L’insurrection du XXIème siècle

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 avril 2010

Publié par : LE TACLE31 mars 2010Esteban Garcia


COLOMBIE : INSURRECTION DU XXIe SIÈCLE – LES FARC-EP -

 

Insurgencia

Le long métrage FARC-EP : L’insurrection du XXIème siècle tente de répondre à ces questions, en soumettant à la discussion, la propagande baroque et maccarthyste lancée depuis les USA. Pour cela l’équipe de cinéma « Glauber Rocha », constituée par des cameramen de divers pays d’Amérique latine et d’Europe, pénètre dans la jungle, parcourt les cordillères et les montagnes, en montrant de l’intérieur, comme jamais on n’a pu le voir, la vie quotidienne dans les camps des FARC-EP.

Le documentaire, qui dure presque deux heures, comprend des interviews des principaux commandants guérilléros du secrétariat les FARC-EP et de nombreux témoignages de combattants de base, des paysans et des jeunes des zones urbaines du Parti Communiste Clandestin de Colombie (PCCC), ainsi que des séquences sur le rôle fondamental des femmes dans la lutte de la guérilla, des indigènes et des peuples originaires, le problème du narcotrafic, le para-militarisme, les prisonniers de guerre, les nouvelles bases militaires usaméricaines et la violation systématique des droits de l’homme appliquée par le terrorisme d’État dans la patrie du leader indépendantiste Simón Bolívar…

[Lire la suite sur letacle.canalblog.com/]

 

Voir les vidéos ICI

 

Publié dans Amerique latine | 1 Commentaire »

Honduras : « nous luttons pour qu’un jour nos enfants vivent mieux que nous… »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2010

Publié par : PRIMITIVI – 30 mars 2010

 

Honduras :

« les palmiers nous ont sauvés des balles »

 

Source : Radio Progreso Mujeres campesinas del Bajo Aguán : “las palmas nos salvaron de las balas”
Traduction : Primitivi

Radio Progreso, une des figures radiophoniques de la résistance, rapporte sur son blog le témoignage des femmes de la communauté de La Concepción, région du Bajo Aguán. Communauté chassée des terres en friche que le gouvernement de Zelaya lui avait mis à disposition en 2009. Après putsch de juin 2009 les latifundistes ont chassé les paysans pauvres de ces terres en friche qu’ils déclarent leur appartenir (NB : les latifundistes n’ont aucun titre de propriété sur ces terrains qui appartiennent à l’État).

Suite à cela les familles de la communauté de La Concepción ont décidé de s’installer dans la palmeraie de Miguel Facussé, un des latifundiste. Celui-ci a réagit en leur envoyant ses gardes privés et la police pour les déloger par la force, tirs à balles réelles, disparitions et assassinats sont l’arsenal répressif utilisé [1], mais les familles résistent car elles n’ont pas le choix.

Honduras :

 “Nous sommes menacés par les agents de Mr Miguel Facussé et par les policiers” dit Lidia Ramos, tandis qu’elle se rappelle la triste journée du vendredi 12 février [2], quand plusieurs agents de sécurité et policiers envoyés par l’entrepreneur Miguel Facussé ont tiré contre les familles qui étaient installées dans la palmeraie de palmier africain La Concepción à Tocoa, province de Colomb [3].

“Ils ont tiré comme des fous. Nous avons couru avec les enfants pour nous couvrir derrière des palmiers. Mais nous restons ici, nous appuyons nos époux et nous luttons pour qu’un jour nos enfants vivent mieux que nous, nous le faisons pour eux, pour leur avenir”, ajoute Lidia.

[Article complet : primitivi.org/]

 

Publié dans Amerique latine | Pas de Commentaire »

Le projet ITT : Pour que l’économie postpétrolière et la justice climatique deviennent réalité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 mars 2010

Source carte :

 http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/amsudant/equateur.htm
Le projet ITT : Pour que l’économie postpétrolière et la justice climatique deviennent réalité dans Amerique latine equateur-map-regions

Une proposition révolutionnaire de l’Équateur :

l’Initiative Yasuní ITT

 L’Humanité24 mars 2010 -

Par Matthieu Le Quang, Doctorant en science politique à l’Institut d’Études Politiques

d’Aix-en-Provence, Chercheur associé à FLACSO-Équateur.

Comment engager de véritables politiques de lutte contre le réchauffement climatique ?

L’échec du sommet de Copenhague, en décembre 2009, a montré les difficultés des États à se remettre en question quant à leur modèle de développement et à présenter de véritables politiques de lutte contre le réchauffement climatique en accord avec les autres pays du monde. Face à cette incapacité à aller au-delà des intérêts nationaux et commerciaux, un petit pays, l’Équateur, propose au monde une idée simple mais révolutionnaire  : l’Initiative Yasuní ITT.

Le projet ITT (sigle venant du nom des trois forages d’exploration se trouvant dans la zone  : Ishpingo-Tambococha-Tiputini) consiste à laisser sous terre quelque 850 millions de barils de pétrole situés dans le parc Yasuní, une réserve naturelle contenant une des plus importantes biodiversités au monde. L’exploitation de ce pétrole lourd pourrait rapporter à l’État entre 5 et 6 milliards de dollars (avec un prix de 70 dollars le baril). Mais en échange, l’Équateur, en partant du principe de coresponsabilité pour les problèmes environnementaux globaux, demande à la communauté internationale une contribution de 50 % au minimum de la manne financière dont il pourrait disposer s’il exploitait ce pétrole. La biodiversité en Amazonie doit être considérée comme un bien commun mondial car c’est la plus grande source d’oxygène au monde.

L’Équateur possède une économie fondée principalement sur la rente du pétrole. En 2009, 51,2 % des exportations venaient du pétrole. Or, les réserves de l’ITT représentent environ 20 % des réserves totales connues dans le pays. C’est donc une manne financière dont un pays comme l’Équateur ne peut se passer. Pourtant, la proposition du gouvernement équatorien est de ne pas exploiter ces réserves, et ce pour diverses raisons.

[Lire la suite]

 

Publié dans Amerique latine, ECONOMIE, IDEES - DEBATS - PHILO, Peuples indigenes | Pas de Commentaire »

Honduras

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2010

Publié par : PRIMITIVI – 16 mars 2010

Honduras : région de l’Aguán, ouvriers agricoles et journalistes

semblent des cibles privilégiées.

Militaires, paramilitaires, latifundistes et narcos la ronde des assassins.


La ronde des exactions continuent au Honduras, bien que le pays soit maintenant dirigé par un président « démocratiquement élu », comme on dit, les paramilitaires assassinent à tout va. Et les tueurs des narcos semblent également être à la fête, curieusement cela se passe dans la même région du pays : la région de l’Aguán sur la côte atlantique.

Honduras dans Amerique latine _asesinato_politico_honduras-55534

De là a y voir de curieuses coïncidences… cela doit faire partie de notre mauvais esprit.

 

 

Sans commentaire.

(photo : Tercera Informacion)

 

[Article complet : primitivi.org/]

 

Publié dans Amerique latine | Pas de Commentaire »

Coca-Cola en Colombie

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mars 2010

 A lire sur : Bakchich.info

Coca-Cola, du plomb dans le gaz en Colombie

Perd la bulle / 9 mars

La célèbre multinationale américaine a tenté d’interdire la diffusion d’un film documentaire dénonçant ses pratiques sociales en Colombie, voire son implication dans le meurtre de plusieurs syndicalistes. FILOUTERIES

 « Je n’en reviens toujours pas.«  Vincent Mercier, président du Festival international du film des droits de l’homme à Paris a eu les honneurs d’une lettre signée Coca-Cola. La firme gazeuse le menace de poursuites judiciaires s’il diffusait un film documentaire, « L’Affaire Coca-Cola », programmé en ouverture le 9 mars prochain. Un film de 85 minutes qui pointe une éventuelle complicité de la multinationale dans le meurtre de huit syndicalistes colombiens dans les années 90.

[La suite + vidéos sur : bakchich.info/]

 

Publié dans Amerique latine, INFOS | Pas de Commentaire »

Evo Morales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 mars 2010

ARTICLE XI - 5 mars 2010 – par Lémi

Evo Morales dans Amerique latine vignette_evo On peut penser que la personnalité d’un dirigeant ne compte pas. On peut – au contraire – estimer essentiel de se pencher sur le parcours et le caractère de celui qui tient les rênes. Evo, biographie du président bolivien par le journaliste argentin Martin Sivak, penche pour la deuxième option. Moi aussi. D’autant que ça me permet d’enfin déclarer ma flamme. Coming-out.

 

Evo Morales, Président pull-over

 

« Evo. Portrait au quotidien du premier président indigène de Bolivie », éditions Le Jouet Enragé/L’esprit frappeur, 2010, traduction Anna Feillou

Un ministre exigea qu’Evo se rétracte. « Ta grand mère n’a qu’à se rétracter », lui répondit-il, et l’Exécutif demanda son « départ définitif » du parlement. (Martin Sivak)

Je sais, ça manque de sérieux. On ne déclare pas sa flamme à un président en exercice, ce n’est pas convenable. J’ai résisté, tu sais, avant de passer à l’acte. Mais je n’ai plus la force, ni l’envie. À bout, je suis. Cela fait plus d’un an que je lutte contre cette inclination. Que je fais tout pour éviter de penser à lui. Et à force, j’y étais presque parvenu. Certes, le drapeau Aymara continuait à claquer fièrement au vent sur mon balcon, et le poster Evo Presidente trônait encore en bonne place dans ma cuisine, mais j’avais fini par refouler mon admiration débordante. Pas le choix : passionné de politique latino-américaine et du socialisme du XXIe siècle qui s’y échafaude, je savais ne pas pouvoir me laisser aller aux sentiments sous peine de perdre toute crédibilité. Pour mener des entretiens avec des spécialistes ou parler de sujets qui fâchent, j’ai dû abandonner mon côté midinette, me concentrer sur le concret, les chiffres, les mesures. Une approche rationnelle. Pour tout te dire, ça a presque marché : Evo, je n’y pensais plus du tout. Ou alors, comme à un simple dirigeant politique, pas une âme sœur.couverture1

Mais voilà : ça n’a pas duré. Tout est tombé à l’eau il y a une semaine, quand j’ai fait l’erreur d’aller boire quelques verres avec l’ami Sergio Caceres, ancien rédacteur du journal bolivien El Juguete Rabioso [1] et désormais éditeur au sein d’une petite structure hexagonale, Le Jouet Enragé. Au cours de la discussion, il m’a donné le dernier livre édité par sa maison (avec l’Esprit Frappeur [2]), sobrement intitulé Evo [3].

[Lire la suite]

 

 

Publié dans Amerique latine, Monde | Pas de Commentaire »

« Étranges manières de compter ou de conter… »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 février 2010

27 février 2010

Réponse au « journaliste » Michel Faure, de Rue89

Étranges manières de compter ou de conter…

 

arton10117-49b8d dans POLITIQUE

Yvette GUEVARA

illustrations : Ralph Steadman

A La Macarena, petit village colombien situé 200 kilomètres de Bogota, deux mille cadavres des dissidents assassinés pendant le conflit armé et les périodes de nettoyage qui ont suivi, viennent d’être découverts. Deux mille êtres humains inhumés dans le plus terrible anonymat par les commandos d’élite et les forces gouvernementales. 2000 personnes ! C’est la plus grande fosse commune de l’histoire récente d’Amérique latine.

Hélas, il y n’a pas un seul cri d’indignation parmi les grandes voix de la presse. Peut-être l’horreur a-t-elle laissé en état de choc les reporters d’Amnesty International ou les dits journalistes de Reporters Sans Frontières ? Combien se sont déplacés pour faire connaître un tel crime collectif, comparable à ceux de l’Holocauste nazi ou au génocide rwandais ? Où est l’indignation de la communauté internationale, de l’Union Européenne, des hommes politiques, des porte-paroles, des journalistes ou citoyens informés ? Qui a demandé des explications à la Colombie, au pouvoir colombien ? Quelle ONG est partie pour soutenir les familles concernées par le deuil ? Mais surtout, surtout : pourquoi ceci est passé sous le plus horrifiant des silences ?

Est-ce la « fatalité » colombienne, cet espèce de syndrome de la violence incurable et du conflit éternel ? Est-ce que dans ces conditions d’institutionnalisation, des assassinats des dirigeants et de l’opposition, derrière une fine couche de lutte contre le narcotrafic, suffit à convaincre ?

En tout cas, il faudra des kilos de « poudre » aux yeux pour faire de la fumée devant un crime d’une telle envergure. Ou, trouver, entre les nouvelles du sud, quelque chose à se mettre sous la dent. Et voilà : la mort du prisonnier d’opinion cubain Orlando Zapata ! Ça, ça peut faire couler de l’encre. C’est une valeur sûre car depuis 1972 aucun des dits prisonniers politiques cubains n’est mort, aucun n’a disparu, aucun n’a été torturé, aucune fosse commune n’a été découverte à Cuba. Cuba est toujours un bon sujet.

[Article complet : legrandsoir.info/]

 A (re)lire sur notre blog :

Colombie : Le paramilitarisme, une stratégie d’État

 

Publié dans Amerique latine, POLITIQUE, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Séisme au Chili : plus de 700 morts

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 février 2010

Séisme au Chili : plus de 700 morts  dans Amerique latine tremb CHILI

Un séisme de magnitude 8,8 sur l’échelle de Richter a frappé le Chili samedi 27 février. Son épicentre a été localisé à 35 km de profondeur dans l’océan Pacifique, à 105 km au sud-ouest de la ville chilienne de Talca et à 115 km de Conception, deuxième ville du pays.

La secousse de magnitude 8,8 a été ressentie partout dans la Cordillère des Andes. Au Chili, elle a fait plus de 300 victimes, principalement dans le centre du pays, et plus de deux millions de sinistrés.

La ville de Concepcion, à 500 km au sud de Santiago, a été la plus affectée : au moins 100 victimes, des dizaines de maisons détruites, des voitures écrasées, des routes éventrées et des ponts détruits. Une centaine de personnes y sont encore prisonnières d’un immeuble de 15 étages qui s’est effondré samedi.

Depuis samedi, de nombreuses répliques ont eu lieu. En moins de 24 heures, pas moins de 90 séismes d’une magnitude d’au moins 5 ont été recensés, dont un qui était presque aussi puissant que le tremblement de terre qui a dévasté Haïti en janvier. Aujourd’hui, à 8 h 25 (heures locales),  une forte réplique de 6,1 a été enregistrée dans la région du Maule, à environ 250 km au sud de Santiago.

Pour + d’infos, voir l’article de La Voix du Nord : Séisme au Chili : au moins 300 morts et une nouvelle réplique de 6,1

 

La plaque de Nazca
Plaque de Nazca

Ce n’est pas la première fois que le Chili est frappé par un séisme de cette importance. Les côtes pacifiques du Chili, du Pérou et de l’Équateur sont en effet situées à la jonction des deux plaques tectoniques de Nazca et d’Amérique du Sud. C’est l’une des régions sismiques les plus actives de notre planète.

Tectonic plates-fr.pngles plaques tectoniques de la Terre

Le glissement de la plaque de Nazca d’environ 18 m sous la plaque sud-américaine avait provoqué le 22 mai 1960 le plus violent séisme jamais enregistré. Il avait dévasté la ville de Valdivia. La secousse de magnitude 9,5 avait fait environ 1 700 morts et deux millions de sans-abris. Le tsunami créé  avait dévasté la côte chilienne. Il avait ensuite parcouru tout l’océan Pacifique jusqu’aux côtes du Japon et de la Nouvelle-Zélande.

Source : wikipédia

 

Publié sur : radio-canada.ca/ :

Les 10 séismes les plus meurtriers depuis le XXe siècle

12 janvier 2010 : En Haïti, dans la région de Port-au-Prince, un tremblement de magnitude 7 fait plus de 200 000.

26 décembre 2004 : En Indonésie et sur le pourtour de l’océan Indien, un tremblement de terre de magnitude 9 fait 226 000 morts.

28 juillet 1976 : En chine, dans la région de Tangshan, un séisme de magnitude 7,8 à 8,2 donne un bilan officiel de 242 000 morts et un bilan non officiel de 800 000 morts.

31 mai 1970 : Au Pérou, dans la région d’Ancash, un tremblement de terre de magnitude 7,8 fait 66 794 morts.

6 octobre 1948 : Au Turkménistan soviétique, un séisme de 7,3 fait 110 000 morts.

26 décembre 1932 : En Chine, dans la région de Kanzou, un tremblement de terre de magnitude 7,6 fait 70 000 morts.

22 mai 1927 : En Chine, dans la région de T’sing Haï, un séisme de magnitude 8,3 fait 200 000 morts.

1er septembre 1923 : Au Japon, dans les régions de Tokyo et Yokohama, un tremblement de terre de magnitude 8,3 fait 140 000 morts.

16 décembre 1920 : En Chine, dans la région de Tansou, un séisme de magnitude 8,6 fait 100 000 victimes.

28 décembre 1908 : En Italie, dans la région de Messine, un séisme de magnitude 7,5 fait 84 000 morts.

Source : Associated Press

 

Publié dans Amerique latine, INFOS | Pas de Commentaire »

Colombie : Le paramilitarisme, une stratégie d’État

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 février 2010

Publié sur : Primitivi.org/

Colombie : les morts commencent à reparaître, il y en a …

des milliers !

On parlera peut-être bientôt de « Uribe le génocidaire »

dimanche 31 janvier 2010, par Primitivi

Dans le cimetière de La Macarena, à 200 km de Bogota, ont été enterrés des milliers de corps, déposés là anonymement par l’armée à partir de 2005. Cette découverte ahurissante ainsi que les enquêtes ouvertes par la justice colombienne montrent que l’État est impliqué au travers de l’armée, de la police et des paramilitaires.

Un millier de fosses communes pourraient être trouvées sur le tout le territoire, suivant l’ONU les évaluations des magistrats instruisant les affaires « Justice et Paix » parlent d’environ 50 000 disparus depuis 2005, donc lors du premier mandat présidentiel d’Álvaro Uribe [1].

Mais certains de ces magistrats estiment déjà que le gouvernement va faire obstruction aux enquêtes, il est vrai que les présidentielles colombiennes approchent et que Uribe brigue un troisième mandat successif. Il a fait modifier la Constitution dans ce sens en septembre 2009 [2].

[Lire la suite sur : primitivi.org/]

 

Aujourd’hui, encore, l’État colombien et les multinationales continuent à utiliser les « escadrons de la mort », notamment contre les syndicalistes.

Colombie : Le paramilitarisme, une stratégie d'État dans Amerique latine Mini-fleches-31A lire sur :    http://amerikenlutte.free.fr/index.php – 16 février 2010

Colombie : deux leaders mineurs assassinés par des paramilitaires

Plus de 20 organisations sociales de la Colombie ont dénoncé le meurtre de 2 leaders mineurs au sud de Bolivar. Elles attribuent les crimes aux groupes paramilitaires.

[Lire la suite]

 

Mini-fleches-31 dans Amerique latineVoir également sur : http://www.alternatifs.org/spip/ – mars 2009

Colombie : « Un État qui tue et qui appelle au meurtre » 

 Extrait :

La Colombie est aussi le pays le plus dangereux au monde pour les syndicalistes. Ce pays détient en effet le record mondial de syndicalistes assassinés, déplacés de force, menacés de mort. 4.000 syndicalistes ont été assassinés en Colombie ces 20 dernières années, dont 474 en six ans de Présidence Uribe, 97 % de ces crimes sont impunis. Lorsque les conflits sociaux s’amplifient dans le pays, le gouvernement colombien répond par des balles et des arrestations arbitraires à l’exigence de justice sociale et de démocratie, comme il l’a fait contre la Minga, grande marche indigène et paysanne qui manifestait pacifiquement, en novembre dernier. Enfin, tous les acteurs armés (guérilla, armée et paramilitaires) violent le principe de distinction entre les combattants et les non combattants, au mépris de la vie et de la dignité de la population civile.

 

Publié dans Amerique latine | Pas de Commentaire »

Honduras : La répression continue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 février 2010

Primitivi – 11 février 2010

Honduras : la répression continue, assassinats et enlèvements

 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la dictature sévit toujours au Honduras. Et bien que les journaux occidentaux, qu’ils soient officiels ou alternatifs, n’en parlent absolument plus la situation ne s’arrange pas spécialement. Et assassinats et enlèvements continuent dans la plus parfaite tranquillité.

Les États qui pourraient influer sur le cours des choses, ne sont absolument plus sous la pression de l’opinion publique, puisqu’ils ont réussi à faire passer les élections indignes de novembre dernier comme une réussite démocratique alors que Porfirio Lobo a été élu par moins de 20% de la population (il y a eu plus de 67% d’abstention) et que la dictature continue de plus belle.

La pilule étant passée, doctement relayée par les organes de la presse internationale, nationale et régionale, ces États reviennent tranquillement à leur penchant naturel : réguler leurs relations avec le Honduras pour remettre en route un business juteux.

Quid des habitants et de leur aspiration légitime à une vraie démocratie ?

Vous pouvez faire pression sur vos élus afin qu’ils changent cela, ça n’est pas inutile. Loin de là, et faites circuler les informations c’est primordial.

[Article complet : primitivi.org/]

 

Publié dans Amerique latine | Pas de Commentaire »

1...1213141516...18
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy