Colombie : Lutte des Nasas pour récupérer des terres promises par l’État il y a plus de 20 ans

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 avril 2015

EXPROPRIATION

 

10 000 Amérindiens ont lancé une vaste opération

d’occupation de terres

 

par Jules Hermelin 29 avril 2015

 

Nasas

  Dans les montagnes du sud-ouest de la Colombie,

  les Nasas sont en lutte pour récupérer des terres

  promises par l’État il y a plus de 20 ans.

  Le gouvernement tergiverse, et les industriels

  installés sur ces terres n’ont pas l’intention de

  les restituer. Malgré les intimidations et les violences

  de la police et des groupes paramilitaires,

  10 000 Nasas occupent ces terres depuis plusieurs

mois.

Rencontre avec Célia Umenza, « garde indigène », chargée de la protection de ce territoire

autochtone.

Quand elle parle, Célia Umenza tient dans sa main le baston de mando (ou bâton de commandement),

symbole de l’autorité chez les Nasas, peuple autochtone de Colombie. Pour autant, sa parole n’est pas celle

d’une décideuse, encore moins d’une cheffe. Invitée par le festival pour la paix en Colombie, elle est là

pour représenter l’Acin, une association qui réunit divers conseils indigènes de la région [1] et qui compte

près de 165 000 membres. 8 000 de ces membres composent la guardia indigena (garde indigène),

dont la mission est d’assurer la protection du territoire autochtone. Armés de bastones de mando, ils et

elles arpentent les montagnes pré-andines. Leur rôle ? Prévenir les incursions des groupes armés et veiller

à ce que les communautés ne manquent de rien.

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

Publié dans Amerique latine, Basta!, Colombie, Peuples indigenes | Pas de Commentaire »

Venezuela : Echec d’une tentative de putsch soutenue en sous-main par Washington

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 février 2015

 

Venezuela : La stratégie du coup d’État permanent

 

Jean Ortiz – L’Humanité – 16 février 2015
*
*

Une tentative de putsch, soutenue en sous-main par Washington,

a été déjouée les 11 et 12février grâce à de jeunes officiers.

 

venezuela

  Des jeunes officiers des forces armées nationales

  bolivariennes ont permis qu’avorte, le 12 février 2015,

  une tentative de putsch impliquant de hauts gradés

  de l’aviation militaire et des civils liés à l’organisation

  d’extrême droite Primero Justicia.

 

 

Le Venezuela est confronté, depuis le coup d’État éphémère d’avril 2002 contre Hugo Chavez,

à ce que l’on pourrait appeler un « coup d’État permanent », une stratégie aussi évidente que cynique,

une « guerre de basse intensité », implacable, menée sous la supervision et la planification nord-américaine.

Le porte-parole du département d’État Jan Psaki a qualifié de « ridicules » les accusations du Venezuela

contre les États-Unis. Caracas crierait : « Au loup ! » alors qu’il n’y aurait aucun danger. Histoire de

décrédibiliser les craintes fondées, preuves à l’appui, de la révolution bolivarienne et d’endormir la vigilance

de son peuple et des soutiens internationaux. Le scénario putschiste, écrit aux États-Unis, est mis

en œuvre par une opposition haineuse, revancharde, qui était au courant des préparatifs du coup d’État.

Il s’agit, pour cette coalition (la MUD), qui va de l’ultradroite aux ex-sociaux-démocrates, de parvenir

à diviser et à battre le chavisme, par la conjugaison déstabilisatrice de tous les moyens possibles.

Déstabilisation économique et guerre idéologique

En premier lieu, la guerre économique, via l’accaparement et le stockage illégal, à des fins spéculatives,

d’aliments, de médicaments, de produits sanitaires… Via la spéculation tous azimuts, la hausse des prix,

la contrebande, afin de fatiguer la population par des pénuries organisées, de provoquer la colère,

d’inciter aux pillages.

Les chavistes sont au gouvernement, mais la réalité du pouvoir économique reste encore majoritairement

aux mains des patrons et de la droite. Qui plus est, un embargo financier international se met peu à peu

en place contre Caracas…

La déstabilisation économique se double d’une guerre idéologique de tous les instants : désinformation,

mensonges, manipulations, faux sondages, afin de créer un climat défaitiste à l’intérieur et de brouiller l’image

internationale du pays, de l’isoler, en créant un effet repoussoir (les « experts » en intox ont attribué

au Venezuela le plus important « risque pays »). Tout cela alimente une stratégie de la violence, renforcée

par les sabotages, les infiltrations massives de groupes paramilitaires par la frontière colombienne (aujourd’hui

disséminés partout dans le pays, y compris dans la capitale), l’assassinat de dirigeants chavistes,

comme le jeune Robert Serra, etc.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

Publié dans Amerique latine, ETATS-UNIS, Venezuela | Pas de Commentaire »

Des dirigeants d’entreprises pourront-ils bientôt être jugés pour crimes contre l’humanité ? (Basta !)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 décembre 2014

DROIT INTERNATIONAL

 

Des dirigeants d’entreprises pourront-ils bientôt être jugés

pour crimes contre l’humanité ?

 

par Olivier Petitjean 18 décembre 2014

 

pollutionChevron

 

  Les habitants de l’Amazonie équatorienne

  ont engagé une procédure auprès de la Cour

  pénale internationale de La Haye pour faire

  condamner les dirigeants du groupe pétrolier

  Chevron pour contribution à des crimes

  contre l’humanité.

 

 

 

Les Équatoriens obtiendront-ils justice et réparation pour la pollution dramatique

de leur environnement par l’entreprise états-unienne ? L’affaire est doublement symbolique :

c’est la première fois que cette instance pénale pourrait se pencher sur un crime de nature

environnemental, et qu’une telle procédure viserait le dirigeant d’une entreprise privée.

Entretien avec Eduardo Toledo, l’un des juristes qui assistent les victimes dans cette procédure.

En 2013, l’entreprise pétrolière états-unienne Chevron est condamnée à verser 9,5 milliards de dollars d’amende,

par la Cour nationale de justice d’Équateur. En cause, la pollution catastrophique occasionnée par les activités

de Texaco – depuis fusionnée avec Chevron – en Amazonie équatorienne, notamment le déversement de déchets

de puits de pétrole dans des fosses à ciel ouvert, de 1964 à 1990 (lire notre article).

Chevron, après avoir fait des pieds et des mains pour ne pas être jugée aux États-Unis, se prétend aujourd’hui

victime d’une conspiration, et refuse de payer cette amende en Équateur. En parallèle de cette procédure,

les victimes [1] ont décidé, en octobre 2014, de saisir la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye

pour qu’elle ouvre une enquête criminelle sur le PDG de Chevron, John Watson. Il est accusé comme d’autres

dirigeants de l’entreprise d’avoir délibérément refusé de remédier aux problèmes de pollution et

à leurs conséquences dévastatrices. Pour la première fois, un dirigeant d’entreprise privée est attaqué devant

la Cour pénale internationale. Et pour la première fois, cette instance est saisie pour un crime de nature

environnementale.

[Lire la suite sur Basta !]

Photo : Rainforest Action Network

Creative Commons License

Ce qu’a fait Chevron en Équateur est un crime, et pour que justice soit faite, il faut que ce crime soit reconnu comme tel

Voir le dossier « Chevron » de l’Observatoire des multinationales

- A lire aussi : Bientôt une loi française pour mettre fin à l’impunité des multinationales ?

 

Publié dans Amerique latine, Environnement, Justice | Pas de Commentaire »

Mexique : « Ils n’ont pas été « affectés », ils ont été assassinés !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 octobre 2014

 

Mexique :

Ils n’ont pas été « affectés » (La Jornada)

 

Capturemexique

  capture d’écran

  43 étudiants de l’École Normale Rurale

  d’Ayotzinapa, dans l’Etat de Guerrero,

  ont été enlevés par des policiers,

  après que ceux-ci aient tué 6

  de leurs camarades, la journaliste Gloria

  Muñoz revient sur ce nouveau crime,

  sinistre épisode de la guerre

menée contre les peuples du Mexique par un État soumis aux intérêts des compagnies minières, trusts de l’ « Énergie »,

fabricants d’armes aussi bien nord-américains que français, en étroite alliance avec les tueurs du narco-trafic.

Ce texte a été publié dans le quotidien La Jornada. Gloria Muñoz y tient une rubrique intitulée « Ceux et celles d’en bas ».

Le président de la république fédérale mexicaine, Enrique Peña Nieto, venait de faire savoir sa « sympathie »

aux étudiants « affectés » (sic) par le massacre d’Ayotzinapa…

“ Ils n’ont pas été « affectés » ”

Gloria Muñoz Ramírez

Ils n’ont pas été « affectés », Monsieur le Président, ils ont été assassinés. Maintenant il se fait que tout le monde

était au courant et que personne n’a rien dit. On dit en haut que l’affaire est liée au crime organisé allié

avec quelques policiers, un maire peu recommandable, son épouse et son beau-frère. Et la version de la guérilla

locale n’est pas très différente : des brigades justicières s’en sont prises au groupe délictueux « Guerreros unidos »,

comme si c’était un fait divers, comme s’il ne s’agissait pas d’un crime d’État.

[Lire la suite sur Le Grand Soir]

*
Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Amerique latine, Mexique | Pas de Commentaire »

Une foule gigantesque accompagne le cortège funèbre du jeune député vénézuélien assassiné

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 octobre 2014

 

Vu sur Viva Venezuela

 

Serra

 

  Caracas 4 octobre (RHC).

  Des avenues du centre de Caracas ont été

  prises par une foule de jeunes vénézuéliens

  pour accompagner, jusqu’au Cimetière Général

  du Sud, la dépouille mortelle du député

  socialiste Robert Serra, assassiné mercredi.

 

 

Les cercueils de Robert Serra et de sa compagne María Herrera, assassinée, victime, elle aussi de ce que les autorités ont qualifié de crime planifié ont été escortés de membres de l’Assemblée Nationale ayant à leur tête le président de cet organe Diosdado Cabello.

Le long su parcours qui a commencé près du siège du parlement, les personnes scandaient des mots d’ordre comme Justice, la Révolution ne s’arrête pas et Jusqu’à toujours Robert et María.

Peu avant le départ du cortège funèbre, des jeunes membres du Parti Socialiste Unifié du Venezuela ont prêté serment devant le cercueil de Serra et ils se sont engagés à donner leurs vies pour la construction du socialisme bolivarien.

ÉDITÉ PAR PEIO PONCE

Source : http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/35510-une-foule-gigantesque-accompagne-le-cortege-funebre-du-jeune-depute-venezuelien-assassine

 

Publié dans Amerique latine, Venezuela | Pas de Commentaire »

Mexique : macabre découverte près d’Iguala après la disparition de 43 étudiants

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 octobre 2014

MEXIQUE

 

Le 26 septembre, la police a violemment réprimé une manifestation d'étudiants faisant six morts 

et près de 20 blessés dans l'État de Guerrero. Le lendemain, 57 jeunes étaient portés disparus.

Par la suite 14 étudiants ont été retrouvés. Jeudi 2 octobre, des milliers de personnes ont 

manifesté dans la région aux cris de "Nous les voulons vivants !"

Samedi, suite à une dénonciation anonyme, les policiers ont découvert un nombre encore

indéterminé de cadavres dans une fosse commune près de la ville d'Iguala.

http://www.dailymotion.com/video/x27al94

par euronews (en français)  -  sur dailymotion

 

Des charniers découverts à la périphérie d’Iguala

 

Communiqué du PCF – 3 octobre 2014

                 Soutien aux manifestants d’Iguala

 

CaptureIguala1.
.
.
.
.
.
  Le Parti communiste français exprime sa pleine solidarité 
  avec les manifestations populaires qui exigent le respect 
  de la vie des 43 étudiants disparus le 26 septembre dernier

  à Iguala, dans l’État de Guerrero au Mexique,
  Mexique, lors d'une intervention de la police qui a fait 
  6 morts et une vingtaine de blessés.

.
.
.
.
.
.

Cette intervention d'une grande violence contre le mouvement étudiant du Guerrero fait suite à une série 
d'attaques lancées par le gouvernement local, attaques menées par des policiers et des groupes 
de civils armés qu'on peut qualifier de para-militaires. Ces faits ne peuvent que renforcer les soupçons
exprimés par les progressistes mexicains de l’existence de certains liens entre le gouvernement de la ville

d'Iguala et des mafias locales.
Le PCF partage la préoccupation des organisations de défense des Droits de l'Homme telles qu'Amnesty 

international qui ne cessent de dénoncer les exécutions extra-judiciaires et les disparitions forcées 
qui ont lieu au Mexique sans que les autorités du pays n'interviennent de manière efficace 
contre les coupables.

Publié dans Amerique latine, Mexique | Pas de Commentaire »

Venezuela : L’assassinat de Robert Serra, un crime planifié

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 octobre 2014

 

Venezuela :

Le PCF condamne l’assassinat du député Robert Serra

 

robert_serra

  Le Parti communiste français exprime sa plus ferme condamnation

  de l’assassinat de Robert Serra, député du Parti socialiste uni

  du Venezuela, et de sa compagne Maria Herrera.

  Ce crime odieux, commis avec une grande cruauté, porte la signature

  des groupes paramilitaires qui agissent au Venezuela en toute complicité

  avec la droite la plus extrême. Cette crainte est confirmée par les déclarations

du Secrétaire général de l’Union des nations d’Amérique du sud, Ernesto Samper, qui parle de « signaux de l’infiltration

du para-militarisme colombien ».

Le PCF partage la douleur des proches et de la famille du député et de sa compagne, du Parti socialiste uni

du Venezuela (PSUV) et de l’ensemble des forces progressistes de ce pays qui, une fois de plus, doivent faire face

à des actions visant la déstabilisation et l’instauration d’un climat de terreur.

 

ASSASSINAT DU DÉPUTÉ VÉNÉZUÉLIEN ROBERT SERRA (du PSUV)

 

Extraits de l’article du Grand Soir

 

  • « l’assassinat de Robert Serra était un crime planifié »

Caracas, 02 Oct. AVN.-

« Les premiers indices de l’enquête menée au sujet de l’assassinat du député socialiste Robert Serra révèlent qu’il s’agit d’un crime planifié », c’est ce qu’a informé ce jeudi le ministre de l’Intérieur Miguel Rodriguez Torres.
“D’après les premières expertises (…) nous pouvons dire qu’il ne s’agit pas d’un crime qui serait le fruit d’un malheureux concours de circonstances, mais bien que nous avons affaire à un homicide intentionnel et exécuté avec une grande précision », a expliqué le ministre.

“Il s’agit d’un assassinat planifié, organisé et exécuté avec minutie dans un intervalle de 15 et 20 minutes, avec une arme tranchante qui a produit la mort par hémorragie au jeune parlementaire ainsi qu’à sa compagne, Maria Herrera.

(…) “Son meurtre est sans aucun doute le fruit d’une macabre commande ».

 

  • Robert Serra : une jeunesse consacrée à la Révolution

2 Octobre 2014
Caracas 1° octobre AVN – « L’avenir de ce pays est là et dans l’avenir, nous serons là (à l’Assemblée Nationale) pour le représenter. Cette jeunesse est la garantie de la révolution, au-delà de 2021, même si cela gêne certains », furent les premiers mots de Robert Serra, encore étudiant, dans l’hémicycle de l’assemblée Nationale vénézuélienne en juin 2007.

Serra, 27 ans, originaire de Zulia, a été élu député à l’AN aux élections parlementaires du 26 septembre 2010. C’était un des plus jeunes députés et il s’est fait connaître pour ses fortes prises de parole en défense de la Révolution Bolivarienne.

En plus d’être un militant du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV), il fut le créateur du Mouvement Avancé Révolutionnaire construit par des jeunes et conseiller au Conseil Municipal des enfants et des Jeunes de la municipalité Libertador.

[Lire l’article complet sur Le Grand Soir]

 

Publié dans Amerique latine, Extreme-droite, Montée du fascisme, Venezuela | Pas de Commentaire »

Vía Campesina Honduras dénonce l’assassinat de Margarita Murillo

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 septembre 2014

 

Assassinat de Margarita Murillo 

communiqué de Vía Campesina Honduras

 

margarita-murillo   Via Campesina Honduras

  La Vía Campesina Honduras (LVC) informe l’opinion publique

  nationale et internationale que notre chère camarade de luttes

  Margarita Murillo a été assassinée dans  la nuit du 26 août 2014,

  dans la communauté de la montagne El Planon, juridiction

  du village El Venado, dans la municipalité de Villanueva Cortes,

  où elle cultivait une petite parcelle de terre.

 

 

Notre camarade Margarita Murillo a fondé le Front Paysan d’Unité Nationale (FENACAMH) et la Centrale Générale des Travailleurs des Champs (CNTC) durant les années 80 –des années de répression- et c’était aussi une infatigable militante en faveur de la justice agraire et de la libération nationale. C’est pourquoi son départ nous laisse un vide incalculable, non seulement pour ces organisations mais aussi pour la société civile du Honduras, tous regrettent aujourd’hui sa perte.

Notre camarade Margarita Murillo a eu à sa charge la direction nationale, départementale et de base du Front National de Résistance Populaire (FNPR) ainsi qu’au Parti Liberté et Refondation (Libre) ; elle faisait parti actuellement du Forum Social de la Vallée du Sulia.

Ironiquement, au moment de son assassinat, Margarita Murillo bénéficiait de mesures de protection : l’État hondurien avait l’obligation de défendre sa vie suite aux multiples dénonciations et pétitions d’organismes internationaux des droits de l’homme car elle était constamment menacée de mort.

Nous rendons hommage à toutes ces années de lutte que notre camarade Margarita Murillo a livré aux côtés de notre peuple pour revendiquer le droit à la terre, sa lutte pour la défense de notre souveraineté, pour une réforme agraire intégrale, en faveur de la sécurité alimentaire du peuple hondurien.

La Vía Campesina Honduras (LVC) condamne ce vil assassinat et exige de l’État du Honduras qu’il assume ses responsabilités et trouve les assassins et les fasse traduire devant la justice.

Nous condamnons ce vil assassinat sur la personne de Margarita Murillo qui prouve encore une fois la criminalité institutionnalisée [existant dans notre pays], ce pourquoi nous dénonçons le gouvernement de Juan Orlando Hernandez qui n’assume pas ses responsabilités comme il le devrait, comme pour les multiples crimes commis contre 130 paysans assassinés durant les deux deniers gouvernements.

Source : La radio del Sur http://laradiodelsur.com.ve/?p=303496 (espagnol)

Traduit par Paúl Hernandez pour http://voiebolivarienne.wordpress.com/.

* * * * * * *

D’autres articles sur la triste disparition de Margarita Murillo :

Assassinat au honduras – L’Humanité 01/09/2014

Le Parti de la gauche européenne a condamné le meurtre, le 27 août, de Margarita Murillo. Celle-ci est le plus important membre de l’opposition, formée à la suite du coup d’État de 2009 contre 
le président Manuel Zelaya, à avoir été assassiné.

http://www.humanite.fr/assassinat-au-honduras-550445

 !!!!!!L’Humanité : le seul journal français qui a traité le sujet et publié un article dans sa version papier !!!!!!

Margarita Murillo : Another Victim of Neoliberalism in Honduras ? – The Huffington Post 31/08/2014

> http://www.huffingtonpost.com/marco-caceres/margarita-murillo-another_b_5744476.html

P. H.

*
Source :  legrandsoir.info

Publié dans Amerique latine, Honduras | Pas de Commentaire »

Hommage à Frida Kahlo et Violeta Parra, deux artistes incontournables du militantisme latino-américain

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 août 2014

 

Frida, Violeta, deux artistes, deux pays, un même combat,

un même destin

 

CaptureFrida Kahlovioleta parra

L’une venait juste de peindre une toile nommée « Viva la vida », l’autre venait juste

de  composer une chanson intitulée « Gracias a la vida »…

Frida Kahlo, artiste peintre mexicaine, Violeta Parra, artiste chanteuse chilienne.

Toutes deux mortes, à l’approche de leur cinquantième anniversaire, après une vie riche

de voyages et de rencontres ; toutes deux militantes actives de leurs partis communistes

respectifs.

Quand l’art et le militantisme s’emmêlent, et s’en mêlent, on ne peut que faire chapeau-bas.

Hommage donc à deux femmes, artistes incontournables du militantisme latino-américain.

[Lire la suite sur Chien Guevara]

Pascuala Ilabaca. Violeta y Frida

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Violeta Parra « Gracias a la vida »

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Exposition Frida Kahlo au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

 

 

Publié dans Amerique latine, Chili, Culture, Hommages, Mexique, Musiqe, Peinture - Graphisme | Pas de Commentaire »

L’Argentine face aux charognards du capitalisme financier

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 juillet 2014

 

Le vol de la mort des vautours de la finance

 

Cathy Ceïbe – 30 juillet 2014

 

CaptureArgentine   Dans les rues de Buenos Aires, les affiches « Basta les vautours »

  (buitres, en espagnol) appellent à refuser la rapacité de la finance

  spéculative. (capture d’écran)

 

  Buenos Aires pourrait se retrouver en situation

  de défaut de paiement suite à une décision

  de la justice américaine qui l’oblige à rembourser,

  avec taux d’intérêt exorbitants à la clé, des fonds

  spéculatifs.

 

  Ce n’est pas un Condor qui survole l’Argentine mais des vautours. Plus exactement deux rapaces

de la finance spéculative, les fonds NML Capital (du groupe Elliott Management du multimilliardaire

Paul Singer ) et Aurelius Management, acculant Buenos Aires dans une dangereuse impasse.

L’État argentin pourrait, en effet, se retrouver aujourd’hui en défaut « technique » de paiement de sa dette

pour un montant de 500 millions de dollars. « Technique » car il a bien versé cette somme exigée

par ses créanciers détenteurs mais elle est bloquée depuis un mois sur des comptes aux États-Unis

sur décision d’une cour d’appel de New York ! Le juge Thomas Griesa exige en effet des autorités

qu’elles remboursent en premier lieu les fonds NML Capital et Aurelius Capital Management, appelés aussi

fonds « vautours » (buitres, en espagnol), dont la marque de fabrique est de racheter les dettes des États

pour une bouchée de pain puis de forcer ces mêmes États à les rembourser avec à la clé des taux d’intérêt

et des pénalités hallucinants.

Pour mesurer l’arnaque de ces fonds dont les sièges sont généralement basés dans des paradis

fiscaux, un retour en arrière s’impose.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :  Les fonds vautours qui dépècent l’Argentine se jettent sur l’Espagne

 

Publié dans Argentine, Liberalisme | Pas de Commentaire »

12345...18
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy