• Accueil
  • > EUROPE
  • > L’Édito de l’Humanité : Le « non » pour fil d’Ariane

L’Édito de l’Humanité : Le « non » pour fil d’Ariane

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 juillet 2015

 

Le « non » pour fil d’Ariane

 

L’éditorial de Patrick Apel-Muller :

Capturehuma21703

 

« L’austérité devait ressembler à l’austérité ;

chaque virage devait enfermer dans une dette

à perpétuité et chaque pas consacrer la toute-

puissance de la finance.

Les uns après les autres, les Papandréou ou

les Samaras avaient plié le genou devant

ce moderne Minotaure. Jusqu’à Alexis Tsipras

et Syriza. Eux n’ont pas lâché le fil d’Ariane,

celui de la volonté populaire, de la démocratie

et de la primauté de la politique. »

Les hiérarques européens et les usuriers de la Grèce

avaient décidé qu’elle ne devait pas sortir du labyrinthe

dans lequel ils l’avaient enclose.

 

 

L’austérité devait ressembler à l’austérité ; chaque virage devait enfermer dans une dette à perpétuité et chaque

pas consacrer la toute-puissance de la finance. Les uns après les autres, les Papandréou ou les Samaras avaient

plié le genou devant ce moderne Minotaure. Jusqu’à Alexis Tsipras et Syriza. Eux n’ont pas lâché le fil d’Ariane,

celui de la volonté populaire, de la démocratie et de la primauté de la politique. Depuis des semaines, la majorité

des Grecs résiste pied à pied aux injonctions, aux insultes et aux menaces.

Le référendum de dimanche est l’arme du faible face au fort, du nombre face à l’arrogance des usuriers.

Le « non » victorieux obligera à poursuivre les négociations que les Juncker, Lagarde et autres Merkel ont voulu

transformer en diktat à l’approche de la date butoir de l’échéance du remboursement au FMI. Ce résultat permettra

à Alexis Tsipras de poursuivre son mandat au service des classes populaires et de faire payer les riches

et les spéculateurs qui sont, en Grèce comme ailleurs, une espèce protégée par le FMI. Et il résonnera

comme une proclamation de dignité populaire, comme la victoire de la politique sur la finance, de l’espoir

sur la condamnation à perpétuité à la soumission.

L’enjeu ne se circonscrit pas aux rives de la mer Égée. Il est européen. Il serait le premier maillon brisé

de la chaîne à laquelle les oligarques européens veulent river leurs peuples. Du Monde qui milite dans son numéro

d’aujourd’hui pour virer Tsipras à Nicolas Sarkozy qui veut bouter la Grèce hors d’Europe, les clameurs haineuses

ont envahi l’univers médiatique. Où seule au quotidien détonne l’Humanité. Donnez de la force aux voix

qui disent « non ». Notre journal les fait retentir aujourd’hui.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy