L’Argentine face aux charognards du capitalisme financier

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 juillet 2014

 

Le vol de la mort des vautours de la finance

 

Cathy Ceïbe – 30 juillet 2014

 

CaptureArgentine   Dans les rues de Buenos Aires, les affiches « Basta les vautours »

  (buitres, en espagnol) appellent à refuser la rapacité de la finance

  spéculative. (capture d’écran)

 

  Buenos Aires pourrait se retrouver en situation

  de défaut de paiement suite à une décision

  de la justice américaine qui l’oblige à rembourser,

  avec taux d’intérêt exorbitants à la clé, des fonds

  spéculatifs.

 

  Ce n’est pas un Condor qui survole l’Argentine mais des vautours. Plus exactement deux rapaces

de la finance spéculative, les fonds NML Capital (du groupe Elliott Management du multimilliardaire

Paul Singer ) et Aurelius Management, acculant Buenos Aires dans une dangereuse impasse.

L’État argentin pourrait, en effet, se retrouver aujourd’hui en défaut « technique » de paiement de sa dette

pour un montant de 500 millions de dollars. « Technique » car il a bien versé cette somme exigée

par ses créanciers détenteurs mais elle est bloquée depuis un mois sur des comptes aux États-Unis

sur décision d’une cour d’appel de New York ! Le juge Thomas Griesa exige en effet des autorités

qu’elles remboursent en premier lieu les fonds NML Capital et Aurelius Capital Management, appelés aussi

fonds « vautours » (buitres, en espagnol), dont la marque de fabrique est de racheter les dettes des États

pour une bouchée de pain puis de forcer ces mêmes États à les rembourser avec à la clé des taux d’intérêt

et des pénalités hallucinants.

Pour mesurer l’arnaque de ces fonds dont les sièges sont généralement basés dans des paradis

fiscaux, un retour en arrière s’impose.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :  Les fonds vautours qui dépècent l’Argentine se jettent sur l’Espagne

 

Publié dans Argentine, Liberalisme | Pas de Commentaire »

Ruée sur le gaz de schiste argentin : Total veut imposer sa loi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 mai 2014

 

PATAGONIE

Ruée sur le gaz de schiste argentin : Total veut imposer sa loi

 

Capturegazschisteargentine  par Olivier Petitjean  – 16 mai 2014

  Après des échecs à répétition en Europe, et en plein essoufflement

  aux États-Unis, l’industrie du gaz de schiste tourne désormais

  ses regards vers l’Argentine.

  Avec le soutien actif du gouvernement, les multinationales pétrolières

  et gazières se précipitent pour développer les réserves potentielles

de gaz et de pétrole de schiste que recèlerait le sous-sol de la Patagonie, sans se soucier

des risques environnementaux ni des populations locales.

Emblématique de cet état d’esprit, l’entreprise française Total a acquis pas moins de onze concessions,

où elle a multiplié les forages par fracturation hydraulique. Y compris dans des aires naturelles protégées.

Pour Total et les autres majors pétrolières, l’horizon de développement des gaz et pétrole de schiste semble

se rétrécir chaque jour. L’industrie américaine est en crise, du fait de la chute des prix. Leurs perspectives en Europe

se réduisent comme peau de chagrin, en raison de la forte résistance politique et citoyenne qu’ils rencontrent partout,

mais aussi de ressources exploitables très inférieures aux attentes, comme en Pologne. Les pays où elles peuvent

encore espérer rééditer le boom gazier qu’a connu les États-Unis (et que les majors ont largement manqué)

se comptent désormais sur les doigts d’une main.

C’est sans doute ce qui explique en partie que les dirigeants de Total s’accrochent ouvertement à leurs partenariats

en Russie, signant en pleine crise géopolitique un contrat avec Lukoil en vue du développement du pétrole de schiste

sibérien. Et aussi ce qui justifie que Total, comme ses consœurs, mette les bouchées doubles depuis plusieurs mois

pour prendre le contrôle des réserves potentielles de gaz et pétrole de schiste de l’Argentine. Et ce, sans trop

se préoccuper des communautés locales – notamment les indigènes Mapuche -, de l’impact environnemental

de leurs opérations, ni de l’inadéquation du cadre juridique et normatif.

[Lire la suite sur l’Observatoire des multinationales]

Creative Commons License

 

Publié dans Argentine, ECONOMIE, Energie, Liberalisme | Pas de Commentaire »

Mort du tortionnaire argentin

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 mai 2013

 

Un dictateur meurt sur son bidet

 

Mort du tortionnaire argentin dans Amerique latine videla_

Chronique de Jean Ortiz.

Alors qu’il reste en Espagne neuf ex-ministres de Franco

bien vivants et en liberté, le dictateur et tortionnaire argentin

Videla vient de mourir en prison, en train de déféquer.

Les agences de presse disent qu’il « purgeait » (oui, c’est bien le mot!)

une peine de cinquante ans de réclusion pour « crimes contre l’humanité ».

Videla était le plus connu des trois serviteurs des États-Unis

qui perpétrèrent le coup d’État de 1976 pour combattre « l’ennemi intérieur,

le « communisme », par des méthodes barbares .

Le « monde libre » avait tous les droits, toutes les excuses… 30 000 disparus,

des dizaines de milliers de torturés, et une coopération sanglante

entre bourreaux : le « Plan Condor ».

C’était le prix à payer pour empêcher « de nouveaux Cuba ».

Les suppliciés, avant la dernière torture fatale, recevaient la bénédiction d’un prêtre. Les religieux allaient

et venaient dans les centres de torture, les camps, comme on se promène dans un musée de l’horreur.

Ils couvrirent et même organisèrent le vol de centaines de bébés à leurs mères détenues qui accouchaient

en prison puis étaient assassinées. Tenus sans doute au « secret religieux », aucun dignitaire ensoutané,

aucune instance officielle de l’Église, n’émirent la moindre protestation. Qui ne dit mot… devient complice

de la barbarie.

Le symbole de la dictature vient de mourir, des dizaines de militaires ont été jugés et condamnés, des lieux

de tortures transformés en musées de la mémoire. La justice et la vérité sont en marche… Les époux Kirchner

ont annulé les « lois d’amnistie ». Celle de 1977 en Espagne est toujours en vigueur, et le gouvernement espagnol

a menacé de rétorsions son homologue argentin, s’il permet que la juge Maria Servini instruise le dossier

pour « génocide et crimes contre l’humanité » du franquisme, à la demande de plusieurs familles de suppliciés

espagnols.

Ce n’est pas la première fois que la juge est intimidée. Le gouvernement Zapatero fit en sorte qu’elle ne puisse

voyager en Espagne. En réalité, ce n’est pas la juge, mais le Tribunal supérieur argentin (la « Chambre fédérale »)

qui a décidé d’ouvrir le dossier espagnol en … 2010. Les autorités espagnoles du bipartisme font traîner

les choses en longueur, multipliant les obstacles.

Le dictateur Videla est, quant à lui, mort reclus sur sa cuvette. Tirons la chasse.

Jean Ortiz

Lire également : 

Moi, Victoria Donda,bébé volé sous Videla

La mort de Jorge Videla ne clôt pas le dossier des « desaparecidos »  (vidéo euronews)

 

 

Faut pas pousser

videla amérique latine dans Argentine

 

URL de cette brève :  http://www.legrandsoir.info/faut-pas-pousser.html

Publié dans Amerique latine, Argentine | Pas de Commentaire »

François, un Pape de combat… contre la gauche d’Amérique Latine

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 mars 2013

 

François, un Pape de combat… contre la gauche d’Amérique Latine

 

François, un Pape de combat… contre la gauche d’Amérique Latine dans Amerique latine capturepape1

Le nouveau souverain pontife est présenté comme

« progressiste modéré ». Mais derrière l’image du Pape

humble et proche des nécessiteux, il y a un farouche

réactionnaire, fermement opposé aux réformes sociétales

de gauche en Amérique Latine et un peu trop proche

de certains dictateurs militaires.

 

“Ne soyons pas naïfs : il ne s’agit pas seulement d’un combat politique. Il y a [Ndlr : dans le mariage

homosexuel] la prétention de détruire le plan de Dieu” expliquait l’archevêque de Buenos Aires en 2010

lors du débat sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe en Argentine, où il s’est fermement

opposé à Christina Kirchner. « Il faut y voir aussi, ajoutait le cardinal, le dessein du Démon, responsable

du péché en ce monde, qui cherche sournoisement à détruire l’image de Dieu ». Le cardinal de Buenos

Aires avait également qualifié l’homosexualité de « démon infiltré dans les âmes ».

Même position inflexible sur l’avortement, y compris en cas de viol, ou encore sur l’euthanasie. Et comme

jésuite, Golias rappelle qu’il s’est fermement opposé à la ligne d’ouverture.

Opposé aux prêtres progressistes

*
pape1 pape dans Argentine

Son opposition aux prêtres, réellement progressistes, serait même allée bien

plus loin  pendant la dictature militaire. Jean-Luc Mélenchon l’explique sur son blog :

« Ce Bergoglio peut être jugé politiquement parce qu’il s’est impliqué dans l’action

politique de son pays. Il est, non seulement, exactement à l’opposé de la théologie

de la libération mais il en a combattu les prêtres. Mes amis argentins l’accusent

d’avoir dénoncé des prêtres progressistes sous la dictature. Il a été formellement

reconnu et accusé par deux d’entre ces prêtres en 2012 dans un procès.

Ces deux prêtres avaient été dénoncés, arrêtés et torturés et n’avaient échappé à la mort que par chance. »

Jean-Luc Mélenchon fait ici référence aux cas des prêtres Orland Yorio et Francisco Jalics, qui ont été

kidnappés  et torturés en 1976 et qui ont nommément accusé Bergoglio de les avoir dénoncés comme

guerilleros et opposants au pouvoir du dictateur Videla. Alors qu’il leur avait fait croire au préalable

qu’il les protègerait.

[Lire la suite sur humanite.fr]


porte dans Jean-Luc Melenchon

Lire également :

Les arguments qui accablent le nouveau pape

Pape Francois, qu’as-tu dit quand la dictature argentine tuait des prêtres ?

Jean Ferrat : Le sabre et le goupillon

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

 

Publié dans Amerique latine, Argentine, Jean-Luc Melenchon | Pas de Commentaire »

L’archevêque de Buenos Aires devient le nouveau pape

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 mars 2013

 

L’archevêque de Buenos Aires devient le nouveau pape dans Argentine capturepape

L’Argentin Jorge Mario Bergoglio, archevêque de Buenos Aires,

a été choisi mercredi à la surprise général pour prendre la tête

de l’église catholique en crise sous le nom de François. Qui, étant

le premier du nom, restera certainement François jusqu’au deuxième.

Le pape, qui est âgé de 76 ans, s’est montré au balcon central

de la basilique Saint-Pierre une heure après l’apparition d’une fumée

blanche sur le toit de la chapelle Sixtine, signe de son élection.

Son élection est prise comme une surprise, notamment du fait que c’est le plus âgés des candidats en lice.

Source : humanite.fr

Lire également :

Le jésuite Jorge Mario Bergoglio était le chef d’une Église argentine contestée

Extrait :

« Contrairement aux Églises du Brésil et du Chili, qui ont joué un rôle capital dans la défense des victimes

de la répression et dans la lutte pour les libertés, la hiérarchie argentine a montré une indifférence coupable

face aux horreurs commises. Elle fermait la porte aux proches des victimes et refusait de s’impliquer

dans des démarches humanitaires. Les religieux et religieuses solidaires des Mères de la place de Mai étaient

des francs-tireurs, qui n’étaient pas soutenus par leurs supérieurs, et qui ont payé parfois avec leur vie

leur compassion et leur fraternité. »

Rappel :

La dictature argentine a fait près de 30 000 « disparus », 15 000 fusillés, 9 000 prisonniers politiques,

et 1,5 million exilés pour 30 millions d’habitants.

Publié dans Argentine, INFOS | Pas de Commentaire »

Argentine : Les effets dramatiques de la privatisation du rail

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 février 2012

 

Catastrophe ferroviaire en Argentine :

les syndicats de cheminots dénoncent les effets dramatiques

de la privatisation du rail dans les années 1990

 

Argentine : Les effets dramatiques de la privatisation du rail dans Amerique latine photo_1315975303459-1-0-300x197Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Les cheminots dénoncent un sous-investissement chronique et un manque

de régulation dans la catastrophe ferroviaire dramatique de mercredi

à Buenos Aires qui a tué 50 personnes et en a blessé 675 autres.

Presque toutes les victimes se trouvaient dans les deux premiers wagons

de ce train de banlieue qui a percuté une barrière dans la station de la capitale

Once après avoir complètement déraillé au niveau de la station. Ils ont heurté

une barrière pare-choc à 8h33, pulvérisant l’avant de la machine et écrasant les wagons plus légers qui se trouvaient derrière.

La présidente Cristina Kirchner a déclaré deux jours de deuil national.

Dans le cadre de l’enquête sur les causes de la tragédie, les syndicalistes cheminots ont fustigé la chute des investissements

qui a suivi la privatisation de l’entreprise publique du rail Ferrocarriles Argentinos dans les années 1990.

S’exprimant sur Radio del Plata, le leader syndical Roberto Nunez a vilipendé l’entreprise privée Trenes de Buenos Aires (TBA)

pour ses « irrégularités et ses défaillances » sur la ligne de banlieue Sarmiento qu’elle contrôle.

TBA admet qu’elle n’a dépensé que 12% de son budget pour l’entretien du matériel. Et Nunez a averti que bonne partie du

matériel roulant date des années 1950 et 1960. TBA a acheté de vieux matériels hors d’usage dans d’autres pays, se servant

ainsi de plusieurs centaines de wagons Japonais « Toshiba Classic » construits il y a plus de 40 ans.

Le délégué syndical Edgardo Reynoso a déclaré que le crash « est de la responsabilité d’une entreprise connue pour son peu

d’égard pour l’entretien du matériel ainsi que pour son absence d’organisation. Il y a aussi une absence de contrôle de la part

des agences étatiques. »

Reynoso insiste sur le fait que le gouvernement Argentin subventionne massivement les entreprises privées du rail

– qui dilapident ensuite ces fonds publics « dans des acquisitions à l’étranger tout en n’effectuant pas les réparations

adéquates dans les systèmes de frein ».

Il affirme que les cheminots qui refusaient de conduire des trains pour des questions de sécurité « ont été mis à pied ».

Source : Morning Star, quotidien du Parti communiste britannique

Publié sur :  Solidarite Internationale PCF le 24 février 2012

 

Publié dans Amerique latine, Argentine, POLITIQUE, Syndicats | Pas de Commentaire »

Paradoxal : Les Britannniques accusent l’Argentine de visée colonialiste ! Ils devraient revoir leur histoire !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 janvier 2012

 

Paradoxal : Les Britannniques accusent l'Argentine de visée colonialiste ! Ils devraient revoir leur histoire ! dans Amerique latine sky20090218044504al-300x207Iles Malouines/Colonisation :

gesticulation militariste consternante

du gouvernement britannique

Trente ans après une guerre courte mais meurtrière entre l’Argentine et

la Grande Bretagne¹, la question des Iles Malouines revient dans l’actualité.

La revendication, toujours légitime du peuple argentin, d’une souveraineté sur ces Iles

a été une nouvelle fois traitée avec arrogance par le gouvernement britannique.

Le Premier Ministre, David Cameron, a accusé le gouvernement de Cristina Fernandez de « colonialisme »… Il a convoqué

une réunion du Conseil britannique de sécurité nationale pour s’assurer que le dispositif de défense est en ordre de bataille

dans « ses territoires » de l’Atlantique sud.

Cette consternante gesticulation militariste cache mal une mentalité colonialiste et la volonté d’imposer l’exploitation

des ressources naturelles, et notamment des importantes réserves pétrolières des Iles Malouines².

Les gouvernements britanniques successifs n’ont cessé de violer le droit international et les résolutions de l’ONU

qui appellent au dialogue et à la négociation pour permettre la décolonisation de ces territoires.L’occupation de ces îles

est le reliquat d’une époque révolue que l’ensemble des pays de l’Amérique latine ont clairement rejetée

lors des derniers sommets du Mercosur et l’Unasur³.

Le PCF condamne l’attitude des autorités britanniques. Les Iles Malouines ne doivent plus être considérées

comme territoires d’Outre-mer britanniques par les Traités européens.

Il est temps que le gouvernement britannique accepte la négociation et le dialogue proposés par le gouvernement argentin.

Source : Site national du PCF  27 janvier 2012

falkland-map-300x212 dans Argentine

Notes (ndlr)

¹ 2 avril -14 juin 1982

² Les Malouines représenteraient entre 10 % et 15 % des besoins du Royaume-Uni en hydrocarbures. D’où l’imposant dispositif militaire déployé dans les îles par les Britanniques, dispositif qui sera encore renforcé en février 2012 avec la venue du prince William.

³ Les appuis diplomatiques de l’Argentine : Mercosur : Argentine, Brésil, Uruguay, Paraguay ; Unasur : ensemble des pays sud-américains ; Celac : Communauté des Etats latino-américains et des Caraïbes. Plusieurs pays de la région (Brésil, Chili et Uruguay notamment) interdisent désormais leurs ports à des navires battant pavillon des Falklands.

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=AA2h4sRdGyg

Publié dans Amerique latine, Argentine, Grande Bretagne | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy