70e anniversaire de la libération d’Auschwitz

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 janvier 2015

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

 

Le 27 janvier 1945, l’Armée rouge libérait quelque 7 000 survivants des camps d’Auschwitz-Birkenau

en Pologne. En cinq années, plus de 1,1 million d’hommes, de femmes et d’enfants meurent

dans le plus grand camp de concentration et d’extermination nazi.

La libération de tous les camps sera achevée quatre mois plus tard. L’Humanité ouvre ses archives

à l’occasion de cette journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

« Jusqu’au dernier : la destruction des juifs d’Europe », documentaire diffusé ce soir

sur France 2 à 23h10. « On croit tout savoir du génocide des juifs mais l’on connaît

en réalité peu les étapes qui l’ont précédé. »

C’est sur ce postulat que Blanche Finger et William Karel ont bâti cette série documentaire,

dont le premier volet est diffusé ce lundi, pour le 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz.

Entretien avec la coréalisatrice.

 

Vidéos INA.

Libération des camps d’extermination d’Auschwitz-Birkenau

 

auschwitzliberation2701

  Le 27 janvier 1945, l’Armée Rouge libérait

  quelque 7000 survivants des camps d’extermination

  d’Auschwitz Birkenau.

  Mais ils seront plus de 1,1 million à ne jamais

  en revenir.

  Retour en images avec l’Institut national de l’audiovisuel

  (INA).

 

Voir les vidéos

 

Henri Krasucki à propos de « la marche de la mort » d’Auschwitz

 

CaptureKrasuckiINA

 

  Vidéo INA. L’ancien résistant et leader de la CG

  raconte la marche de la mort d’Auschwitz à laquelle

  il a participé, c’est-à-dire l’évacuation du camp

  qui a accéléré la mort de la moitié des prisonniers

  qui ont dû marcher 80 km dans le froid sans s’arrêter.

 

Ce grand témoin de l’histoire du XXe siècle explique qu’en tant que résistant et donc de « soldat sans uniforme »,

il s’attendait à la mort , ce qui lui permettait de garder une certaine dignité.

Henri Krasucki affirme n’avoir jamais perdu sa confiance en l’homme grâce à tous les gens qu’il a vu essayer

de survivre dans les camps. Mais il dit connaître le prix de la liberté et de la dignité.

[Voir la vidéo]

 

Voir le dossier  : 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy