• Accueil
  • > France
  • > L’Édito de l’Humanité : Passion capitaliste

L’Édito de l’Humanité : Passion capitaliste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 avril 2015

 

par Jean-Emmanuel Ducoin :

 Capturemacron1

  « Emmanuel Macron, c’est Édouard Balladur, Alain Madelin

  et Jacques Delors dans le même cerveau »

  « Nous avons les moyens de façonner un capitalisme à l’image

  de nos ambitions. » Vous ne rêvez pas, ainsi débute une tribune

  écrite par Emmanuel Macron intitulée « Retrouver l’esprit industriel

  du capitalisme » et publiée dans les colonnes du Monde ce week-end.

  Eu égard aux paroles et aux actes du ministre de l’Économie depuis

  des mois, nous pourrions considérer qu’il n’y a rien de neuf sous le soleil

  crépusculaire du gouvernement, surtout quand c’est l’ancien

banquier d’affaires de chez Rothschild en personne qui donne des leçons de libéralisme appliqué.

Sauf que la lecture attentive de ce texte vaut désormais définition. Pour M. Macron, sachons-le une bonne fois

pour toutes, le temps de ce qu’il appelle le « capitalisme d’État » de « la tradition colbertiste » est révolu.

Sous sa plume, vous ne lirez pourtant pas les mots « régulation » ou « rupture », ni pour un futur proche,

ni jamais. Juste le discours d’adaptation au capitalisme. Rien de plus, rien de moins. Emmanuel Macron,

c’est Édouard Balladur, Alain Madelin et Jacques Delors dans le même cerveau. Et si vous en doutez, sachez

que pour lui la France a besoin « d’un capitalisme de long terme, qui accompagne nos entreprises

dans leurs investissements », et encore et toujours de la « création de valeur actionnariale » pour « faire

émerger de nouveaux champions du CAC 40 ». Emmanuel Macron pense d’ailleurs aller « plus loin pour rendre

la fiscalité des actionnaires plus encourageante », car l’actionnariat salarié, à l’image de ce qui se fait

chez « Google ou Facebook » (sic !), serait l’alpha et l’oméga de l’avenir de nos entreprises…

Vous l’avez compris, à aucun moment M. Macron écrit ou laisse suggérer qu’un chemin autre

que le capitalisme puisse être souhaitable ou envisageable. Ce n’est plus la simple conversion couchée

sur papier d’un ministre dit « de gauche », c’est un plaidoyer enflammé à la gloire du capitalisme tout court !

Pour preuve, cherchez dans ce texte les références au « socialisme » ou aux « socialistes » et vous aurez

compris l’essentiel. Elles n’existent pas, rayées de la carte. Avec Macron, le libéral reste capitaliste.

Et plus du tout socialiste.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy