• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 9 avril 2015

Comparez votre salaire à celui des hauts cadres de la finance

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 avril 2015

INÉGALITÉS

Comparez votre salaire avec celui des traders et des dirigeants

des grandes banques françaises

 

par Ivan du Roy 9 avril 2015

 

Captureargent

 

  8300 hauts cadres de la finance ont perçu,

  en France, 2,4 milliards d’euros. C’était il y trois ans.

  Mais cette véritable captation de richesses,

  prélevée par les opérateurs de marché

  et leurs hiérarchies grâce à la spéculation financière,

  se poursuit.

 

Dans l’économie réelle, les salaires ne progressent quasiment pas, mais dans les salles de marchés,

les bonus n’ont pas été sérieusement encadrés. Avec cette animation interactive, Basta !

vous propose de prendre la mesure des rémunérations stratosphériques dont bénéficient plusieurs

milliers de traders et dirigeants au sein des cinq principales banques françaises.

Pour chaque euro de salaire mensuel inscrit sur votre fiche de paie, combien gagnent-ils ?

Environ 2300 euros bruts (soit autour de 1730 euros nets), c’est le salaire médian en France pour un emploi

à temps plein [1] : 50% des salariés perçoivent une rémunération inférieure, l’autre moitié touche un salaire

supérieur. 2300 euros bruts, c’est également ce que percevra, en moyenne, l’un des 353 traders de la BNP Paribas

pour à peine une demi-journée de travail.

Si vous gagnez un salaire médian, vous devrez travailler pendant presque trois ans pour percevoir un montant

équivalent à son salaire mensuel : 80 712 euros en moyenne, dont 70% en bonus.

L’ampleur de ce fossé et de ce que certains qualifient de « hold-up », c’est ce que montre l’animation interactive

que nous avons réalisée en partenariat avec les infographistes québécois de FFunction, basé à Montréal

et spécialisé dans la visualisation de données. En comparant votre salaire à celui des dirigeants et

des « opérateurs de marché » – les fameux traders – des grandes banques françaises, elle vous permet

de prendre la mesure de ces revenus stratosphériques.

[...]

Capturesalairesbanquiers

 

Cliquez sur l’image pour accéder à l’animation

et lire ci-dessous pour en savoir plus

Comment fonctionne l’animation ?

Les données présentes dans notre animation

concernent l’exercice 2013 des cinq grandes

banques françaises. Une fois entré votre salaire,

il est automatiquement comparé avec celui

d’un trader de BNP Paribas.

 

Vous pouvez ensuite sélectionner une autre banque, en bas à droite, ainsi que une fonction (PDG, haut

dirigeant, trader, salarié). Leur rémunération brute moyenne s’affiche au-dessus ainsi que le nombre

de personnes concernées par cette rémunération. Et l’animation la compare avec votre salaire.

Exemple :

avec 2300 euros bruts par mois, quand vous gagnez 1 euro, le PDG de la Société générale en

gagne 133. Vous devrez donc travailler 11 années pour égaler son salaire mensuel de 306 312 euros.

Bon courage !

Quand 8300 « preneurs de risques » perçoivent 2,4 milliards d’euros

BNP Paribas est la banque qui rémunère le mieux ses traders tandis que la Société générale est celle

qui paie le plus son PDG. En bas de tableau, le Crédit mutuel/CIC et la Banque postale semblent bien

raisonnables. Au sein des grandes banques de marché de BNP Paribas, de la Société générale, du Crédit

agricole et du groupe BPCE (Natixis), ces niveaux de rémunération stratosphériques sont qualifiés de

« hold-up » par le sociologue Olivier Godechot.

En 2012, ces quatre banques ont ainsi versé à leurs 8300 « preneurs de risques » 2,4 milliards d’euros,

dont la moitié en bonus ! Une véritable captation de richesses, prélevées sur les valeurs créées

par l’économie réelle. Vous pouvez même observer en direct cette démesure.

[Lire l’article sur Basta !]

Creative Commons License

Publié dans Finance, Inegalite, Salaires | Pas de Commentaire »

L’Humanité Dimanche fait peau neuve

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 avril 2015

 

Un nouvel Humanité Dimanche, acteur du combat pour l’égalité

 

Claude Baudry – l’Humanité – 9 avril 2015

 

unehdnew

 

 

  L’Humanité Dimanche fait peau neuve.

  Sans abandonner ses valeurs, ses rubriques

  et ses points forts, le magazine lance

  aujourdhui une nouvelle formule

  avec de grandes ambitions.

  Ainsi va la vie d’un journal. Hier, Jean-Pierre Darroussin

  était dans les murs de l’Humanité Dimanche,

  à la veille de la sortie de sa nouvelle formule. Il sera

  l’invité du prochain numéro. Mais l’invité du magazine

  aujourd’hui, c’est Alain Chamfort, en quelque sorte

  le parrain de ce nouvel HD présenté aux lecteurs.

 

 

 

« L’HD fait peau neuve, prévient Stéphane Sahuc, le rédacteur en chef de l’Humanité Dimanche. Nous adoptons le format plus pratique des autres magazines. Nous nous sommes servis de cette réduction de format pour modifier des choses dans le journal. Que les lecteurs n’aient pas d’inquiétude, rassure-t-il, ils ne vont pas perdre leurs repères et retrouveront dans leur magazine toutes les rubriques, tous les services dont ils ont l’habitude comme les pages Emploi, Histoire ou Plaisirs, ou les programmes télé. Mais avec une forme plus aérée offrant de nouvelles possibilités. » Ils vont aussi découvrir chaque semaine une chronique juridique qui sera faite par Daniel Roucoux et une chronique sur les grands enjeux de la planète assurée par Gérard Le Puill.

[Lire la suite]

 

Publié dans Humanite Dimanche, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

La colère sociale gagne la rue, Manuel Valls manœuvre (l’Humanité)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 avril 2015

MOBILISATION

La colère sociale gagne la rue, Manuel Valls manœuvre

 

Alexandra Chaignon 
et Sébastien Crépel – l’Humanité – 9 avril 2015

 

austerite4

À la veille de la journée nationale d’action

contre l’austérité à l’appel de la CGT, FO, la FSU

et Solidaires, le premier ministre a présenté

son « plan pour l’investissement ».

Dérisoire et à côté de la plaque, répondent

les salariés qui se mobilisent aujourd’hui,

entreprises en lutte en tête.

Les colères et les idées neuves vont battre le pavé

aujourd’hui. La grève et les manifestations organisées

partout en France peuvent faire date dans le quinquennat

de François Hollande.

 

À l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, Solidaires et FSU, salariés du privé et du public, chômeurs, retraités,

grévistes de Radio France et salariés en lutte sont invités « à faire converger leurs revendications et à exiger

du gouvernement et du patronat qu’ils y répondent ».

Les annonces faites hier par Manuel Valls, censées répliquer à la défiance des Français exprimée

dans les urnes le 29 avril, confortent l’exigence du retour d’un mouvement social d’ampleur pour « permettre

la création d’emplois en changeant de politique économique, de garantir et promouvoir le service public,

d’augmenter les salaires », comme l’expriment différents dirigeants syndicaux dans nos colonnes. Car derrière

des affichages creux visant à acheter le silence dans les rangs de la majorité, le premier ministre

a clairement réaffirmé hier son entêtement libéral. Défiscalisations, cadeaux aux grands

actionnaires : la stratégie de l’échec assuré en termes de créations d’emplois.

Pourtant les idées ne manquent pas, comme le démontre aussi l’économiste Nasser Mansouri dans nos colonnes,

pour relancer l’économie et créer des emplois stables.   

Le premier ministre avait promis, au soir de la défaite de son camp aux départementales, d’en tirer les leçons

avec « de nouvelles mesures en faveur de l’investissement public et privé » comme réponse à la « colère »

des électeurs et à « leur exigence de résultats concrets » face à la montée du chômage.

Une colère qui devrait s’exprimer côté syndical, aujourd’hui, avec la journée nationale d’action unitaire

interprofessionnelle contre l’austérité et pour l’emploi, les salaires, les retraites et les services publics,

à l’appel de la CGT, FO, la FSU et Solidaires.

Le premier ministre espérait-il désamorcer la contestation sociale en annonçant, à la veille de cette journée,

son plan pour l’investissement ? En ce cas, l’effet risque d’être à l’inverse de celui espéré. Non seulement

les mesures présentées hier par Manuel Valls ne traduisent pas d’infléchissement de la politique économique

du gouvernement, mais elles la poursuivent, voire l’accentuent.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, France, Luttes, POLITIQUE, Politique nationale, Syndicats | Pas de Commentaire »

Demain à Louvroil : Concert en soutien aux ouvriers de Sambre et Meuse

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 avril 2015

 

Capturesoutiensambreetmeuse

 

 

  CONCERT – SOUTIEN AUX OUVRIERS DE SAMBRE & MEUSE 

  MC METIS, MR ALV, RADICAL SUCKERS,

  AKM & THE MYSTICALS, FEINI-X CREW, THEEZY,

  MARENGO…

 

  demain à 18:00 Espace Culturel Jean Claude Casadesus,

  à Louvroil

 

  Les bénéfices de la soirée seront reversés au fonds

  de soutien de Sambre et Meuse.

Publié dans Infos Feignies, Luttes, SOCIAL, Solidarite | Pas de Commentaire »

Sambre et Meuse face à la « roublardise » organisée (l’Humanité)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 avril 2015

INDUSTRIE

Sambre et Meuse face à la « roublardise » organisée

 

Laurence Mauriaucourt – l’Humanité – 9 avril 2015

 

Sambre et Meuse71Photo : Stephane Dubromel

 

  Près de Maubeuge, 261 salariés métallurgistes

  licenciés de l’entreprise de matériel ferroviaire

  Sambre et Meuse occupent leur usine

  depuis plus de trois semaines. Ils manifesteront

  à Paris ce jeudi.

  Reportage.

 

 

Feignies (Nord), envoyée spéciale. Dans l’Avesnois, le bocage se pare des attraits du printemps. Feignies, à trois kilomètres de Maubeuge. Rue Jean-Jaurès. Rue de la République. Rue des Usines. Un cul-de-sac. Avec au fond, Sambre et Meuse (SM), l’entreprise de matériel ferroviaire en acier moulé, fermée le 18 mars, occupée nuit et jour depuis par d’ex-salariés. Un moule de 40 000 euros disparaît dans les flammes de la colère, sur le parking. Les hommes ont les traits fatigués, tendus. Ils ont reçu leur lettre de licenciement, espèrent être payés le 10 avril comme promis par les AGS, le régime de garantie des salaires. Le 21 avril, ce sera le solde de tout compte et les 261 métallurgistes pourront aller s’inscrire au chômage, certains pour la première fois de leur vie. Ils seront en tête de la manifestation contre l’austérité à Paris, ce jeudi. Ils brandiront une photo datant de 2009 où l’on voit François Fillon, alors premier ministre, posant aux côtés de Vladimir Poutine derrière deux industriels, un Français et un Russe, en train de signer le contrat de l’espoir.

De la production de plaques d’égout au métro de New York

Hervé est à la fois fier et écœuré de rappeler que cette unité de production d’acier moulé plus que centenaire a associé son nom aux plaques d’égout de par le monde, au métro de New York. Son père a fait carrière là. Son fils devait y poursuivre la lignée de métallos, au métier harassant, payés 1 400 euros par mois en trois-huit, mais porteurs d’un savoir-faire collectif unique en Europe. « Vous voyez le gâchis ? » questionne l’ouvrier, promettant de ne rien « lâcher ».

Les revendications : une prime extralégale de 20 000 euros par salarié, la vraie recherche d’un repreneur, et des réponses aux questions.

♦ Pourquoi les actionnaires russes ont déserté après avoir investi ?

♦ Pourquoi les avoir laissés devenir les principaux clients à 80 % alors qu’il y avait de la demande en France avec Alstom et Bombardier, en Algérie, et alors qu’un contrat court encore avec la Finlande ?

♦ Pourquoi y a-t-il eu suffisamment d’argent pour rénover les bureaux de la direction à hauteur de 700 000 euros ?

♦ Pourquoi de l’argent transitait par la Chine et quelques paradis fiscaux ?

♦ Pourquoi le cabinet d’expertise Secafi a été empêché de réaliser un audit complet ?

♦ À quel prix les 1 000 tonnes d’acier du stock seront vendues aux enchères ?

♦ Cette fermeture est-elle à mettre en lien avec le projet de « zone verte » promise pour le secteur ?

 

Sambre et Meuse en lutte

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

 

Et puis, il y a ce problème qui se pose à tout le monde ici : « Est-ce qu’on va devoir payer nous-mêmes les 40 euros de mutuelle par mois ? » De quoi imaginer le niveau de pauvreté de ces hommes qui traduisent le mot « austérité » par « manque d’argent pour participer à la relance de l’économie », par « appauvrissement généralisé au profit de quelques-uns ». Des soutiens politiques, il y en a eu. Le député PCF Alain Bocquet ayant saisi le premier ministre. Mais les appels au secours adressés au député socialiste Rémi Pauvros, au maire UMP de Maubeuge, n’ont rien apporté de concret. « On a organisé une journée portes ouvertes avant le second tour des élections, ils sont venus se rincer l’œil… », peste Benjamin, un jeune salarié baraqué, épuisé, qui vit à l’usine nuit et jour depuis l’occupation.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

Publié dans Austerite, Competitivite, ECONOMIE, Emplois, France, l'Humanité, Liberalisme, licenciements, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy