Dans la nuit, la flamme de l’espoir

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 juin 2014

 

Par Michel Guilloux – 10 juin 2014

 

huma1006

Des idées frémissent, des convergences se cherchent,

avec le souci brûlant de trouver voie commune face

à l’urgence sociale et démocratique.

Le « conseiller de Marine Le Pen à la culture, à la francophonie

et à la liberté d’expression » (sic) avait mis en garde au matin

du 6 juin : gare à celui ou ceux qui chercheraient à « instrumentaliser »

l’événement contre le FN, vitupérant le « complexe médiatico-politique »

et « la propagande historico-politique distillée par une gauche

libérale-libertaire qui a abandonné le peuple et oublié la nation ».

Ouf, si l’on peut dire, tout y était, sauf le père fondateur.

 

Tombant à pic pour rassurer ceux qui s’inquiéteraient dans son camp d’une telle perte de repères historiques. Déjà que l’on ne peut plus utiliser dans une même phrase les mots complot, judéo, maçonnique et bolchevique. Il paraît que Le Pen père rappelle à Le Pen fille que son parti a des racines d’extrême droite, fascistes et antisémites, racines qu’elle aurait mis tant d’ardeur à ripoliner. À la peinture à l’eau. À moins que, pour certains beaux esprits séduits par l’œil du serpent, l’apparence suffise. Par les temps qui courent…

Hier, le président était à Tulle en mémoire des pendus, martyrs assassinés par la division SS Das Reich avant Oradour sur leur chemin vers la Normandie. On attend avec intérêt les communiqués du parti lepéniste. Quant aux propos du chef de l’État, tenus en marge des cérémonies, ils étaient d’une platitude consternante. Comment saluer le martyre de ceux qui étaient mus par l’idéal d’émancipation humaine porté par le programme du Conseil national de la Résistance, lorsque l’on mène une politique d’austérité qui accélère celle de son prédécesseur lui tournant déjà le dos ?

Si certains, jusque dans son parti (d’origine ?), sont « affligés », ils n’en baissent pas les bras pour autant. Des idées frémissent, des convergences se cherchent, avec le souci brûlant de trouver voie commune face à l’urgence sociale et démocratique. Fou qui fait le délicat lorsqu’il s’agit de rallumer la flamme de l’espoir et du changement, la seule à même de mobiliser le peuple. Cette nuit-ci serait-elle plus obscure que celles-là ?

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy