• Accueil
  • > CGT
  • > « Les salariés ne peuvent pas se contenter d’être déçus, il faut réagir » (Bernard Thibault)

« Les salariés ne peuvent pas se contenter d’être déçus, il faut réagir » (Bernard Thibault)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 novembre 2014

 

Bernard Thibault :

« Les salariés ne peuvent pas se contenter d’être déçus, il faut réagir »

 

Entretien réalisé par Clotilde Mathieu

B.Thibault

 

  Élu au conseil d’administration de l’Organisation

  internationale du travail, l’ancien secrétaire général

  de la CGT Bernard Thibault revient sur l’offensive

  patronale contre le Code international du travail.

 

 

Cette semaine, Pierre Gattaz a lancé une nouvelle offensive, en demandant à la France

d’abroger la convention 158 de l’Organisation internationale du travail (OIT)

qui oblige un employeur à motiver le licenciement. Vous êtes actuellement élu comme

représentant des travailleurs français au conseil d’administ ration de l’OIT.

Comment réagissez-vous ?

BERNARD THIBAULT Dans de nombreux pays, les entreprises peuvent licencier sur un claquement

de doigts. Cette convention, ratifiée par la France en 1989, protège les salariés. Si le CPE (contrat

première embauche – NDLR) est mort dans la rue, après quatre mois et demi de mobilisations,

et c’est grâce à cette convention que nous avons pu obtenir le retrait du CNE (contrat nouvelles

embauches – NDLR) fin 2007, consécutivement à un avis de la commission des experts de l’OIT.

La France est un des pays qui a ratifié le plus de conventions de l’OIT, nous pouvons en être fiers.

Il n’est donc pas surprenant que l’offensive patronale soit forte en France dans la mesure

où notre pays est en avance sur d’autres en ce domaine.

Après le travail du dimanche, les seuils sociaux, cette nouvelle sortie témoigne d’un Medef

avec, à sa tête, un Pierre Gattaz totalement décomplexé…

BERNARD THIBAULT Je suis convaincu que Pierre Gattaz et le Medef sont bien décidés à tirer

à son maximum les bénéfices d’un gouvernement qui est à son écoute permanente. 

Lorsqu’un gouvernement qui s’affiche à gauche permet des réformes jusqu’alors impossibles

avec un gouvernement de droite, autant, pour le Medef, pousser l’avantage jusqu’au bout.

C’est ce qui est en train de se produire : sur le travail du dimanche, sur le temps de travail,

sur les perspectives d’un contrat de travail unique, etc.

Vous avez appelé en 2012 à voter pour François Hollande, n’êtes-vous pas déçu d’avoir pris

cette décision ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy