François la gaffe ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 avril 2015

 

Une tribune de Jean Ortiz, universitaire. - humanite.fr

 

François la gaffe ?

 

babouse4

François Hollande aurait gaffé en assimilant

les communistes aux fascistes (pour faire court).

Non, non, mille fois non, il a été sincère.

Il renvoie l’extrême droite et le PCF, assimilé à

« l’extrême gauche », volontairement dos-à-dos,

et… balle au centre.

Cette théorie de l’équidistance, des « deux totalitarismes »,

fait florès chez tous les gestionnaires joyeux, zélés,

loyaux, nouveaux et anciens convertis, apostasiques,

du capitalisme, du CAC 40, de la valse des profits, de la corruption structurelle, des travailleurs kleenex,

de la marchandisation galopante, de l’horreur libérale.

Remercions François Hollande de ce parler-vrai. Il y a belle lurette qu’il a passé sa pseudo-gauche à droite

et que les socionéolibéraux ont renoncé à remettre en cause le capitalisme, qu’ils présentent comme un véritable

état de la nature, comme le meilleur (ou le moins pire) des mondes possibles.

L’histoire de la social-démocratie, devenue sociolibérale, démontre que son principal objectif reste d’affaiblir,

de discréditer, de faire taire tous ceux qui veulent une rupture avec le système d’aliénation et d’exploitation ;

et ainsi se débarrasser de toute alternative vers un socialisme du 21ième siècle, un « écosocialisme », peu

importe l’appellation. L’objectif est de rendre éternel le bipartisme, cette « dictature molle », où l’on se passe

la balle à tour de rôle sans marquer des buts contre le système prédateur, liberticide, affameur. Il est présenté

comme « le seul possible » et peut ainsi continuer à détruire les hommes et la planète au nom

de la « libre entreprise », de la « liberté du marché », du « pragmatisme »… Aujourd’hui, on appelle la trahison

« pragmatisme », « réalisme »… La « novlangue » a du mal à cacher la perversion de la sémantique

et des valeurs de gauche.

Mais que faisons- nous dans cette galère ? Le fils de résistant étranger que je suis crie sa colère.

Larguons les amarres ! Refusons d’être malgré nous « socialo-dépendant », assimilés à cette politique politicarde

cradingue, aux relents d’égout, de collaboration de classe, de capitulation devant les maîtres et les saigneurs

du monde.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy