• Accueil
  • > ECONOMIE
  • > 9 mois de prison ferme pour 8 syndicalistes de Goodyear : une décision ignoble

9 mois de prison ferme pour 8 syndicalistes de Goodyear : une décision ignoble

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 janvier 2016

 

8 syndicalistes de Goodyear condamnés comme des criminels

 

Olivier Morin – l’Humanité – 12 janvier 2016

Capturehuma21838

 

Les ex-salariés de l’usine d’Amiens-Nord

ont écopé de 9 mois de prison ferme.

Une première, alors que les cadres « séquestrés »

et l’entreprise avaient retiré leur plainte.

Le prétexte de la séquestration cache mal

une volonté de criminaliser l’action syndicale.

L’infamie. Hier, traduits devant le parquet,

ce sont des travailleurs que la justice a décidé

d’enfermer en prison.

Les huit ex-salariés de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord

(Somme) ont été condamnés à neuf mois de prison

ferme pour la « séquestration », durant 30 heures,

en 2014, de deux cadres dirigeants de cette usine

qui a fermé en 2014.

 

Les militants accusent le coup d’une décision qui en dit long sur l’état du rapport de forces dans le pays.

Les patrons de l’usine de production de pneus agricoles Goodyear d’Amiens-Nord, promise à la fermeture

en janvier 2013, allaient laisser 1 173 travailleurs sur le carreau. Durant six années, les projets de restructuration

et le manque d’investissement dans l’outil de production avaient été combattus et dénoncés par la CGT.

À la fin de 2013, les salariés ont décidé de bloquer les stocks de l’usine, ne laissant ni rentrer ni sortir aucun pneu

du dépôt, afin de mettre une pression supplémentaire sur la direction pour qu’elle rejoigne la table des négociations.

En janvier 2014, la direction du site d’Amiens-Nord consent à rencontrer les salariés et leur organisation syndicale,

« mais nos questions sont restées une nouvelle fois sans réponse », racontait alors Franck Jurek, élu CGT

et secrétaire adjoint du comité d’entreprise. Si bien que, le 6 janvier, à 10 h 30, « les 200  salariés de l’équipe

de nuit présents sur le site n’ont laissé repartir ni le directeur de la production, Michel Dheilly, ni le directeur

des ressources humaines, Bernard Glesser », rapportait alors l’Humanité. Une décision sans préméditation…

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy