Exposition Roberto Matta dans le cadre du Festival « CulturAmerica » à Pau

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 mars 2013

 

Haro sur Matta, Exposition évènement

Exposition Roberto Matta dans le cadre du Festival

Chronique du festival latino-américain,

CulturAmerica, par Jean Ortiz.

Les conservateurs de tous pinceaux,

de toutes couleurs, de toutes écoles

s’acharnèrent de son temps contre

ce peintre et graveur chilien,

Roberto Matta, qui avait sur eux

toujours une longueur d’avance.

Roberto Matta fait partie des grands plasticiens du XXe siècle, et est reconnu comme l’un des plus beaux

fleurons d’un surréalisme mâtiné d’Afrique et d’Amérique latine. L’exposition de nombreuses

de ses gravures à la Galerie GSN (8, rue Valéry Meunier) de Pau dans le cadre du Festival CulturAmérica,

jusqu’au 20 avril, est soulignée par plusieurs médias latino-américains, comme un événement de premier plan.

[...]

matta3 CulturAmerica dans Chili

L’exposition consacrée cette année à Roberto

Matta est exceptionnelle car il s’agit de gravures

qui n’ont jamais, à quelques exceptions près,

été exposées auparavant.

Roberto Matta a connu Lorca, Neruda, Alberti,

Picasso, Dalí, Breton, Pollock; il a produit une œuvre

dense et touffue. Breton et Dalí lui diront

« Tu es surréaliste », Matta ignorait jusqu’alors

la signification du mot et de la pratique.

Au fil des années, parallèlement à son travail avant-gardiste, l’engagement politique s’affirme de plus en plus.

Il consacre des œuvres aux Rosemberg, à La question d’Henri Alleg, à l’exécution de Julián Grimau,

au Viet-Nam, au soutien de Salvador Allende; il aime Cuba et s’y investit.

Matta a fait de l’exil¹ un creuset de métissage artistique; son talent se décline en plusieurs facettes :

peintre, sculpteur, graveur. Il épouse son temps.

[Lire l’article complet sur humanite.fr]

 

¹  « J’ai coupé tout lien avec mon pays natal : C’est cet exil qui a déterminé toute ma vie, entre deux cultures.

Mon travail est un travail de séparation. [...] De l’exil, je suis passé à l’ »Ex-il », quelque part entre le connu et l’inconnu,

entre la réalité et l’imaginaire. Là où commence la poésie. »

 

r.matta_ festival dans Culture

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Rosa Corleone

Voir également :

http://cocomagnanville.over-blog.com/article-roberto-matta-109405888.html

http://peinturesetpoesies.blog50.com/peintres-surrealistes/

http://www.youtube.com/watch?v=U1LqT_3eSnY

Publié dans Amerique latine, Chili, Culture, Peinture - Graphisme | Pas de Commentaire »

Victor Jara : quarante ans après son assassinat, ses tortionnaires enfin poursuivis par la justice

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 janvier 2013

 

Assassinat du chanteur et militant communiste chilien Victor Jara :

quarante ans après, ses tortionnaires enfin poursuivis par la justice

*

Victor Jara : quarante ans après son assassinat, ses tortionnaires enfin poursuivis par la justice dans Chili jaraArticle AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Quarante ans après l’assassinat sauvage du chanteur

et militant communiste Victor Jara, l’arrestation de huit

de ses tortionnaires fait vivre un espoir bien tardif.

Que justice soit enfin faite.

Victor Jara aurait 80 ans aujourd’hui. Mais cinq jours après

le coup d’État qui a tué le président démocratiquement élu

Salvador Allende, et avec lui l’espoir du socialisme

à la chilienne, la figure de la « Nueva cancion » chilienne

engagée était réduit à jamais au silence.

Le 11 septembre 1973, les forces armées putschistes encerclaient l’Université technique d’État du Chili,

internant dans le stade de Santiago du Chili l’ensemble des étudiants et enseignants qui occupaient le campus.

« Quel visage horrible que celui du fascisme ! » : les dernières paroles du chanteur aux mains brisés

Parmi eux, Victor Jara, militant du Parti communiste et voix de la révolution. Deux bonnes raisons

pour les militaires putschistes de faire taire celui qui « ne chantait pas pour chanter ».

*

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Emmenés dans les vestiaires improvisés en salle de torture, il est soumis à la « question ».

Son instrument de travail, ses mains sont brisées par ses tortionnaires. Ramené à ses camarades,

il livre alors ses dernières paroles :

« Nous sommes 5 000 ici, ici se trouvent 10 000 mains qui cultivent la terre et font tourner

les usines. Le visage d’une humanité soumis à la faim, au froid, à la peur, à la souffrance,

aux pressions morales, à la terreur et à la folie humaine.

Quel visage horrible que celui du fascisme. Ils appliquent leurs plans avec une précision

diabolique, sans se soucier du reste. Le sang est leur récompense.

Mais ma conscience se réveille soudain et je vois que cette marée n’a aucun cœur qui bat,

si ce n’est le battement des machines et des militaires montrant leurs doux visages

d’accoucheurs. Qu’il est difficile de chanter l’horreur ! »

[Lire la suite sur solidarite-internationale-pcf]

Ses funérailles, 36 ans après son assassinat

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Publié dans Chili | Pas de Commentaire »

in mémorandum….

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 septembre 2012

in mémorandum.... dans Chili A2inPqiCMAEHWBz.jpg-large

Source : Moissac au Coeur  11 septembre 2012

Publié dans Chili | Pas de Commentaire »

Le billet de Théophraste R.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 septembre 2012

 

Tragique 11 septembre, mais n’en parlez pas, surtout !

 

Le billet de Théophraste R. dans Chili breveon2881-c72d6-188x300Théophraste R.

2 279 morts et 957 disparus, près de 150 000 personnes emprisonnées, 27 255 torturées,

des centaines de milliers d’exilés politiques. Ces chiffres sont sans doute minorés.

Le 11 septembre 1973, le général Augusto Pinochet a lancé l’armée contre le le président

élu, Salvador Allende.

Puis, Pinochet confia neuf tonnes d’or à la banque britannique HSBC, à Hong Kong

pour assurer son avenir et celui de ses enfants. Plus tard, il fut embêté à Londres

par un mandat d’arrêt international lancé par le juge espagnol Baltasar Garzón pour

« génocide, tortures, terrorisme international et enlèvements ». Mais il put repartir, libre.

Chaque 11 septembre, la compassion mondiale fabriquée par les élites politiques

et médiatiques survole sans s’y arrêter le palais de la Moneda à Santiago du Chili

pour se poser lourdement sur un quartier de New-York d’où pleure l’encre des stylos, chevrotent d’émotion les voix radiophoniques

et tremblotent les caméras dans une communion compassionnelle.

« Et hop ! Et hop ! qui ne dégouline pas n’est pas un démocrate. »

Théophraste R. ( Quelqu’un à des nouvelles de Julian Assange ?).

 

Source : img_logo_lgs-300x37 dans POLITIQUE  11 septembre 2012

URL de cette brève :
http://www.legrandsoir.info/+tragique-11-septembre-mais-n-en-parlez-pas-surtout+.html

Publié dans Chili, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Chili : « Cette année, le 11 septembre a un goût amer… »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 septembre 2011

Lu sur : PCF Grésivaudan - 12 septembre 2011

URL article original : http://www.regards.fr/monde/au-chili-la-jeunesse-se-souvient

 

Au Chili, la jeunesse se souvient de l’autre 11 septembre

 

Chili :

Le Chili connaît ses plus grandes manifestations populaires

depuis la chute de la dictature Pinochet en 1990. Née dans

une démocratie néolibérale où les inégalités se creusent,

la jeunesse chilienne réclame une éducation publique,

gratuite et de qualité. Au-delà du gouvernement, elle s’en

prend à l’héritage de la dictature, et renoue symboliquement

avec la séquence Allende.

 

Cette année, le 11 septembre a un goût amer pour la classe politique chilienne.

La cote de popularité de Sebastian Pinera – premier président de droite à arriver au pouvoir de manière

électorale au Chili depuis 1956 –, a dégringolé de plusieurs étages depuis le mois de mai. A 26%, on peut

même considérer qu’il a atteint le « ground zero » de la popularité des présidents chiliens depuis le retour à

la démocratie. Une claque, donc, alors qu’entre 70% et 80% de la population, selon les sondages, soutiennent

les étudiants qui se mobilisent depuis le mois de mai pour une éducation publique, gratuite et de qualité.

De quoi calmer les ardeurs d’un président multimillionnaire qui, « par provocation, prétend que

’’l’éducation est un bien de consommation’’, et que ’’dans la vie, tout a un coût’’,

alors que l’éducation était gratuite jusqu’en 1973  », explique Franck Gaudichaud, maître de conférence en

Civilisation hispano-américaine à l’Université Grenoble-3, membre du bureau national de l’association

« France Amérique Latine », et coordinateur de l’ouvrage Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements

sociaux et néolibéralisme en Amérique latine (Textuel, 2008). On comprend que les étudiants aient peu apprécié :

« 70% d’entre eux sont endettés, 65% sont obligés d’interrompre leurs études. Les établissements, privés

comme publics, dépendent à 75% des frais d’inscription. Face à cela les étudiants veulent un retour de l’État

dans l’éducation ». L’ampleur et la teneur de cette mobilisation d’ « une génération qui n’a plus peur » n’est pas

sans rappeler les manifestations populaires de soutien à Allende, ou celles qui ont mis fin à la dictature.

Lire la suite  

Sur la situation au Chili, lire également sur Primitivi :

Chili : « Le crépuscule de la peur », documentaire sur les manifestations

 

Publié dans Chili | Pas de Commentaire »

L’autre 11 septembre…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 septembre 2011

Source : Plume de presse Olivier Bonnet – 11 septembre 2011

URL de l’article : http://www.plumedepresse.net/je-paierai-de-ma-vie-la-loyaute-du-peuple/

11 septembre, Salvador Allende :

« Je paierai de ma vie ma loyauté au peuple »

 

Poignant ultime discours du président chilien Salvador Allende le jour de sa mort, le 11 septembre 1973.

Coup d’état au Chili 11/09 Les derniers mots d’Allende  :

Vidéo dailymotion.com : Coup d’état au Chili-11-09-les-derniers mots d’Allende


salvadorallende2512b7d80.jpg

Allende « avait toujours juré qu’il ne se laisserait pas prendre vivant et qu’il mourrait les armes

à la main ». Il s’est suicidé « de deux balles de fusil automatique AK-47 qu’il tenait entre

ses genoux en pointant vers son menton »

Commentaire du journaliste de l’édition de Montréal du quotidien Métro, Lionel Martin :

« Avant 2001, une partie du monde commémorait déjà un triste événement survenu un 11 septembre :

le coup d’État du général Pinochet contre le président élu Salvador Allende au Chili. Et les Américains n’y ont pas

le rôle de victimes. En pleine Guerre froide, ils cautionnent – et appuient en sous-main – le renversement

d’un président de gauche qui menace leurs intérêts dans une région qu’ils considèrent comme leur cour arrière –

l’Amérique latine. Ils voient Allende comme un nouveau Castro et la menace de la nationalisation du cuivre chilien

les affole. L’instauration de la dictature Pinochet fut un jour noir non seulement pour le Chili – plus de 3 000 disparus,

150 000 opposants arrêtés – et, pour l’Amérique latine, car elle aura des conséquences en dehors du Chili

avec une coordination des différentes dictatures et le terrible plan Condor – une action concertée de chasse

aux opposants dans six pays. Les Américains se sont beaucoup demandés après le 11 septembre 2001 pourquoi

tant de gens dans le monde semblaient les détester. Sans doute pour ce genre d’opérations où ils ont bafoué

la démocratie et changé la vie de milliers de gens au nom de leurs intérêts économiques. »

En 1973, les financiers renversaient par la force le pouvoir populaire. En 2011, ils n’en ont plus besoin :

l’asservissement des peuples porte le nom, en novlangue, de « règle d’or ».

PS : à propos d’un autre 11 septembre

 

(re) Lire également l’article de Tomás Moulian dans Le Monde diplomatique de septembre 2003 : Le rêve brisé de Salvador Allende

 

Inti-Illimani Quilapayún – El Aparecido
par

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Chili, ETATS-UNIS, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Chili : « Les damnés de l’eau »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 janvier 2011

Source : humanite.fr/

Caimanes, Los sin agua / Les damnés de l’eau

 

Un documentaire de Jean Ortiz et Dominique Gautier qui dénonce les ravages d’une multinationale « voyoue », qui confisque l’eau des communautés rurales du centre du Chili, et empoisonne les quelques filets restants. Elle a construit, en pleine Cordillère des Andes, la plus grande poubelle chimique d’Amérique latine. Les « comuneros » résistent… En partenariat avec l’Humanité.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Chili, Environnement | Pas de Commentaire »

Au Chili, le décès de Sergio Valech

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 novembre 2010

Au Chili, le décès de Sergio Valech  dans Amerique latine 29 novembre 2010 – Lucile Gimberg

sergiovalech.jpg

 Au Chili, le décès de Sergio Valech

 

Symbole de la lutte pour les droits de l’homme, cet évêque avait dit non à Pinochet.

Santiago du Chili,correspondance.

«Valech amigo, el pueblo está contigo.»(1)

Vendredi, sur le parvis de la cathédrale de Santiago du Chili, de nombreux anonymes sont venus saluer Mgr Sergio Valech, mort à quatre-vingt-trois ans d’un cancer du poumon. Évêque émérite de l’archevêché de Santiago, l’ecclésiastique, né en 1927, était l’une des principales figures de la lutte pour les droits de l’homme sous la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990). Deux jours de deuil national ont été déclarés en son hommage. De 1987 à 1992, Sergio Valech dirige le vicariat de la solidarité, organisme créé aux heures les plus sombres de l’histoire chilienne pour venir en aide aux victimes du régime militaire. Quelques années plus tard, il est nommé par le président Ricardo Lagos (Parti socialiste) à la tête de la commission sur la prison politique et la torture – aujourd’hui connue comme la Commission Valech. En 2004, l’organisme rend publics ses résultats : il a identifié 28 000 victimes de torture et d’emprisonnement politiques sous Pinochet. Ces familles pourront désormais bénéficier d’indemnités de réparation. Vendredi, le président Lagos a salué « un homme qui a été capable de dire non et de faire face à la dictature, avec dignité et autorité ». Il a aussi reconnu le rôle « fondamental » joué par l’évêque au retour de la démocratie, « pour que nous osions regarder ce qui nous était arrivé ». Dans son homélie en hommage au défunt, le cardinal Mgr Francisco Javier Errázuriz a, lui, célébré un homme simple, qui préférait travailler dans la discrétion et a œuvré pour la réconciliation « avec la même ténacité ». Au Chili, la dictature d’Augusto Pinochet a officiellement fait 3 000 morts et disparus. Beaucoup plus, selon les associations de proches des victimes.

(1) « Ami Valech, le peuple est avec toi. »

Publié dans Amerique latine, Chili | Pas de Commentaire »

Chili : Dernier discours de Salvador Allende

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 septembre 2010

Source : Le Grand Soir12 septembre 2010

Chili : Dernier discours de Salvador Allende à la radio nationale le 11 septembre 1973

Chili : Dernier discours de Salvador Allende  dans Chili arton11460-67036

Je paierai de ma vie la défense des principes qui sont chers à cette patrie. La honte tombera sur ceux qui ont trahi leurs convictions, manqué à leur propre parole et se sont tournés vers la doctrine des forces armées.

Le Peuple doit être vigilant, il ne doit pas se laisser provoquer, ni massacrer, mais il doit défendre ses acquis. Il doit défendre le droit de construire avec son propre travail une vie digne et meilleure. À propos de ceux qui ont soi-disant « autoproclamé » la démocratie, ils ont incité la révolte, et ont d’une façon insensée et douteuse mené le Chili dans le gouffre. Dans l’intérêt suprême du Peuple, au nom de la patrie, je vous exhorte à garder l’espoir. L’Histoire ne s’arrête pas, ni avec la répression, ni avec le crime. C’est une étape à franchir, un moment difficile. Il est possible qu’ils nous écrasent, mais l’avenir appartiendra au Peuple, aux travailleurs. L’humanité avance vers la conquête d’une vie meilleure.

Compatriotes, il est possible de faire taire les radios, et je prendrai congés de vous. En ce moment des avions sont en train de passer, ils pourraient nous bombarder. Mais sachez que nous sommes là pour montrer que dans ce pays, il y a des hommes qui remplissent leurs fonctions jusqu’au bout. Moi, je le ferai, mandaté par le Peuple et en tant que président conscient de la dignité de ce dont je suis chargé.

JPEG - 21.3 ko 

C’est certainement la dernière occasion que j’ai de vous parler. Les forces armées aériennes ont bombardé les antennes de radio. Mes paroles ne sont pas amères mais déçues. Elles sont la punition morale pour ceux qui ont trahi le serment qu’ils ont prêté. Soldat du Chili, Commandant en chef, associé de l’Amiral Merino, et du général Mendosa, qui hier avait manifesté sa solidarité et sa loyauté au gouvernement, et aujourd’hui s’est nommé Commandant Général des armées.

Face à ces évènements, je peux dire aux travailleurs que je ne renoncerai pas. Dans cette étape historique, je paierai par ma vie ma loyauté au Peuple. Je vous dis que j’ai la certitude que la graine que l’on a confiée au Peuple chilien ne pourra pas être détruite définitivement. Ils ont la force, ils pourront nous asservir, ils mais n’éviteront pas les procès sociaux, ni avec le crime, ni avec la force.

L’Histoire est à nous, c’est le Peuple qui la fait.

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

 

(re) Lire également l’article de Tomás Moulian dans Le Monde diplomatique de septembre 2003 : Le rêve brisé de Salvador Allende

Inti-Illimani Quilapayún – El Aparecido

Image de prévisualisation YouTube

yecolennon

http://www.youtube.com/watch?v=-Doqe4fDgI8

 

Publié dans Chili | Pas de Commentaire »

Déclaration des organisations chiliennes en France

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 septembre 2010

Source : Déclaration des organisations chiliennes en France dans Chili img_logo_new 13 septembre 2010

URL de l’article : http://www.legrandsoir.info/DECLARATION-DES-ORGANISATIONS-CHILIENNES-EN-FRANCE-FACE-A-LA-DESIGNATION-DE-L-AMBASSADEUR-DU-CHILI-JORGE-EDWARDS.html

 

DÉCLARATION DES ORGANISATIONS CHILIENNES EN FRANCE

FACE A LA DÉSIGNATION DE L’AMBASSADEUR DU CHILI, JORGE EDWARDS

 

Depuis 1990, la traditionnelle fête de célébration du 18 septembre des associations des Chiliens en France -Fedach-, a compté avec la participation des membres de la représentation diplomatique chilienne.

Le 11 mars 2010, Sebastián Piñera, à la tête de la droite chilienne, héritière du légat de Pinochet, a assumé la présidence du nouveau régime, et a nommé l’écrivain et diplomate Jorge Edwards en tant que son représentant à Paris.

Dans des récentes déclarations faites à l’occasion de l’arrivée des Cubains au Chili, le flambant neuf ambassadeur chilien en France, a osé déclarer, que le Chili est, et a toujours été, « un asile contre l’oppression ». L’existence actuelle de nombreux prisonniers politiques mapuches dément de tels propos. En effet, l’emploi systématique des lois anti-terroristes illégitimes contenues dans la Constitution de Pinochet, et appliquées aussi par les quatre gouvernements précédents, afin de réprimer la lutte des Mapuches pour leurs revendications ancestrales, révèle qu’au Chili ne sont pas respectés les Droits de l’Homme en général, ni des Peuples Originaires en particulier. Le jour même de la diffusion des déclarations de Edwards, un groupe de mapuches a interposé une demande contre l’État chilien devant le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies en tant que victimes de « constants abus de la part du gouvernement et de violence policière ».

Aujourd’hui encore, la Constitution en vigueur est celle implantée par Pinochet -sans la participation souveraine des chiliens-, elle exclut  d’importants secteurs politiques et sociaux du pays, empêche la récupération des ressources naturelles pour le bénéfice de tous les Chiliens et impose le modèle économique excluant et arbitraire ultra libéral. Le Chili n’a pas été, sous le régime de Pinochet, et n’est toujours pas, une terre d’asile lorsque de nombreux Chiliens sont privés de leurs droits ou encore interdits de retourner à leur terre. L’ambassadeur Edwards ne dit pas la vérité.

Parmi les luttes les plus tenaces des démocrates chiliens depuis le coup d’État, celle pour les droits de l’homme et contre l’impunité est remarquable. Les délits imprescriptibles contre les droits les plus élémentaires de l’être humain, fruits du terrorisme d’État, ne doivent pas être tolérés par une société qui souhaite accéder à une vie politique saine. Monsieur Edwards s’est distingué comme un des plus illustres opposants de la recherche de vérité et de justice.

Par ailleurs, il regrette que des violeurs de Droits de l’Homme, à commencer par Pinochet, aient été même interpellés par la justice. Edwards, avec un air doctoral, accuse les victimes et leurs familles -en les qualifiant de « groupes braillants », « parfaitement minoritaires », « têtus » et « inflexibles »- d’empêcher la réconciliation nationale et il termine en exigeant leur pardon pour les criminels et l’oubli de leurs forfaits.

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

 

Publié dans Chili, France, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy