Botswana : Les Bushmen Nharo sur le point d’être expulsés

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 juillet 2011

Source :  Survival France - 30 juin 2011
URL de cet article : http://www.survivalfrance.org/actu/7444

 

Les Bushmen Nharo sur le point d’être expulsés

 

Femme bushman, Réserve du Kalahari, Botswana, 2004.

© Stephen Corry/Survival
Femme bushman, Réserve du Kalahari, Botswana, 2004. Selon le quotidien botswanais The Voice, les Bushmen Nharo vont être expulsés

de leur territoire – Xanagas – situé dans le district de Kgalagad, au sud-ouest

du Botswana.

Les Bushmen se disent prêts à résister à cette expulsion.

Xase Tuxwa, né à Xanagas en 1937, a déclaré aux journalistes :

 

« Nous sommes nés et avons grandi ici, mais les fermiers sont arrivés et ont érigé

des barrières autour de notre propriété, puis on nous a ordonné de quitter les lieux ».

Leurs craintes ont été confirmées lorsqu’ils ont appris que Eric Molale, secrétaire permanent du président avait acheté

la terre d’une ferme voisine; leur expulsion a été annoncée peu de temps après.

Molale est également directeur de la compagnie Debswana, une joint-venture entre le gouvernement botswanais

et le diamantaire De Beers, premier producteur mondial.

En 2002, les Bushmen du Kalahari avaient été violemment expulsés de leur territoire dans la Réserve du Kalahari central.

A cette époque, Molale était secrétaire permanent du ministère du gouvernement local.

Pelaelo Lucas, résident de Xanagas, a déclaré :

« Depuis l’arrivée de ce monsieur Molale… notre vie à Xanagas est devenue un enfer ».

« Nos enfants sont forcés de fréquenter l’école primaire qui se trouve ici et lorsque

nous serons tous expulsés ils devront rester entre les mains des fonctionnaires ».

Molale a refusé d’émettre tout commentaire.

[Lire la suite sur : survivalfrance.org/]

Visitez le site internet des Bushmen (en français – traduction Google)

 

Publié dans AFRIQUE, Peuples indigenes, Solidarite | Pas de Commentaire »

Libye : Un Conseil national de transition néolibéral

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mars 2011

Libye : Un Conseil national de transition néolibéral dans International logo-huma 25 mars 2011 – PIERRE BARBANCEY

Guerre

Libye. Les frappes touchent des civils

arton132253d495.jpg

 

Notre envoyé spécial a été le témoin à Benghazi de « dégâts collatéraux » à la suite de bombardements de la coalition.

Les insurgés ont nommé un premier ministre néolibéral.

Benghazi (Libye), envoyé spécial. L’opposition libyenne a du mal. Elle a du mal politiquement et elle a du mal militairement. En termes de politique,

le Conseil national de transition (CNT) – autoproclamé puisque ses membres ont été cooptés sans que les Libyens n’aient leur mot à dire – semble plus

tourné vers l’extérieur. Ce n’est sans doute pas un hasard si un gouvernement de transition a été nommé, peut-être sur les conseils de Nicolas Sarkozy

et de Bernard-Henri Lévy, seuls à reconnaître officiellement le CNT. Le premier ministre de ce cabinet, Mahmoud Jibril, était d’ailleurs l’émissaire désigné

pour rencontrer les gouvernements occidentaux. Diplômé en économie et en sciences politiques, il a enseigné pendant plusieurs années à

 l’université de Pittsburgh et a toujours défendu le néolibéralisme.

MAHMOUD JIBRIL, HOMME CLÉ DES INTÉRÊTS AMÉRICAINS

Depuis 2007, il siégeait d’ailleurs, avec l’aval de Muammar Kadhafi, à la tête du National Economic Development Board (NEDB, bureau du développement

économique national), devenant l’homme clé pour la pénétration en Libye des intérêts américains et britanniques. Il est également le promoteur des

privatisations décidées ces dernières années par Tripoli. Autre ministère clé de ce gouvernement, celui des Finances. Il est détenu par Ali Tahrouni, qui a

également en charge les affaires pétrolières. Il enseigne l’économie et la finance à l’université de Washington et est retourné en Libye il y a un mois, après

trente-cinq années passées à l’étranger. Quand on demande à l’un des porte-parole du Conseil national de transition, Iman Bugaighis, ce qui a motivé cette

nomination, la réponse est claire et nette : « Il comprend la mentalité occidentale. »

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

Photo ajoutée : Nicolas Sarkozy a reçu deux émissaires du Conseil national de transition libyen, Mahmoud Jibril (au centre) et Ali Essaoui (à droite), chargés des affaires internationales.  (source : Le Grand Soir)

À  lire également :

Libye : Ajdabiyah aux mains des rebelles

 

Publié dans International, Libye, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Tunisie – monde arabe : débat avec Nadia Chaabane et Mohamed Smida le 29 mars à Roubaix

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mars 2011

Reçu par courriel

L’ AFL (Association Familiale Laïque) de Roubaix, l’AFL de Lille,

« Femmes solidaires » d’Armentières,  d’Halluin, et de Lille,

Libres MarianneS, l’Union Rationaliste Métropole Nord

et l’Association des Tunisiens en France

 

vous invitent à vous informer et discuter

sur le thème :

 

« Révolutions en Tunisie et dans le monde arabe :

processus démocratique, mouvements féministes et laïcité »

Comment tisser des liens entre les mouvements féministes et laïques

d’ «ici»  et  de  «là-bas» ?

avec

Nadia Chaabane et Mohamed Smida

 

Nadia Chaabane est secrétaire générale de l’Association des Tunisiens en France et membre fondatrice du Collectif national des droits des femmes et du manifeste des libertés en Tunisie.

Mohamed Smida est président régional de l’Association des Tunisiens en France (région  Nord).

 

L‘échange portera sur

                 le processus démocratique des révolutions en Tunisie et dans le(s) monde(s) arabe(s),

                 la place des femmes dans ce processus,

                 le rôle de la laïcité.


Cette conférence aura lieu le
mardi 29 mars 2011, à 19h

à la FAL,
20 rue de Lille,
Roubaix.
(métro: Charles De Gaulle)

 

Publié dans INFOS, Tunisie | Pas de Commentaire »

Intervention en Libye : déclaration de Roland Muzeau

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 mars 2011

PCF Nord

Intervention en Lybie :

Intervention de Roland Muzeau à l’Assemblée Nationale

Déclaration suivie d’un débat sur l’intervention des forces armées en Lybie

Monsieur le Président, Messieurs les ministres, Mes chers collègues,

 

Quand dans tant d’autres pays voisins, un débat a eu lieu sur l’opportunité d’entrer en guerre avec la Lybie,

ici, dans notre belle démocratie, on ne donne que quelques minutes de temps de parole à la représentation

nationale pour s’exprimer. Que penser d’une telle parodie de consultation démocratique alors que notre

pays est déjà entré en guerre ?


23 mars 2011

Ce débat est néanmoins l’occasion pour nous d’exprimer à nouveau notre solidarité avec les peuples arabes en général, et avec le peuple libyen, en particulier, mus par un souffle de

libération, aussi profond que légitime. Cette solidarité avec le peuple libyen ne saurait pour autant annihiler tout esprit critique à l’endroit du comportement de notre propre pouvoir

exécutif, dont les choix diplomatiques sont illisibles, contradictoires, et aboutissent in fine à altérer notre crédibilité internationale.

Un déclin que semble signifier l’ultime épisode de l’entrée en guerre de la France contre la Libye dans le cadre de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU.

Au-delà de l’élan politico-médiatique de ces derniers jours, l’intervention militaire en Libye repose sur deux fictions.

L’Elysée et ses portes paroles, repris avec une certaine cécité par la majorité des médias, prétendent qu’il y aurait une unité de la communauté internationale pour soutenir les

bombardements en Libye. Au mieux il s’agit là d’une erreur d’analyse, au pire d’un mensonge, d’une manipulation. Permettez-nous, en effet, de souligner les méfiances et les

oppositions qui s’expriment autour de cette intervention militaire. Il suffirait de rappeler ici la position de certaines puissances mondiales comme l’Inde, la Chine et la Russie,

qui refusent de soutenir l’offensive militaire.

Mais l’attitude d’autres pays est plus significative encore.

Il y a d’abord l’Allemagne, 1ère puissance européenne, qui s’est abstenue sur la résolution lors du vote du Conseil de Sécurité. Son vice-chancelier et ministre fédéral des affaires

étrangère, résumait au Guardian sa position en ces termes : « Une solution militaire semble très simple mais elle ne l’est pas. C’est risqué et dangereux, les

conséquences peuvent être imprévisibles (…) Nous admirons la révolution tunisienne mais nous voulons que ces mouvements soient renforcés et

pas affaiblis (…) Examiner des alternatives à un engagement militaire, ce n’est pas ne rien faire. ».

En cela, l’Allemagne rejoint le Brésil, 1ère puissance sud-américaine, qui s’inquiète, par la voix de son ambassadrice à l’ONU du risque d’exacerber les tensions sur le terrain au

détriment des populations civiles que nous sommes engagés à protéger. Les Brésiliens insistent sur le caractère spontané des révolutions arabes et alertent sur le risque d’en

changer le récit, ce qui aurait de sérieuses répercussions pour la Libye et le reste de la région.

Des pays de l’Amérique Latine ont fait savoir le 19 mars dernier « qu’ils rejetaient toute intervention militaire en Libye ». Le chancelier argentin Héctor Timerman a mis en cause

le fait que ces attaques contre le territoire libyen menées par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, n’aient pas fait l’objet d’un large débat au Conseil de Sécurité ou à

l’Assemblée Générale des Nations Unies. Le président Uruguayen a, quant à lui, qualifié de « lamentable » l’attaque des forces des forces armées contre la Libye :

« Le remède est pire que la maladie ; Sauver des vies à coup de bombes est un contresens inexplicable. C’est à en pleurer. »

Surtout, cette offensive militaire ne trouve pas grâce aux yeux des peuples de la région, qui rejettent la figure dictatoriale de Kadhafi, mais qui refusent également de cautionner

toute nouvelle expression de l’impérialisme occidental. Le chef de la Ligue arabe Amr Moussa a critiqué dimanche les bombardements occidentaux sur la Libye, estimant qu’ils

s’écartent « de l’objectif d’instauration d’une zone d’exclusion aérienne, et ce que nous voulons c’est la protection des civils et pas le bombardement de

davantage de civils ».

[Lire la suite sur : nord.pcf.fr/]

Publié dans Democratie, Libye, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Intervention miltaire en Libye : « Les questions qui fâchent »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 mars 2011

Intervention en Libye / Médiamensonges, Michel Collon

Ce soir ou jamais (21 mars 2011)

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=5neoQYLtKy4

 

Source : Section PCF Gresivaudan23 mars 2011

L’attraction de la guerre

 

Intervention miltaire en Libye :

S’attaquant à l’unanimisme béat des partis politiques et des commentateurs en faveur de

l’intervention militaire en Libye, l’historien Tzvetan Todorov rappelle que

«l’ordre international incarné par le Conseil de sécurité consacre le règne de la force, non du droit» 

et que son approbation demeure de ce fait un gage de légitimité discutable.


L’intervention militaire en Libye a suscité en France un chœur d’approbations venues tant des partis représentés

au Parlement, comme c’était déjà le cas pour la guerre en Afghanistan, que des commentateurs. On entend dire

que la France vient de réussir un grand coup. Le chef ennemi n’est plus désigné que par des superlatifs, il est

devenu le dément, le fou, le bourreau, le tyran sanguinaire, quand il n’est pas renvoyé à ses origines de

«bédouin rusé». Les euphémismes sont de mise, on ne dit pas qu’il faut tuer sans remords, mais qu’

«il faut assumer ses responsabilités»; ni qu’on essaie de diminuer le nombre de cadavres, mais qu’on doit

procéder «sans casse excessive».

[Lire la suite sur : pcf-gresivaudan.blogspot.com/]

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, Libye, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Pierre Laurent sur France Info

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 mars 2011

France Info – L’invité du matin :

Pierre Laurent répond à Raphaëlle Duchemin.
http://www.dailymotion.com/video/xhrsx2

Publié dans Cantonales 2011, France, Libye, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Une nouvelle guerre ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 mars 2011

Une nouvelle guerre ? dans France logo-huma 18 mars 2011 

Éditorial par Jean-Emmanuel Ducoin

 

 dans International

Comment venir en aide aux insurgés libyens en dépassant la simple indignation morale mais sans pour autant

déclencher une énième guerre absurde et mortifère pour tous, à commencer par les peuples arabes eux-mêmes ?

Face à ce questionnement cornélien que tout internationaliste et citoyen du monde portait en lui confusément depuis des

jours et des jours, sans qu’aucune solution satisfaisante ne puisse être apportée véritablement par les acteurs du drame qui

se joue en Libye, le Conseil de sécurité de l’ONU vient donc de répondre à sa manière en adoptant une résolution qui autorise

le recours à la force contre l’armée de Mouammar Kadhafi. Des frappes aériennes. Que l’on qualifiera sans doute, dans les

heures qui viennent, de « chirurgicales »


Malgré les propositions de « cessez le feu » déjà lancées par un Kadhafi que l’on imagine aux abois, sommes-nous officiellement en guerre ? Une de plus ?

Bien que le « cadre » de l’intervention semble pour l’instant limité et qu’une issue diplomatique de dernière minute ne soit pas totalement exclue, une question nous hante

néanmoins : le Conseil de Sécurité prend-il le risque d’un engrenage en s’inscrivant ainsi dans une logique guerrière aux conséquences hasardeuses ?

En ce domaine, l’histoire contemporaine nous incite à la plus grande prudence… Tâchons de ne pas avoir la mémoire courte, car aujourd’hui seul le sort des Libyens doit nous

importer, tout comme l’avenir d’une région en légitime révolte. Nous connaissons parfaitement bien les dangers potentiels et concrets des guerres, nous connaissons aussi par

avance ce que signifierait une mise sous tutelle des révolutions arabes : ce serait un signe catastrophique donné à tous les peuples en voie d’émancipation…

Lire la suite

Publié dans France, International, Libye, POLITIQUE | 1 Commentaire »

Libye : Sarkozy pris de folie ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mars 2011

Source : Le Monde.fr

« Le président français Nicolas Sarkozy est pris de folie », s’inquiète Thorsten Knuf, dans le Berliner Zeitung, après ses appels répétés à une

réponse militaire à la guerre en Libye et notamment à des frappes ciblées. « Il semble que Sarkozy veuille abattre le dictateur libyen seul.

Il y a quelques mois, il lui aurait volontiers vendu des centrales nucléaires. Désormais, Sarkozy mène la chasse anti-Kadhafi. Un combat

d’homme à homme », ironise le journaliste allemand.

Sur le dossier libyen, Nicolas Sarkozy est en effet devenu le « leader déclaré des va-t-en-guerre », renchérit l’éditorial du quotidien suisse Le Temps.

 

Lu sur :  Libye : Sarkozy pris de folie ?  dans International dazibaoueb_logo_700publié par babelouest – 11 mars 2011


Libye : Mais pour qui se prend Sarko ?

 

Auteur : Gilles Devers - Source : Actualités du droit

10.03.2011

23:47

sarkoleonSarko perd la tête, ou ce qui lui en restait. Voilà la France, un État, qui reconnait un groupe politique comme « représentant légitime »

du peuple libyen, dans la foulée annonce l’envoi d’un ambassadeur auprès de ce « gouvernement » et s’engage pour des frappes aériennes ! 

Cette fois-ci, pas de doute, c’est lui qui est frappé !

Le peuple libyen subit le feu d’un dictateur, après avoir subi son impitoyable répression. Un dictateur que Sarko connait bien, car il l’avait

reçu avec tous les honneurs à l’Élysée en décembre 2007, en lui décernant son diplôme de respectabilité, puis en dopant la coopération.

Les vieilles armes de Kadhafi utilisées contre son peuple, armé de bric et de broc, font des dégâts : c’est une guerre, et cette guerre est un

crime de guerre comme chaque fois que l’on utilise la force armée contre des civils. Si ça ne vous dit rien, j’ai quelques exemples pour vous

rafraichir la mémoire, certains pas si anciens.

 

au pont de
Dans ces journées terribles, il est indispensable de rencontrer ceux qui essaient de structurer une opposition.

Un pays en feu, des communications explosées, la plus grande ville restée aux mains du pouvoir, une absence totale de vie

politique antérieure… on ne peut que saluer l’effort des opposants pour s’organiser, et les soutenir en fonction des informations

que l’on reçoit. Mais un État reconnaît un État, et la reconnaissance d’un « conseil des rebelles » par un État est une ineptie.

Manifestement interloquée par ces annonces, le porte-parole de Miss Ashton répond : « Pour l’instant, nous sommes en train de

parler avec tout le monde, tous les partis de l’opposition. Il faut bien sûr savoir aussi avec qui on parle ». Catherine Ashton avait

rencontré mercredi deux émissaires du CNT au Parlement européen à Strasbourg, mais elle avait refusé de soutenir la demande

du CNT d’être reconnu comme étant la seule autorité légitime en Libye.

Sarko a foncé, sans même en parler à son ministre des affaires étrangères, et avec un entretien tenu en présence de BHL.

Et les frappes aériennes ? Seul le Conseil de Sécurité peut décider. La France ou l’OTAN n’ont aucun droit, aucun.

Et politiquement comment parler d’une opération occidentale ? Un nouvel Irak ? L’Afghanistan ne suffit pas ?

La France, l’un des meilleurs soutiens de Kadhafi, se déchaîne en parole pour faire oublier son aveuglement et son implication

dans la répression, tout en lorgnant avec cupidité sur le contrôle du pétrole.

On croit rêver. A ce stade il n’y a plus d’État, mais seulement un clan en perdition qui tente des coups…

sabre au clair

 

Publié dans International, Libye, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Kadhafi : « Je mourrai en martyr, s’il le faut »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 février 2011

LIBYE :

Kadhafi : « Je mourrai en martyr, s’il le faut »

 

Kadhafi :

Le colonel Kadhafi lors de son discours à la nation, à Tripoli, le 22 février 2011.

Alors que des manifestations se poursuivent dans tout le pays, le dirigeant libyen a annoncé

qu’il ne quitterait pas le pouvoir :

« Je me battrai jusqu’à la dernière goutte de mon sang ».

Il s’est montré menaçant envers les manifestants : 

« Rendez vos armes immédiatement, sinon il y aura des boucheries »

et s’est dit prêt à « purger la Libye maison par maison ».

 

 

 

A lire sur : humanite.fr/

 

Communiqué du PCF :

Libye : La France doit condamner avec force la répression criminelle du régime Kadhafi

 

Publié dans AFRIQUE, Libye | Pas de Commentaire »

Chute de Ben Ali et Moubarak contre Réforme des retraites : dictature molle ou démocratie dure ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 février 2011

 Source : Le blog de Andrée Oger - Conseillère générale communiste de Saint André de l’Eure

 

Chute de Ben Ali et Moubarak contre Réforme des retraites :

dictature molle ou démocratie dure ?

 

L’actualité internationale dans les pays arabes est riche et passionnante. Elle nous renvoie un reflet inquiétant de l’état de notre propre régime.

 

Tunisie et Égypte étaient considérées il y a encore deux mois comme des bastions du capitalisme totalitaire, avec des régimes dictatoriaux dirigés par des chefs d’État depuis 23 ans pour la

Tunisie et plus de 30 ans pour l’Egypte. Histoire de coller à l’apparence démocratique qui permet aux « démocraties » occidentales de faire admettre à leurs peuples que nos gouvernements

fréquentent ces régimes, des élections y étaient organisées régulièrement. Des élections falsifiées bien évidemment.

Surprise ! Ces dictatures réputées stables, pratiquant l’emprisonnement arbitraire, la torture, le contrôle politique et policier de la société et des médias, ces dictatures se sont effondrées en

quelques semaines sous la pression d’une foule importante, certes, mais qui n’a représenté au mieux que quelques centaines de milliers de manifestants en Egypte, pour une population de

80 millions d’habitants.

En France, pays dit démocratique, ce sont jusqu’à 3,5 millions de personnes qui ont manifesté l’an dernier au cours de 8 journées d’action organisées par l’ensemble des syndicats français.

8 journées d’action sur 4 mois de temps (juin puis septembre à novembre) soutenues par 70 % des français.

Ce mouvement populaire (vu son soutien par le peuple) ne visait pas la chute du régime mais seulement à empêcher le vote d’une loi, certes cruciale, mais ne remettant pas en cause le

système politique ou économique français. Et le gouvernement français n’a pas cédé.

Nous avons donc d’un côté de la Méditerranée des régimes dictatoriaux qui se sont effondrés en peu de temps sous le coup de manifestations populaires massives mais minoritaires, et, de

l’autre côté de la Méditerranée, un régime se disant démocratique, confronté à une longue mobilisation massive ET majoritaire mais qui a refusé d’écouter son peuple et lui a imposé sa loi.

Ce reflet de notre République que nous renvoient les pays arabes doit nous rendre modeste vis-à-vis de notre « modèle démocratique » et nous alerter sur la réalité d’un système politique

verrouillé qui, comme dans n’importe quelle dictature, bloque les aspirations populaires au profit d’une caste minoritaire proche du pouvoir.

La démocratie parlementaire en France n’est qu’une façade qui permet à la dictature de l’argent et des marchés financiers de contrôler les principaux leviers de la société, de saper ceux qui lui

résistent comme les services publics, en amusant la galerie avec des élections qui ne proposent souvent que des variantes du même système, depuis la sociale-démocratie à l’extrême-droite.

L’alternance politique ne suffira pas pour permettre au peuple de reprendre le contrôle de son destin.

C’est en s’attaquant au cœur du système, à la dictature de l’argent, que nous pourrons imposer d’autres choix de société, remettre l’humain au centre des choix politiques et économiques.

Viser ce changement radical et prendre ses responsabilités dans les instances politiques actuelles pour construire cette perspective, c’est le choix des communistes depuis toujours.

Loin de ceux qui divisent les travailleurs pour finalement les désarmer face à leurs maîtres, les communistes se battent pour une prise de conscience de notre force collective et la construction

d’un rapport de force qui devienne majoritaire et change le cours de l’Histoire.

 

Publié dans Egypte, France, POLITIQUE, Tunisie | Pas de Commentaire »

1...45678...12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy