Hollande face à l’échec de sa politique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 novembre 2014

 

Hollande sur TF1 : un long face à face avec ses échecs

 

hollande 1

L’émission de François Hollande a été un long face à face

avec ses échecs. A une chômeuse de 60 ans, il ne propose

rien : ni le relèvement de son allocation de solidarité,

ni le droit à la retraite à 60 ans. À une patronne qui propose

de supprimer 3 millions d’euros de ses impôts et cotisations

sociales, il lui donne raison.

 

 

François Hollande n’a fait tout au long de l’émission que confirmer les politiques qui nous enfoncent

dans l’impasse. On annonçait de nouveaux chantiers, il n’en a annoncé aucun sur les grandes urgences

du pays : le chômage, le pouvoir d’achat, la relance industrielle, la transition écologique.

L’annonce vague d’un référendum éventuel sur la création d’un service civique universel ou celle

d’une candidature de Paris aux JO de 2024 sont plus apparues comme des sujets de diversion

que comme des grands projets de conviction. François Hollande croit en sa politique mais il est le seul

dans ce cas.

Après le vide de l’émission de ce soir, il est plus que jamais urgent de préparer une alternative

de gauche à l’échec programmé de François Hollande et Manuel Valls.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

 

Face à une chômeuse, Hollande fait naufrage

 

hollande-gattaz-et-consorts

  Le président de la République s’est montré incapable

  de répondre aux préoccupations d’une employée

  au chômage, jeudi, sur TF1. Il a en revanche comblé

  le Medef sur le financement de la politique familiale

  et annoncé un futur service civique universel

  aux contours inquiétants.

 

À qui n’a pas eu le courage d’endurer les quatre-vingt dix minutes de bavardage présidentiel, jeudi soir

sur TF1, il suffira d’avoir vu la séquence où le chef de l’État s’adresse à une chômeuse âgée de Drancy

pour mesurer le naufrage de la politique élyséenne. On se souvient de Lionel Jospin pour qui l’État

ne pouvait « pas tout » ; avec François Hollande, l’État ne peut plus rien. Du moins pour les victimes

d’une politique toujours plus dure aux plus modestes.

Nulle question piégée de la part de l’ex-employée de bureau, mais cette interpellation simple :

comment faire pour avoir droit à une retraite quand l’âge de départ est sans cesse repoussé et

le nombre d’annuités allongé, et que l’on survit au chômage à soixante ans avec un minima social

de moins de 500 euros par mois ?

Face à la pudeur de cette « séniore » qui ne demandait qu’à travailler et avoir droit à une retraite,

le chef de l’État n’avait rien à proposer, sinon le refrain usé d’un énième contrat aidé « qui s’ajoutera

à votre ASS » (allocation spécifique de solidarité) pour les personnes qui n’ont pas acquis

toutes leurs annuités.

Une rustine inefficace (31 000 contrats de génération ont été signés à ce jour, très loin de l’objectif de

500 000 à la fin du quinquennat présidentiel, a-t-il été rappelé durant l’émission) pour un problème

qui va frapper un nombre de travailleurs âgés de plus en plus important « dès lors que l’âge de

la retraite va être repoussé », a reconnu lui-même François Hollande. Et si les entreprises ne les

embauchent toujours pas, eh bien, le chef de l’État les y « incite » fermement…

Rien, en revanche, sur les contreparties au pacte de responsabilité, sur les moyens de combler

des carrières incomplètes, sur le montant des retraites ou même des minimas sociaux.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy