la côte de la préfecture de Miyagi. Le séisme a été ressenti jusqu’à Tokyo, à 400 km au sud, où les

immeubles et les maisons ont tremblé pendant plusieurs dizaines de secondes. La télévision publique NHK a précisé que

les deux centrales nucléaires de Fukushima n’avaient pas subi de dégâts.

La centrale Fukushima Daiichi (N°1) a été gravement accidentée après le passage d’une vague de 14 mètres de haut le

11 mars. L’alimentation électrique a été noyée et les circuits de refroidissement se sont arrêtés, provoquant un début de

fusion des barres de combustible nucléaire dans quatre des six réacteurs.

* L’alerte au tsunami a finalement été levée un peu plus d’une heure après le tremblement de terre mais le personnel de la centrale de Fukushima a cependant été évacué (ndlr)

  • A lire

Quasiment livrés à eux-mêmes, les rescapés du séisme manquent de tout

La situation humanitaire des quelque 360 000 Japonais hébergés dans des centres d’accueil provisoires est inquiétante, surtout pour les personnes âgées malades. Lire la suite…

 

Publié dans INFOS, Japon | Pas de Commentaire »

Quelles leçons tirer de Fukushima ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2011

Quelles leçons tirer de Fukushima ? dans ASIE arton13262-958be

DIVERS

Mardi 29. 22H. A l’heure qu’il est, après que des tonnes d’eau ont été injectées depuis les débuts de la catastrophe, le 11 mars,

afin de refroidir les réacteurs ainsi que les piscines de combustible usagé à la centrale de Fukushima, la question se pose désormais

de la pomper. Tout en essayant de la décontaminer au mieux. D’où l’aide proposée par le groupe français Areva, en envoyant notamment

cinq experts spécialisés dans la décontamination des effluents radioactifs.

Pendant ce temps, sans attendre, des physiciens spécialistes du nucléaire (notamment en matière de sécurité et d’armement) commencent

à tirer des « Leçons de Fukushima ». Des leçons pour… l’Asie, selon une tribune publiée par le Pakistanais A.H. Nayyar, à l’université renommée

LUMS de Lahore (Pakistan), avec l’Américano-Pakistanais Zia Mian et l’Indien M.V. Ramana, tous deux actuellement à l’université de Princeton (Etats-Unis).

Le tremblement de terre et le tsunami Mars au Japon ont déjà fait plus de 10.000 morts, et quelques 17.500 personnes sont toujours portées disparues.

Cette catastrophe a été aggravée par la menace persistante de contamination radioactive suite aux accidents survenus sur quatre réacteurs nucléaires sur le site de

Fukushima Daiichi-et des piscines qui contiennent encore actuellement un combustible nucléaire irradié, chaud, très radioactif. Même si l’accident nucléaire est contenu, il est source de

nombreuses leçons pour l’Asie du Sud.

La dépendance vis à vis de l’énergie nucléaire en Asie du Sud est en train de s’accroitre. L’Inde possède 20 réacteurs nucléaires en service, et plusieurs autres en construction,

et des plans pour une expansion importante dans les prochaines décennies. Le Pakistan dispose de deux centrales nucléaires en service, une autre presque terminée, et planifie

la construction de beaucoup d’autres dans les 20 prochaines années. Les deux pays ont également des réacteurs qui font partie de leurs programmes d’armes nucléaires. Le Bangladesh

et le Sri Lanka projettent de construire leurs premiers réacteurs nucléaires.

La première leçon pour les populations et les décideurs d’Asie du Sud Est est que les établissements nucléaires sous-estiment la probabilité de survenue et la gravité des accidents

possibles. Les réacteurs de Fukushima n’étaient pas prêts à faire face au tremblement de terre et au tsunami de la taille de ceux qui ont eu lieu. Un mois avant l’accident, l’usine de

Fukushima a reçu un permis d’exploitation pour 10 ans. L’entreprise Tokyo Electric Power qui possède et exploite les réacteurs, l’agence de sûreté nucléaire au Japon et

le gouvernement japonais lui-même, étaient tous convaincus que les réacteurs étaient en sécurité.

Cette confiance est évidente dans les établissements nucléaires d’Asie du Sud. Après l’accident au Japon, S.K. Jain, le président de la Corporation des compagnies Nucléaires en Inde a

déclaré :  « Nous avons une connaissance totale de la conception des activités sismiques. Les pires événements sismiques et le tsunami ont été pris en considération dans nos

conceptions.  » Les autorités japonaises nucléaires pensaient sans doute de la même façon avant de Fukushima.

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

Publié dans ASIE, Environnement, IDEES - DEBATS - PHILO, Japon | Pas de Commentaire »

Fukushima : le point sur les réacteurs

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2011

 Source : Fukushima : le point sur les réacteurs  dans INFOS humanitefr le 28 Mars 2011

RÉACTEUR 1 : L’électricité a été partiellement rétablie dans la salle de contrôle, où l’éclairage a été allumé. Le système de refroidissement est lui toujours arrêté.

De l’eau radioactive (0,4 millisievert) a été retrouvée au sous-sol de la salle des machines, ainsi que dans un tunnel souterrain débouchant sur l’extérieur du bâtiment.

Une pompe électrique a été installée pour évacuer cette nappe dans la cuve du condensateur.

RÉACTEUR 2 : L’électricité a été partiellement rétablie dans la salle de contrôle, où l’éclairage a été allumé. Le système de refroidissement est toujours arrêté.

La piscine de stockage du combustible irradié, située dans le bâtiment du réacteur au-dessus de l’enceinte de confinement, est enfin revenue à son niveau normal.

De l’eau hautement radioactive (1.000 millisieverts) a été retrouvée au sous-sol de la salle des machines, ainsi que dans un tunnel souterrain débouchant sur l’extérieur

du bâtiment (6.000 m3). Aucun pompage n’a encore pu débuter en raison de la forte radioactivité.

RÉACTEUR 3 : Le plus endommagé par une explosion et un début d’incendie. L’électricité a été partiellement rétablie le 22 mars dans la salle de contrôle, où l’éclairage

a été allumé. Le niveau d’eau dans la piscine de stockage du combustible irradié reste incertain. De l’eau hautement radioactive (750 millisieverts) a inondé le sous-sol

de la salle des machines, ainsi qu’un tunnel souterrain débouchant sur l’extérieur du bâtiment. Pas de pompage possible en raison de la radioactivité.

RÉACTEUR 4: Raccordé au réseau électrique, mais aucun équipement mis sous tension jusqu’ici. Le niveau d’eau dans la piscine de stockage du combustible irradié est

revenu à un niveau normal. De l’eau contaminée a là aussi envahi le sous-sol de la salle de la turbine. Le niveau de radioactivité est suffisamment faible pour permettre

des travaux de pompage.

RÉACTEUR 5 : Le système de refroidissement est alimenté en électricité et fonctionne.

RÉACTEUR 6 : Le système de refroidissement est alimenté en électricité et fonctionne.

À  lire également :

Une contamination qui va s’étendre sur des zones considérables selon l’ASN

 

Publié dans INFOS, Japon | Pas de Commentaire »

Témoignages du Japon

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mars 2011

Source :  Témoignages du Japon  dans Japon humanitefr le 25 Mars 2011

 

ahataka.jpg

Témoignages du Japon avec le journal Akahata

 

L’Humanité a conclu un partenariat de solidarité avec le quotidien communiste japonais Akahata. Ainsi 
au jour le jour, 
des témoignages forts

extraits 
de reportages 
du journal nippon réalisés sur place sont publiés depuis le lundi 21 mars. Extraits.

akahata_3 dans Japon

  • De Fukushima à Miyako, aux côtés des sinistrés (21 mars) 

Un des lycées de Fukushima est devenu un centre pour les réfugiés victimes du tremblement de terre et du tsunami. Il héberge aujourd’hui 140 personnes. Parmi elles,

une femme de trente-trois ans, enceinte, devrait accoucher dans une dizaine de jours. Elle nous confie être inquiète et se demande comment elle pourra élever son enfant.

La municipalité a bien trouvé un hôpital qui l’accueillera pour l’accouchement. --> la suite

  • « Rire est bon pour la santé » (22 mars)

Comme antidote à l’extrême détresse, l’extrême solidarité. Certains des occupants d’un des camps de réfugiés improvisés de la ville de Miyako s’aident aussi à retrouver de

la joie de vivre. Plus d’une semaine après la catastrophe les habitants du quartier le plus détruit sont toujours contraints de vivre dans les pires conditions dans des abris provisoires.

--> la suite

  • L’immense calvaire des personnes âgées (23 mars)

Dans deux villes de la zone sinistrée, la détresse des plus anciens est extrême mais rencontre parfois une solidarité qui, dans l’esprit de ses protagonistes, doit primer sur tout.

Dans l’école primaire d’Ishimaki quelque 700 personnes ont trouvé refuge. 60 % d’entre elles sont des personnes âgées. Autour des lieux on découvre un spectacle de désolation.

--> la suite

 

spejap

Articles extraits du numéro spécial Solidarité avec le Japon du 24 mars

  • « S’activer pour ne pas penser » 

L’envoyé spécial du quotidien Akahata s’est rendu auprès de la population du port d’Ôtsuchi ravagé par le tsunami. Des survivants témoignent. Parmi eux, les jeunes lycéens déploient toute leur énergie pour aider à sauver ce qui peut l’être. « Le 20 mars, j’ai pu entrer dans la ville d’Ôtsuchi (préfecture d’Iwate), l’une des plus touchées par le tremblement de terre et le tsunami. La vague a avalé plus de 110 hectares de terres, détruisant presque entièrement la ville ». --> la suite

  • Sols liquéfiés dans la banlieue de Tokyo

La députée Tomoko Tamura (Parti communiste japonais) s’est rendue le 20 mars dans la ville de Urayasu (Chiba, grande banlieue de Tokyo), fortement touchée par le phénomène dit de liquéfaction des sols provoqué par le grand tremblement de terre, et a découvert l’étendue des dégâts. Elle a été très attentive aux requêtes des citoyens dont l’inquiétude grandit. --> la suite

  • Face à la contamination des produits agricoles

Le député communiste japonais Kensho Sasaki demande des enquêtes et des informations fiables. Une deuxième réunion des représentants du gouvernement et des groupes parlementaires sur le sinistre s’est tenue le 20 mars au parlement pour débattre de l’accident à la centrale nucléaire de Fukushima et de la situation concernant la production d’électricité. --> la suite

akahata_3

 

Publié dans Japon | Pas de Commentaire »

Nucléaire : Communiqué CRIIRAD

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 mars 2011

Lu sur : Nucléaire : Communiqué CRIIRAD dans Japon dazibaoueb_logo_700publié par SERA7477 (La vérité est ailleurs) – 24 mars 2011

Nucléaire :

COMMUNIQUÉ CRIIRAD 23 mars 2011

COLÈRE ET INDIGNATION – VOLET N°1

Source : agoravox

Les chiffres relatifs à la contamination de l’air existent mais ils sont confisqués par les États !

La publication des données du réseau CTBTO1 ainsi que des installations nucléaires nordaméricaines nous aurait renseigné précisément

sur les niveaux de contamination de l’air et nous aurait permis d’évaluer de façon fiable les niveaux de risque bien avant que les masses d’air

contaminé n’arrivent sur l’Europe.


La CRIIRAD lance un appel international, invitant citoyens, associations, scientifiques, élus … de tous pays à se mobiliser

à ses côtés afin d’exiger que les résultats relatifs à la contamination radioactive de l’air, obtenus grâce à l’argent public,

soient mis à disposition du public ET SERVENT A SA PROTECTION.

Pas de données interprétables pour l’Amérique du nord !

160 dans Propagande - Desinformation 160 160

http://www.fichier-pdf.fr/2011/03/23/11-03-23-volet1/

BILAN : depuis plus de 10 jours, la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAIICHI rejette des produits radioactifs dans l’atmosphère :

ces rejets ne sont ni maîtrisés ni quantifiés. Dans le même temps des stations de mesures réparties sur l’ensemble de notre planète

enregistrent les niveaux de radioactivité de l’air et suivent pas à pas l’évolution de la radioactivité dans l’espace et dans le temps…

mais veillent jalousement à ce que ces données restent secrètes.

Cette situation est choquante en temps normal, totalement inacceptable en situation d’urgence radiologique. Et d’autant plus inacceptable

que ce réseau de mesure est financé par l’argent public !

 

+ d’infos :

Publié dans Japon, Propagande - Desinformation | Pas de Commentaire »

Le nuage radioactif de Fukushima arrive en France

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mars 2011

Le nuage radioactif de Fukushima arrive en France dans Environnement humanitefr le 22 Mars 2011

Le nuage radioactif sur la France mercredi

 

Le précédent du nuage radioactif de Tchernobyl n’incite pas à l’optimisme. Pourtant, l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) se veut

rassurante. Les masses d’air contaminées lors de l’accident nucléaire survenu au Japon à la centrale de Fukushima, qui arrivent

mercredi en France métropolitaine, ne présentent a priori aucun risque pour la population française.

La Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité), organisation indépendante, partage d’ailleurs

le même avis. La distance séparant la France et le Japon, via les océans Pacifique et Atlantique, soit environ 15.000 km, rendent le risque

négligeable.

Il ne pourra sans doute même pas être mesuré par les détecteurs tant les quantités d’éléments toxiques seront faibles et aucune précaution

particulière n’est donc requise. La Criirad promet cependant de réaliser des analyses détaillées pour fournir des données précises.

L’organisation fondée après l’accident de Tchernobyl, en 1986, où la France avait nié à tort le risque du nuage contaminé, reste toutefois

prudente. « Le passage des masses d’air contaminées sur la France ne doit pas générer trop d’inquiétude. Cependant, compte tenu du

manque crucial de données, la Criirad est contrainte de laisser certaines affirmations au conditionnel. Ceci devrait pouvoir être corrigé très

rapidement », écrit-elle.

L’ASN se montre en revanche catégorique. « Les masses d’air très faiblement contaminées, avec des niveaux de l’ordre de 1.000

à 10.000 fois inférieurs à ceux relevés suite à l’accident de Tchernobyl, devraient atteindre mercredi la France

métropolitaine sans aucune conséquence sur la santé des personnes », écrit l’Autorité de sûreté nucléaire.

De son côté, Patrick Gourmelon, directeur de la radioprotection à l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), estime qu’il n’y a

aucune précaution particulière à prendre. « Les enfants peuvent sortir, c’est inutile de se précipiter dans les pharmacies pour

demander des comprimés d’iode, on peut consommer l’eau », a-t-il dit lundi à la presse. Les autorités assurent que le contrôle des

produits frais en provenance du Japon est opérationnel, mais les importations de fruits, légumes et algues sont interrompues pour le moment.

L’IRSN a rapporté lundi que les doses de radioactivité mesurées sur les passagers français rentrant du Japon étaient extrêmement faibles et

sans conséquence sur leur santé. « Les doses sont extrêmement faibles (…), en tant que spécialiste, je peux vous dire qu’on ne s’attend pas à

des conséquences sanitaires sur les personnes qui ont été mesurées ».

Le rejet d’iode dans l’atmosphère constitue le risque sanitaire le plus important pour la population en cas d’accident nucléaire. Respiré ou avalé,

ce dernier se fixe sur la glande thyroïde et peut entraîner l’apparition de cancer.

Si la période radioactive de l’iode est de huit jours, le césium a une durée de vie de plus de trente ans.

2011-03-22japon-nuage-france dans France

 

  • A voir: le système de surveillance officiel permettant de détecter instantanément l’augmentation de la radioactivité dans l’air est consultable sur le site internet de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire). Cliquez ici ou sur l’image

[Site de l’IRSN : http://www.irsn.fr/FR/Documents/home.htm]

 

 

Publié dans Environnement, France, Japon, SANTE | Pas de Commentaire »

Fukushima Alerte Plutonium

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2011

Source : Passerellesud - 16 mars 2011 – Par Drozerah

 

JAPON – ALERTE PLUTONIUM FUKUSHIMA 3, MOX

Titre Original :

Alerte Plutonium Fukushima 3 : MOX et INTOX NEXT-UP ORGANISATION

La Tokyo Electric Power Co (TEPCO) est la compagnie d’électricité japonaise qui exploite les sites des centrales nucléaires de

Fukushima Dai Ichi où se sont produites les explosions et le site de Fukushima Daini distant d’une douzaine de kilomètres,

l’ensemble totalisant dix réacteurs qui alimentent en électricité Tokyo et sa région.

Ces réacteurs sont à eau bouillante, celle-ci chauffée par la fission des atomes du combustible qui se transforme en vapeur est dirigée

directement par un circuit primaire radioactif vers un générateur d’électricité, cette configuration est totalement différente des Réacteurs

dits à Eau Pressurisée (REP) exploités en France qui comportent un circuit secondaire non radioactif avec un échangeur qui alimente la

turbine du générateur.

Face à la succession d’évènements catastrophiques d’ordres naturels qui se sont produits au Japon suite aux tremblements de terre et

au-delà des drames humains il est fondamental d’aller à l’essentiel, c’est à dire à ce qui pourrait hypothéquer durablement le devenir du

vivant sur une zone plus ou moins vaste, voire à l’échelle du Japon et des pays satellites ou pire, un scénario de catastrophe

environnementale planétaire jamais égalé.

Malheureusement dans le cas du site nucléaire de Fukushima, la « hiérarchie catastrophe » peut atteindre un paroxysme avec le réacteur 3

de 34 ans d’âge qui a été chargé pour la première fois en combustible MOX fourni par AREVA en août 2010.

- Dans le quotidien JAPAN TO DAY du dimanche 22 août 2010 il était écrit en titre :


« La compagnie électrique de Tokyo a chargé en combustible MOX le vieux réacteur de Fukushima »

« Tokyo Electric Power Co loaded plutonium-uranium mixed oxide fuel Saturday into a reactor at its nuclear power plant in Fukushima

Prefecture in preparation for the largest Japanese utility’s first plutonium-thermal power generation. The No. 3 reactor at the Fukushima No. 1

plant would be the third in Japan to be used for the so-called Pluthermal generation, but the only one among the three to have been subjected to

antiaging treatment with 34 years since its launch »

« La Tokyo Electric Power Co (TEPCO) a chargé du combustible oxyde mixte de plutonium-uranium (MOX) ce samedi dans un réacteur de sa

centrale nucléaire de la région de Fukushima en vue de la plus grande production d’électricité de réaction nucléaire réalisée au plutonium au Japon.

« Le réacteur du numéro 3 de la centrale N°1 de Fukushima sera le troisième au Japon à passer à la génération dite

Pluthermal (Plutonium-Thermique), mais le seul parmi des trois à avoir été soumis à un traitement anti-vieillissement depuis son activation,

car il est âgé de 34 ans »

[Lire la suite sur : passerellesud.org/]

Source : www.next-up.org/Newsofthewor…
www.next-up.org/Newsofthewor…

Fukushima Alerte Plutonium dans Environnement Flag_Fr_28_18

1642
16/03
2011

Flag_Fr_28_18 dans INFOS - Édition Spéciale n°3 Japon :
- Alerte Plutonium Fukushima 3 : MOX et INTOX ( Apocalypse Now ? )

Alerte_Plutonium_Fukushima_3_MOX_et_INTOX_Apocalypse_Now_16_03_2011_news

 

 

Publié dans Environnement, INFOS, Japon | Pas de Commentaire »

123
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy