Au nom de la dette, que la lumière soit !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mai 2015

 

Au nom de la dette, que la lumière soit !

 

par Éric Bocquet – 22 mai 2015

Tribune paru dans Liberté Hebdo.

Captureericbocquet1

 

  Au nom de la dette, voilà des années que nos gouvernants

  successifs, en France et en Europe, nous imposent l’austérité

  avec son cortège de réduction des dépenses publiques,

  à l’école, à l’hôpital et dans les communes…

  pendant que dans le même temps les dividendes enflent

  et enflent…

Alors il faut sans doute s’interroger sur cette dette, ce que viennent de faire nos camarades du groupe GDR

à l’Assemblée Nationale en déposant une proposition de résolution qui vise tout simplement à faire toute la lumière

sur la structuration de l’ensemble de la dette de notre pays, qui s’établit rappelons-le à 2000 milliards d’euros.

Voyons un peu les chiffres… Imaginons que nous parvenions à réduire ce montant de 10 milliards par an,

il nous faudrait 200 ans pour arriver au but. On nous fait peur, on nous culpabilise en disant qu’un bébé qui nait

arrive au monde avec une dette de 30 000 euros, quelle honte ! Mais n’oublions pas d’ajouter qu’il y a aussi

dans la colonne crédit 100 000 euros ! Comment est-ce possible ? Tout simplement en divisant les 80 milliards

d’euros de l’évasion fiscale annuelle par les 800 000 naissances chaque année dans notre pays, faites le compte

nous y sommes.

Capturedette1

 

Et je vous invite à lire également l’ouvrage de Christophe Alévêque

et Vincent Glenn intitulé « On marche sur la dette », un petit livre rédigé

par un tandem humoriste et économiste, très abordable et instructif.

On nous y explique notamment la genèse de ces fameux 3% du PIB

à ne pas dépasser pour le déficit budgétaire chaque année.

D’où cela vient-il ? Un fonctionnaire du Ministère des Finances a inventé

ce dogme un soir de juin 1981. A l’origine c’est le Président Mitterrand

qui avait convoqué une équipe du Ministère pour dire en substance ceci :

« Trouvez-moi un truc pour que les ministres arrêtent de me demander

de l’argent tout le temps », voilà pourquoi aujourd’hui tous les politiques

sérieux, pragmatiques et raisonnables ne jurent que par ces sacro-saints 3% !

 

On apprend aussi, sauf ceux qui maitrisent la langue d’Angela Merkel, que le mot dette en allemand se dit « Schuld »

qui veut également dire « coupable », intéressant non ?

Donc quand mon pays est endetté, faute de recettes et non de dépenses, je suis, vous êtes l’un des coupables,

alors il faut payer !

Voir l’article sur le site d’origine :
http://ericbocquet.fr/Au-nom-de-la-dette-que-la-lumiere.html

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy