• Accueil
  • > André Chassaigne
  • > Pour André Chassaigne, l’état d’urgence ne doit pas dissimuler « d’autres urgences »

Pour André Chassaigne, l’état d’urgence ne doit pas dissimuler « d’autres urgences »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 novembre 2015

 

André Chassaigne

« Le caractère extrêmement grave de la situation »

 

Entretien réalisé par Adrien Rouchaleou – l’Humanité – 23 novembre 2015

 

Captureandréchassaigne

 

 

  Pour André Chassaigne, président du groupe communiste

  à l’Assemblée nationale, l’état d’urgence ne doit pas

  dissimuler « d’autres urgences ».

 

 

 

Quelles ont été les motivations de votre vote en faveur du projet de loi ?

André Chassaigne D’abord, nous avons pris en compte le caractère extrêmement grave de la situation

avec toujours en tête que ce type d’attentats extrêmement meurtriers pouvait se reproduire. Nous avons pensé

que des mesures exceptionnelles étaient justifiées parce qu’il s’agissait de mettre tout en œuvre pour arrêter

les meurtriers, mais aussi démanteler les réseaux. Nous avons abordé ce débat avec la volonté chevillée au corps

d’offrir la meilleure des sécurités à nos concitoyens, sans mettre en péril les libertés auxquelles ils sont,

et nous sommes, tant attachés. C’est l’attente forte des populations que nous représentons. Dans les contacts

que les députés ont, notamment dans leur circonscription, ils font part d’une exigence très forte de tout mettre

en œuvre pour que les citoyens puissent voir leur sécurité garantie.

Enfin, notre décision s’est appuyée sur le texte lui-même. Même si les choses ont été faites dans l’urgence, nous

nous sommes livrés à une étude approfondie du projet de loi, qui se place dans l’État de droit. Nous avons considéré

que les mesures qui étaient proposées donnaient une garantie face à la question primordiale des libertés individuelles.

Bien sûr, nous avons tout à fait conscience que, même dans un cadre légal, l’état d’urgence restreint inévitablement

certaines libertés. Mais, en l’occurrence, nous avons considéré que les garde-fous étaient présents dans ce projet

de loi, notamment par sa limitation dans le temps (trois mois au maximum) et des garanties juridictionnelles,

avec des voies de recours devant le juge administratif.

Dans le texte que nous avons voté, les voies de recours sont supérieures à celles qui figuraient dans la loi de 1955.

Le juge des référés administratifs peut se prononcer rapidement et annuler des mesures prises.

Nous avons pris connaissance bien évidemment des appréciations des associations. Elles sont dans leur rôle et font

fort justement part de leurs inquiétudes, notamment sur les libertés fondamentales. Mais ces prises de position portaient

davantage sur la révision constitutionnelle que sur la prorogation de l’état d’urgence. Et nous l’avons dit et redit,

ce que nous avons voté sur l’état d’urgence n’anticipe en aucun cas un vote similaire sur la révision constitutionnelle.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy