Les retraites chapeau des patrons du CAC 40

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mars 2015

 

         Les retraites en or assurées à des patrons ruineux

 

DOMINIQUE SICOT de l’Humanité Dimanche – 12 mars 2015

Capturechimulus5

La dégradation des conditions de vie des retraités,

contre laquelle huit organisations (1) manifestent

le 17 mars, épargne certains.

Les pensions des grands patrons atteignent

des montants faramineux, ponctionnés sur les fonds

des entreprises. Les riches héritiers font mieux :

l’heure de la « retraite » sonne sans qu’ils aient

travaillé.

Un pouvoir d’achat qui fout le camp, des soins toujours

plus coûteux, un accompagnement indigent des personnes

vieillissantes … rien ne va plus pour les retraités !

 

Les salariés toujours en activité ne sont pas mieux lotis. Au fil des réformes de la retraite de base et

des exigences patronales qui dominent les négociations sur les retraites complémentaires obligatoires ARRCO

et AGIRC , la possibilité de bénéficier d’une pension correcte à un âge décent s’éloigne toujours plus. Qu’on y soit

ou que l’on coure après, la retraite devient synonyme de galère.

Pas tout à fait pour tout le monde, cependant.

Quelques chanceux bénéficient d’une retraite « surcomplémentaire »

par capitalisation, dite « à prestations définies». Du toutconfort : c’est l’entreprise qui paie les cotisations et,

quoi qu’il arrive sur les marchés financiers, le montant de la future pension est assuré.

Dans le langage courant, on appelle ça une « retraite chapeau». À en croire les compagnies d’assurances,

plus d’un million de salariés seraient couverts par de tels contrats.

Selon les statistiques du ministère des Affaires sociales, 205 000 personnes touchaient en 2012 une telle pension,

soit environ 1,3 % des retraités. Peu de monde. Quant au « chapeau », il n’a pas la même largeur pour tous :

41 % de ces heureux élus touchaient moins de 500 euros par an, 43 % de 500 à 4 999 euros

et 16 % plus de 5 000 euros.

36 MILLIARDS D’EUROS PRÉVUS

Et c’est là que commence l’infini! Entre les quelques centaines voire quelques milliers d’euros annuels, certes fort

bons à prendre, d’ex-cadres plus ou moins supérieurs et les rentes stratosphériques des dirigeants du CAC 40,

on change de dimension. Selon le rapport demandé fin 2014 à l’Inspection générale des finances et à l’Inspection

générale des affaires sociales par le ministre de l’Économie Emmanuel Macron – qui faisait mine alors de vouloir

en finir avec ce système –, « seulement 50 personnes » jouiraient d’une rente annuelle de plus

de 300 000 euros, dont quelques-unes de montants très supérieurs.

LES PDG DE DANONE ET DE L’ORÉAL PERCEVRONT 125 000 EUROS PAR MOIS POUR LEURS VIEUX JOURS,

SOIT PLUS DE 96 FOIS LA RETRAITE MOYENNE D’UN SALARIÉ.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

LE TOP 10 DES RETRAITES CHAPEAUX PROMISES AUX PATRONS DU CAC 40

(MONTANT BRUT ANNUEL DE LA PENSION LORS DU DÉPART EN RETRAITE)

Capturepatronsruineux

 

DANONE.

Franck Riboud, 1 583 424 euros.

L’ORÉAL.

Jean-Paul agon, 1 560 000 euros.

♦ AXA.

Henri de Castries, 1 056 000 euros.

CAPGEMINI.

Paul Hermelin, 858 000 euros.

AIRBUS GROUP.

Thomas enders, 840 000 euros.

♦ GDF SUEZ. Gérard mestrallet, 831 640 euros.

CRÉDIT AGRICOLE. Jean-Paul Chifflet, 688 800 euros.

RENAULT. Carlos ghosn, 687 375 euros.

LVMH. Bernard arnault, 630 000 euros.

LAFARGE. BRUNO LAFONT, 620 207 euros.

(Source: Prixinvest/« Les Échos». À partir des doc. de référence 2013)

 

RETRAITES CHAPEAUX : ENCADRÉES … MAIS PAS TROP !

Loin de supprimer les retraites chapeaux, la loi Macron (article 64 bis) se contente de poser

quelques garde-fous :

♦ conditionnement du versement de la pension à la « performance » de la société pendant la carrière

du bénéficiaire;

♦ approbation annuelle par le conseil d’administration;

plafonnement à 3 % par an de l’accroissement des droits à pension;

limitation de la vitesse d’acquisition de la pension à un taux de remplacement (1) de la rémunération

annuelle de 3 % par année de présence dans l’entreprise.

Mais comment évalue-t-on la « performance » ? De quelle « rémunération annuelle » s’agit-il ? Fixe ?

Fixe et variable ?

Sachant qu’un patron du CAC 40 gagne en moyenne 2,9 millions d’euros par an, il pourra toujours empocher

90 000 euros annuels de pension en 10 ans de carrière … assortis d’un petit portefeuille d’actions gratuites –

la fiscalité sur leurs plus-values vient fort à propos d’être allégée par la loi Macron …

(1) Rapport entre le salaire et la pension de retraite.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy