Maintenant, le Medef veut faire les poches des veuves !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mars 2015

 

Maintenant, le Medef veut faire les poches des veuves !

 

huma-dimanche

HUMANITÉ DIMANCHE – 12 mars 2015

 

 

babouse2

En pleines négociations sur le financement

des complémentaires, le patronat fait feu

de tout bois pour réduire toujours plus les pensions.

Le 1er avril, les retraites complémentaires des 14,7 millions

de pensionnés de l’AGIRC et de l’ARRCO n’augmenteront pas

d’un fil.

L’accord conclu par le patronat, la CFDT, FO et la CFTC

le 13 mars 2013, et censé prendre des mesures conservatoires

dans l’attente de la fin des négociations (ouvertes le 17 février

dernier) sur le financement des deux caisses, prévoit en effet

de minorer d’un point par rapport à l’inflation l’évolution des pensions.

Or celle-ci n’a été que de 0,9 % en 2014. Ce gel sonne comme un avant-goût de ce à quoi pourrait aboutir

la négociation en cours.

Le 5 mars, le MEDEF a en effet présenté ses propositions, dont l’objectif est de diminuer les pensions. Outre un gel

des retraites pour 2016, 2017 et 2018, le patronat veut repousser à 67 ans, contre 65 ans actuellement,

l’âge auquel un salarié pourra toucher 100 % de sa complémentaire.

POUR LE PATRONAT, IL FAUDRAIT ATTENDRE 67 ANS, CONTRE 65 ACTUELLEMENT,

POUR TOUCHER 100 % DE LA COMPLÉMENTAIRE.

Pour y parvenir, il mise sur l’instauration d’une progressivité du taux. À 62 ans, on ne pourrait prétendre

qu’à 60 % de sa pension, 68 % à 63 ans … Les pensions de réversion sont aussi dans son collimateur.

Pour faire bénéficier le conjoint survivant d’un taux de 60 %, le titulaire de la pension devrait renoncer

à vie à 5,5 % de sa pension. À défaut, le conjoint ne toucherait que 30%.

Les salariés ayant connu des périodes de chômage seraient soumis à la double peine car ils se verraient

attribuer uniquement le nombre de points correspondant aux cotisations versées par l’UNEDIC.

Nul doute que le MEDEF n’espère pas obtenir gain de cause sur toutes ces revendications, mais cette surenchère

devrait être suivie de « concessions » permettant d’arracher un accord. Car, si le secrétaire de la CGT,

Philippe Martinez, parle « de ligne de fracture » avec le MEDEF, la CFDT s’est déjà déclarée prête à faire

des économies.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy