Mexique : « Ils n’ont pas été « affectés », ils ont été assassinés !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 octobre 2014

 

Mexique :

Ils n’ont pas été « affectés » (La Jornada)

 

Capturemexique

  capture d’écran

  43 étudiants de l’École Normale Rurale

  d’Ayotzinapa, dans l’Etat de Guerrero,

  ont été enlevés par des policiers,

  après que ceux-ci aient tué 6

  de leurs camarades, la journaliste Gloria

  Muñoz revient sur ce nouveau crime,

  sinistre épisode de la guerre

menée contre les peuples du Mexique par un État soumis aux intérêts des compagnies minières, trusts de l’ « Énergie »,

fabricants d’armes aussi bien nord-américains que français, en étroite alliance avec les tueurs du narco-trafic.

Ce texte a été publié dans le quotidien La Jornada. Gloria Muñoz y tient une rubrique intitulée « Ceux et celles d’en bas ».

Le président de la république fédérale mexicaine, Enrique Peña Nieto, venait de faire savoir sa « sympathie »

aux étudiants « affectés » (sic) par le massacre d’Ayotzinapa…

“ Ils n’ont pas été « affectés » ”

Gloria Muñoz Ramírez

Ils n’ont pas été « affectés », Monsieur le Président, ils ont été assassinés. Maintenant il se fait que tout le monde

était au courant et que personne n’a rien dit. On dit en haut que l’affaire est liée au crime organisé allié

avec quelques policiers, un maire peu recommandable, son épouse et son beau-frère. Et la version de la guérilla

locale n’est pas très différente : des brigades justicières s’en sont prises au groupe délictueux « Guerreros unidos »,

comme si c’était un fait divers, comme s’il ne s’agissait pas d’un crime d’État.

[Lire la suite sur Le Grand Soir]

*
Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Amerique latine, Mexique | Pas de Commentaire »

Mexique : macabre découverte près d’Iguala après la disparition de 43 étudiants

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 octobre 2014

MEXIQUE

 

Le 26 septembre, la police a violemment réprimé une manifestation d'étudiants faisant six morts 

et près de 20 blessés dans l'État de Guerrero. Le lendemain, 57 jeunes étaient portés disparus.

Par la suite 14 étudiants ont été retrouvés. Jeudi 2 octobre, des milliers de personnes ont 

manifesté dans la région aux cris de "Nous les voulons vivants !"

Samedi, suite à une dénonciation anonyme, les policiers ont découvert un nombre encore

indéterminé de cadavres dans une fosse commune près de la ville d'Iguala.

http://www.dailymotion.com/video/x27al94

par euronews (en français)  -  sur dailymotion

 

Des charniers découverts à la périphérie d’Iguala

 

Communiqué du PCF – 3 octobre 2014

                 Soutien aux manifestants d’Iguala

 

CaptureIguala1.
.
.
.
.
.
  Le Parti communiste français exprime sa pleine solidarité 
  avec les manifestations populaires qui exigent le respect 
  de la vie des 43 étudiants disparus le 26 septembre dernier

  à Iguala, dans l’État de Guerrero au Mexique,
  Mexique, lors d'une intervention de la police qui a fait 
  6 morts et une vingtaine de blessés.

.
.
.
.
.
.

Cette intervention d'une grande violence contre le mouvement étudiant du Guerrero fait suite à une série 
d'attaques lancées par le gouvernement local, attaques menées par des policiers et des groupes 
de civils armés qu'on peut qualifier de para-militaires. Ces faits ne peuvent que renforcer les soupçons
exprimés par les progressistes mexicains de l’existence de certains liens entre le gouvernement de la ville

d'Iguala et des mafias locales.
Le PCF partage la préoccupation des organisations de défense des Droits de l'Homme telles qu'Amnesty 

international qui ne cessent de dénoncer les exécutions extra-judiciaires et les disparitions forcées 
qui ont lieu au Mexique sans que les autorités du pays n'interviennent de manière efficace 
contre les coupables.

Publié dans Amerique latine, Mexique | Pas de Commentaire »

Hommage à Frida Kahlo et Violeta Parra, deux artistes incontournables du militantisme latino-américain

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 août 2014

 

Frida, Violeta, deux artistes, deux pays, un même combat,

un même destin

 

CaptureFrida Kahlovioleta parra

L’une venait juste de peindre une toile nommée « Viva la vida », l’autre venait juste

de  composer une chanson intitulée « Gracias a la vida »…

Frida Kahlo, artiste peintre mexicaine, Violeta Parra, artiste chanteuse chilienne.

Toutes deux mortes, à l’approche de leur cinquantième anniversaire, après une vie riche

de voyages et de rencontres ; toutes deux militantes actives de leurs partis communistes

respectifs.

Quand l’art et le militantisme s’emmêlent, et s’en mêlent, on ne peut que faire chapeau-bas.

Hommage donc à deux femmes, artistes incontournables du militantisme latino-américain.

[Lire la suite sur Chien Guevara]

Pascuala Ilabaca. Violeta y Frida

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Violeta Parra « Gracias a la vida »

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Exposition Frida Kahlo au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

 

 

Publié dans Amerique latine, Chili, Culture, Hommages, Mexique, Musiqe, Peinture - Graphisme | Pas de Commentaire »

Vingt ans ont passé et les Zapatistes sont toujours là !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 janvier 2014

 

MEXIQUE

Il y a vingt ans, le «Ya basta !» des Indiens zapatistes

 

Le 1er janvier 1994, l’Armée zapatiste de libération nationale se soulevait au Chiapas

au cri de «Ya basta !» (ça suffit !) face au néolibéralisme.

Depuis, la rébellion s’est organisée en communes pour garantir les droits 
des indigènes.

 

chiapas

 

 En guise de vœu de bonne année, ils ont lancé un cri : « Ya basta ! »

 Le 1er janvier 1994, des hommes et des femmes, sommairement armés,

 investissent sept villes et villages de l’État du Chiapas dont la capitale,

 San Cristobal de las Casas. Le « ça suffit ! » de l’Armée zapatiste

 de libération nationale (EZLN) surprend alors au-delà des seules

 frontières du Mexique.

 

Sur le plan régional, les guérillas salvadorienne et nicaraguayenne ont en effet déposé les armes au terme

de guerres civiles marquées par l’ingérence de Washington. Le Guatemala avance lui aussi sur le chemin de la paix.

Pourtant, voilà dix ans que le mouvement insurgé se structure dans la clandestinité. Ce 1er janvier, la nation

centraméricaine célèbre également l’entrée en vigueur de l’accord de zone de libre-échange (Alena)

avec ses voisins du Nord, les États-Unis et le Canada, aux funestes conséquences sociales pour les Mexicains.

>>> Lire le reportage de notre correspondante au Mexique en 1994

 

zapatiste1

 

  Symboliquement, la rébellion indigène tient sa date. Elle qui fustige

  le néolibéralisme responsable de l’exclusion sociale de millions

  de Mexicains. Elle qui dénonce le sort des Indiens, ravalés au rang

  d’inférieurs, au sein d’un système social et politique corrompu, raciste

  et répressif.

 

« Les dictateurs appliquent une guerre génocidaire non déclarée contre nos peuples, c’est pourquoi nous

te demandons ta ferme participation en appuyant ce plan qui est celui du peuple mexicain qui lutte

pour le travail, la terre, un toit, manger, la santé, l’éducation, l’indépendance, la liberté, la démocratie,

la justice et la paix », avance en 1993 l’EZLN dans sa première déclaration de la forêt Lacandona.

L’appel rencontre alors un écho planétaire, mettant à mal la fumeuse théorie de la fin de l’histoire

et des idéologies. « C’est une démonstration de grande dignité que de rompre avec la plainte et

le misérabilisme. Le soulèvement zapatiste montrait également qu’un autre mode de vie était possible

et souhaitable.

Pour tous ceux qui militent, le “Ya basta !” a constitué un formidable espoir. Les plus piétinés, les plus fragiles

étaient capables de nous montrer un chemin », rappelle la journaliste et productrice Aline Pailler, également

militante au sein de Grains de sable, un collectif de solidarité avec le Chiapas.

Vingt ans plus tard, on peut même affirmer que cette région fut le berceau de l’altermondialisme et des futurs

forums sociaux mondiaux.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Dans les archives de l’Humanité (1994) :

Gutiérrez Ávila

 

zapatiste

 

Semaine zapatiste en France 
du 11 au 19 janvier 

 

À lire sur :  www.cspcl.ouvaton.org

♦  Manifestation de solidarité avec les communautés

zapatistes

♦  Fêtons ensemble le 20ème anniversaire

du soulèvement zapatiste au Chiapas

 

 

 

Lire également :

 

 

Publié dans Amerique latine, Mexique | Pas de Commentaire »

Le 21 décembre, 40 000 Indiens zapatistes ont manifesté silencieusement dans les rues des grandes villes du Chiapas (Mexique)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 décembre 2012

 

Les Zapatistes réapparaissent ?

 

Le 21 décembre, 40 000 Indiens zapatistes ont manifesté silencieusement dans les rues des grandes villes du Chiapas (Mexique) dans Amerique latine marcos2

« pour qu’on nous voie, nous nous sommes masqués le visage ;

pour qu’on nous donne un nom, nous avons pris l’anonymat ;

pour avoir un avenir, nous avons mis notre présent en jeu ;

et, pour vivre, nous sommes morts » (Sous-commandant, 1994). 

 

Les chiens de garde s’esbaudissent… Les Zapatistes,

comme la Vierge Marie, sont réapparus ! En plus d’être

au service de leur maître, ces mercenaires du papier

et de l’image n’y connaissent rien.

Depuis plusieurs années, l’EZLN, l’Armée Zapatiste de Libération Nationale, et le sous-commandant Marcos,

volontairement, se taisaient. Il y a des silences plus bruyant que le vacarme.

Les Zapatistes se sont « repliés » sur leurs communautés (les « caracoles ») dotées de « juntes de bon gouvernement ».

Dans ces espaces autogérés, ils mettent en place des relations sociales nouvelles, des logiques solidaires,

des modèles alternatifs, loin des lois iniques du marché. Et nous aurions beaucoup à y apprendre.

Le 21 décembre, 40 000 Indiens zapatistes venus de la forêt lacandonne, des Hauts du Chiapas, de la Zone Nord,

ont manifesté silencieusement dans les rues de San Cristobal de las Casas, Palenque, Ocosingo… et en ont occupé

les places centrales. C’était la mobilisation la plus importante depuis le soulèvement zapatiste du 1 janvier 1994.

C’est que malgré les pseudo-accords, sur le fond, rien n’est réglé. L’assassinat de 45 Indiens tzotzils à Actéal,

il y a 15 ans, reste impuni.

Plus de 10 millions d’Indiens vivent dans des conditions de misère épouvantable. Les « Accords de San Andrés »,

qui marquaient une avancée dans la conquête des droits, sont restés lettre morte. La nouvelle « irruption » pacifique

de l’EZLN met toutes les grandes forces politiques au pied du mur. Ces dernières se fichent du Chiapas

comme de leurs premières chaussettes ; seuls quelques élus et militants du PRD, et les militants du nouveau parti

de gauche (scission du PRD) dirigé par Lopez Obrador (Morena), et au sein duquel militent des intellectuels

comme Paco Ignacio Taibo II, soutiennent le mouvement. Il faut entendre ce « Basta ya » : huit Indiens sur dix vivent

dans l’indigence, tandis que les ressources naturelles de leurs territoires sont pillées par des compagnies minières

privées et étrangères.

L’EZLN a publié ce 21 décembre un communiqué-poème dans lequel elle invite à entendre les revendications

des nations indiennes. Le sous-commandant Marcos, lui, n’est pas réapparu.

Lire également :

Jean Ortiz

 

Le mouvement zapatiste – Enseignons.be

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Publié dans Amerique latine, Mexique | Pas de Commentaire »

Mexique : La vallée sacrée des Huichols est en danger / J.M.G. Le Clézio écrit au Point

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2012

 

Les Huichols défendent leur terre menacée par une entreprise canadienne

 

Image de prévisualisation YouTube

par  YABASTANOMASANGRE

Le gouvernement mexicain a donné 22 concessions minières à une entreprise canadienne

dans un territoire d’un peuple ancien. La terre des Huichols. Sa terre est en danger.

Ils ont commencé à se mobiliser pour la défendre

 « Calderon, tu t’habilles comme un Huichol et au moment venu tu trahis la nation ! »

Marche pour la défense de Wirikuta,

La vallée sacrée de peuple autochtone Huichol au Mexique

Image de prévisualisation YouTube

par

 

« C’est maintenant où jamais car Wirikuta est en danger. Wirikuta est menacé par des entreprises canadiennes ».

« Nous exigeons que le président de la République qui représente toute la nation, annule les 22 concessions minières qui ont été attribuées dans cette zone. Nous voulons cette solution monsieur le président ».

« C’est quelque chose d’historique ce que nous sommes en train de faire, le peuple Wixárika défendant son patrimoine naturel et culturel qu’est aujourd’hui Wirikuta ».

« Après une année de démarches, le peuple Wixárika a décidé de venir, parce que cela fait un an qu’il dénonce la possibilité que ce n’est pas possible que s’établissent des concessions minières sur la terre sacrée de Wirikuta. La réponse est qu’ils ont ouvert plus de projets miniers dans la zone où croît sa plante sacrée ».

« Ce qui se passe, c’est que nous voulons que Wirikuta soit un précédent historique, si Wirikuta n’est pas respecté alors on ne respectera pas la planète et cela entraînera la ruine de tout le monde »

Source : http://emergenciamx.org/

 

Il faut sauver les indiens Huichols

 

Plaidoyer. Au Mexique, une compagnie minière canadienne menace la montagne sacrée de ce peuple. Indigné, le Prix Nobel de littérature J.M.G. Le Clézio écrit au Point. 

 

Mexique : La vallée sacrée des Huichols est en danger / J.M.G. Le Clézio écrit au Point dans Amerique latine huichols-223x300

Extrait

 

Mais la question n’est pas, qu’on y réfléchisse, seulement celle des Huichols

et du Cerro Quemado. Il ne s’agit pas d’affirmer un privilège exotique en vue de

maintenir une poignée d’hommes dans leur droit, contre l’abus d’une compagnie

minière nord-américaine – même si, de toute évidence, la beauté, la pensée et

la justice sont de leur côté. La question est de mettre un frein, chaque fois que

cela est possible, à la rapacité des puissants exercée contre ce qu’il y a de

précieux et d’unique – l’héritage, le respect, l’équilibre du monde -, mieux que

des symboles, la substance vivante de notre commune humanité.

Nous devons tous soutenir la juste cause des Huichols et demander au gouvernement mexicain d’annuler l’autorisation d’exploiter le Cerro Quemado accordée hâtivement à la First Majestic Silver.

Auteur : J.M.G. Le Clézio - Source : http://www.lepoint.fr/ 

Lu sur : dazibaoueb_logo_700 dans Mexique22 janvier 2012

publié par ambre34
Illustration ajoutée par nous

 

+ d’infos sur les Huichols :

cocomagnanville.over-blog.com/pages/MEXIQUE_les_Huichols

art-huichol.over-blog.com/albums.html

 

Publié dans Amerique latine, Mexique, Peuples indigenes, Solidarite | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy