• Accueil
  • > France
  • > Sécurité : un témoin évoque des « consignes » de ne pas secourir les manifestants en détresse (l’Humanité)

Sécurité : un témoin évoque des « consignes » de ne pas secourir les manifestants en détresse (l’Humanité)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 avril 2016

 

Captureviolencespolicières4  Lille (capture d’écran)

  Un manifestant contre la loi El Khomri

  affirme avoir entendu un pompier de Paris

  dire que ceux-ci ont comme consigne

  de ne pas porter assistance aux manifestants

  blessés.

  Volonté au sommet de « punir » les opposants

  à la loi, ou malentendu ?

  La préfecture garde le silence.

 

Les sapeurs-pompiers parisiens auraient-ils des critères d’intervention autres que médicaux ?

C’est la question que se pose Josué, l’un des participants à la manifestation parisienne contre la loi El Khomri

de jeudi. Ce jour-là, le jeune informaticien et syndiqué CGT et ses amis arrivent en retard place d’Italie

pour manifester leur rejet de la réforme du Code du travail. Ils souhaitent rejoindre le cortège,

mais au bout de quelques minutes, l’une des collègues de Josué trébuche sur un pavé et se tord la cheville.

« Comme il pleuvait et qu’on voulait la faire asseoir à l’abri, nous sommes entrés dans une pharmacie. De là,

la pharmacienne a appelé les secours », relate Josué. S’ensuivent des questions d’ordre médical classiques,

puis « la pharmacienne, semblant retranscrire les questions des secours, demande si nous étions

dans la manifestation », souligne l’informaticien. « Je me suis étonné de la question, et j’ai demandé

à la pharmacienne quel rapport cela avait avec la blessure de ma collègue et si notre réponse conditionnerait

l’intervention des secours », se souvient Josué. « À ce moment-là, la pharmacienne a coupé le micro

(du téléphone) et nous a conseillé de dire que nous ne faisions pas partie des manifestants car les pompiers

avaient reçu des consignes pour ne pas intervenir dans la manifestation », poursuit le syndiqué CGT.

Afin de mettre toutes les chances de leur côté, les protestataires expliquent qu’ils étaient techniquement

sur le trottoir au moment des faits et qu’on pouvait considérer qu’ils n’étaient pas à proprement parler

en train de manifester.

« Ce que nous a dit la pharmacienne m’a choqué, mais je me suis dit que ce n’était que son avis personnel »,

affirme Josué. Les sapeurs-pompiers sont intervenus dans la pharmacie pour porter assistance à la collègue

de Josué, mais alors que l’un d’entre eux « remplissait des papiers en parlant à la pharmacienne »,

l’informaticien aurait entendu le pompier dire : « Ils ont de la chance qu’on soit intervenu, parce que nous avons

des consignes nous interdisant d’intervenir au bénéfice des manifestants. Mais éthiquement, a poursuivi le pompier,

je ne pouvais pas respecter cette consigne, ce n’est pas possible. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy