• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 11 janvier 2016

Fraternité ! par Benjamin Stora

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2016

Dans les Mémoires dangereuses. De l’Algérie coloniale à la France d’aujourd’hui (Albin Michel),

le spécialiste de la guerre d’Algérie lance un plaidoyer en faveur

d’une bataille culturelle contre la radicalisation et l’obscurantisme

par la réappropriation en commun d’une histoire coloniale refoulée.

Il a été l’hôte des Agoras de l’Humanité, accueillies samedi,

au musée de l’histoire de l’immigration à Paris.

Benjamin Stora

Image de prévisualisation YouTube

Les Agoras de l’Humanitésur youtube

Lire sur l’entretien qu’il a accordé à l’Humanité

« La décolonisation des imaginaires n’est pas une question achevée »

 

Un historien,  la France et l’Algérie 

Né le 2 décembre 1950 à Constantine 
en Algérie, Benjamin Stora enseigne l’histoire du Maghreb contemporain 
(XIXe et XXe siècles), des guerres de décolonisation et de l’immigration maghrébine en Europe à l’université Paris-XIII et à l’Inalco (Langues orientales, Paris). Auteur d’une quarantaine d’ouvrages et de centaines d’articles sur ces sujets, il a été nommé président du Conseil d’orientation de l’Établissement public du palais de la Porte-Dorée, qui réunit le Musée de l’histoire de l’immigration et l’Aquarium de la Porte-Dorée, le 1er août 2014.

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO | Pas de Commentaire »

« L’école des colonies » de Didier Daeninckx : un livre dont le propos résonne brutalement avec l’actualité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2016

 

L’école des colonies de Didier Daeninckx

 

lecole_des_colonies   L’école des colonies de Didier Daeninckx,

  paru le 14 octobre 2015 aux éditions Hoëbeke

 

 

  Dans son dernier ouvrage, L’école des colonies,

  Didier Daeninckx s’attaque violemment au mythe

  des bienfaits de la colonisation en matière scolaire.

 

 

 

  Qu’enseignait-on dans les écoles des colonies, en Algérie, en Afrique sub-saharienne, en Asie,

  aux Antilles, quand l’empire français s’étendait sur 11 millions de kilomètres carrés et comptait

  48 millions d’habitants ?

  Quel était le pourcentage d’enfants indigènes scolarisés ?

  Que cherchait-on à former : des citoyens, une élite, de bons et loyaux serviteurs ?

 

Une leçon d’histoire [1]

Dans un livre abondamment – et magnifiquement – illustré de documents de l’époque, manuels scolaires,

planches pédagogiques de « L’Office colonial scolaire », cartes géographiques et économiques, photos,

l’auteur répond à ces questions, et à bien d’autres, de manière extrêmement concrète et étayée.

Ces nombreuses planches sont plus que des illustrations. Elles sont sources de commentaire possible

sur ce que représenta la colonisation pour le colonisateur comme pour le colonisé.

Au-delà de son texte, qui est une analyse globale, Didier Daeninckx laisse au lecteur le soin de réfléchir

à chaque document et de se forger lui-même son opinion.

[Lire la suite sur ldh-toulon.net]

Lire le compte-rendu de cet ouvrage sur le site des 4acg

Publié dans Culture, France, HISTOIRE, Litterature | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy