• Accueil
  • > Austerite
  • > La seule voie d’avenir : que le peuple reprenne la main (Patrick Le Hyaric)

La seule voie d’avenir : que le peuple reprenne la main (Patrick Le Hyaric)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 octobre 2014

 

La seule voie d’avenir : que le peuple reprenne la main

 

 

HD5Par Patrick Le Hyaric, Directeur de l’Humanité

 

  Seuls des choix économiques, sociaux,

  démocratiques clairs, porteurs de justice

  sociale, d’égalité et de solidarité peuvent

  tirer d’affaire les populations et le pays.

  Bref, des choix de gauche !

  C’est l’heure de les faire entendre.

  Une première occasion en sera donnée

  le 15 novembre avec la marche contre l’austérité.

  Assurons-en le succès !

 

 

Extrait

Ne nous y trompons pas ! L’affaire est sérieuse. Une course de vitesse est engagée entre ceux qui,

au pouvoir aujourd’hui et dans les cercles de la finance internationale, veulent liquider

la gauche jusqu’à effacer son nom pour un scénario à l’italienne qui l’a vu sombrer pour devenir

le « parti démocrate », cher à Manuel Valls. Ou qui la voit en Allemagne préserver les intérêts du capital

dans une grande coalition entre la CDU de Mme Merkel et les socialistes. C’est du reste ce qui vient

de se passer au Parlement européen où une coalition des droites et du Parti socialiste européen a choisi

ensemble une Commission européenne dont les peuples verront très vite qu’ils n’en ont rien de bon

à attendre. Les projets d’unité nationale développés par des responsables gouvernementaux

et de l’UMP sont à cette image. Leur objectif est de s’assurer une base politique suffisamment

large pour rendre possible, en France, la mise en œuvre d’un « big-bang social » comme cela

se murmure de plus en plus, avec le projet de « contrat unique de travail », les jobs act

à l’italienne, les assurances privées se substituant à la Sécurité sociale, le Code du travail vidé

de l’essentiel des droits qu’il préserve encore. Tout cela pour accompagner de plus grands

transferts de richesses vers le capital.

Le président de la République laisse faire et, comme le dit le secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe

Cambadélis : « Il n’a pas dit son dernier mot. » Autrement dit, le monarque élyséen reste maître

des horloges et maître du jeu… politicien. Si cela consiste, à la manière de Machiavel, à fomenter

de nouveaux coups comme une dissolution de l’Assemblée, un référendum ou toute autre manœuvre,

en s’appuyant sur la crise politique et peut-être sur une crise institutionnelle, pour tenter de se sauver

du désastre annoncé, ce serait un très mauvais service à rendre au pays.

Aucune combine ou combinaison politicienne, même ce fameux projet de gouvernement d’unité nationale,

ne pourront purger la multiplicité des crises actuelles qui ne cessent de donner du grain à moudre

à une toujours plus dangereuse extrême droite.

Seuls des choix économiques, sociaux, démocratiques clairs, porteurs de justice sociale, d’égalité

et de solidarité peuvent tirer d’affaire les populations et le pays. Des choix inédits, de résistance

à l’Europe de l’argent qui s’accompagnent des transformations institutionnelles

vers une VIe République.

Bref, des choix de gauche ! C’est l’heure de les faire entendre.

Une première occasion en sera donnée le 15 novembre avec la marche contre l’austérité.

Assurons-en le succès !

[Article complet sur humanite.fr]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy