CGT : Jeudi, à Paris, manifestation interprofessionnelle contre le plan Valls

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juin 2014

 

Ce Jeudi,

manifestation interprofessionnelle contre le pacte de Valls

APPEL DE LA CGT

 

humanite.fr – 18 juin 2014

cgt

 

  Après un mois de mai « social » rassembleur et contestataire,

  la CGT lance un nouvel appel à la manifestation

  interprofessionnelle, jeudi 19 juin, à 11h30 à Montparnasse,

  au moment où les cheminots sont en grève depuis une semaine.

 

Intermittents, fonctionnaires, infirmiers, chercheurs… La CGT souhaite que la solidarité interprofessionnelle se fasse

entendre demain dans les rues de Paris face au pacte de responsabilité de Manuel Valls. 

Dans le prolongement du mois de mai « social » (fonctionnaires, cheminots, retraités), qui avait ét2 un franc succès

rassemblant à chaque fois plus de 30 000 personnes, exprimant un « ras-le-bol généralisé » d’une politique

gouvernementale austéritaire, la CGT lance cette fois-ci un appel à la manifestation interprofessionnelle jeudi 19 juin

à 11h30 (Montparnasse-Invalides).

Dans un élan de solidarité envers les cheminots, en grève depuis une semaine contre la réforme ferroviaire

actuellement débattue à l’Assemblée nationale, mais également envers les intermittents du spectacle,

qui contestent majoritairement l’accord du 22 mars, la CGT a souhaité rassembler toutes les luttes sociales

et professionnelles, mobilisées depuis le mois de mai, qui finalement s’opposent à un même adversaire :

le pacte de responsabilité de Manuel Valls, prévoyant 50 milliards d’euros d’économies d’ici 2017.

« Ces situations difficiles que subissent les salariés découlent des politiques d’austérité et du pacte de responsabilité

voulu par le gouvernement Hollande. Les salariés mesurent la nocivité de ces « économies » qui réduisent les salaires,

l’emploi et les services publics. On le voit, il faut rompre avec les politiques d’austérité qui nourrissent chômage

et précarité », argue la CGT dans son appel à la manifestation interprofessionnelle unitaire. 

Publié dans Austerite, CGT, ECONOMIE, France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Réforme ferroviaire : André Chassaigne, invité de LCP (17/06/14)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juin 2014

 

Invité de LCP dans l’émission « çà vous regarde », le 17 juin 2014

Projet de loi de réforme ferroviaire

http://www.dailymotion.com/video/x1zpzgz

sur dailymotion – par LCP

 

Pour un service public unifié du transport ferroviaire

 

A l’Assemblée (16/06/14)

Image de prévisualisation YouTube

sur youtubeDéputés du Front de gauche

Publié dans André Chassaigne, CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, PCF, POLITIQUE, SOCIAL, Sud-Rail, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

La pauvreté alimentaire progresse en France

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juin 2014

 

AUSTÉRITÉ

Moins de 3,5 euros par jour pour manger :

la pauvreté alimentaire progresse en France

 

par Sophie Chapelle  - Basta ! – 17 juin 2014

Capturepauvreté

 

  Plus de 8 millions de personnes sont considérées

  comme pauvres en France, soit 13,5 % de la population

  totale. Ces personnes en situation précaire souffrent

  de la faim et peinent à bénéficier d’une aide alimentaire

  par manque d’information.

 

C’est ce qu’affirme un rapport de Médecins du Monde publié le 12 juin. Sur les 346 patients interrogés par l’ONG, dont 97 % de migrants dans sept centres de soins en France entre avril et mai, une personne sur deux déclare ne pas manger « souvent » ou « parfois » à sa faim. Les deux tiers dépensent moins de 3,5 euros par jour pour se nourrir. Cette somme se réduit à moins de 2 euros pour les personnes à la rue, en squat ou survivant dans des bidonvilles.

Un tiers des très pauvres n’ont pas accès à l’eau courante

« Les besoins d’aide alimentaire sont en forte augmentation avec la crise qui sévit depuis ces dernières années », observe Médecins du Monde. En 2010, plus de 3,5 millions de personnes ont ainsi bénéficié de l’aide alimentaire pour pouvoir subvenir à leurs besoins (+ 25 % par rapport à 2008). Néanmoins, près de la moitié des personnes interrogées ne connaissent pas l’existence des structures d’aide alimentaire. Pour elles, les journées sans repas sont habituelles. Ainsi, plus de 50 % des adultes et 20 % des enfants n’ont pas mangé pendant au moins une journée entière au cours du dernier mois. Un tiers des personnes interrogées déclarent ne pas avoir accès à un réseau d’eau.

Les contraintes budgétaires auxquelles doivent faire face ces populations les orientent bien souvent vers une alimentation défavorable à leur santé. Plus de 3 personnes sur 10 présentent au jour de l’enquête une pathologie chronique ou aigüe en lien possible avec une mauvaise alimentation, « telles que le diabète, l’obésité, les maladies cardiovasculaires, l’ostéoporose ou encore certains cancers », note le rapport (lire notre enquête : L’obésité, une « maladie de civilisation » qui affecte les plus pauvres). Face à ces constats inquiétants, Médecins du Monde recommande de développer des aides alimentaires adaptées et ciblées, de mieux informer les personnes en situation de grande précarité sur leurs droits et les dispositifs existants d’aide alimentaire, et de faciliter l’accès à l’eau et à l’hygiène.

Mettre fin aux arrêtés anti-mendicité

Dans un communiqué, la CGT déplore « une situation intolérable au regard de la richesse du pays ». « Les nouvelles coupes budgétaires induites par le pacte de responsabilité du gouvernement vont contribuer à amplifier les inégalités, en impactant les moyens du service public, des associations et surtout des familles et les personnes les plus en difficultés », prévient le syndicat. Ce dernier appuie Médecins du Monde dans sa volonté de « mettre fin aux arrêtés anti-glanages et anti-mendicité, qui constituent des ressources de dernier recours pour les plus précaires ». Plusieurs arrêtés de ce type ont été pris ces dernières semaines dans des villes comme Aulnay-sous-Bois (UMP), Reims (UMP), Périgueux (UMP) ou Hénin-Beaumont (FN).

Creative Commons License

Publié dans Austerite, France, Pauvrete, SANTE | Pas de Commentaire »

Manifestation des intermittents à Strasbourg

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juin 2014

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaire »

« Otage »: l’overdose

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juin 2014

 

Par José Fort.

Le mot «otage» est utilisé à tort et à travers en ces jours de juste et courageuse grève des cheminots.

Les usagers de la SNCF seraient «otages», nous serions tous «otages» des syndicats alors que, soit dit en passant, ce sont les assemblées générales des salariés qui décident démocratiquement de la conduite de leur mouvement et qui verront leurs feuilles de salaire considérablement réduites à la fin du mois. Membres du gouvernement, parlementaires PS et de la droite, médias à la botte reprennent tous en chœur le mot «otage». L’objectif est clair : employer à dessein ce mot afin de créer une psychose à l’égard des grévistes.

La méthode n’est pas nouvelle. Elle s’applique à l’ensemble des mouvements sociaux. Vous êtes «otages» des contrôleurs aériens lorsque vous partez quelques jours en voyage. Vous êtes «otages» des travailleurs de la RATP. Vous êtes » otages » des routiers, des chauffeurs de taxis, des éboueurs, des ouvriers de la presse etc… Vous n’êtes jamais «l’otage» de la politique gouvernementale et du Medef. Même Alain Rey, spécialiste s’il en est de la langue française, juge « excessif » l’usage de ce mot.

Un otage c’est une personne que l’on arrête, que l’on prive de liberté et dont on menace la vie généralement pour exiger une rançon. C’est quelqu’un qu’on terrorise. Attendre sur un quai de gare un possible train est certainement désagréable mais bien préférable à être couché à terre un pistolet sur la tempe dans une banque où dans le désert irakien.

Publié dans CGT, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

Cheminots : la lutte continue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juin 2014

 

soutien-aux-cheminots

 

  Les cheminots ont de nouveau reconduit leur grève

  mardi pour 24 heures. 3500 cheminots ont manifesté

  à Paris près de l’Assemblée nationale

  pour « faire pression sur les députés », et dans plusieurs

  villes en France, à l’appel de la CGT et SUD-Rail.

 

 

CapturecheminotsparisClic sur l’image (capture d’écran) pour voir la vidéo

  Ce matin, à l’appel de la CGT et de Sud Rail, des centaines

  de cheminots se sont rassemblés à Paris, près de l’Assemblée

  nationale pour dire non à la réforme ferroviaire

  dont l’examen a commencé cet après-midi.

 

D’autres manifestations ont eu lieu à Nantes , Strasbourg, Metz, Lille…

Lille, ce matin

CapturecheminotslilleCapturecheminotslille2

Photos Marc Dubois – CGT Nord

Près de 200 cheminots Sud Rail et CGT ont manifesté devant la gare Lille-Flandres avant de se rendre

à l’hôtel de ville et de voter, à l’unanimité, la poursuite de la grève.

 

SNCF : l’autre réforme que défendent les grévistes

 

Capturecheminotslille1   Lille, ce matin (phto Marc Dubois)

  Alors que le projet ferroviaire entame son parcours

  parlementaire à l’Assemblée nationale, et que la grève

  des cheminots, lancée 
depuis une semaine, a été

  reconduite pour 24 heures, la CGT oppose au texte

  gouvernemental sa propre réforme du rail.

  Décryptage.

 

Voici les propositions pour un réel service public qui devraient être discutées au parlement. 

Aux prises avec des mouvements sociaux d’une ampleur inédite depuis 2012, le pouvoir n’entend pas

lâcher sur ses « réformes ». La bataille du rail devrait entrer dans une nouvelle phase avec la présentation,

à partir d’aujourd’hui, du projet de réforme ferroviaire devant l’Assemblée nationale, que le gouvernement

a refusé de reporter, ne serait-ce que de quelques jours, ce qui aurait permis de donner des chances

à la négociation d’aboutir avec les cheminots.

Il espère ainsi porter un coup décisif à un mouvement que ni la campagne de dénigrement de la grève

relayée médiatiquement auprès de l’opinion, ni la désinformation sur le prétendu « conservatisme »

des cheminots n’ont réussi à enrayer. L’exécutif a-t-il fait le bon calcul ? Rien n’est moins sûr, car le débat

dans l’Hémicycle pourrait aussi permettre de faire la lumière sur les enjeux et les dangers, encore largement

méconnus du grand public, de la réforme gouvernementale, et sur les propositions alternatives

dont les cheminots sont porteurs.

Contrairement aux affirmations rassurantes du gouvernement sur l’unité préservée du service public,

l’UMP et l’UDI ont d’ailleurs bien compris le parti qu’ils pouvaient tirer d’un texte qui « n’est qu’une étape »

vers la « séparation des infrastructures et de la mobilité » (le rail et le train), dixit le député Laurent

Furst (UMP).

En clair, « la préparation de l’éclatement du système » à des fins de « libéralisation complète

du rail », explicite André Chassaigne (PCF-Front de gauche), qui y voit motif à « installer tous les garde-fous

possibles pendant toute la discussion du texte ».

D’où, aussi, la nécessité d’un débat public autour de la réforme et des alternatives en présence dont celle

défendue par la CGT-Cheminots, car elle concerne, au-delà des personnels, la sécurité de l’ensemble

des usagers des chemins de fer.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

Didier Le Reste, ancien secrétaire national de la CGT Cheminots, sur Europe 1

http://www.dailymotion.com/video/x1znphj

sur dailymotionpar Europe1fr

*

Pour Gérard Filoche, membre du bureau national du PS et ancien syndicaliste de la CGT,

les grévistes « défendent le service public pour les usagers ».

« Tous les gens ont leurs transports en jeu derrière cette grève ».

Capturegérardfilochelci

Clic sur l’image pour voir la vidéo

*

La SNCF pour les nuls : Quelques évidences sur la SNCF, les cheminots, la grève,… en vidéo !

Image de prévisualisation YouTube

sur youtubelaveritay

Pétition :  Soutien aux cheminots

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, PETITION, SOCIAL, Sud-Rail, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

Pierre Laurent invité du 12/13 sur France3

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juin 2014

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x1zl49l

sur dailymotionpar Conseil National du Parti communiste français

Publié dans France, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Pierre Laurent appelle à la « reconstruction d’un projet de gauche »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juin 2014

 

Pierre Laurent : vers « la reconstruction d’un projet de gauche »

Pierre Laurent, au micro de France Culture, ce midi

 

Sarah Sudre – 16 juin 2014

pierrelaurent1606

  Face à « l’irresponsabilité » du Premier ministre, d’évoquer

  une éventuelle « mort de la gauche », le secrétaire national

  du Parti communiste français, appelle, au micro de France

  Culture, à la reconstruction d’un projet de gauche.

  Le sénateur accuse également Manuel Valls d’être en

  grande difficulté devant des sujets comme Alstom

ou la grève des cheminots.

Affirmant, ce matin au micro de France Info que la « gauche (pouvait) mourir », le Premier ministre Manuel Valls

se satisfait d’avoir fait preuve de « lucidité ». Pour Pierre Laurent, invité au journal de midi sur France Culture,

« cette déclaration est assez irresponsable de la part de quelqu’un qui est censé conduire la politique de la gauche ».

Las, d’un premier ministre qui tente d’obliger les Français à aller dans sa direction, sans consultation, en se disant,

« il faut arrêter de discuter la politique que je mets en œuvre », le secrétaire national du parti communiste accuse Manuel

Valls de lui-même, « tuer la gauche ». Parce qu’en réalité, «  on voit bien que le premier ministre est en difficulté

car les gens de gauche ne se reconnaissent pas dans la politique du gouvernement », détaille le député européen.

À l’antenne, Pierre Laurent appelle alors à la reconstruction d’un projet de gauche, autre que « celui du gouvernement

actuel ». « Arrêtons d’aller dans cette voie catastrophique », s’insurge-t-il.

« Alors quelle est la recette pour faire vivre la gauche ? » lui demande-t-on. Le rassemblement. D’ailleurs, « au Front

de gauche, les choses bougent. Tout est en train de bouger très vite », explique Pierre Laurent avant de confier

au micro de France Culture qu’il y a une  » volonté d’aller vers un Front beaucoup plus large. Chez les écologistes,

chez les socialistes, beaucoup de choses vont bouger dans les jours qui viennent ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans France, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Huma : Ceux qui détruisent la gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juin 2014

 

Ceux qui détruisent la gauche

 

Par Patrick Apel-Muller  - humanite.fr - 16 juin 2014

 

pcf2

  Dans un alignement de caserne, la presse contrôlée

  par les grands groupes industriels et financiers a repris

  mot à mot les éléments de langage du pouvoir.

  « Il faut savoir arrêter une grève ».

 

  « La gauche peut mourir », a lancé Manuel Valls.

  Comment ne pas en faire le constat quand, malgré le cri de détresse

  et de colère de l’électorat de gauche, un président de la République

  et son premier ministre s’acharnent à en détruire les valeurs,

  à en brouiller les repères, à la dévitaliser ?

 

Élues la rose au poing, les deux têtes de l’exécutif en ont arraché les pétales pour finir

sur un « pas du tout » destiné aux milieux populaires et sur un « à la folie » susurré au Medef. 

Pendant que l’hôte de Matignon tentait de faire peur aux élus socialistes qui rechignent afin qu’ils taisent

leurs indignations, la droite accourait au secours du gouvernement contre les grévistes ! Xavier Bertrand

appelait à la « fermeté » contre une « grève totalement indécente » et des cheminots 

« jusqu’au-boutistes ». Hervé Mariton, un autre des nombreux prétendants à la présidence de l’UMP,

incitait sa formation à avoir « une attitude responsable », à « essayer de faire en sorte que

le gouvernement s’en sorte » en laissant « passer ce texte » au Parlement. Comment, en effet˜, la droite

pourrait-elle refuser que sa politique soit appliquée ? 

Dans un alignement de caserne, la presse contrôlée par les grands groupes industriels

et financiers a repris mot à mot les éléments de langage du pouvoir. « Il faut savoir arrêter une

grève »¹, titre en éditorial le Monde, décalquant l’injonction présidentielle. À sa suite et avec une imagination

de photocopieuse, les grands médias reprennent les clichés sur « la journée noire » et le « refus de la réforme »…

Mais au contraire, les cheminots ont bien une réforme dans leur manche, audacieuse celle-là, défaisant

la dette qui plombe le système ferroviaire, rétablissant l’unité du service public sans laquelle il devient inefficace !

Mais cela, il faut le cacher aux citoyens, rien n’étant plus dangereux, semble-t-il,  que la souveraineté populaire.

C’est pourtant là, dans le coude à coude des luttes, dans les échanges qui éclosent dans la gauche fière

de l’être, dans la construction d’alternatives au libéralisme que l’espoir germera. Pour que la gauche

et notre peuple aient de beaux jours devant eux.

 

 

¹ Dans leur plagiat, ils oublient, ou font semblant d’oublier, la suite de cette citation.

Voici la déclaration de Maurice Thorez dans son intégralité :

«Si le but est d’obtenir satisfaction pour les revendications de caractère économique,

tout en élevant progressivement le mouvement des masses dans sa conscience et son organisation,

alors il faut savoir terminer une grève dès que satisfaction a été obtenue.

Il faut même savoir consentir au compromis si toutes les revendications n’ont pas encore été

acceptées, mais si l’on a obtenu la victoire sur les plus essentielles et les plus importantes

des revendications.» (11 juin 1936) (source)

Publié dans France, l'Humanité, POLITIQUE, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Réforme ferroviaire : les raisons d’une grève massive

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juin 2014

 

Réforme ferroviaire : les raisons d’une grève massive

 

Marion d’Allard - humanite.fr – 6juin 2014

 

cheminots1

 

  Sixième jour de grève pour les cheminots

  contre le projet de réforme ferroviaire.

  Le texte doit être présenté demain à l’Assemblée.

  La CGT et SUD rail appellent à amplifier le mouvement.

 

 

Frédéric Cuvillier voulait croire à une « sortie de crise » jeudi soir, à l’issue de sa rencontre avec les syndicats

de cheminots. Les maigres engagements pris par le secrétaire d’État aux Transports ne suffiront pas.

« Pour la première fois, lors de notre rencontre avec Frédéric Cuvillier, la question du financement du système

a été évoquée », relevait, vendredi soir, Gilbert Garrel, secrétaire général de la CGT des cheminots.

Mais évoquer n’est pas régler. Pour le reste, le secrétaire d’État a mis sur la table certaines propositions pouvant

faire l’objet d’amendements lors du vote du projet de loi que le gouvernement continue de vouloir présenter

demain à l’Assemblée nationale.

Des propositions « qui comportent de nombreuses failles », résument la CGT et SUD rail qui ont appelé

les cheminots « à poursuivre et à amplifier le mouvement ». « Le gouvernement affirme que les réponses apportées

dans ce texte proposé à la signature sont de nature à répondre aux légitimes préoccupations des usagers

et des cheminots. (…) il est évident que ce ne sont pas des engagements de Monsieur Cuvillier sur des amendements

soumis à une validation éventuelle des parlementaires qui peuvent permettre de mettre un terme à ce conflit »,

écrivent Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, et Gilbert Garrel, dans une adresse à François Hollande.

Gouvernement et direction de la SNCF ont beau communiquer à l’envi sur une réforme permettant la « réunification »

d’un système éclaté depuis 1997 et la création de RFF, en mettant en place deux établissements publics (Épic)

chapeautés par un troisième dit « Épic de tête », le projet de loi propose, de fait, de réunifier deux entreprises

en en créant trois.

« Le gestionnaire du réseau (RFF – NDLR) et le transporteur (SNCF – NDLR) seraient deux entreprises distinctes

avec chacune leur propre conseil d’administration, des contrats distincts avec l’État et une production séparée

qui ne permettra pas d’assurer un transport ferroviaire de qualité tout en réalisant les travaux utiles sur les voies »,

rappelle la CGT.

Par ailleurs, le projet de loi n’aborde pas la question du désendettement du système ferroviaire lesté de plus de

40 milliards d’euros de dette en grande partie contractée par l’État lors du développement des lignes à grande

vitesse dans les années 1980, se bornant à en « stabiliser » le montant. Une question du financement pourtant

primordiale en ce qu’elle conditionne le volet social de cette réforme.

En grève reconductible depuis six jours, les cheminots se battent aussi pour ne pas devenir la variable

d’ajustement d’un système
 à l’asphyxie.

***********************************************************************************************

 

Extrait de l’entretien accordé par  Marnix Dressen, spécialiste des conditions de travail

des agents du rail, à Médiapart

« En fait, derrière toutes ces polémiques, se joue bien autre chose : ce que beaucoup reprochent

aux grévistes de la SNCF, c’est de résister, de ne pas se laisser plumer et ravaler au niveau

de leurs camarades cheminots des sociétés ferroviaires privées comme Euro Cargo Rail,

premier concurrent de la SNCF dans le fret ferroviaire.

Toutes ces querelles faites aux cheminots évoquent le passé. De tous côtés, même Nicolas Sarkozy

ne s’en était pas privé, on célèbre, un siècle après sa mort, le grand homme qu’a été Jean Jaurès.

Eh bien écoutons-le affronter Clemenceau le 13 mars 1906, et on percevra peut-être mieux les luttes

des cheminots, même si Jaurès ne pensait pas particulièrement à eux.

« Ces hommes donc, quand ils luttent sont des forces de civilisation.

Et ce qu’il y a de beau chez eux, ce qu’il y a de grand, et d’admirable,

c’est qu’ils ne luttent pas que pour eux-mêmes, c’est qu’ils luttent

pour tous leurs camarades, pour toute leur classe, c’est souvent

qu’ils luttent, qu’ils continuent le combat, sentant bien qu’eux-mêmes

vont être vaincus mais sachant aussi qu’ils préparent pour des efforts

nouveaux et pour des générations nouvelles, des conditions d’existence

meilleures. » »

[mediapart.fr/article/offert/]

 

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, SOCIAL, Sud-Rail, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

12345
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy