Brésil : Coupe du monde 2014

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 juin 2014

 

Capturepaulo ito

Œuvre de l’artiste Paulo Ito

*

Le Brésil respectera-t-il les règles du jeu ?

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

AmnestyFrance

*

Capturecoupe du monde

Capturecoupe du monde1

Street Art brésilien

(captures d’écran)

*

La vérité sur la Coupe du monde Brésil 2014

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

*

coupe du monde1

Latuff

Coupe du monde : ces dizaines de milliers de Brésiliens tués au nom du foot business

*

Coupe du monde – les Brésiliens s’excusent auprès de Michel Platini

 

Publié dans Bresil, Peinture - Graphisme | Pas de Commentaire »

L’impérialisme US et ses relais européens contre Cuba et l’Amérique latine

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 mai 2014

 

Les vautours sont lâchés sur l’Amérique latine

 

José Fort – 30 mai 2014

 

obama_cuba_embargo_2

BNP-Parisbas est directement menacé d’avoir

à payer 8 milliards de dollars au fisc nord-américain

pour avoir effectué des opérations commerciales

avec La Havane. Tandis qu’à la Maison Blanche

la tonalité est hypocritement au discours doucereux,

l’impérialisme US et ses relais européens montrent

les dents contre Cuba et l’Amérique latine.

 

Le maintien renouvelé à la tête de leurs pays des gouvernements progressistes latino-américains

et le développement des structures d’intégration économique et politique dans la région suscitent

la haine dans les sphères de pouvoirs états-uniens. Tandis qu’à la Maison Blanche la tonalité est

hypocritement au discours doucereux, au département d’État, à la CIA et dans les différents services

spéciaux yankees, une feuille de route adaptée et dotée d’énormes moyens financiers vient d’être

réactivée avec pour objectif d’aider les « oppositions dans les pays  non amis » et, si possible,

de renverser les gouvernements issus du suffrage universel. Plusieurs hypothèses de « travail » ont

été mises au point. Elles vont depuis l’aide matérielle à la subversion jusqu’à l’étranglement économique,

ou encore depuis les actes de terrorisme jusqu’aux campagnes de propagande largement relayées

en Europe. Il ne faut pas se tromper : l’heure est à l’affrontement de classes aigu en Amérique latine.

 

Il y a eu les coups d’État « institutionnels » au Paraguay et au Honduras. Il y a désormais des opérations

ciblées visant le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur, le Salvador, le Nicaragua et Cuba. L’Argentine et le Brésil

sont aussi dans le collimateur.

 

Au cours des dernières années, ces pays ont enregistré des avancées sociales importantes et construit

des politiques indépendantes et souveraines débarrassées de la mainmise des multinationales. Ils ont

travaillé à renforcer l’intégration régionale avec notamment la Communauté des États latinos américains

actuellement présidée par le Costa Rica. Un nouveau paysage politique s’est installé dans ce continent

qui était autrefois le « pré carré »  des États-Unis.

Pour l’impérialisme nord-américain, ses banques, ses multinationales et ses intégristes terroristes

protégés au plus haut niveau de l’État US, un coup d’arrêt s’impose. 

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Cuba, ETATS-UNIS, EUROPE, Monde | Pas de Commentaire »

Ruée sur le gaz de schiste argentin : Total veut imposer sa loi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 mai 2014

 

PATAGONIE

Ruée sur le gaz de schiste argentin : Total veut imposer sa loi

 

Capturegazschisteargentine  par Olivier Petitjean  – 16 mai 2014

  Après des échecs à répétition en Europe, et en plein essoufflement

  aux États-Unis, l’industrie du gaz de schiste tourne désormais

  ses regards vers l’Argentine.

  Avec le soutien actif du gouvernement, les multinationales pétrolières

  et gazières se précipitent pour développer les réserves potentielles

de gaz et de pétrole de schiste que recèlerait le sous-sol de la Patagonie, sans se soucier

des risques environnementaux ni des populations locales.

Emblématique de cet état d’esprit, l’entreprise française Total a acquis pas moins de onze concessions,

où elle a multiplié les forages par fracturation hydraulique. Y compris dans des aires naturelles protégées.

Pour Total et les autres majors pétrolières, l’horizon de développement des gaz et pétrole de schiste semble

se rétrécir chaque jour. L’industrie américaine est en crise, du fait de la chute des prix. Leurs perspectives en Europe

se réduisent comme peau de chagrin, en raison de la forte résistance politique et citoyenne qu’ils rencontrent partout,

mais aussi de ressources exploitables très inférieures aux attentes, comme en Pologne. Les pays où elles peuvent

encore espérer rééditer le boom gazier qu’a connu les États-Unis (et que les majors ont largement manqué)

se comptent désormais sur les doigts d’une main.

C’est sans doute ce qui explique en partie que les dirigeants de Total s’accrochent ouvertement à leurs partenariats

en Russie, signant en pleine crise géopolitique un contrat avec Lukoil en vue du développement du pétrole de schiste

sibérien. Et aussi ce qui justifie que Total, comme ses consœurs, mette les bouchées doubles depuis plusieurs mois

pour prendre le contrôle des réserves potentielles de gaz et pétrole de schiste de l’Argentine. Et ce, sans trop

se préoccuper des communautés locales – notamment les indigènes Mapuche -, de l’impact environnemental

de leurs opérations, ni de l’inadéquation du cadre juridique et normatif.

[Lire la suite sur l’Observatoire des multinationales]

Creative Commons License

 

Publié dans Argentine, ECONOMIE, Energie, Liberalisme | Pas de Commentaire »

Brésil : 50 ans après le renversement du président démocratique Joao Goulart, le soutien de Washington aux putschistes ne doit pas être oublié

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 avril 2014

 

Brésil :

50 ans après le renversement du président démocratique

Joao Goulart, le soutien de Washington aux putschistes

ne doit pas être oublié

 

goulart   Joao Goulart et Kennedy

  par Eric Toussaint¹

  Brésil : 50 ans après le coup d’État des militaires du 2 avril 1964

  et le renversement du président Joao Goulart, le soutien actif

  du gouvernement des Etats-Unis, de la Banque mondiale

  et du FMI aux militaires ne fait pas l’ombre d’un doute.

  Le 2 avril 2014, une organisation non gouvernementale

  aux Etats-Unis, le National Security Archive (NSA !) a rendu

  public une série impressionnante de documents officiels

déclassifiés faisant la preuve de la complicité de Washington avec les militaires brésiliens qui ont renversé 50 ans

plus tôt le régime démocratique de Joao Goulart. On trouve cette abondante documentation ici.

 

Dans la thèse de doctorat que j’ai défendue en 2004 aux universités de Paris VIII et de Liège |1|, j’abordais le soutien apporté par Washington, la Banque mondiale et le FMI aux militaires brésiliens. Je reproduis en ce 50e anniversaire un extrait de cette thèse.

Le régime démocratique du président Joao Goulart est renversé par les militaires le 2 avril 1964. Les prêts de la Banque et du FMI qui ont été suspendus pendant trois années reprennent très peu de temps après |2|.
Résumé succinct des événements : en 1958, le président brésilien Kubitschek doit entrer en négociation avec le FMI afin de recevoir un prêt de 300 millions de dollars de la part des Etats-Unis. Finalement, Kubitschek refuse les conditions imposées par le FMI et se passe du prêt des Etats-Unis. Cela lui vaut une grande popularité.
Son successeur, Goulart, annonce qu’il va mettre en pratique une réforme agraire radicale et qu’il va procéder à la nationalisation des raffineries de pétrole : il est renversé par les militaires. Le lendemain du coup, les États-Unis reconnaissent le nouveau régime militaire. Quelque temps après, la Banque et le FMI reprennent la politique de prêts suspendue. De leur côté, les militaires abolissent les mesures économiques critiquées par les États-Unis et le FMI. A noter que les institutions financières internationales considèrent que le régime militaire prend de saines mesures économiques (sound economic measures) |3|. Pourtant le PIB baisse de 7% en 1965 et des milliers d’entreprises tombent en faillite. Le régime organise une forte répression, interdit les grèves, provoque une forte chute des salaires réels, supprime les élections au suffrage direct, décrète la dissolution des syndicats et recourt régulièrement à la torture.

[Lire la suite sur CADTM]

¹ Eric Toussaint, maître de conférence à l’université de Liège, président du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) Belgique

 

Publié dans Amerique latine, Bresil, ETATS-UNIS, FMI "affameur des peuples", HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Appel à la solidarité avec la Révolution bolivarienne et le mouvement paysan vénézuélien

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 avril 2014

 

Appel à la solidarité avec la Révolution bolivarienne

et le mouvement paysan vénézuélien

 

logo_via_campesina  Par Via Campesina

  Au nom de La Via Campesina International,

  mouvement de paysannes et de paysans

  qui réunit environ 200 millions de familles

  dans plus de 77 pays, nous exprimons notre solidarité

  envers le peuple du Venezuela, son mouvement paysan

  et sa Révolution bolivarienne – laquelle est la cible

de la grande croisade impérialiste ;

les forces rétrogrades de la droite à l’intérieur et à l’extérieur du Venezuela tentent de reprendre le pouvoir

qu’elles ont démocratiquement perdu dans des élections, une défaite reconfirmée à de nombreuses reprises.

Pour nous, qui luttons pour la justice sociale, la réforme agraire et la souveraineté alimentaire, la Révolution

bolivarienne est un exemple de transformation et d’inclusion sociale. Nous, femmes, jeunes, travailleurs

et travailleuses agricoles, pêcheurs, peuples indigènes et travailleurs et travailleuses migrants, nous condamnons

toute tentative de coup d’État. Les médias tentent d’introduire cette idée dans l’imaginaire collectif en montrant

des manifestants et manifestantes qui protestent contre les effets de la guerre économique que mènent

les puissants secteurs oligarchiques, fascistes et impérialistes pour déstabiliser le gouvernement du président

Nicolás Maduro.

Depuis le décès du président Hugo Chávez, véritable leader de l’intégration latino-américaine, l’empire

nord-américain et ses alliés dans la région sous-estiment le brave peuple vénézuélien. Ils se trompent en pensant

qu’il suffit d’utiliser la violence physique, économique et médiatique pour parvenir à dominer à nouveau cette région

qui aujourd’hui possède d’importants espaces d’intégration, notamment l’ALBA (Alliance bolivarienne pour les Amériques),

l’UNASUR (Union des nations sud-américaines) et la CELAC (Communauté d’États latino-américains et des Caraïbes).

Ce n’est pas par hasard si la tentative de déstabilisation ait été déclenchée peu après le sommet de la CELAC

à La Havane, alors que la République bolivarienne du Venezuela assumera l’année prochaine la présidence

du Mouvement des non-alignés.

C’est dans ce contexte que nous de La Vía Campesina International, forts des centaines de milliers de femmes

et d’hommes organisés dans la Coordinadora Latinoamericana de Organizaciones del Campo

(CLOC, Coordination latino-américaine d’organisations paysannes), nous continuerons de nous mobiliser pour défendre

les processus de transformation et les luttes que soutiennent nos peuples d’Amérique latine.

[Lire la suite sur Le Grand soir]

Article original

Publié dans Amerique latine, Luttes, Solidarite, Venezuela | Pas de Commentaire »

Chili : Pour la première fois depuis 1973, une ministre communiste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2014

 

Les droits des femmes à l’honneur dans le gouvernement Bachelet

 

CaptureClaudiaPascual

  Le PCF salue la nomination de Claudia Pascual, membre du Parti

  communiste du Chili, au sein du gouvernement formé par Michelle Bachelet.

  Claudia est aujourd’hui à la tête du Service national des femmes, le SERNAM.

  Cette nomination est d’importance et porteuse d’espoir, tant les droits

  des femmes sont constamment et dramatiquement attaqués au Chili.

  L’avortement y est strictement interdit, avec des conséquences tragiques

  en termes de mortalité maternelle.

*

De même, les chiffres des violences faites aux femmes sont plus qu’alarmants et la loi se range rarement du côté

des victimes. Jusqu’ici le SERNAM, créé en 1991, a toujours appliqué une politique soumise à une vision

très conservatrice de la famille laissant sans réponse les attentes des femmes du Chili.

Michelle Bachelet a été particulièrement active au sein de l’ONU-femmes qu’elle a présidée durant trois ans.

Gageons qu’elle saura répondre aux attentes des femmes de son pays, aux urgences et à la gravité de leur situation,

en particulier en transformant le SERNAM en ministère plénipotentiaire.

Nous tenons à apporter tout notre soutien à Claudia Pascual, communiste et féministe, engagée depuis des années

aux côtés d’associations féministes. Elle peut compter sur notre solidarité. Dans une période si grave de remise

en cause, en Europe, du droit à l’avortement, nous avons grand besoin de faire converger nos batailles.

Laurence Cohen, Responsable nationale Droits des femmes/Féminisme

Lydia Samarbakhsh, Responsable des Relations internationales

Publié dans Chili, Droits des femmes, PCF | Pas de Commentaire »

Vingt ans ont passé et les Zapatistes sont toujours là !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 janvier 2014

 

MEXIQUE

Il y a vingt ans, le «Ya basta !» des Indiens zapatistes

 

Le 1er janvier 1994, l’Armée zapatiste de libération nationale se soulevait au Chiapas

au cri de «Ya basta !» (ça suffit !) face au néolibéralisme.

Depuis, la rébellion s’est organisée en communes pour garantir les droits 
des indigènes.

 

chiapas

 

 En guise de vœu de bonne année, ils ont lancé un cri : « Ya basta ! »

 Le 1er janvier 1994, des hommes et des femmes, sommairement armés,

 investissent sept villes et villages de l’État du Chiapas dont la capitale,

 San Cristobal de las Casas. Le « ça suffit ! » de l’Armée zapatiste

 de libération nationale (EZLN) surprend alors au-delà des seules

 frontières du Mexique.

 

Sur le plan régional, les guérillas salvadorienne et nicaraguayenne ont en effet déposé les armes au terme

de guerres civiles marquées par l’ingérence de Washington. Le Guatemala avance lui aussi sur le chemin de la paix.

Pourtant, voilà dix ans que le mouvement insurgé se structure dans la clandestinité. Ce 1er janvier, la nation

centraméricaine célèbre également l’entrée en vigueur de l’accord de zone de libre-échange (Alena)

avec ses voisins du Nord, les États-Unis et le Canada, aux funestes conséquences sociales pour les Mexicains.

>>> Lire le reportage de notre correspondante au Mexique en 1994

 

zapatiste1

 

  Symboliquement, la rébellion indigène tient sa date. Elle qui fustige

  le néolibéralisme responsable de l’exclusion sociale de millions

  de Mexicains. Elle qui dénonce le sort des Indiens, ravalés au rang

  d’inférieurs, au sein d’un système social et politique corrompu, raciste

  et répressif.

 

« Les dictateurs appliquent une guerre génocidaire non déclarée contre nos peuples, c’est pourquoi nous

te demandons ta ferme participation en appuyant ce plan qui est celui du peuple mexicain qui lutte

pour le travail, la terre, un toit, manger, la santé, l’éducation, l’indépendance, la liberté, la démocratie,

la justice et la paix », avance en 1993 l’EZLN dans sa première déclaration de la forêt Lacandona.

L’appel rencontre alors un écho planétaire, mettant à mal la fumeuse théorie de la fin de l’histoire

et des idéologies. « C’est une démonstration de grande dignité que de rompre avec la plainte et

le misérabilisme. Le soulèvement zapatiste montrait également qu’un autre mode de vie était possible

et souhaitable.

Pour tous ceux qui militent, le “Ya basta !” a constitué un formidable espoir. Les plus piétinés, les plus fragiles

étaient capables de nous montrer un chemin », rappelle la journaliste et productrice Aline Pailler, également

militante au sein de Grains de sable, un collectif de solidarité avec le Chiapas.

Vingt ans plus tard, on peut même affirmer que cette région fut le berceau de l’altermondialisme et des futurs

forums sociaux mondiaux.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Dans les archives de l’Humanité (1994) :

Gutiérrez Ávila

 

zapatiste

 

Semaine zapatiste en France 
du 11 au 19 janvier 

 

À lire sur :  www.cspcl.ouvaton.org

♦  Manifestation de solidarité avec les communautés

zapatistes

♦  Fêtons ensemble le 20ème anniversaire

du soulèvement zapatiste au Chiapas

 

 

 

Lire également :

 

 

Publié dans Amerique latine, Mexique | Pas de Commentaire »

Nelson Mandela rapproche Castro et Obama à Soweto

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 décembre 2013

 

Au de-là de l’émotion palpable dans le FNB Stadium de Soweto, ce mardi, lors de la cérémonie

d’hommage à Nelson Mandela, le monde entier a pu assister à une poignée de main

historique et à l’échange de quelques mots entre le président des États-Unis,

Barack Obama et son homologue cubain, Raoul Castro.

Un geste sans précédent entre les dirigeants des deux pays en froid

depuis le début des années 1960.

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Publié dans Cuba, ETATS-UNIS, Monde | Pas de Commentaire »

Dans l’Humanité des débats, une nouvelle page pour le Chili

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 novembre 2013

 

huma1511

La socialiste Michelle Bachelet, à la tête d’une coalition

allant du Parti communiste au centre, est favorite

pour la présidentielle de dimanche, face à la candidate

de droite Evelyn Matthei.

Une nouvelle majorité de gauche est en passe

de se dessiner pour répondre aux attentes des Chiliens.

A lire dans notre édition :

   ♦ Le temps de la concertation sur le point de s’achever, reportage

de notre envoyée spéciale à Santiago

*
   ♦ Les salariés du secteur public revendiquent leur part de croissance

   ♦ Un cadre électoral mis en place par Augusto Pinochet

   ♦ Le retour du printemps au Chili, l’édito de Patrick Apel-Muller

   ♦ « Le peuple veut aujourd’hui une nouvelle constitution pour le Chili », entretien avec Guillermon Teillier,

président du Parti communiste chilien

   ♦ Deux femmes pour un fauteuil présidentiel. Face à Michelle Bachelet, la très droitière Evelyn Matthei

Sommaire

L’Humanité en version numérique

Publié dans Chili, l'Humanité, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

«Pablo Neruda 
était un symbole à abattre»

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 septembre 2013

 

Hommage à Pablo Neruda

            «Pablo Neruda 
était un symbole à abattre»

 

«Pablo Neruda 
était un symbole à abattre» dans Chili captureneruda1

L’Humanité de ce lundi rend hommage à Pablo Neruda.

Extrait de notre 4 pages spéciales.

Santiago (Chili), envoyée spéciale.

Manuel  Araya était chauffeur et garde du corps de Pablo Neruda.

Seul, contre tous, il a toujours dénoncé l’assassinat du poète.

Grâce à son témoignage, une enquête a été ouverte en 2011.

 Grâce à votre témoignage, 
le Parti communiste du Chili

(PCCh) a déposé une plainte criminelle en 2011

afin d’exhumer les restes de Pablo Neruda, convaincu

qu’il a été assassiné. Sur quoi se fonde votre jugement ?

Manuel Araya. Dès 1973, j’ai demandé à Matilde, sa femme, de dénoncer son assassinat. Pablo Neruda

se trouvait dans la clinique de Santa Maria, 
à Santiago, depuis le 19 septembre. 
Il souffrait du cancer mais,


à ce moment-là, il était en bonne santé. 
Il était en revanche inquiet de ce qui 
se passait dans le pays

et triste après 
la mort de Salvador Allende. 
Nous, nous craignions pour sa vie car 
on le savait en danger.

L’ambassadeur du Mexique voulait le faire sortir 
du pays. Il devait d’ailleurs s’y rendre 
le 24 septembre

1973. Le 22, Neruda me dit d’aller à Isla Negra pour faire ses valises et lui ramener douze livres.

Lorsque nous partons avec Matilde, 
il va bien. Puis, dans l’après-midi, nous recevons un appel pour nous

informer qu’on lui a fait une piqûre. Lorsque nous revenons à la clinique, Neruda est rouge, il me dit

que tout son corps le brûle. C’est très étrange, mais on m’envoie acheter un médicament. Pourquoi, alors

que nous sommes 
dans un hôpital ? En sortant, 
deux voitures m’arrêtent et m’emmènent au commissariat.

Neruda meurt 
le 23 septembre.

[Lire la suite]

 Voir également :  http://pablo-neruda-france.blogspot.fr/

 

Publié dans Chili | Pas de Commentaire »

12345...18
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy