Vía Campesina Honduras dénonce l’assassinat de Margarita Murillo

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 septembre 2014

 

Assassinat de Margarita Murillo 

communiqué de Vía Campesina Honduras

 

margarita-murillo   Via Campesina Honduras

  La Vía Campesina Honduras (LVC) informe l’opinion publique

  nationale et internationale que notre chère camarade de luttes

  Margarita Murillo a été assassinée dans  la nuit du 26 août 2014,

  dans la communauté de la montagne El Planon, juridiction

  du village El Venado, dans la municipalité de Villanueva Cortes,

  où elle cultivait une petite parcelle de terre.

 

 

Notre camarade Margarita Murillo a fondé le Front Paysan d’Unité Nationale (FENACAMH) et la Centrale Générale des Travailleurs des Champs (CNTC) durant les années 80 –des années de répression- et c’était aussi une infatigable militante en faveur de la justice agraire et de la libération nationale. C’est pourquoi son départ nous laisse un vide incalculable, non seulement pour ces organisations mais aussi pour la société civile du Honduras, tous regrettent aujourd’hui sa perte.

Notre camarade Margarita Murillo a eu à sa charge la direction nationale, départementale et de base du Front National de Résistance Populaire (FNPR) ainsi qu’au Parti Liberté et Refondation (Libre) ; elle faisait parti actuellement du Forum Social de la Vallée du Sulia.

Ironiquement, au moment de son assassinat, Margarita Murillo bénéficiait de mesures de protection : l’État hondurien avait l’obligation de défendre sa vie suite aux multiples dénonciations et pétitions d’organismes internationaux des droits de l’homme car elle était constamment menacée de mort.

Nous rendons hommage à toutes ces années de lutte que notre camarade Margarita Murillo a livré aux côtés de notre peuple pour revendiquer le droit à la terre, sa lutte pour la défense de notre souveraineté, pour une réforme agraire intégrale, en faveur de la sécurité alimentaire du peuple hondurien.

La Vía Campesina Honduras (LVC) condamne ce vil assassinat et exige de l’État du Honduras qu’il assume ses responsabilités et trouve les assassins et les fasse traduire devant la justice.

Nous condamnons ce vil assassinat sur la personne de Margarita Murillo qui prouve encore une fois la criminalité institutionnalisée [existant dans notre pays], ce pourquoi nous dénonçons le gouvernement de Juan Orlando Hernandez qui n’assume pas ses responsabilités comme il le devrait, comme pour les multiples crimes commis contre 130 paysans assassinés durant les deux deniers gouvernements.

Source : La radio del Sur http://laradiodelsur.com.ve/?p=303496 (espagnol)

Traduit par Paúl Hernandez pour http://voiebolivarienne.wordpress.com/.

* * * * * * *

D’autres articles sur la triste disparition de Margarita Murillo :

Assassinat au honduras – L’Humanité 01/09/2014

Le Parti de la gauche européenne a condamné le meurtre, le 27 août, de Margarita Murillo. Celle-ci est le plus important membre de l’opposition, formée à la suite du coup d’État de 2009 contre 
le président Manuel Zelaya, à avoir été assassiné.

http://www.humanite.fr/assassinat-au-honduras-550445

 !!!!!!L’Humanité : le seul journal français qui a traité le sujet et publié un article dans sa version papier !!!!!!

Margarita Murillo : Another Victim of Neoliberalism in Honduras ? – The Huffington Post 31/08/2014

> http://www.huffingtonpost.com/marco-caceres/margarita-murillo-another_b_5744476.html

P. H.

*
Source :  legrandsoir.info

Publié dans Amerique latine, Honduras | Pas de Commentaire »

Manuel Zelaya de retour au Honduras après deux ans d’exil forcé

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2011

 

Manuel Zelaya de retour au Honduras après deux ans d'exil forcé dans Amerique latine post-3-1306640429

Deux ans après le coup d’État,

Manuel Zelaya est rentré au Honduras

où l’attendaient des dizaines de milliers de partisans.

Vidéo :_Manuel Zelaya de retour au Honduras

 

« Oui nous avons pu !!! »

crie le peuple hondurien

 

Source : La Révolucion VIVE – 28 mai 2011

Auteur : Thierry Deronne

Creative Commons License

IMG_SECC_225x150_58536934 dans Honduras

Un coup de tonnerre vient de trouer le silence sépulcral des médias européens

et des médias privés honduriens qui avaient tenté de justifier le coup d’état

et qui avaient critiqué l’appui de Lula au président Zelaya.

Celui-ci vient en effet de vaincre tous les obstacles pour rentrer dans son

pays, le Honduras, un des plus pauvres du continent.

 

Ce retour n’est dû qu’à la force croissante des latino-américains, aux syndicats, aux mouvements paysans,

indigènes et aux organisations populaires progressistes du Honduras, au travail constant des médiateurs du

Venezuela, de la Colombie, du Brésil, du Nicaragua…

Les États-Unis avaient cru que le coup porté à l’unité de l’ALBA en organisant il y a deux ans ce coup d’État avec

leurs élèves locaux de la School of Americas, puis en finançant la dictature et ses mercenaires, pourrait durer

et servir de tête de pont pour reconquérir leur influence perdue en Amérique Latine. Mais ni le black-out médiatique,

ni les assassinats sélectifs, ni la terreur généralisée, n’ont pu empêcher l’effort conjugué de la résistance

hondurienne et des gouvernements latino-américains.

[Lire la suite sur : larevolucionvive.org.ve/]

 

Publié dans Amerique latine, Honduras, INFOS | Pas de Commentaire »

Ne le dites à personne, parce que ça ne s’est pas passé à Cuba…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 août 2010

Publié le 29 août 2010 par : Ne le dites à personne, parce que ça ne s’est pas passé à Cuba… dans Amerique latine img_logo_new

Ne le dites à personne, parce que ça ne s’est pas passé à Cuba…

 

arton11340-2ac17 dans Colombie

Koldo Campos Sagaseta

Rebelión
http://www.rebelion.org/noticia.php…

Traduction M. Colinas

(À l’intention des médias de l’information)

Ils ont assassiné le journaliste Israel Zelaya Díaz. C’est le dixième journaliste assassiné depuis le début de cette année… mais n’en parlez pas, parce que ça ne s’est pas passé à Cuba. Ça s’est passé dans cette irréprochable démocratie qu’est le Honduras, cette démocratie née d’un Coup d’État ourdi aux États-Unis et béni en Europe.

Et, déjà, ça fait 31 syndicalistes assassinés depuis le début de cette année… mais n’en parlez pas, parce que ça ne s’est pas passé à Cuba. Ça s’est passé dans cette vertueuse démocratie qu’est la Colombie, cette démocratie où les disparus se comptent par dizaines de milliers et où, tous les jours, on découvre une nouvelle fosse commune.

On a trouvé les cadavres de 72 émigrants assassinés. C’est la dernière tuerie connue depuis le début de l’année… mais n’en parlez pas, parce que ça ne s’est pas passé à Cuba. Ça s’est passé dans cette virginale démocratie qu’est le Mexique, cette démocratie où la fraude se répète tous les quatre ans et où les tueries et la misère ne connaissent pas la récession.

42 prisonniers poursuivent leur grève de la faim pendant que se perpétue la brutale répression policière contre leurs frères Mapuches… Mais n’en parlez pas, parce que ça ne se passe pas à Cuba. Ça se passe dans cette immaculée démocratie qu’est le Chili, cette démocratie dans laquelle les augustes continuent de régner même après leur mort, en vertu de leurs privilèges impunis.

[Lire la suite (déclaration du chanteur cubain Silvio Rodríguez) sur : legrandsoir.info/]

A lire également sur Le Grand Soir : Colombie : Le poids des maux, le choc des photos.

Publié dans Amerique latine, Colombie, Cuba, Honduras | Pas de Commentaire »

Honduras : coups de feu et brutalités policières dans un collège

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 août 2010

Publié sur : primitivi.org/ – 27 juillet 2010 – par Primitivi

Source : Kaosenlared « Honduras : estudiantes son agarrados a balazos y toletazos por policías dentro de su colegio »
Traduction : Primitivi  

Honduras :

coups de feu et brutalités policières dans un collège 

 

Des étudiants ont été victimes de coups de feu et frappés par des policiers dans leur collège
par Dina Meza, journaliste de defensoresenlinea.com

Le COFADEH* initie des actions légales afin de punir ces actions qui mettent en danger la vie des étudiants.

Un des étudiants frappé par la police (photo : defensoresenlinea.com)

Honduras : coups de feu et brutalités policières dans un collège dans Amerique latine 140375_golpe-fe091

Une vingtaine de policiers de la Quatrième Station a fait irruption dans l’Institut Jésus Aguilar Paz en tirant des coups de feu en l’air et a ensuite frappé les étudiants qui faisaient la queue pour réclamer le bon estudiant (bono estudiantil) de ce collège, ils ont arrêté quatre d’entre eux. Depuis plusieurs semaines étudiants et étudiantes de différents collèges sont sortis dans la rue pour réclamer le bon d’étudiant face aux tromperies répétées de l’actuel régime qui n’a pas payé un cinquième de ce qu’il doit pour l’année.

Comme mesure pour dissuader la protestation pacifique le gouvernement a lancé une répressions policière, qui la semaine dernière a entraîné la détention de plus de 10 étudiants de l’Institut Central et de l’Institut Jésus Aguilar Paz. Parmi ceux-ci des enfants de 12 et 13 ans, qui ont été finalement libérés suite aux démarches du COFADEH, des autorités de ces centres d’enseignement et pour les élèves provenant du deuxième collège, à l’arrivée d’un avocat professionnel venu du Front des Avocats contre le Coup.

Ces faits arrivent alors que de fortes pressions sont actuellement faites par les États-Unis pour que l’Organisation des États Américains, OEA, réincorpore le Honduras et ne fasse pas cas des violations aux droits de l’homme en constante augmentation et du fait que leurs responsables et que les auteurs du coup d’État n’ont toujours pas été jugés.

[Lire la suite sur : primitivi.org/]

* Le COFADEH, organisation humanitaire créée en 1982, regroupe les parents et les amis des victimes des disparition forcées. Ils luttent aussi, plus généralement contre toutes les formes de violation des droits humains.

Publié dans Amerique latine, Honduras, Luttes | Pas de Commentaire »

Honduras : Les mobilisations du 28 juin contre la dictature

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 juillet 2010

Publié sur : primitivi.org/ – 29 juin 2010

Source : Adital « Demostración de fuerza y descontento del pueblo preocupa a los golpistas »
Traduction : Primitivi

 

Honduras :

Les démonstrations de force populaire inquiètent les putschistes

 

par Natasha Pitts (Adital)

Cela fait un an qu’un coup d’État a eu lieu au Honduras. Les nouvelles étaient tout d’abord confuses pour qui ne connaissait pas l’histoire de ce petit pays. La plupart des journaux et des médias internationaux forçant le trait et dépeignant Manuel Zelaya comme un dictateur en puissance.

Mais quelques semaines après, grâce à l’organisation des honduriens, aux médias alternatifs et à toutes les informations circulant sur la toile la réalité des faits était connue : Zelaya était un président progressiste et on avait affaire à un putsch oligarque.

Mais depuis rien n’est rentré dans l’ordre, bien que la dissimulation du coup d’État ait échoué le gouvernement des États-Unis a continué son jeu machiavélique bientôt suivi par les gouvernements européens avides d’accords commerciaux, laissant avec ô combien d’aisance les droits de l’homme et l’équité de côté ils se sont précipités pour reconnaître Porfirio Lobo en tant que chef d’État légitime alors qu’il n’est qu’un pantin oligarque.

Honduras : Les mobilisations du 28 juin contre la dictature dans Amerique latine 26694_133839703307309_100000438405158_279530_3428720_n-89444

 

Mais, et heureusement pour eux, les Honduriens ne lâchent pas l’affaire. Ce putsch est la goutte de trop pour nombre d’entre eux, et ils désirent plus ardemment encore mettre en place une société équitable. Les assassinats et les exactions n’y changeront rien, le peuple hondurien est en marche et il semble qu’il ne s’arrêtera pas en chemin même si les puissances de l’argent et du pouvoir s’ingénient à le semer d’embûches.

La détermination sans faille que montre actuellement la population hondurienne est un exemple de pugnacité que d’autres nations (plus occidentales) ferait bien de prendre en exemple.

 

- le site voselsoberano propose deux galeries d’images sur la commémoration du coup d’État à San Pedro Sula, ainsi que quelques images des activité du comité indigène COPINH à La Esperanza, Intibucá : San Pedro Sula (jour), San Pedro Sula (nuit), La Esperanza (à la fin de l’article) -

[Lire la suite sur : primitivi.org/]

Publié dans Amerique latine, Honduras, Luttes | Pas de Commentaire »

Honduras, l’année noire

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 juin 2010

Honduras, l'année noire dans Amerique latine humanitefr 27 juin 2010 – Cathy Ceïbe

Honduras, l’année noire

honduras dans Honduras

Dans l’Humanité lundi, notre enquête sur le Honduras, un an après le coup d’Etat. Dans un entretien, Carlos H. Reyes, l’une des figures du Front national de la résistance populaire, lance : « Nous sommes sous un régime de dictature ». Le rôle des Etats-Unis, les violations des droits de l »homme,… Plongée dans un pays autour duquel le silence se fait assourdissant.

Carlos H. Reyes est l’une des figures du Front national de la résistance populaire (FNRP). En dépit des menaces, l’opposition a lancé à une campagne appelant à une assemblée constituante pour la refondation du pays. Dans un entretien à l’Humanité, « Nous sommes sous un régime de dictature, dit-il. Les conditions de vie ont empiré sur le plan socio-économique, et les violations des droits de l’homme sont permanentes. Les autorités actuelles sont le prolongement du coup d’État. Leur unique préoccupation est de chercher à convaincre qu’il existe au Honduras un gouvernement d’unité et d’intégration national. C’est faux. Parce que leur effort a été vain, les États-Unis ont pris le relais, en faisant campagne pour la reconnaissance officielle d’un gouvernement décrié et confronté à une crise qui ne cesse de s’aiguiser (…)

Ici, nous sommes tous en danger. La répression est permanente contre les médias et les dirigeants syndicaux, particulièrement contre les enseignants et les paysans, notamment dans la région de l’Aguan où les luttes pour la récupération des terres sont très importantes. Les menaces sont multiformes. Les personnes qui s’engagent en faveur de la constituante sont intimidées, voire licenciées. Tout ici contredit la thèse du gouvernement selon laquelle la normalisation règne au Honduras ».

************************************************

A (re)lire sur notre blog :

Honduras : La mise au pas du pays se poursuit avec la complicité des institutions judiciaires

Publié dans Amerique latine, Honduras | Pas de Commentaire »

Honduras : La mise au pas du pays se poursuit avec la complicité des institutions judiciaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juin 2010

Publié par : PRIMITIVI10 juin 2010 

Honduras : L’ère du Loup

par Giorgio Trucchi
Source : Rel Uita « La democradura en Honduras : La era del Lobo »
Traduction : Primitivi

Bilan de la présidence de Porfirio Lobo

Depuis que Porfirio Lobo assure la plus haute charge de l’État du Honduras les exactions, les tortures, les assassinats, et les violations des plus élémentaires des droits n’ont pas cessé, au contraire. Par contre les exécutants en ont appris avec le temps et ces actions sont devenues plus discrètes, laissant moins de traces pour d’éventuelles action en justice [1].

Mais ces délits ne pourraient être conduits sans l’aval et la complicité des institutions judiciaires. C’est cette mise au pas d’un pays que décrit Giorgio Trucchi en interviewant Bertha Oliva, coordinatrice nationale du Comité des Parents de Détenus Disparus au Honduras.

La démocrature du Honduras : L’ère du Loup

Plus de 700 violations des droits de l’homme – incluant douze assassinats – c’est le résultat des observations réalisées du 30 janvier au 28 mai 2010 par le COFADEH. Plus de 9 000 violations et 544 « incidents » contre des défenseurs des droits de l’homme enregistrées depuis le coup d’État.

Honduras : La mise au pas du pays se poursuit avec la complicité des institutions judiciaires dans Amerique latine bertha_oliva-26-1-230-c3842


En manquant de quelques semaines [2] la commémoration du premier anniversaire du coup d’État sanglant, Sirel a discuté avec Bertha Oliva, coordinatrice nationale du Comité des Parents de Détenus Faits disparus au Honduras (COFADEH), pour faire le point sur la situation.

[Lire la suite sur : primitivi.org/]

 

 

Publié dans Amerique latine, Honduras, International, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Honduras : Depuis le putsch, on veut faire taire les syndicats

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 juin 2010

Publié sur : http://www.primitivi.org/ - 3 juin 2010par Primitivi

 

Honduras : Attaque planifiée du syndicat STIBYS

Source : Rel UITA « ¡Fue un atentado planificado ! »
Traduction : Primitivi

Deux hommes armés ont fait irruption le 25 mai dernier au siège de la section de San Pedro Sula du STIBYS [Travailleurs de l’Industrie de la Boisson et Similaires, ndlr] ,  ils ont gravement blessé Douglas Gómez, trésorier de la section et Secrétaire de Relations Intérieures de l’Équipe de direction Centrale. Cet attentat s’est déroulé dans le cadre d’une campagne de persécution, de menaces et de violations constantes des droits de ce syndicat ainsi que des autres organisations qui composent le Front National de Résistance Populaire (FNRP).

Honduras : Depuis le putsch, on veut faire taire les syndicats dans Amerique latine gio-26-5-1-230-ea3c9 Le siège de la section 2 du STIBYS
à San Pedro Sula.
(photo : Rel UITA)

Ce fut un attentat planifié“Il n’y a aucun doute là dessus c’était un attentat bien planifié part les corps répressifs de l’État” a indiqué Porfirio Ponce, vice-président du Syndicat de Travailleurs de l’Industrie de la Boisson et Similaires (STIBYS).

Deux hommes armés sont entrés, les visages couverts, et ils ont dit aux personnes qui se étaient présentes au siège qu’ils allaient les tuer. Ils les ont enfermées dans le bureau et quand Douglas Gómez a essayé de fuir ils lui ont tiré dans le dos, perforant un poumon. Maintenant il est un état critique à l’hôpital”, dit Ponce.

L’une des secrétaires de la section 2 de San Pedro Sula, qui a préféré maintenir l’anonymat, a renforcé cette thèse de l’attentat politique à l’un des syndicats les plus combatifs et compromis avec la lutte au coup d’État.

[Lire la suite sur : primitivi.org/]

 

Voir également : http://www.solifonds.ch/info/aktuellf.pdf

 

 

Publié dans Amerique latine, Honduras | Pas de Commentaire »

Honduras : « Le fascisme ne s’arrête pas »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 mai 2010

Lu sur : Honduras :

publié par reineroro (Jamais contente ) – 17 mai 2010

HONDURAS : 

LA COUR SUPRÊME RÉVOQUE DES JUGES «CRITIQUES» ENVERS LE COUP

D’ÉTAT

Auteur : Reine Roro - Source : http://reineroro.kazeo.com/

photo-2222182-M dans Honduras

Le président, trois magistrats et un défenseur public de l’association hondurienne “Juges pour la Démocratie” ont été révoqué par la Cour Suprème, qui les a sanctionnés pour leurs manifestations et actions contraires au coup d’État du 28 juin 2009 contre le président Manuel Zelaya.

Le haut tribunal, qui le jour du coup d’état a dit que les Forces Armées avaient agi “ en défense de l’État de droit “ et  a qualifié le putch comme “succession constitutionnelle “, a décidé le 5 mai, avec le vote favorable de 10 de ses 15 magistrats, les mises à pied de Guillermo López, Tirza Florès, Ramón Enrique Barrios, Luis Alonso Chévez et Osman Fajardo.

Deux d’entre eux, López (président de l’association judiciaire) et Chévez, entameront lundi une grève de la faim pour protester contre la “situation générale d’impunité “ que vit le pays depuis la présidence de Porfirio Lobo.

 

Les sanctions sont justifiées de cette manière, :  s’être manifesté contre le coup d’État , avoir présenté un recours de protection envers le président Zelaya, ou avoir écrit un article d’opinion, dans un périodique, critiquant le fait que la Cour suprême défendait le putsch.

“C’est une sanction purement politique “, assure Tirza Florès, en visite ces jours ci à Madrid, qui a raconté son histoire quelques jours avant la polémique suite à l’ arrivée à Madrid de Porfirio Lobo, qui n’assistera finalement pas au Sommet de Madrid, mais qui ira, lundi, à la réunion spécifique de l’UE avec l’Amérique Centrale.

[Lire la suite sur : dazibaoueb.fr/]

Source : http://www.kaosenlared.net/noticia/fascismo-no-para-corte-suprema-honduras-expulsa-jueces-criticos-golpe-

 

Publié dans Amerique latine, Honduras | Pas de Commentaire »

HONDURAS : Des brutalités sans précédents contre les journalistes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 mai 2010

Publié par : Primitivi – 7 mai 2010

Honduras :

Presse et liberté d’expression des brutalités sans précédents


Extraits

Plus de 300 agressions contre la presse hondurienne

Plus de 300 agressions contre des journalistes et médias de presse ont été enregistrées au Honduras depuis le coup d’État de juin 2009, selon un rapport paru ces dernier jours. Les attaques vont des assassinats, jusqu’aux abus, intimidation, censure et fermeture de médias.

[...]

Rapport sur la liberté d’expression « C-LIBRE 2009″

Le coup d’État du 28 juin 2009 contre le gouvernement constitutionnel de Manuel Zelaya Rosales est un fait funeste dans l’histoire politique du Honduras qui a mis en évidence la faiblesse des institutions de l’État. En matière des droits de l’homme, 2009 est une année de graves violations et d’énormes reculs, en particulier pour le droit à la liberté d’expression.

En tant que fait historique, le coup d’État a révélé l’inexistence d’un authentique et démocratique État de droit au Honduras, cimenté dans les bases solides d’institutions qui respectent et garantissent la pleine jouissance des droits de l’homme et de leur réalité pratique dans de bonnes conditions de liberté et de vie en commun pacifique.

Les faits politiques de 2009 ont mis à l’épreuve le système de communication sociale, avec un contrôle politique et économique très dur des médias et de l’exercice journalistique, au détriment du droit de la population à être informé de manière opportune et adaptée sur les sujets d’intérêt public.

Dans le contexte de la rupture de l’ordre constitutionnel plusieurs médias ont été victimes des restrictions imposées par le régime de facto. L’ordre du jour a été la censure, les poursuites, le sabotage, la confiscation d’équipement, les menaces à l’intégrité physique des personnes et à l’introduction de mesures qui restreignaient ou limitaient l’exercice libre du journalisme.

La couverture de ce rapport est une expression du sentiment d’une grande part de la population hondurienne, mécontente du comportement des médias dans cette grave crise politique subit par leur pays.

[...]

Amnesty International publie un texte d’action urgente en faveur de la sécurité des journalistes

ACTION URGENTE
DES JOURNALISTES TUÉS AU HONDURAS

Les journalistes qui travaillent au Honduras sont en grand danger.Six journalistes, tous des hommes, ont été tués au cours des huit dernières semaines, et beaucoup d’autres ont été menacés. Personne n’a eu à rendre des comptes et rien n’a été fait pour soutenir et protéger les journalistes qui parlent, dans leurs articles, à la radio ou à la télévision, du crime organisé, de violations de droits humains ou du gouvernement.

[Article complet : Primitivi.org/]

 

Publié dans Amerique latine, Honduras | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy