A la Une de l’Huma : Égypte, loi martiale contre Frères musulmans

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2013

 

Dans l’Humanité ce lundi :

 

     Égypte, Loi martiale contre Frères musulmans

 

A la Une de l'Huma : Égypte, loi martiale contre Frères musulmans dans Egypte huma1908

L’Arabie saoudite effectue un retour remarqué

sur le devant de la scène, à la faveur de la déflagration

égyptienne. À l’arrière-plan, la Turquie d’Erdogan vit

dans la crainte d’un scénario analogue. Le Qatar, lui,

semble bien isolé…

 

-  La tension règne, les Frères musulmans annulent

des manifestations

-  Après cinq jours d’affrontements, les activités quotidiennes

diurnes semblaient avoir repris leur cours hier. Les islamistes

amorcent une première manœuvre en recul.

-  L’UE en quête d’une position commune

 

-  Après la vague de répression sanglante de ces derniers jours, et face au risque d’un basculement…

-  Une crise qui exprime des fractures arabes

-  France L’Élysée en palais des découvertes

-  Le gouvernement effectue sa rentrée avec un séminaire, ce matin à l’Élysée, qui oubliera le présent

pour « préparer la France à relever les défis qui seront les siens dans dix ans ».

-  Arnaud Montebourg en mode mineur

-  Pas de rentrée fracassante pour Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, pour la …

-  Jacques Vergès, grand défenseur de l’indéfendable

-  Les adjectifs « controversée » et « sulfureuse » étaient les plus fréquemment employés pour …

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Egypte, l'Humanité, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Le « Harlem Shake », une nouvelle forme de contestation

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 mars 2013

 

Les Harlem Shake surfent sur la contestation dans le monde entier

 

Le Le premier Harlem Shake en Tunisie, le 23 février

dans un lycée de Tunis – capture d’écran

Harlem Shake, ou comment une danse

totalement loufoque devenue phénomène

mondial fait trembler les censeurs

du monde entier par sa portée contestataire.

Explications.

 

Au départ, il s’agit d’une blague de potache. Une vidéo de quatre jeunes débraillés ou déguisés de Harlem,

New-York, dansant n’importe comment, si possible en enchaînant les pauses tendancieuses, durant trente

secondes sur une musique techno d’un DJ inconnu. En un mois (celui de février) et à l’image

du Gangnam style du Coréen Psy, la vidéo de ce « Harlem Shake » a gagné ses galons de « buzz mondial ».

Jusqu’à devenir un symbole de la lutte pour la liberté d’expression et contre la censure.

« La révolution va continuer »

Jeudi dernier, quelque 70 Egyptiens se sont rassemblés devant le quartier général des Frères musulmans,

dont est issu le président Mohamed Morsi, au Caire, pour faire leur Harlem Shake à eux, un pied de nez

aux islamistes conservateurs au pouvoir.

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

*

« A Bas le guide », ont scandé les danseurs en référence au guide suprême des Frères musulmans, cheikh

Mohamed Badie. « Le message est clair. Nous sommes opposés à la politique des frères musulmans,

car c’est leur guide qui dicte au gouvernement sa politique et non pas la présidence », a déclaré à l’AFP

Farid Sayyed, organisateur de la danse, assurant que la révolution allait continuer dans le pays.

Quelques jours auparavant, quatre étudiants avaient été arrêtés par la police pour s’être filmés

en sous-vêtement et en public lors d’un Harlem Shake devant les pyramides de Guizeh, dans la banlieue

du Caire.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Né en Australie, le Harlem Shake est devenu dans certains pays arabes, notamment en Tunisie, un moyen

de protestation des jeunes laïcs contre les censeurs islamistes.

« Le Harlem Shake politique » vidéo France24

 

Publié dans Egypte, LIBERTES, Tunisie | Pas de Commentaire »

Le billet de Théophraste R. : « Encore huit minutes et treize secondes à vivre ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 février 2013

 

Encore huit minutes et treize secondes à vivre !

 

Le billet de Théophraste R. :

C’est un réquisitoire de huit minutes ( et treize secondes, pour être précis),

prononcé sans notes par celui qui devait mourir, comme avant lui

sur le continent africain Thomas Sankara, Patrice Lumumba, Mehdi Ben Barka

et d’autres qui avaient mis leur cœur et leur brillante intelligence au service

d’une idée que les fous religieux et les forcenés du FMI ne peuvent tolérer.

LGS nous a beaucoup parlé de cet homme (en fait, ce sont les auteurs-lecteurs

qui lui ont envoyé une avalanche d’articles à publier).

LGS nous a proposé une vidéo dans sa rubrique Grand Soir Tube.

Huit minutes de cette pensée moderniste que Chokri BELAID a défendue tout

le long de son combat pour les Lumières.

Minutes impressionnantes, surtout si on compare aux discours que sont

capables de faire nos « élites ».

Puisque vous êtes ici en ce moment, ne partez que dans huit minutes.

Huit minutes qui vous rendront meilleurs.

Théophraste R. ( Je sais que vous me direz merci. Pas de quoi, c’est mon job).

 

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

*

*
Lire également :
*
*

Publié dans Tunisie | Pas de Commentaire »

La répression policière en Égypte

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 février 2013

 

Égypte : la répression policière au grand jour

 

Image de prévisualisation YouTube

Cette vidéo d’un manifestant mis à nu a galvanisé les protestations contre la police et le gouvernement en Égypte.

Hamada le Sabre, un homme d’âge moyen, est resté à l’ hôpital de police samedi, après avoir été montré à la télévision

traîné sur le macadam, nu et battu la veille par plusieurs policiers qui l’avaient tiré vers un véhicule blindé

près du palais présidentiel.

Lire la suite sur youtube

*

Lire l’article de l’humanite.fr

Publié dans Egypte, Luttes | Pas de Commentaire »

Politis : Édito vidéo : la guerre, mais jusqu’où ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2013

 

Denis Sieffert, directeur de la rédaction de Politis, présente son édito du jeudi 17 janvier

La guerre, mais jusqu’où ?

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Politis Fr

La guerre, mais jusqu’où ?

 

Moins de deux ans après l’intervention franco-britannique en Libye, voilà donc la France de nouveau

en guerre ou, comme l’on dit pudiquement, « engagée dans une opération militaire ». On se gardera

bien ici de réciter le catéchisme anti-impérialiste, car il n’y a dans cette affaire malienne

que des mauvaises solutions. Ne rien faire et laisser les jihadistes conquérir les villes du centre du Mali,

voire s’ouvrir la route de la capitale, Bamako, eût abouti à livrer la population à la barbarie. Et il semble

bien – ce qui n’est guère étonnant – que l’immense majorité des Maliens appelait cette intervention

de ses vœux. Nous éviterons donc les condamnations quasi pavloviennes, plus faciles à prononcer

à Paris qu’à Tombouctou ou à Gao, où les jihadistes font régner la terreur depuis mars 2012.

Mais une fois qu’on a dit cela, viennent les questions.

À commencer par celle-ci : était-ce bien à la France d’intervenir ?

L’ancienne puissance coloniale est prise dans une contradiction redoutable. On a bien compris qu’elle

était militairement la mieux à même d’agir dans l’urgence, alors que les mouvements jihadistes

lançaient une attaque surprise sur le centre du pays.

[Lire la suite sur politis.fr]

 

Publié dans France, Intervention militaire au Mali, Mali, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Mali : début d’une guerre d’usure

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 janvier 2013

 

MALI

Mali : début d’une guerre d’usure

 

Mali : début d’une guerre d’usure dans Intervention militaire au Mali mali1

Au Mali, on est loin du « coup d’arrêt »

à l’avancée djihadiste.

Les islamistes armés, mieux entraînés

et plus acharnés que prévus selon

des diplomates de l’ONU cités par l’AFP

ce vendredi, cherchent à ouvrir

une multitude de fronts.

 

 

 

mali2 Ansar Eddine dans MaliAlors que la spectaculaire prise d’otages

d’In Amenas confirme les craintes d’une

régionalisation du conflit, Paris poursuivait,

hier, la « montée en puissance » de son

dispositif militaire au Mali.

Au septième jour de l’intervention armée,

alors que la force ouest-africaine promise

par la Cedeao tardait toujours à prendre

forme, 1 400 militaires français étaient

déployés, contre 800 la veille.

 

Sur le plan logistique, des hélicoptères de combat supplémentaires ont été mobilisés et l’acheminement

de vivres et de matériel se poursuivait, avec le soutien d’avions de transport britanniques, danois

et belges. Blindés légers et véhicules de transport de troupes venus de Côte d’Ivoire ont également

rejoint Bamako par la route.

Sur le terrain, on est pourtant loin du « coup d’arrêt » à l’avancée djihadiste un temps annoncé par Paris.

À Konna (centre), d’abord donnée comme reprise aux islamistes armés, de nouveaux accrochages opposent

depuis mercredi les soldats maliens aux djihadistes. Dans une vidéo tournée lundi, reçue le lendemain

par le site mauritanien Sahara Media, le groupe islamiste touareg Ansar Eddine se mettait en scène avec

des chars et des porte-missiles de type Grad, assurant tenir encore des positions dans cette ville.

De l’aveu même du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, cette ville n’a pas été reprise

aux islamistes.

Internationaliser le conflit

Plus à l’ouest, dans la région de Ségou, les mouvements des groupes djihadistes, fragmentés en petites

unités, ne semblaient pas davantage maîtrisés. Les troupes françaises au sol sont arrivées aux abords

de Diabali, ville prise lundi par les islamistes armés, dont la stratégie consiste à se servir des populations

civiles comme bouclier.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

A lire aussi  :

Rosa Moussaoui

Publié dans Intervention militaire au Mali, Mali, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le PCF maintient son cap en faveur du changement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2013

 

Dans l’Humanité, ce mardi,

le PCF maintient son cap en faveur du changement

 

Le PCF maintient son cap en faveur du changement dans l'Humanité huma1501En présentant ses vœux à la presse lundi,

Pierre Laurent a rappelé les propositions

des communistes en faveur d’un nouveau

cap à gauche.

Il en a profité pour réaffirmer l’ambition

du Front de gauche d’être utile à toute

avancée sociale.

A lire dans l’Humanité de ce mardi :

   – Pierre Laurent: « Il va falloir que les citoyens

s’en mêlent »

   – Reportage: le débat est déjà lancé à Aubervilliers

   – Un congrès qui « réveille la gauche »  

   - »Rallumer les étoiles »: la synthèse. Décryptage

de la base commune de discussion pour le 36e

Congrès, qui a été adopté par les adhérents,

les 14 et 15 décembre.

A lire aussi :

  • Reportage: drame de la Clusaz, la mort attendait les jeunes saisonniers dans l’ombre
  • Dossier Mali:

–> Les djihadistes répondent aux raids aériens par la guérilla

–> Le Parlement simplement « informé »

–> « Il faut distinguer les terroristes des indépendantistes touaregs », entretien avec Pierre Boilley,

directeur du Centre d’étude des mondes africains

–> L’Algérie se résout à l’intervention étrangère

  • Enquête: Rwanda avril 1994, ces agents d’écoute français qui en avaient entendus trop
  • Marseille 2013, capitale européenne de la culture en Méditerranée

 

Publié dans l'Humanité, Mali, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Mali : Les forces françaises en première ligne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2013

 

Dans l’Humanité de ce lundi :

les forces françaises en première ligne au Mali

 

Mali : Les forces françaises en première ligne dans AFRIQUE huma1401

Après les violents combats de Konna, samedi,

des Rafale français ont bombardé, hier,

des positions djihadistes à Gao.

L’Élysée dit vouloir une « africanisation » de

l’intervention. Des contingents ouest-africains

sont attendus à Bamako.

Pour l’anthropologue André Bourgeot, spécialiste

de la zone saharo-sahélienne, l’affrontement armé

risque d’activer les solidarités djihadistes

dans la région.

Extrait.

Comment expliquez-vous 
la subite décision de Paris,

vendredi, d’engager unilatéralement 
ses troupes


sur le font malien ?

André Bourgeot. La décision paraît rapide dans sa diffusion

publique mais elle semble avoir été mûrement réfléchie

et préparée. Après les entretiens qui ont eu lieu entre les présidents Hollande et Bouteflika à Alger, qui ont

porté, entre autres, sur la situation au nord du Mali, et au vu de la déclaration des autorités algériennes,

il apparaît que

– cette intervention n’est pas condamnée ;

– la préservation de l’intégrité territoriale telle que définie lors des indépendances est réitérée ;

– la démarche du président intérimaire Dioncounda Traoré est approuvée.
Or celui-ci a fait appel, après cinquante

ans d’indépendance, à la France. Ce qui revient à dire que l’Algérie reconnaît le bien-fondé de cette intervention :

s’agit-il d’un blanc-seing ?

Pourquoi les islamistes d’Ansar Eddine se sont-ils retirés du processus de négociation ?

André Bourgeot. Probablement parce que Iyad Ag Ghali, chef du mouvement Ansar Eddin, n’a pas dû obtenir

les garanties requises pour son maintien au pouvoir et que sa stratégie ne correspondait pas aux intérêts

de la politique algérienne. J’en déduis que la volte-face d’Ansar Eddin résulte de l’échec des négociations

entre l’Algérie et Iyad Ag Ghali. Le comportement de cet ex-chef de la rébellion touareg des années 1990 est

un bon baromètre de l’influence de la politique et de la diplomatie algériennes dans la sous-région.

La suite de l’entretien réalisé par Rosa moussaoui, dans l’Humanité de ce lundi.

[Lire la suite]

Lire également :  Solidaires du peuple malien, l’éditorial de Jean Piérot

 

Publié dans AFRIQUE, Algerie, F. Hollande, International, Mali, POLITIQUE, Sahel | Pas de Commentaire »

Dans l’Huma d’aujourd’hui : le douloureux exode des Maliens vers le Niger

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 décembre 2012

 

Ce mercredi dans l’Humanité :

le douloureux exode des Maliens vers le Niger

 

Dans l'Huma d'aujourd'hui : le douloureux exode des Maliens vers le Niger dans AFRIQUE huma2612

Plus de 12 000 personnes ont quitté le nord du Mali

et se sont réfugiées à Niamey, dans la capitale

nigérienne, pour fuir les exactions commises

par des groupes islamistes qui se sont installés

dans leur région.

Reportage de notre envoyée spéciale.

Pour Maurice Ulrich, qui signe l’édito du jour :

« On peut s’interroger sur la lecture que fait la France

de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU ».

 

Les témoignages que nous publions dressent un tableau

effarant de la situation au nord du Mali. Les groupes armés

qui ont pris le pouvoir violent, rançonnent, mutilent,

détruisent en se réclamant d’une caricature monstrueuse

de l’islam.

Comment ne pas comprendre ces jeunes Maliens contraints de fuir leur pays mais qui n’ont qu’une idée,

y retourner pour en finir, par les armes, avec cette barbarie. On comprend de même l’inquiétude et le sentiment

d’urgence absolue du député touareg Bajan Ag Hamatou, et particulièrement en ce qui concerne le recrutement

des jeunes Maliens, par force ou par corruption, par le Mujao (Mouvement pour l’unicité du djihad en Afrique

de l’Ouest).

Il faut mettre un terme à cette situation, dont on peut rappeler qu’elle est une des conséquences

de l’intervention franco-anglaise en Libye.

La résolution adoptée jeudi dernier par le Conseil de sécurité de l’ONU, à l’unanimité, valide le principe

de l’envoi d’une force africaine, baptisée Afisma, au nord du Mali, et émanant de la Cedeao (la Communauté

économique des États d’Afrique de l’Ouest). Mais, et ce n’est pas une figure de style, la même résolution

précise bien qu’il ne s’agit que d’une option en dernier recours. En revanche, elle insiste toujours sur la recherche

d’une solution politique, passant par des accords entre Bamako et les groupes islamistes ou touareg, désormais

en conflit entre eux, assortis de leur renoncement au terrorisme.

On peut trouver cette perspective insatisfaisante, mais on peut s’interroger sur la lecture par la France

et par la voix du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, de cette position du Conseil de sécurité,

dont la France fait pourtant partie. Dans une interview publiée par la Croix, ce dernier déclare non seulement

que l’intervention militaire pourrait avoir lieu dans les prochains mois, mais aussi que « pour l’instant, il n’y a pas

de solution politique ». En d’autres termes, le choix de la France semble fait, qui annule même, de fait, la recherche

de toute solution politique, quand bien même elle n’existerait pas « pour l’instant ».

Mais il y a plus. Car quoi que l’on ait dit, la France serait bel et bien partie prenante de l’opération militaire,

au-delà d’un simple rôle de conseil et de coordination. 400 hommes des forces spéciales françaises viendraient

s’ajouter aux 3 300 hommes annoncés de la force africaine. C’est dire que se rejoue ici un scénario déjà éprouvé

où la France, sous couvert de l’ONU, entend gérer à sa main les affaires africaines.

[Lire la suite]

 

Publié dans AFRIQUE, France, l'Humanité, Mali, Niger, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

« Osons savoir » : Parler des migrations autrement qu’en mobilisant les peurs et le rejet de l’autre

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 décembre 2012

 

Osons savoir, le site internet et le webdoc pour tout savoir des migrations

 

Ce mardi, journée internationale des migrants.

L’Humanité.fr vous fait découvrir Osons-savoir.com,

plateforme documentaire consacrée aux migrations

et son web-doc De l’autre côté.

Rencontre avec… Jérémy Cheong Chi Mo, co-auteur

et concepteur d’Osons savoir et du web-documentaire De l’autre côté,

dont l’Humanité.fr est partenaire.

Entretien réalisé par Stéphane Guérard 

Quel est l’objectif du site et de ce web-documentaire ?

Jérémy Cheong Chi Mo. La plateforme a été créée pour médiatiser les opinions et les analyses

pas assez ancrées dans le débat public, pour donner la parole à la société civile, aux associations

et organisations non-gouvernementales, aux chercheurs.

Pourquoi avoir appelé la plateforme Osons savoir ?

Jérémy Cheong Chi Mo. L’idée de cet outil est née progressivement entre 2004 et 2008.

C’était l’époque des policiers qui se postaient à la sortie des écoles pour appréhender les enfants

et leurs parents en situation irrégulière. Il y a eu en contrepoint le travail de terrain remarquable

de Réseau éducation sans frontière (RESF), puis, les discours et la politique du chiffre de Nicolas Sarkozy.

Toutes ces actualités ont bien sûr été traitées, mais ils nous a alors semblé qu’il y avait un manque

de connaissance et d’informations pour alimenter le débat public.

Surtout, il y a un manque de confrontation sur les enjeux des migrations. On en reste trop souvent

au débat technique alors que le sujet relève de choix politiques. Mais comment les comprendre si l’on

ne parle pas des flux migratoires, de la gestion du développement, des raisons qui poussent à émigrer,

des accords passés entre l’Italie et la Libye de Kadhafi pour bloquer les migrants en Afrique,

des conséquences des contrôles aux frontières.

Le débat politique en France se cantonne à conserver un carcan idéologique, à une vision nationale,

voire nationaliste des choses. Surtout, à une vision très occidentale. On ne parle pas de cet aspect

de la mondialisation que sont les migrations. On n’évoque que très rarement les questions de développement.

Toutes ces informations existent pourtant. Nous les avons regroupées pour éclairer le débat sur les migrants.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Vidéo :

Pour activer les sous-titres français, allez sur Dailymotion puis cliquez sur « subtitles » en haut sur le cadre vidéo.

 

 

Lampedusa, symbole d’une démesure

http://www.dailymotion.com/video/xurhtn

sur dailymotion

Par Osons_Savoir

Premier épisode du web documentaire De l’Autre Côté sur la situation de Lampedusa au printemps 2011.
Produit par l’association Osons Savoir et réalisé par Jeremy Cheong Chi Mo.


A consulter :

A lire aussi :

Publié dans AFRIQUE, EUROPE, Italie, l'Humanité, Libye, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaire »

12345...12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy