Importations d’OGM : une fausse possibilité d’interdiction

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 avril 2015

 

Importations d’OGM : une fausse possibilité d’interdiction

 

Gérard Le Puill – 24 avril 2015

 

ogm1

  La proposition faite par la Commission

  européenne le 22 avril indique

  que les pays membres qui voudront

  interdire ces importations d’OGM

   ne pourront pas mettre en avant

  les risques que peuvent présenter

  les OGM pour la santé

  et pour l’environnement.

 

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?  Est-ce  afin que personne ne puisse comprendre de  quoi il retourne? Voilà ce qu’on se dit en lisant les explications de la Commission  européenne dans un texte rendu public le 22 avril  2015 sur la réforme de la directive 1829/2003  concernant  l’importation de denrées contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans les pays membres de l’Union européenne .

On sait que la Commission, par l’adoption récente de la directive 2015/412, veut donner à chaque État membre de l’Union la possibilité de refuser la culture de plante OGM sur son sol. Ce qui veut dire aussi que chaque État membre peut en cultiver. Cette culture  «à la carte» des plantes OGM ne peut que compliquer  les relations commerciales et donner lieu à toutes sortes de contestations avec recours devant les tribunaux.

Le projet de directive proposé le 22 avril  par la Commission aux États membres  vient encore compliquer la situation. Elle  indique que les pays qui  refuseront ces importations  de produits OGM en provenance d’autres pays membres de l’Union ou de pays tiers comme les États-Unis, le Brésil ou l’Argentine (principaux pays exportateurs de soja et de maïs OGM)  devront motiver leur décision dans le cadre des règles en vigueur  à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Or le respect de ces règles aboutit à ce que l’Europe importe tous les jours des milliers de tonnes de soja OGM  pour nourrir les bovins, les porcs et les volailles élevés dans les pays membres de l’Union. Ce qui rend difficile toute construction de filière sans OGM au sein de l’Union européenne  en raison de la concurrence des pays tiers.

 

Captureogm1

  La proposition faite par la Commission le 22 avril 

  indique aussi que les pays membres qui voudront

  interdire ces importations ne pourront pas mettre

  en avant les risques que peuvent présenter

  les OGM pour la santé et pour l’environnement.

  Car l’évaluation de ces risques relève

  de la compétence exclusive de  l’EFSA,

qui est l’Autorité  européenne de sécurité des aliments.

Du coup, vouloir s’opposer à l’entrée des OGM sous une forme ou sous  une autre dans tel ou tel pays

membre de l’Union européenne reviendra surtout à s’exposer à des procédures judiciaires

de contestation d’une telle décision.

[Lire la suite sur humanite.fr]

OGM, la commission européenne brouille les cartes.

 

Publié dans Agriculture, Environnement, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Le maître caché de l’agriculture française (Reporterre)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mars 2015

Vu sur Moissac au Coeur.

 

La grande enquête sur le maître caché de l’agriculture française

 

Barnabé Binctin et Laure Chanon (Reporterre)

 

agricultureTommy

Son nom est méconnu, mais ce groupe pèse

aussi lourd qu’Areva. Agrocarburants, lait, oeufs,

huile, finances, semences : il est partout,

et influe d’autant plus sur l’agriculture française

que son patron préside le puissant syndicat agricole

devant lequel plient les gouvernements.

Le résultat : profits d’un côté, disparition

des petits paysans, artificialisation des terres

et pollution de l’autre.

 

Voici Avril-Sofiproteol. Une grande enquête de Reporterre.

 

1 – Le maître caché de l’industrialisation de l’agriculture française

ferme

 

2 – Au coeur de l’agro-industrie française, les tentacules d’Avril Sofiproteol

pieuvre-dessin

 

 

Lire la suite

Article original

 

Publié dans Agriculture, France, Liberalisme, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Aurélie Trouvé, qui vient de publier « Le business est dans le pré », dresse le bilan des dérives de notre modèle agricole. (Basta !)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 février 2015

AGRO-BUSINESS

Aurélie Trouvé :

« Il faut stopper la mise en concurrence sauvage de notre agriculture »

 

par Sophie Chapelle 26 février 2015

 

Captureaurélietrouvé

 

  Quel avenir pour l’agriculture ? Des fermes-usines rassemblant

  des milliers de vaches ou de porcelets ? Une participation

  massive des banques et fonds de pension dans le financement

  de l’agriculture ? Une dérégulation totale des marchés

  et une augmentation des importations ?

  Alors que se tient cette semaine à Paris le Salon de l’agriculture,

  l’économiste Aurélie Trouvé, qui vient de publier

  Le business est dans le pré, dresse le bilan des dérives

  de notre modèle agricole. Pour mieux comprendre les défis

  actuels et les mesures essentielles à mettre en œuvre

  pour inventer une autre agriculture. Entretien.

 

 

Basta ! : Qui défend aujourd’hui la création de fermes-usines en France ? Pourquoi les acteurs du secteur agro-alimentaire cherchent-ils à promouvoir ce modèle ?

Aurélie Trouvé [1] : Quel est l’intérêt d’une ferme de 1000 vaches ? La diminution des coûts de collecte, tout simplement. Plus on a de grosses exploitations, plus elles sont concentrées dans l’espace, et collecter le lait revient moins cher. Ces fermes-usines permettent aussi de réaliser des économies d’échelle. Ce ne sont pas forcément des exploitations pérennes sur le long terme qui dégagent une forte valeur ajoutée, mais elles sont capables de fournir un grand volume, standardisé et avec des prix plus faibles.

Les acteurs de l’agro-industrie ont intérêt au développement de ces fermes-usines, qui leur permettent de faire des affaires. Prenons le cas du groupe français Sofiprotéol-Avril (dirigé par Xavier Beulin, président de la FNSEA, ndlr). Derrière ce géant français, il y a des producteurs d’oléagineux – de colza, soja et tournesol. Qui mange des tourteaux de soja ? Le bétail, quand il est élevé hors sol, c’est-à-dire hors pâturage. Moins les animaux pâturent – comme c’est le cas dans ces fermes-usines mais aussi dans bien d’autres exploitations –, moins les éleveurs sont autonomes. Et plus Sofiprotéol-Avril fait des affaires ! Ce conglomérat est aussi entré au capital de l’entreprise Biogemma, qui développe des OGM, ou de Glon Sanders, leader français des aliments composés pour animaux, ainsi que de tout un ensemble de sociétés qui ont un intérêt à développer l’agro-industrie (lire notre enquête sur Sofiprotéol).

[…]

Quelles sont les conséquences pour ceux qui travaillent dans ces exploitations géantes ? Et pour la qualité des produits agricoles ?

La ferme des 1000 vaches en Picardie est trois fois moins créatrice d’emplois par litre de lait produit qu’une ferme classique. Sur le plan environnemental, un méthaniseur est prévu pour traiter les effluents d’élevage. Mais que va-t-on faire du digestat, le résidu des déjections non intégrées par le méthaniseur, qui risque de polluer les nappes phréatiques ? Ce déchet ultime va être transporté vers d’autres sites, avec son lot de nuisances sonores, d’émissions de gaz à effet de serre, d’accidents. On marche sur la tête ! Sur le plan sanitaire, la concentration du troupeau augmente les risques d’épidémies, ce qui implique un recours abondant aux vaccins, sérums et antibiotiques. Malgré les seuils réglementaires, ces substances peuvent se retrouver dans le lait et la viande consommés. Aujourd’hui, la moitié de la production mondiale des antibiotiques est destinée aux animaux [2] !

[Article complet sur Basta !]

Creative Commons License

Publié dans Agriculture, Basta!, ECONOMIE, Liberalisme | Pas de Commentaire »

Humour et Politique…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 février 2015

 

alexagriculture

 

Publié dans Agriculture, Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

La Confédération paysanne s’invite au Salon de l’agriculture

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 février 2015

 

OGM

Halte à la biopiraterie !

 

biopirate

  A l’appel de la Confédération paysanne, paysans

  et citoyens se sont retrouvés au Salon de l’agriculture

  pour dénoncer l’appropriation du vivant

  par les multinationales. Lors d’une déambulation

  festive et revendicative, des panneaux « BIOPIRATES »

  ont été apposés sur les stands des ministères

  de l’Agriculture et de l’Écologie, des entreprises

  semencières ainsi que de l’Inra* et du Cirad*

(recherche agricole).

Aujourd’hui, un paysan qui partage sa ressource avec la recherche n’est pas protégé. Un brevet peut être déposé sur un caractère génétique, moléculaire ou biochimique. Le paysan en question peut donc passer du statut de contributeur de la recherche à celui de contrefacteur de la semence, des animaux ou des préparations naturelles qu’il a lui-même sélectionné ! Il s’agit donc bien de piratage !

Des brevets sur des traits natifs (existants à l’état naturel) sont déjà déposés en Europe. On peut craindre leur multiplication si rien n’est fait pour les empêcher.

Il est temps pour le gouvernement de respecter ses engagements internationaux, en protégeant notre alimentation, les paysans et les communautés indigènes de la biopiraterie. Ça doit être le rôle de la Loi biodiversité !

 

Ci-joint le tract distribué ce jour sur le Salon

Photos de l’action

Source

A voir également sur le site :

Lagriculture paysanne expliquee aux urbains

 

Cette BD développée sur un ton humoristique présente

de façon simple et pédagogique l’agriculture paysanne

et ses 6 thèmes : autonomie, répartition, travail avec la nature,

développement local, qualité des produits et transmissibilité

des fermes. La BD retrace l’expérience des parents de Michel

qui à travers la rencontre de nombreux paysans de la Conf’

essaient de reprendre la main sur leur mode de production

et sur le sens de leur métier. A diffuser largement !

Télécharger la BD (PDF – 33Mo)

Publié dans Agriculture, ECONOMIE, France, Liberalisme | Pas de Commentaire »

Salon de l’agriculture : les vaches à la sauce low cost

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 février 2015

 

Salon de l’agriculture : les vaches à la sauce low cost

Viande, lait

 

Gérard Le Puill – Humanité Dimanche – 20 février 2015

 

Le Salon de l’agriculture se tient du 21 février au 1 er mars prochain, porte de Versailles à Paris.

« La plus grande ferme du monde », fréquentée l’an dernier par 703 407 visiteurs, accueillera

cette année 1 050 exposants, venus de 22 pays, qui présenteront près de 4 000 animaux.

Mais derrière cette réussite, la chute des prix du lait, la concurrence entre vaches laitières

et races à viande, le recul du pouvoir d’achat des ménages compromettent la consommation

en viande de qualité et mettent les éleveurs en grandes difficultés.

 

CaptureFr3rougeflamande1  capture d’écran

  Les Salons de l’agriculture se suivent et se ressemblent

  au moins sur un point : une race bovine leur sert toujours

  de tête d’affiche.

  Cette année, la star se nomme Filouse, une « rouge flamande »

  née en 2010. Elle provient d’un rameau qui peuplait autrefois

  les côtes de l’Europe du Nord jusqu’à la mer Baltique.

 

 

Elle a compté plus d’un million de têtes au début du XX e siècle. Dans les régions Nord- Pas-de-Calais

et Picardie, son lait était particulièrement apprécié pour la production du maroilles, le fromage AOC

en Avesnois-Thiérache.

Comme d’autres races supplantées depuis un demi-siècle par la prim’holstein, cette laitière au pelage brun

acajou ne compte plus que deux milliers de têtes aujourd’hui. Elles sont réparties chez 65 éleveurs

passionnés qui n’ont pas accepté de perdre ce potentiel génétique.

[…]

Tandis qu’augmentait en France le nombre de bovins lourds de bonne conformation (à l’arrière imposant),

avec beaucoup de viandes de qualité issues des quartiers arrière des animaux, la politique de l’offre

dans les grandes surfaces favorisait la mise en rayon des viandes blanches moins chères ainsi que les pièces

avant des bovins présentées de plus en plus sous forme de viande hachée en steaks, boulettes et autres

préparations.

Les vaches laitières étant très nombreuses en Europe, avec une durée de vie « active » courte, leur viande

devient un sous-produit du lait quand elles vont à l’abattoir. Du coup, la viande low cost supplante

aussi la viande de qualité comme cela se pratique dans d’autres secteurs économiques. La belle viande

des charolaises et des limousines arrive moins facilement jusqu’à l’assiette des consommateurs quand chacun

regarde les prix en faisant ses courses, tandis que la restauration collective va aussi vers le moins cher.

Au point que nos grandes surfaces importent des morceaux avant de piètre qualité, tandis que les bouchers

peinent à vendre des arrière de premier choix en raison de leur prix. Cette prise en tenaille permet aussi

de peser sur les cours à la production en France plus que dans les autres pays européens.

Telles sont les principales causes des difficultés que connaissent aujourd’hui les éleveurs spécialisés en bovins

à viande.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

Publié dans Agriculture, ECONOMIE, Environnement, Liberalisme | Pas de Commentaire »

L’agriculture industrielle, un modèle toxique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2015

 

      MOBILISATION

  • Carte de l’industrialisation de l’agriculture :

               Une dérive destructrice pour les paysans

 

nonindustriagriculture

 

  A la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture,

  la Confédération paysanne rend publique

  la carte de l’industrialisation de l’agriculture.

  Certes non exhaustive, elle met cependant

  en évidence comment, au-delà du symbole

  des 1000 vaches, une agriculture destructrice

  se met en place.

 

La Loi Macron (articles 27 à 30) et les récentes annonces de Manuel Valls démontrent clairement

que cette dérive correspond à la volonté du gouvernement.

Il y a donc une réelle intention de livrer notre métier aux mains d’industriels plus soucieux de leurs parts

de marché que de l’emploi, de l’alimentation ou de l’environnement. L’exemple de la pieuvre Sofiprotéol

(avec sa nouvelle entité Avril) est particulièrement parlant. Producteur d’aliments, fournisseur de conseils

et de débouchés, financeur, la société du Président de la FNSEA* s’accapare la production et la valeur

ajoutée au mépris des paysans

[Lire la suite confederationpaysanne.fr]

 

      AGROBUSINESS

  • Les dessous de votre assiette :

la carte de France des fermes géantes

 

par Sophie Chapelle 20 février 2015

Capturecarteindustriagriculture

  Alors que le Salon de l’agriculture s’ouvre le 21 février,

  la Confédération paysanne vient de publier une carte

  de l’industrialisation de l’agriculture. Vous connaissiez

  la célèbre « ferme-usine des Mille vaches » en Picardie ?

  Découvrez un élevage de 250 000 poules pondeuses

  dans la Somme et de 125 000 poulets dans le Vaucluse,

  un centre d’engraissement de 2000 taurillons dans l’Aube,

  une maternité industrielle de 900 truies pour 23 000

  porcelets par an dans les Côtes d’Armor, ou bien encore les 3 000 brebis laitières dans les Pyrénées Atlantiques…

Ces fermes géantes sont-elles des exceptions dans le paysage français ? « Sur 71 000 exploitations laitières,

on a à peine 5 000 ateliers de plus de 100 vaches, 128 de plus de 200 vaches et peut-être deux ou trois de plus

de 300 vaches », souligne l’Institut de l’élevage, dans un entretien à Terra Eco.

Pour autant, le gouvernement ne cesse d’encourager l’agrandissement des exploitations agricoles. L’exécutif a ainsi

annoncé le 18 février des mesures facilitant l’agrandissement des élevages de volailles, en relevant le seuil

à partir duquel une autorisation est requise de 30 000 à 40 000 volailles. Il y a un an, le gouvernement avait déjà

relevé le seuil des porcheries de 450 à 2000 porcs (notre article).

[Lire la suite sur Basta !]

Pour aller plus loin :

l’enquête de Basta !  sur l’accaparement des terres et la concentration foncière en France

Creative Commons License

 

       SOCIÉTÉ

    ENQUÊTE 

  • Le maître caché de l’industrialisation de l’agriculture française

 

Barnabé Binctin et Laure Chanon (Reporterre) – 20 février 2015

ferme

 

  Les nombreux projets de fermes-usines en cours

  annoncent l’industrialisation de l’agriculture.

  Un chemin totalement différent du modèle mis

  en scène par le Salon de l’agriculture qui s’ouvre

  samedi.

  Le but : une agro-industrie avec peu de travailleurs

  et maximisant le profit de grandes entreprises.

 

Une holding nommée Avril – nouvel avatar de Sofiprotéol – joue un rôle clé dans cette mutation forcée.

Reporterre a exploré les méandres du maître secret de l’agriculture française.

[Lire la suite sur reporterre.net]

La carte de France des projets de fermes-usines

 

Publié dans Agriculture, ECONOMIE, Environnement, France, Liberalisme, SOCIETE | Pas de Commentaire »

« Les paysans ont de l’avenir » (webdocumentaire-Confédération paysanne)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 décembre 2014

 

AGRICULTURE PAYSANNE

Webdoc : Les paysans ont de l’avenir !

webdocconf'

 

Découvrez le Webdoc

« Les paysans ont de l’avenir », au cœur de l’agriculture paysanne picarde.

http://lespaysansontdelavenir.fr/

La Picardie,

ça n’est pas que les 1 000 vaches,

l’agriculture non plus !

Sous le feu des projecteurs avec l’implantation de l’usine des 1000 vaches, l’agriculture picarde jouit désormais d’une bien triste réputation. Ses promoteurs veulent nous faire croire que ces fermes géantes sont l’avenir d’une agriculture « moderne et compétitive ». Pourtant, nous, acteurs de terrain, savons bien que, en Picardie comme ailleurs, il existe une agriculture qui répond aux attentes des citoyens et  fait vivre des paysans fiers de leur métier.

Les réalisateurs Arthur Rifflet et Mathieu Eisinger ont réuni des témoignages de cette vitalité de l’agriculture paysanne picarde dans un webdocumentaire : Les paysans ont de l’avenir. Ces hommes et ces femmes nous parlent de leur métier et des thèmes qui leur sont chers : l’installation, les liens humains, l’agriculture paysanne, et l’engagement.

Leurs témoignages démontrent la raison d’être d’une lutte qui s’attache avant tout à préserver ce qui fait la vraie richesse de nos territoires : des paysans nombreux qui produisent, dans le respect de l’environnement, une alimentation de qualité, qui contribuent à créer de l’emploi et à rendre nos campagnes plus solidaires. Contre les « 1000 vaches » et l’industrialisation de l’agriculture, nous disons haut et fort que ces paysans et paysannes sont l’avenir de l’agriculture !

Confédération paysanne

Publié dans Agriculture | Pas de Commentaire »

Procès des militants de la Confédération paysanne : Témoignage d’un indigné

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 octobre 2014

 

RÉPRESSION SYNDICALE

Vaut-il mieux incendier un centre des impôts

ou démonter pacifiquement une salle de traite ?

 

par Léon Maillé 27 octobre 2014

 

CaptureprocèsConf  capture d’écran

 « Serait-il moins risqué d’incendier

  un centre des impôts ou les bâtiments

  de la Sécu agricole que de démonter

  symboliquement une usine

  à 1 000 vaches ? »

 

C’est la question posée par Léon Maillé, ancien berger et pilier de la lutte du Larzac, alors que s’ouvre le 28 octobre le procès de militants de la Confédération paysanne, accusés d’avoir démonté une salle de traite. Où est la justice, interroge-t-il, quand des actions non-violentes, à visage découvert, sans agressions verbales ou physiques, sont durement réprimées, et que d’autres beaucoup plus violentes commises par la FNSEA, syndicat agricole majoritaire, n’ont – étrangement – jamais donné lieu à des poursuites judiciaires ? Témoignage d’un indigné.

« Selon que vous serez puissant ou misérable (de la FNSEA ou de la Confédération paysanne, en langage moderne), les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » dixit La Fontaine.

Ce 28 octobre à Amiens, neuf militants de la Confédération paysanne arrêtés manu militari comme des terroristes, seront jugés parce qu’ils ont symboliquement démonté la salle de traite de cette funeste usine à mille vaches… Le préfet de la Somme avait pourtant ordonné de détruire partiellement les installations, car sur zone archéologique. Qu’à cela ne tienne, l’usine a commencé à livrer son drôle de lait, véritable sous-produit puisque l’objectif est de faire un max de bouses pour alimenter un méthaniseur industriel.

À cette aberration agricole (imaginons en Aveyron une telle usine à vaches par canton, et on peut supprimer tous les autres élevages) s’ajoute une aberration judiciaire. En effet, les actions de la Conf’ s’inscrivent toujours dans la non-violence, à visage découvert, sans agressions verbales ou physiques, mais sont lourdement réprimées. Quant à celles de la FNSEA, jugez-en plutôt par vous-mêmes :

- Lire la suite sur Basta !

Creative Commons License

Publié dans Agriculture, France, Justice, Liberalisme, Syndicats | Pas de Commentaire »

Drame au Testet

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 octobre 2014

ZONE À DÉFENDRE

Testet : après la mort d’un opposant, la tension monte d’un cran

sur le chantier du barrage de Sivens

 

par Simon Gouin 27 octobre 2014

 

sivens

  Que s’est-il passé, au Testet, sur le chantier

  du barrage de Sivens (Tarn), dans la nuit

  de samedi à dimanche ? Un opposant de 21 ans

  est décédé lors d’affrontements avec les forces

  de l’ordre, sur le site de ce projet controversé.

  Les circonstances ne sont pas encore établies.

  Le samedi, entre 2000 et 5000 personnes

  s’étaient rassemblées dans la forêt de Sivens,

pour fêter le premier anniversaire de l’occupation de ce site voué à se transformer en un barrage dédié

à l’irrigation.

Conférences débats, ateliers de clowns, apparitions de politiques venus soutenir la lutte (José Bové,

Jean-Luc Mélenchon ou Pierre Larrouturou) : l’ambiance est d’abord festive et familiale à côté

de la zone déboisée début septembre.

En fin d’après-midi, à l’autre bout du site, là où le terrassement a été entrepris pour y construire

le barrage, débutent des affrontements avec les forces de l’ordre, arrivées massivement quelques minutes

plus tôt. Des opposants vêtus de noir lancent des projectiles sur les gendarmes mobiles, qui répondent

par des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes. Alors que des blessés sont évacués,

un groupe d’opposants déguisés en arbres entreprend une action non-violente afin de tenter de désamorcer

le conflit. La tension semble alors baisser d’un cran. Mais les affrontements reprennent dans la nuit,

au cours de laquelle l’étudiant toulousain perdra la vie.

Une enquête a été ouverte par le procureur d’Albi afin de déterminer les causes du décès. Le rapport

d’autopsie devrait être révélé lundi après-midi. Les témoignages recueillis par le journal Reporterre

pointent du doigt les grenades dites d’encerclement et les flashballs utilisés par les gendarmes mobiles

lors d’une violente opposition avec des dizaines d’opposants.

[Lire la suite sur Basta !]

Aller plus loin :

  • Un film de 30 minutes relatant la lutte contre le projet de barrage de la forêt de Sivens

Creative Commons License

Sur l’Humanité.fr :

Barrage de Sivens : le rapport des experts apporte de l’eau au moulin des opposants

Tarn : la mobilisation contre le barrage de Sivens tourne au drame

Publié dans Agriculture, Environnement, France | Pas de Commentaire »

12345...14
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy