Politis : Édito vidéo : la guerre, mais jusqu’où ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2013

 

Denis Sieffert, directeur de la rédaction de Politis, présente son édito du jeudi 17 janvier

La guerre, mais jusqu’où ?

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Politis Fr

La guerre, mais jusqu’où ?

 

Moins de deux ans après l’intervention franco-britannique en Libye, voilà donc la France de nouveau

en guerre ou, comme l’on dit pudiquement, « engagée dans une opération militaire ». On se gardera

bien ici de réciter le catéchisme anti-impérialiste, car il n’y a dans cette affaire malienne

que des mauvaises solutions. Ne rien faire et laisser les jihadistes conquérir les villes du centre du Mali,

voire s’ouvrir la route de la capitale, Bamako, eût abouti à livrer la population à la barbarie. Et il semble

bien – ce qui n’est guère étonnant – que l’immense majorité des Maliens appelait cette intervention

de ses vœux. Nous éviterons donc les condamnations quasi pavloviennes, plus faciles à prononcer

à Paris qu’à Tombouctou ou à Gao, où les jihadistes font régner la terreur depuis mars 2012.

Mais une fois qu’on a dit cela, viennent les questions.

À commencer par celle-ci : était-ce bien à la France d’intervenir ?

L’ancienne puissance coloniale est prise dans une contradiction redoutable. On a bien compris qu’elle

était militairement la mieux à même d’agir dans l’urgence, alors que les mouvements jihadistes

lançaient une attaque surprise sur le centre du pays.

[Lire la suite sur politis.fr]

 

Publié dans France, Intervention militaire au Mali, Mali, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Mali : début d’une guerre d’usure

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 janvier 2013

 

MALI

Mali : début d’une guerre d’usure

 

Mali : début d’une guerre d’usure dans Intervention militaire au Mali mali1

Au Mali, on est loin du « coup d’arrêt »

à l’avancée djihadiste.

Les islamistes armés, mieux entraînés

et plus acharnés que prévus selon

des diplomates de l’ONU cités par l’AFP

ce vendredi, cherchent à ouvrir

une multitude de fronts.

 

 

 

mali2 Ansar Eddine dans MaliAlors que la spectaculaire prise d’otages

d’In Amenas confirme les craintes d’une

régionalisation du conflit, Paris poursuivait,

hier, la « montée en puissance » de son

dispositif militaire au Mali.

Au septième jour de l’intervention armée,

alors que la force ouest-africaine promise

par la Cedeao tardait toujours à prendre

forme, 1 400 militaires français étaient

déployés, contre 800 la veille.

 

Sur le plan logistique, des hélicoptères de combat supplémentaires ont été mobilisés et l’acheminement

de vivres et de matériel se poursuivait, avec le soutien d’avions de transport britanniques, danois

et belges. Blindés légers et véhicules de transport de troupes venus de Côte d’Ivoire ont également

rejoint Bamako par la route.

Sur le terrain, on est pourtant loin du « coup d’arrêt » à l’avancée djihadiste un temps annoncé par Paris.

À Konna (centre), d’abord donnée comme reprise aux islamistes armés, de nouveaux accrochages opposent

depuis mercredi les soldats maliens aux djihadistes. Dans une vidéo tournée lundi, reçue le lendemain

par le site mauritanien Sahara Media, le groupe islamiste touareg Ansar Eddine se mettait en scène avec

des chars et des porte-missiles de type Grad, assurant tenir encore des positions dans cette ville.

De l’aveu même du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, cette ville n’a pas été reprise

aux islamistes.

Internationaliser le conflit

Plus à l’ouest, dans la région de Ségou, les mouvements des groupes djihadistes, fragmentés en petites

unités, ne semblaient pas davantage maîtrisés. Les troupes françaises au sol sont arrivées aux abords

de Diabali, ville prise lundi par les islamistes armés, dont la stratégie consiste à se servir des populations

civiles comme bouclier.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

A lire aussi  :

Rosa Moussaoui

Publié dans Intervention militaire au Mali, Mali, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le PCF maintient son cap en faveur du changement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2013

 

Dans l’Humanité, ce mardi,

le PCF maintient son cap en faveur du changement

 

Le PCF maintient son cap en faveur du changement dans l'Humanité huma1501En présentant ses vœux à la presse lundi,

Pierre Laurent a rappelé les propositions

des communistes en faveur d’un nouveau

cap à gauche.

Il en a profité pour réaffirmer l’ambition

du Front de gauche d’être utile à toute

avancée sociale.

A lire dans l’Humanité de ce mardi :

   – Pierre Laurent: « Il va falloir que les citoyens

s’en mêlent »

   – Reportage: le débat est déjà lancé à Aubervilliers

   – Un congrès qui « réveille la gauche »  

   - »Rallumer les étoiles »: la synthèse. Décryptage

de la base commune de discussion pour le 36e

Congrès, qui a été adopté par les adhérents,

les 14 et 15 décembre.

A lire aussi :

  • Reportage: drame de la Clusaz, la mort attendait les jeunes saisonniers dans l’ombre
  • Dossier Mali:

–> Les djihadistes répondent aux raids aériens par la guérilla

–> Le Parlement simplement « informé »

–> « Il faut distinguer les terroristes des indépendantistes touaregs », entretien avec Pierre Boilley,

directeur du Centre d’étude des mondes africains

–> L’Algérie se résout à l’intervention étrangère

  • Enquête: Rwanda avril 1994, ces agents d’écoute français qui en avaient entendus trop
  • Marseille 2013, capitale européenne de la culture en Méditerranée

 

Publié dans l'Humanité, Mali, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Mali : Les forces françaises en première ligne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2013

 

Dans l’Humanité de ce lundi :

les forces françaises en première ligne au Mali

 

Mali : Les forces françaises en première ligne dans AFRIQUE huma1401

Après les violents combats de Konna, samedi,

des Rafale français ont bombardé, hier,

des positions djihadistes à Gao.

L’Élysée dit vouloir une « africanisation » de

l’intervention. Des contingents ouest-africains

sont attendus à Bamako.

Pour l’anthropologue André Bourgeot, spécialiste

de la zone saharo-sahélienne, l’affrontement armé

risque d’activer les solidarités djihadistes

dans la région.

Extrait.

Comment expliquez-vous 
la subite décision de Paris,

vendredi, d’engager unilatéralement 
ses troupes


sur le font malien ?

André Bourgeot. La décision paraît rapide dans sa diffusion

publique mais elle semble avoir été mûrement réfléchie

et préparée. Après les entretiens qui ont eu lieu entre les présidents Hollande et Bouteflika à Alger, qui ont

porté, entre autres, sur la situation au nord du Mali, et au vu de la déclaration des autorités algériennes,

il apparaît que

– cette intervention n’est pas condamnée ;

– la préservation de l’intégrité territoriale telle que définie lors des indépendances est réitérée ;

– la démarche du président intérimaire Dioncounda Traoré est approuvée.
Or celui-ci a fait appel, après cinquante

ans d’indépendance, à la France. Ce qui revient à dire que l’Algérie reconnaît le bien-fondé de cette intervention :

s’agit-il d’un blanc-seing ?

Pourquoi les islamistes d’Ansar Eddine se sont-ils retirés du processus de négociation ?

André Bourgeot. Probablement parce que Iyad Ag Ghali, chef du mouvement Ansar Eddin, n’a pas dû obtenir

les garanties requises pour son maintien au pouvoir et que sa stratégie ne correspondait pas aux intérêts

de la politique algérienne. J’en déduis que la volte-face d’Ansar Eddin résulte de l’échec des négociations

entre l’Algérie et Iyad Ag Ghali. Le comportement de cet ex-chef de la rébellion touareg des années 1990 est

un bon baromètre de l’influence de la politique et de la diplomatie algériennes dans la sous-région.

La suite de l’entretien réalisé par Rosa moussaoui, dans l’Humanité de ce lundi.

[Lire la suite]

Lire également :  Solidaires du peuple malien, l’éditorial de Jean Piérot

 

Publié dans AFRIQUE, Algerie, F. Hollande, International, Mali, POLITIQUE, Sahel | Pas de Commentaire »

Dans l’Huma d’aujourd’hui : le douloureux exode des Maliens vers le Niger

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 décembre 2012

 

Ce mercredi dans l’Humanité :

le douloureux exode des Maliens vers le Niger

 

Dans l'Huma d'aujourd'hui : le douloureux exode des Maliens vers le Niger dans AFRIQUE huma2612

Plus de 12 000 personnes ont quitté le nord du Mali

et se sont réfugiées à Niamey, dans la capitale

nigérienne, pour fuir les exactions commises

par des groupes islamistes qui se sont installés

dans leur région.

Reportage de notre envoyée spéciale.

Pour Maurice Ulrich, qui signe l’édito du jour :

« On peut s’interroger sur la lecture que fait la France

de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU ».

 

Les témoignages que nous publions dressent un tableau

effarant de la situation au nord du Mali. Les groupes armés

qui ont pris le pouvoir violent, rançonnent, mutilent,

détruisent en se réclamant d’une caricature monstrueuse

de l’islam.

Comment ne pas comprendre ces jeunes Maliens contraints de fuir leur pays mais qui n’ont qu’une idée,

y retourner pour en finir, par les armes, avec cette barbarie. On comprend de même l’inquiétude et le sentiment

d’urgence absolue du député touareg Bajan Ag Hamatou, et particulièrement en ce qui concerne le recrutement

des jeunes Maliens, par force ou par corruption, par le Mujao (Mouvement pour l’unicité du djihad en Afrique

de l’Ouest).

Il faut mettre un terme à cette situation, dont on peut rappeler qu’elle est une des conséquences

de l’intervention franco-anglaise en Libye.

La résolution adoptée jeudi dernier par le Conseil de sécurité de l’ONU, à l’unanimité, valide le principe

de l’envoi d’une force africaine, baptisée Afisma, au nord du Mali, et émanant de la Cedeao (la Communauté

économique des États d’Afrique de l’Ouest). Mais, et ce n’est pas une figure de style, la même résolution

précise bien qu’il ne s’agit que d’une option en dernier recours. En revanche, elle insiste toujours sur la recherche

d’une solution politique, passant par des accords entre Bamako et les groupes islamistes ou touareg, désormais

en conflit entre eux, assortis de leur renoncement au terrorisme.

On peut trouver cette perspective insatisfaisante, mais on peut s’interroger sur la lecture par la France

et par la voix du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, de cette position du Conseil de sécurité,

dont la France fait pourtant partie. Dans une interview publiée par la Croix, ce dernier déclare non seulement

que l’intervention militaire pourrait avoir lieu dans les prochains mois, mais aussi que « pour l’instant, il n’y a pas

de solution politique ». En d’autres termes, le choix de la France semble fait, qui annule même, de fait, la recherche

de toute solution politique, quand bien même elle n’existerait pas « pour l’instant ».

Mais il y a plus. Car quoi que l’on ait dit, la France serait bel et bien partie prenante de l’opération militaire,

au-delà d’un simple rôle de conseil et de coordination. 400 hommes des forces spéciales françaises viendraient

s’ajouter aux 3 300 hommes annoncés de la force africaine. C’est dire que se rejoue ici un scénario déjà éprouvé

où la France, sous couvert de l’ONU, entend gérer à sa main les affaires africaines.

[Lire la suite]

 

Publié dans AFRIQUE, France, l'Humanité, Mali, Niger, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Barbara Hendricks, porte-voix des réfugiés maliens à la Fête

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 septembre 2012

 

Ambassadrice honoraire de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, la soprano était,

ce dimanche matin, au village du monde, pour parler du sort des déplacés maliens au Burkina Faso.

Rencontre exceptionnelle avec la cantatrice.

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

par

Barbara Hendricks : Solveig’s Song – Edvard Grieg

 

Publié dans Burkina Faso, l'Humanité, Mali | Pas de Commentaire »

Tombouctou : Les islamistes détruisent les mausolées

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 juin 2012

 

Mali :

les islamistes d’Ansar Dine détruisent des mausolées de Tombouctou

 

Tombouctou : Les islamistes détruisent les mausolées  dans AFRIQUE mausolees-300x150Des combattants d’Ansar Dine, mouvement islamiste

lié à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ont détruit

samedi plusieurs mausolées de Tombouctou, ville du nord

du Mali classée cette semaine au Patrimoine mondial

en péril de l’Unesco, rapportent des témoins.

 

Bamako avait fait la demande de classement après la prise en avril des deux tiers nord du pays par les séparatistes touareg

du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) alliés à des islamistes.

« Ansar Dine va détruire aujourd’hui tous les mausolée de la ville. Tous les mausolées sans exception », a déclaré à travers

un interprète Sanda Ould Boumama, porte-parole d’Ansar Dine à Tombouctou joint par l’AFP depuis Bamako, et interrogé sur

la destruction de mausolées de saints musulmans dans la ville en cours depuis samedi matin. Selon la mission culturelle

de Tombouctou, 16 mausolées de cette ville à la lisière du Sahara surnommée « la cité des 333 saints » sont sur la liste

du patrimoine mondial. Le porte-parole d’Ansar Dine s’était lui-même peu auparavant exprimé directement à l’AFP

sur ces destructions, en laissant entendre dans un français approximatif qu’il s’agit de représailles à la décision de l’Unesco,

annoncée jeudi, de placer Tombouctou, ville du patrimoine mondial de l’humanité, sur la liste du patrimoine en péril.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

A lire également :

Mali : des djihadistes algériens en renfort à Gao après la déroute des Touareg

 

Publié dans AFRIQUE, Mali | Pas de Commentaire »

Nord-Mali : affrontements entre la rébellion touareg et les islamistes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 juin 2012

 

Nord-Mali : affrontements entre la rébellion touareg et les islamistes   dans AFRIQUE kidal-300x150A Kidal, dans le Nord du Mali, province s’est déclarée

indépendante il y a deux mois, des combattants

de la rébellion touareg du Mouvement national de libération

de l’Azawad (MNLA) et du groupe islamiste Ansar Dine

se sont affrontés. Leur désaccord porte sur l’instauration

de la charia.

Ces violences inquiètent et renforcent l’Union Africaine dans sa volonté d’intervenir militairement au Mali.

C’est la première fois qu’est rapporté un affrontement direct entre ces groupes depuis plus de deux mois que l’immense

région nord est contrôlée par la rébellion et les islamistes d’Ansar Dine et d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

« Les combattants du MNLA et ceux d’Ansar Dine se sont affrontés dans la nuit de jeudi à vendredi dans la périphérie de Kidal »,

a indiqué à l’AFP par téléphone un fonctionnaire de la ville. « Ça a beaucoup tiré entre eux. J’ai vu beaucoup de voitures traverser

la ville », avant d’évoquer des tirs nourris d’armes automatiques.

mali-carte_1 islam radical dans MaliLe calme est revenu à l’aube. Le témoin a « constaté que les quelques

drapeaux du MNLA qui flottaient dans la ville ont été enlevés »,

signe probable d’une victoire des islamistes. Les communications

des deux opérateurs de téléphonie mobile de la ville, coupées

dans la nuit, ont repris en début de matinée.

Surenchère de violence

Interrogé par téléphone satellitaire dans la nuit, Mohamed Ag Mamoud,

combattant d’Ansar Dine, avait expliqué cet affrontement par le fait que

« toute cette semaine, le MNLA a manipulé à Kidal des civils qui ont

manifesté » contre le mouvement islamiste. « Ils ont encouragé les femmes

et les enfants à manifester contre nous. Maintenant, on va leur

montrer notre force », avait-il lancé. Il fait référence à une manifestation s’étant déroulée à Kidal les 5 et 6 juin, où les habitants

de la ville, surtout des femmes et des jeunes, avaient manifesté contre la présence des islamistes et dit leur soutien au MNLA.

La manifestation avait été violemment dispersée.

« Nous sommes attaqués, on va répondre », répond de son côté indiqué Moussa Salam, un membre du MNLA, assurant

que les rebelles touareg avaient « même attaqué la maison de Iyad Ag Ghaly », chef d’Ansar Dine natif de Kidal.

Une situation explosive  

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

 

Nina Wallet Intalou condamne la repression des femmes de Kidal par Ansar Adine

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube.com

Publiée le  5 juin 2012 par

 

 

Publié dans AFRIQUE, Mali | Pas de Commentaire »

Récoltes insuffisantes, réduction des pâturages : le Sahel est à nouveau menacé par une crise alimentaire.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 juin 2012

 

19 millions de personnes menacées par la famine au Sahel

 

Récoltes insuffisantes, réduction des pâturages : le Sahel est à nouveau menacé par une crise alimentaire. dans AFRIQUE 264571_des-femmes-cherchent-des-graines-de-cereales-dans-le-sahel-le-30-novembre-2011-300x150Depuis plusieurs mois, la situation s’aggrave dans la bande

de terre subsaharienne.

Aujourd’hui, 19 millions de personnes dont trois millions

d’enfants malnutris seraient concernés.

Les organisations humanitaires présentes sur le terrain peinent

à mobiliser la communauté internationale ainsi que l’opinion publique,

la crise s’étendant pourtant sur la durée. Les associations Action contre la faim, SOS Sahel ainsi que de nombreuses autres ONG

sont mobilisées sur place, mais malgré la multiplication des appels aux dons, les fonds sont à ce jour insuffisants.

La sécheresse à l’origine du désastre

Deux ans de sécheresse sont à l’origine de la crise : les exploitants ont peu à peu perdu leur cheptel, vendant leurs bêtes

pourse fournir en nourriture. Les familles ont ainsi perdu au fur et à mesure leurs moyens de production, les champs

se sont asséchés, le bétail affaibli, et les prix ont dramatiquement augmenté.

Les associations peinent à mobiliser l’opinion

Dans le nord du Mali, de vastes régions sont à présent coupées de l’assistance humanitaire internationale et les fonds

manquent pour parer à la crise dans la bande subsaharienne. Pourtant, la situation est plus que préoccupante

comme l’explique Benoit Miribel, président d’Action contre la faim : « Dans les régions du Sahel en situation d’urgence

alimentaire, les familles en manque de nourriture ont perdu progressivement tous leurs biens et ne pourront pas attendre

des semaines que le monde porte sur elles son regard et son soutien. »

Pour l’instant, aucune action concrète n’est envisagée, l’Union Européenne ne considère toujours pas la situation comme

étant une catastrophe naturelle et aucun fonds spécial ni de ligne budgétaire n’ont été débloqués.

  • Voir la vidéo Action contre la faim

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube.com

par

Source :  humanite.fr  7 juin 2012

 

acf_retroviseur_bannieres_728x90.gif

 

Publié dans AFRIQUE, Mali, Sahel | Pas de Commentaire »

Situation confuse au Mali

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 avril 2012

 

Mali :

les Touaregs débordés tentent de proclamer l’indépendance

 

Les séparatistes du Mouvement national de libération de l’Azaouad, principale force de la rébellion

touareg, ont annoncé ce jeudi qu’ils mettaient fin aux opérations militaires dans le nord du Mali.

Mais les indépendantistes sont débordés de tout côtés par les islamistes qui ont pris les rênes de

la rébellion.

Le MNLA appelle la communauté internationale à protéger l’État de l’Azaouad dont il revendique la création dans un

communiqué diffusé sur son site internet. Les rebelles touaregs, se sont alliés avec différents groupes islamistes

qui souhaitent appliquer la charia dans cette partie du Mali. Ils ont mené une offensive la semaine passée et chassé

les forces gouvernementales de Kidal, Gao et Tombouctou.  Le MNLA revendique ces trois régions septentrionales

comme territoire d’un nouvel État qu’il affirme avoir libéré. Les rebelles tentent encore de convaincre de leurs

« objectifs laïcs et démocratiques », mais ils sont débordés de toute part par les islamistes qui arrivent aussi bien

d’Algérie que de Libye.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Mali :

le MNLA déclare un cessez-le-feu et met en garde les islamistes

Tombouctou serait toujours aux mains du MNLA

 

Situation confuse au Mali dans AFRIQUE arton25254-93ce0Les combattants du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA)

ont annoncé un cessez-le-feu à compter de ce jeudi. Ils appellent en échange

la communauté internationale à protéger l’Azawad contre toute agression malienne.

Le MNLA a également réaffirmé qu’il n’avait aucun lien avec le groupe islamiste

Ançar Dine. Les rebelles touareg se disent même prêts à combattre les islamistes

s’ils entravent l’indépendance de l’Azawad.

Les combattants touareg du Mouvement national pour la libération de l’Azawad

(MNLA) ont indiqué mercredi soir, dans un communiqué publié sur leur site,

qu’ils décrétaient un cessez-le-feu unilatéral à compter de minuit ce jeudi.

[Lire la suite sur afrik.com]

 

Publié dans AFRIQUE, Mali | Pas de Commentaire »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy