• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 17 juillet 2015

EDF : hausse de 2,5 % au 1er août

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juillet 2015

 

Prix de l’électricité Ségolène Royal annonce une hausse

de 2,5 % des tarifs

 

Captureségolèneroyal

  « Non », c’est la réponse de Ségolène Royal au rapport

  de la Commission de régulation de l’énergie (CRE)

  qui préconisait une augmentation des tarifs d’EDF

  comprise entre 3,5 % et 8 %

  La ministre de l’Écologie et de l’Énergie a annoncé, sur BFMTV,

  que la hausse serait plafonnée à 2,5 % en moyenne au 1er août,

  que « pour certains consommateurs ce sera zéro, et notamment

  pour toutes les consommations des artisans, des commerçants,

  des petites entreprises ».

 

La CRE a estimé que le manque à gagner pour EDF était de 2,1 milliards d’euros du fait du contrôle

par le gouvernement de la hausse des tarifs. N’empêche que les ménages sont une nouvelle fois touchés

au porte-monnaie alors que déjà près de 4 millions d’entre eux le sont par la précarité énergétique.

Mais les concurrents d’EDF n’ont pas dit leur dernier mot. Ceux-ci ont déposé plusieurs recours juridiques

devant le Conseil d’État pour réclamer des augmentations plus importantes des tarifs d’EDF. M. B.

Publié dans Energie, France, PRECARITE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Pierre Laurent : invité politique de Christophe Bordet sur Sud Radio.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juillet 2015

 

La France « n’a pas joué le rôle qu’elle devait jouer » dans la crise grecque

 

CaptureP.LaurentSénat

  Le secrétaire national du PCF, a estimé vendredi

  que la France n’avait « pas joué le rôle qu’elle devait jouer »

  dans la crise grecque, et souhaité qu’elle s’engage

  « en faveur du rééchelonnement et de l’allègement de la dette ».

  « La France n’a pas joué le rôle qu’elle devait jouer. Elle a pendant

  cinq mois laissé les Grecs seuls face au chantage des créanciers

  et de l’Allemagne, elle est rentrée très tardivement dans le débat,

  c’est vrai en jouant un rôle pour éviter le Grexit, mais en laissant

  l’Allemagne dicter toutes ses conditions », a affirmé Pierre Laurent,

  qui était l’invité ce matin de Christophe Bordet sur Sud Radio.

 

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans Allemagne, Grece, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

« La BCE a déstabilisé l’économie pour soumettre la Grèce aux exigences des créanciers » (Eric Toussaint)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juillet 2015

humanite.fr

 

Eric Toussaint :

« La BCE a déstabilisé l’économie pour soumettre la Grèce

aux exigences des créanciers »

 

Entretien réalisé par 
Rosa Moussaoui – l’Humanité – 17 juillet 2015

Captureérictoussaint

 

 

  Maître de conférences à l’université de Liège,

  porte-parole du Comité pour l’annulation

  de la dette du tiers-monde (CADTM),

  Éric Toussaint est le coordinateur scientifique

  de la Commission pour la vérité sur la dette grecque.

 

 

 

 

Athènes, envoyée spéciale.

Avons-nous assisté ces dernières semaines, à Athènes, à un coup d’État financier, comme l’affirment

de nombreux observateurs, en Grèce et à l’étranger ?

Éric Toussaint Oui et non. Ce qui était décisif ici tenait à des décisions politiques, prises par des instances

politiques complices, bien sûr, des intérêts financiers. Ce n’est pas un coup d’État mené directement

par la finance, mais par les institutions, la Commission européenne, les chefs d’État

et de gouvernement des pays de la zone euro. L’Allemagne n’est pas seule impliquée. Il est clair que

l’Espagnol Mariano Rajoy ou le Portugais Pedro Passos Coelho, sans parler des gouvernements finlandais

ou letton, dévoués aux politiques néolibérales, tenaient à démontrer à leurs peuples respectifs que l’option

présentée aux Grecs et aux peuples d’Europe par Syriza ne pouvait pas fonctionner. Il s’agit donc bien

de décisions d’abord politiques.

Il est clair que les grandes banques privées, les multinationales voulaient aussi obtenir la démonstration

qu’il est impossible de tourner le dos à l’austérité. Mais il faut rappeler que les principaux créanciers de la Grèce

sont aujourd’hui des créanciers publics. Les banques ne sont plus aux premières loges, elles l’étaient jusqu’en 2012,

avant de se défaire des créances qu’elles détenaient. La restructuration de la dette en 2012 leur a permis

de s’en tirer à bon compte. Aujourd’hui, la Commission européenne, la Banque centrale européenne et les États

de la zone euro veulent absolument, en dépit de l’échec des politiques économiques imposées à la Grèce,

que le pays reste sur les rails du néolibéralisme. Le FMI aussi, bien entendu, qui est aussi une instance politique.

Alexis Tsipras espérait, en contrepartie de sa capitulation sur les politiques d’austérité, obtenir

des engagements sur un allégement de la dette. Les créanciers, eux, concèdent tout juste l’ouverture

en 2015 d’une discussion sur un éventuel réaménagement de la dette à partir de 2022.

Pourquoi cette intransigeance, alors que le FMI lui-même juge désormais la dette insoutenable ?

Éric Toussaint À mon avis, il pourrait y avoir une restructuration de la dette avant 2022. Les créanciers disent

« pas avant 2022 » parce qu’ils savent que ce plan ne va pas fonctionner, que le paiement de la dette sera

insoutenable. Ils la restructureront, cette dette. Mais en conditionnant cette restructuration à la poursuite

de réformes néolibérales. La dette est un moyen de chantage, un instrument de domination.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans EUROPE, Grece | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Humanité : Londres, Addis-Abeba, Athènes…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juillet 2015

 

Vers une dictature mondiale orchestrée par une poignée d’oligarques ?

 

Capturel'huma21713

L’éditorial de Patrick Apel-Muller.

 

David Cameron, le très conservateur premier ministre

britannique, a décidé d’aller plus loin encore

que Margaret Thatcher pour interdire le droit de grève.

Le projet de loi qu’il va présenter aux Communes veut

imposer, en préalable à tout mouvement, un scrutin

avec au moins 50 % de salariés participants

et une majorité absolue. Dans certains secteurs (santé,

éducation, énergie, transports, pompiers ou sécurité

aux frontières), il faudra même que les bulletins

favorables soient supérieurs à 40 % des inscrits.

Le recours aux « jaunes », des intérimaires embauchés

pour casser les grèves, sera également autorisé.

 

 

Il s’agit purement et simplement de liquider les syndicats en les réduisant à une fonction de témoignages.

Vous avez dit démocratie ?

À Addis Abeba, les pays riches ont imposé aux pays du Sud, lors d’une conférence sur le financement

du développement, de renoncer à la création d’un organisme de lutte contre l’évasion fiscale sous l’égide de l’ONU.

Sans doute ont-ils estimé qu’en installant M. Juncker à la tête de la Commission européenne, ils avaient choisi

un spécialiste à qui rien n’échappe en la matière. À leurs yeux, rien ne doit entraver la marche

des multinationales, surtout pas une instance internationale qui pourrait provoquer un effet de loupe

sur des pratiques qui ruinent des États. Ces deux événements advenus aux antipodes méritent d’être

rapprochés du sort fait à la Grèce. L’ordre libéral piétine la démocratie, les biens communs et le droit

des salariés à se défendre, pour mettre les peuples en coupe réglée. Pour cela, il faut détruire les grands

principes qu’on servait aux citoyens et remplacer les institutions sur lesquelles ils ont prise, comme la justice

de service public, par des tribunaux arbitraux dévoués à la loi du plus fort. C’est ce qui sous-tend le traité

transatlantique.

La crise sur la dette grecque a mis en relief la violence inouïe des oligarques. Elle a aussi déchiré

des illusions et dessillé des yeux. Athènes, blessée, continue de résister. D’autres allumeront

leurs flambeaux à sa flamme.

Publié dans EUROPE, Grece, l'Humanité, Liberalisme, SOCIAL, Union europeenne | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy