Contre la réforme territoriale, pour un nouvel élan démocratique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2014

 

Contre la réforme territoriale, pour un nouvel élan démocratique

(Pierre Dharréville, PCF)

 

reforme-des-regions

  Devant la fédération des élus socialistes et républicains,

le Premier ministre a défendu aujourd’hui une nouvelle fois

la réforme extrêmement contestée des collectivités

territoriales qui vise à renforcer la logique austéritaire

dont il se fait le porte-parole et à porter un coup sévère

à la démocratie locale et à l’intervention citoyenne.

Il est inadmissible, alors que le débat s’est déjà déroulé

sous un feu autoritaire, que le Premier ministre essaye

de le clore avant l’heure en déclarant pour éteindre

la contestation : 

«Pensez-vous qu’il soit possible de faire mieux que le compromis trouvé à l’issue de la première lecture ?

Sincèrement j’en doute». 

 

gattaz

   Poussant plus loin, le Premier ministre a de nouveau pour cible

  les collectivités locales en exigeant d’elles de « maîtriser

  les dépenses de gestion ». On le comprend : il a déclaré hier

  devant un MEDEF gavé de dividendes que notre peuple avait vécu

  « depuis quarante ans au-dessus de ses moyens ». 

  Ainsi, il demande aux collectivités d’appliquer la politique

  austéritaire qui a été critiquée au sein même du gouvernement

et qui ne rassemble pas de majorité dans le pays.

  Cette injonction de l’État, concoctée au plan européen est inacceptable :

elle va priver les hommes et les femmes de notre pays de services dont ils ont besoin, à l’heure

où le déferlement de la crise se fait plus violent encore. 

  Nous appelons les élus et populations à résister, à faire vivre les projets qui sont nés du débat

démocratique et à refuser d’organiser l’impuissance de l’action publique.

A tous les niveaux, nous appelons à refuser la mise en œuvre de cette politique libérale et à faire

grandir des solutions de gauche, seules capables de nous permettre de vivre mieux.

A tous les niveaux, nous appelons pour cela à un nouvel élan démocratique.

Pierre Dharréville, responsable au PCF de la commission « Démocratie »

 

Publié dans Austerite, Democratie, France, Liberalisme, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le Premier ministre en meeting au MEDEF ! (Thierry Lepaon)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2014

 

Déclaration de Thierry Lepaon, Secrétaire général de la CGT :

Le Premier ministre en meeting au MEDEF !

 

CaptureHub

 

Pour la deuxième fois sous la Présidence de François

Hollande, un Premier ministre de la République

est la vedette d’un meeting syndical.

Le Premier ministre a choisi de venir faire applaudir

sa politique par le MEDEF, le jour même de la publication

des chiffres du chômage qui continuent d’augmenter.

La confusion des genres entre l’État et le MEDEF,

le trait d’union qu’il tire entre le Medef et les entreprises,

ont quelque chose de scandaleux.

 

 

La scénographie de son intervention, après le film de propagande du Medef intitulé,

« Un million d’emploi, c’est possible » ne nous dit rien sur : quand, dans quelles entreprises,

sur quel territoire, avec quel temps de travail, avec quelle rémunération seront créés ces emplois ?

Pour l’instant et malgré les 220 milliards de cadeaux déjà consentis aux entreprises, on n’en a

vu aucun.

Aucune stratégie n’est annoncée concernant l’évaluation des politiques publiques en direction

des entreprises. Sur 45 minutes de discours, il consacre une phrase timide sur les comptes

qu’elles auront à rendre à la nation.

Il passe sous silence les 220 milliards d’euros d’aides publiques aux entreprises qui ne sont soumises

à aucune évaluation alors que tous les observateurs attentifs constatent que le versement du CICE

n’a servi ni à l’investissement, ni à l’emploi.

Sur les 40 entreprises du CAC 40, 37 viennent d’augmenter leurs dividendes aux actionnaires,

au détriment des investissements, de l’emploi et des salaires.

Le Premier ministre dit vouloir rassembler pour réformer, mais la question cruciale qui est posée est

sur quoi ?, comment ?

Sa réponse est en ligne avec le clip du syndicat patronal. Tout y passe, les attentes du MEDEF sont

même anticipées : la simplification du code du travail, le travail du dimanche, la représentation des salariés

dans les petites et moyennes entreprises…

Tout cela au motif que la France vivrait au-dessus de ses moyens depuis 40 ans. C’est insupportable !

Où sont les salariés, les retraités, les chômeurs, les jeunes en galère, qui vivent au- dessus

de leurs moyens aujourd’hui en France ?

Montreuil, le 27 août 2014

 

Publié dans Austerite, CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, Politique nationale | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Humanité (29/08/14)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2014

 

Au pied du mur

 

Éditorial par Maud Vergnol

 

valls-hollande-medef

 

Mesurons bien l’ampleur des enjeux

de ce week-end décisif pour la gauche.

Assommé, le Parti socialiste se réunit

à La Rochelle, quelques jours seulement

après la décision brutale de Manuel Valls

de composer un commando austéritaire

de choc.

 

 

Le paysage politique français ne sera plus le même lundi. Mesurons bien l’ampleur des enjeux

de ce week-end décisif pour la gauche. Assommé, le Parti socialiste se réunit à La Rochelle, quelques jours

seulement après la décision brutale de Manuel Valls de composer un commando austéritaire de choc.

Le chemin d’Épinay à Jouy-en-Josas, où le premier ministre est allé prêter allégeance au patronat, a pris

quelques détours. Mais après des années de navigation à vue, et à l’épreuve du pouvoir, François Hollande

aura finalement fait prendre un raccourci à la composition d’un « blairisme » à la française.

Pour les militants socialistes, le choc est rude. Leur secrétaire national, Jean-Christophe Cambadélis,

qui assure dans un entretien au Monde que « nous sommes dans une conjoncture de décomposition politique »,

ne pourra pas longtemps ménager la chèvre et le chou. Et il a beau s’en défendre comme un beau diable

en appelant « les socialistes à ne pas surjouer leurs différences », la fracture idéologique est bien là.

Alors comment le cœur des militants socialistes 
accueillera-t-il ce week-end Manuel Valls, le minoritaire

de l’aile droite, propulsé premier ministre après deux ans de quinquennat Hollande ? Les communistes,

qui tiennent ce week-end leur université d’été, font le choix de leur tendre la main.

« Si vous ne voulez pas, vous socialistes, être les spectateurs de la destruction de votre propre

parti, de la déroute de l’ensemble de la gauche, vous pouvez, avec nous, entreprendre la reconstruction

d’une alternative de gauche », interpelle le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, dans nos colonnes.

Car face à cette rupture dans l’histoire politique française, le risque est réel de voir la gauche s’effacer

du paysage, comme dans d’autres pays européens. Il existe pourtant un formidable espace à conquérir

pour tous ceux qui croient encore au progrès social. Et le Front de gauche en est un outil précieux.

 

Publié dans France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

Construire un autre chemin pour le pays

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2014

 

Pierre Laurent :

« Le coup de force de Valls peut réveiller beaucoup d’ardeurs »

 

Entretien réalisé par Julia Hamlaoui

 

P.Laurent1

  Alors que s’ouvre, aux Karellis (Savoie),

  l’université d’été du PCF, son secrétaire national,

  Pierre Laurent, estime que « la critique

  de la politique gouvernementale est maintenant

  massive » et que la « responsabilité

du rassemblement » incombe notamment

au Front de gauche.

Vous avez déclaré que « l’échec sera une nouvelle fois au rendez-vous », après l’annonce

du nouveau gouvernement. Pourquoi ?

Pierre Laurent Cet échec est programmé parce que ce gouvernement est plus étroit et plus droitier

que jamais. Le premier gouvernement Valls a été incapable de rassembler les Français autour du cap

du pacte de responsabilité, incapable de rassembler la gauche et même les socialistes. C’est aussi

un échec économique. Le chômage progresse, la création de richesses est en panne, la demande

intérieure est moribonde. Ces résultats catastrophiques sont le fruit de l’austérité, de la baisse

des salaires, des cadeaux accrus accordés à la finance. Le nouveau gouvernement, qui avec l’expulsion

des récalcitrants est plus minoritaire que jamais, prévoit d’amplifier tous ces axes politiques.

Nous irons donc inévitablement vers son échec. C’est pourquoi il est pour nous hors de question

de laisser faire, nous devons agir et rassembler sans tarder.

Manuel Valls affirme pourtant qu’il ne s’agit pas d’une politique d’austérité…

Pierre Laurent C’est une affirmation qui fait rire l’Europe entière. Quand on diminue les dépenses

publiques de 50 milliards d’euros et quand on s’apprête à sacrifier l’investissement public des collectivités

locales, quand les salaires sont tirés sans cesse à la baisse par le chômage, la précarité

et la déréglementation sociale… ne pas admettre qu’il s’agit d’une politique d’austérité est tout

simplement un mensonge.

Par ricochet, cette situation élargit-elle le spectre du rassemblement à gauche en faveur

d’une politique alternative ?

Pierre Laurent La brutalité avec laquelle vient d’être opéré le coup de force de Manuel Valls

pour constituer un gouvernement à sa botte peut réveiller beaucoup d’ardeurs dans le pays.

La critique de la politique gouvernementale est maintenant massive mais cette critique ne suffira plus.

Il faut maintenant construire le rassemblement. (…)

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Lire également :

 

Publié dans France, Liberalisme, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Humanité : « Le gouvernement des patrons »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 août 2014

 

                         Le gouvernement des patrons

 

Éditorial par Patrick Apel-Muller

 

patrick-apel-muller_0

  Manuel Valls s’est précipité à Jouy-en-Josas,

  préférant la grande messe patronale

  aux cérémonies du 70e anniversaire de la libération

  de Paris qu’il a snobées lundi.

  Il installe ainsi son équipe sous le signe

  du gouvernement des patrons,

  le jour même où les statistiques du chômage

marquent une nouvelle dégradation.

 

Applaudi debout par le patronat le plus réactionnaire, le plus virulent, Manuel Valls, après avoir

nommé le financier Emmanuel Macron à l’économie, a communié avec Pierre Gattaz lors de l’université

du Medef. Comme si le pacte de responsabilité et le CICE ne suffisaient pas, le premier ministre a apporté

dans sa hotte la suppression des seuils sociaux afin de diminuer les droits, notamment syndicaux,

des salariés dans les entreprises, l’autorisation du travail du dimanche et, plus que tout, un dogme

qui balaie toute l’histoire du socialisme en France : ce qui est bon pour les patrons est bon

pour le pays.

« Il est absurde de parler de cadeaux faits aux patrons, ce langage n’a aucun sens », puisque ce qui leur

est donné profite à tous, feint-il de croire. Donc, pas un mot des somptueux dividendes – 30,3 % de plus –

que les grandes entreprises se sont versés l’an passé, bien plus que leurs homologues des autres pays

européens !

À peine le Conseil des ministres terminé hier matin, Manuel Valls s’était précipité à Jouy-en-Josas,

préférant la grande messe patronale aux cérémonies du 70e anniversaire de la libération de Paris

qu’il avait snobées lundi. Un symbole spectaculaire : il lui fallait faire immédiatement allégeance aux puissants

oligarques. Il installe ainsi son équipe sous le signe du gouvernement des patrons, le jour même

où les statistiques du chômage marquent une nouvelle dégradation, et alors que l’été a prouvé

combien les ménages sont contraints de se serrer la ceinture. Ce n’est pas à eux que François Hollande

destine la vie en rose, on l’a compris.

Le tandem au pouvoir a-t-il les moyens d’imposer durablement à notre peuple ce tête-à-queue libéral ?

Rien n’est moins sûr. Au sein même de la majorité, des voix grondent. Les électeurs de gauche,

les progressistes, ceux qui ont déserté les urnes n’ont pas abandonné leurs aspirations au progrès social

et à la justice pour emprunter « la porte à droite » que dénonçait Jean Ferrat.

La Fête de l’Humanité sera dans quinze jours le grand forum où ils pourront puiser des forces

et échanger des idées.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans France, l'Humanité, Liberalisme, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’Édito web de l’HUMA TV

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 août 2014

 

Stéphane Sahuc : la balle est dans le camp de la gauche !

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanité – sur youtube

Réalisation : Abrahim Saravaki

« Ce nouveau gouvernement est celui des supporters inconditionnels d’une politique libérale en faillite »

dit Stéphane Sahuc, rédacteur en chef de L’Humanité Dimanche dans son édito web pour HUMA TV.

Il ajoute « Emmanuel Macron le nouveau ministre de l’économie, ancien banquier d’affaires et inspirateur

du pacte de responsabilité est, comme le dit Valls, lui-même « un beau symbole ».

« Un beau symbole » également de la rupture totale avec la gauche et le peuple. »

*

HD426

 

Publié dans France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le billet de Théophraste R.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 août 2014

 

Remaniement :

Le peuple grec envoie ses condoléances au peuple français.

 

Capturecondoléances

L’actualité nous informe qu’un associé

de la banque Rothschild vient d’être nommé

Ministre de l’Économie de la France

et le nouveau conseiller économique

de Hollande est chef économiste de Bank

of America.

(pause)

Maintenant vous pouvez paniquer.

Théophraste R.

PS : M. Valls a dit qu’il ne s’agit pas d’un virage à droite, et pour une fois il a raison.

C’est juste une accélération dans la mauvaise direction.

Publié dans France, Humour, Le Grand Soir, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Au Bourget, Valls offre aux patrons une entrée directe au coeur du dispositif gouvernemental

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 août 2014

 

Au Bourget, Valls offre aux patrons une entrée directe

au coeur du dispositif gouvernemental

 

Par Olivier Dartigolles  – 27 août 2014

 

CaptureValls1

 

  A la tête d’un nouveau gouvernement,

  où tous les Ministres sont désormais alignés

  derrière ses coups de talonnettes et de menton,

  Manuel Valls est allé cet après-midi aux Universités

  d’été du Medef pour déposer aux pieds de Pierre

  Gattaz ce qu’il croit être le cadavre de la gauche.

 

Inutile d’imaginer l’accueil triomphal des patrons réunis à cette occasion, qui, non contents d’avoir déjà obtenus, via le CICE et le Pacte de responsabilité, plus qu’ils n’en demandaient, se sont vus offrir, avec la nomination d’Emmanuel Macron au ministère de l’Industrie, une entrée directe au cœur du dispositif gouvernemental.

Même dans leurs rêves les plus fous, ils n’auraient jamais imaginé, à peine plus de deux ans après son élection, une telle convergence d’intérêts et d’objectifs avec l’homme du Bourget.

Pour la première fois, un Premier Ministre lâche ses coups en stigmatisant par ses moqueries les députés socialistes de sa propre majorité, qui se sont rendus coupables à ses yeux de poser une question : pourquoi serait-il hors de question de changer une politique qui échoue?

Dans les allées de la prochaine Fête de l’Humanité, les forces de gauche, politiques, sociales et citoyennes, se donneront rendez-vous pour échanger construire et agir.

******************************************************************

Valls ovationné, cet après-midi, à la grand-messe du patronat

Capturevalls2

Pour Hollande, Valls et Gattaz, un seul ennemi : la gauche !

Publié dans France, Liberalisme, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Rentrée scolaire : le budget des familles, principale victime

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 août 2014

 

La rentrée scolaire va faire mal au porte-monnaie

 

Sylvie Ducatteau – 27 août 2014

rentree-scolaire

La Confédération syndicale des familles

table sur une hausse des dépenses

de scolarité de 1,35 % pour cette année.

Une augmentation difficile à assumer

pour les foyers modestes.

Guère réjouissant. La Confédération syndicale

des familles (CSF) a annoncé une hausse générale

de 1,35 % du coût de la rentrée scolaire 2014.

 

Publiée hier, cette enquête annuelle intègre les dépenses à la rentrée puis au cours de l’année. Si le prix

des fournitures baisse de 0,27 %, les tenues de sport et les dépenses liées aux assurances scolaires,

en hausse de 12 %, font grimper la facture. Ce sont notamment les changements de cycle – CP, 6e

et seconde – qui coûtent le plus cher :

150 euros pour l’entrée à l’école primaire, 325 euros pour l’entrée au collège et 655 euros

en moyenne pour l’entrée en seconde.

Les dépenses s’envolent même à plus de 800 euros pour les élèves qui intègrent des ­secondes

techniques.

La CSF a une nouvelle fois revendiqué la baisse de la TVA à 5,5 % sur les fournitures scolaires. « L’école

étant obligatoire, ces fournitures sont des produits de première nécessité », argumente la présidente

de l’association, Marie-Françoise Martin.

Certains ménages 
sont obligés d’emprunter

Cette mesure serait bienvenue au regard du poids de la rentrée sur le budget des familles au Smic

ou moins.

Une famille dont un parent perçoit le Smic et le RSA consacre plus de 28 % de son budget

à la scolarisation de ses trois enfants au collège et à l’école primaire.

Pour une personne seule, bénéficiaire du RSA, c’est la moitié de ses revenus.

Et près de 110 % pour une famille (ressources Smic 35h) de cinq ­enfants (en CM2, en 4e,

en 2e bac pro industriel, en 1re scientifique et l’un en BTS).

« Les revenus n’y suffisent pas. Certaines familles sont contraintes à emprunter », déplore Catherine

Conat, responsable politique du secteur éducatif du CSF.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Education nationale, France, SOCIETE | Pas de Commentaire »

« Un banquier ministre de l’économie et de l’industrie : l’impudence de MM. Hollande et Valls » (Attac)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 août 2014

 

ATTAC :

« Un banquier ministre de l’économie et de l’industrie :

l’impudence de MM. Hollande et Valls »

 

Communiqué du 27 août 2014 par Attac France

 

Capturehollande-attac   capture d’écran

  Pour reprendre en main Bercy, François Hollande

  et Manuel Valls ont choisi de nommer un banquier

  au ministère de l’économie. Cette nomination va

  permettre à l’État de servir encore mieux le secteur

  bancaire, ce fleuron de la compétitivité française.

 

Emmanuel Macron connaît intimement la finance. Gérant à la Banque Rotschild, il a mené à bien en 2012 le rachat par Nestlé d’une filiale de Pfizer. Devenu ainsi millionnaire, il est entré quelques semaines plus tard à l’Élysée comme Secrétaire général adjoint.

Pour renforcer la compétitivité de son gouvernement, François Hollande pourrait aller plus loin. Pourquoi ne pas nommer des dirigeants du CAC 40 au gouvernement ? A quand Michel Pébereau (BNP Paribas) au budget, De Margerie (Total) à l’écologie, Luc Oursel (Areva) au commerce extérieur et François Pinault (Kering) à la culture ?

La fusion entre les oligarchies politique et financière se donne en spectacle, au service des grandes multinationales bancaires et industrielles. Celles-ci pilotent aujourd’hui la négociation de l’accord transatlantique de libre-échange (TAFTA). Pour Attac, ces multinationales constituent désormais les vrais détenteurs du pouvoir politique.

Nous appelons les citoyens à participer massivement à la journée européenne pour renverser le pouvoir des multinationales prévue le 11 octobre et à multiplier les actions de harcèlement pacifique contre ces firmes arrogantes, dans le cadre de notre campagne contre les Requins (BNP Paribas, Société Générale) ainsi qu’à l’occasion de la préparation de la conférence climatique de 2015, pour laquelle nous définirons de nouvelles cibles.

Publié dans F. Hollande, Finance, France, Liberalisme, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

12345...10
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy