Résistances aux antibiotiques : un danger mondial

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 mai 2014

 

L’usage inapproprié des antibiotiques est une grave menace

pour la santé publique selon l’OMS.

 

Sarah Sudre – 2 mai 2014

antibiotiques

 

  L’OMS vient de publier un rapport mondial, alarmant, sur les conséquences

  de la résistance aux antibiotiques. Devenu inefficace chez certaines personnes,

  l’usage inapproprié des antibiotiques est, aujourd’hui, une grave menace

  pour la santé publique, d’ici ou d’ailleurs.

 

Le rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé, intitulé, Antimicrobial resistance : global report on surveillance (Résistance aux antimicrobiens: rapport mondial sur la surveillance) alarme toutes les régions du monde sur notre capacité à résister aux antimicrobiens. Il évoque une réalité certaine sur la résistance aux antibiotiques de sept bactéries différentes, responsables de maladies graves courantes telles que les infections hématologiques (septicémie), les diarrhées, les pneumonies, les infections des voies urinaires et la gonorrhée, dont « chacun, quelque soit son âge et son pays, peut-être touché ». Parce qu’aujourd’hui, « le monde s’achemine vers une ère post-antibiotiques, où des infections courantes et des blessures mineures qui ont été soignées depuis des décennies pourraient à nouveau tuer», a déclaré le Dr Keiji Fukuda, Sous-Directeur général de l’OMS pour la sécurité sanitaire. Si dans des pays où l’accès aux soins reste difficile, expliquant l’inefficacité des antibiotiques en raison de doses administrées trop faibles, dans les pays riches, en revanche,  leur utilisation est devenu excessive, empêchant l’organisme de se créer ses propres anticorps.

*
Certes, l’antibiotique, véritable pilier de la santé de chacun, permet  «  de vivre plus longtemps, en meilleure santé, et de bénéficier de la médecine moderne », décrit le rapport de l’OMS. En revanche, l’Organisation prévient qu’il faut aujourd’hui « modifier la façon dont nous produisons, prescrivons et utilisons les antibiotiques », au risque de ne plus pouvoir et ne plus savoir guérir les personnes souffrantes.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans SANTE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Le gouvernement perd sa majorité absolue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 mai 2014

 

PARLEMENT

Le gouvernement perd sa majorité absolue

 

Frédéric Durand – 2 mai 2014

 

CapturePlacide

En totalisant 265 voix sur 497, Manuel Valls réussit

à faire voter son plan de rigueur et perd,

dans la foulée, la majorité absolue détenue jusqu’ici

par le PS à l’Assemblée nationale.

Pas une voix ne devait manquer. Mais la pilule

des 50 milliards d’euros de réduction du budget

de l’État était visiblement trop dure à avaler.

 

 

Malgré quelques concessions de dernière minute, 41 députés du groupe socialiste à l’Assemblée nationale n’ont pu

se résoudre à voter pour, préférant l’abstention. S’il n’a pas remis en question le vote du texte, ce désaccord

au sein du PS fait perdre au gouvernement la majorité absolue qu’il détenait jusqu’alors. « Nous tenons à féliciter

et à réaffirmer notre soutien aux députés socialistes qui ont refusé, malgré les pressions subies, d’apporter

leur concours à un texte contraire aux engagements qu’ils ont pris devant les électeurs en 2012 », peut-on lire

sur le site des « socialistes contre l’austérité », où figurent quelque 3 500 signatures de responsables et militants

de toute la France. Ils s’ajoutent à la centaine de parlementaires qui avaient lancé un appel réclamant

un « contrat de majorité » au gouvernement. Si tous parmi ceux-là n’ont pas choisi de tenir tête jusqu’au bout

à l’exécutif, leurs velléités n’en éclairent pas moins le malaise qui grandit dans les rangs de la majorité.

« 41 voix, c’est très en deçà du potentiel contestataire », note Rémi Lefebvre, politologue et spécialiste du PS,

qui constate désormais « un vrai décalage entre le centre de gravité idéologique du groupe PS à l’Assemblée

et la ligne gouvernementale ».

CapturePlacide1

 

D’autant que, pour arriver à leurs fins, les proches

du président comme du premier ministre ont exercé

une pression asphyxiante sur les parlementaires

jusqu’au dernier moment. « En allant très vite, Manuel Valls

a contraint les députés à abattre leurs cartes, analyse

Rémi Lefebvre.

 

Tous n’ont pas osé convertir leur contestation en vote contre, face à un premier ministre qui fait ses premiers

pas à Matignon. S’il avait proposé ce vote dans un mois, sans doute se serait-il heurté à une plus forte

opposition. » Mais en obtenant sa majorité sans les voix de la droite et du centre, Manuel Valls évite le scénario

catastrophe.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Assemblee nationale, France, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

La porte du bonheur n’est pas la porte à droite !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 mai 2014

 

Jean Ferrat – La porte à droite

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Publié dans Culture, Musiqe, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Alstom : « On a un mois pour agir et pousser le gouvernement à reprendre les actions de Bouygues »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 mai 2014

 

Alstom :

« On a un mois pour agir et pousser le gouvernement

à reprendre les actions de Bouygues »

 

Sarah Sudre – 1er mai 2014

alstom2

 

  Face au projet de vente « à la découpe » du fleuron

  industriel français, les défenseurs d’Alstom, salariés

  et syndicaux, ont animé ce 1er mai le cortège

  de la CGT 93 avec une proposition : « Nationalisation ! »

 

 

« Non à General Electric et à Siemens, oui à la nationalisation d’Alstom », pouvait-on entendre ce 1er mai

en passant devant le cortège de la CGT 93, réunissant des salariés et des défenseurs des sites d’Alstom

de Saint-Ouen et de la Courneuve. Pour les salariés et les syndicats, « c’est simple, il n’est pas question

de laisser notre entreprise se démanteler dans tous les sens ».

Une vision du fleuron industriel français qui n’est pas perçue de la même façon par le PDG d’Alstom,

Patrick Kron, qui a négocié en secret l’offre du groupe américain General Electric pour le rachat

de sa branche « énergie », à hauteur de 12,35 milliards d’euros. Une vente à la découpe qui ne semble pas

non plus « affoler » le gouvernement, s’inquiétant davantage de l’avancée des négociations du groupe

allemand Siemens dans ses parts de rachat, que du maintien des capitaux d’Alstom en France.

Or, la situation est plus qu’alarmante. « Ce ne sont pas les difficultés d’endettements d’Alstom qu’il faut

remettre en cause mais la volonté de Martin Bouygues, notre premier actionnaire, de stopper

sa participation de 29,4% du capital dans notre entreprise, après avoir récupéré des milliards, au moment

où on a des soucis de trésorerie.

Conclusion : le PDG a mis en place une mécanique de démantèlement. General Electric, s’il devient

actionnaire et qu’il prévoit de maintenir les postes, va rapatrier une partie de nos technologies

aux États-Unis pour consolider la puissance américaine.  Quant à Siemens, c’est un concurrent direct

qui nous court après depuis 2003. On a un mois pour agir et pousser le gouvernement à reprendre

les actions de Bouygues et rendre le capital à Alstom pour créer un vrai projet industriel », revendique

avec précision, Laurent Santoire, délégué syndical CGT Alstom.

Frustrés de ne pas avoir leurs mots dans cette histoire, « la direction empêchant tout dialogue

avec les organisations syndicales », selon Jean-Pierre Monneret, les syndiqués CGT sont, ce 1er mai,

descendus dans la rue pour porter la voix des salariés, « qui se sentent désarçonnés et complètement

abandonnés par les dirigeants d’Alstom mais aussi par l’État », explique Laurent Santoire.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaire »

1er mai sous le signe de la colère – Manif de Lille (vidéo)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2014

 

1er mai sous le signe de la colère

210 .000 manifestants dans toute la France contre l’austérité

 

François Aurel – 1er mai 2014

premier_mai

 

  Dans les rues de la capitale, la tonalité du cortège

  plus fourni que les dernières années, était combative,

  mettant sur la sellette les abandons de François Hollande

  et un Pacte de Responsabilité qui prend aux pauvres

  pour donner aux ultra-riches.

 

La CGT a recensé, ce 1er mai, quelques 210 .000 manifestants dans toute la France, avec des cortèges marquants à Toulouse (6.000), à Bordeaux (10.000) ou à Lille (1.200). A Marseille, les manifestants étaient 20 .000 selon les organisateurs à dire « leur colère « face à la politique d’austérité du gouvernement Valls après le vote – minoritaire, il faut le rappeler – de son programme de « stabilité ». La banderole de tête  du défilé qui réunissait la CGT, SUD Solidaires et la FSU proclamait « Licenciements, bas salaires, précarité austérité : les Bouches-du-Rhône en ont assez ». « Après le temps de la désillusion, la colère monte », a déclaré le secrétaire général de l’UD-CGT à l’origine de six autres défilés dans le département. A Marseille comme à Paris et dans les autres manifestation en régions, les fonctionnaires étaient très mobilisés donnant un avant-goût de l’ampleur que leur mouvement peut avoir le 15 mai prochain.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Manif de Lille

http://www.dailymotion.com/video/x1sfjgm

sur dailymotion

La Voix du Nord

 

Publié dans Austerite, CGT, ECONOMIE, FSU, Luttes, SOCIAL, Solidaires, Syndicats | Pas de Commentaire »

Tour d’Europe des propositions pour sortir de l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2014

 

Les solutions de 5 syndicalistes européens contre l’austérité

Salaires, Smic, emploi, dette… Tour d’Europe des propositions pour sortir de l’austérité

 

Pierre-Henri Lab – 1er mai 2014

manif1mai

 

  Emploi, salaires, protection sociale. La diversité des mots d’ordre,

  d’un pays à l’autre, n’empêchera pas, partout en Europe,

  les salariés d’exprimer le 1er Mai les mêmes préoccupations.

  À 24 jours des élections européennes, les manifestations seront

  aussi l’occasion d’exiger une nouvelle fois une Europe sociale.

 

A lire dans l’Humanité Dimanche ou sur l’Humanité.fr, les points de vue de Luis Casillas, délégué syndical FGTB chez Safran (Belgique); Vincenzo Scudiere, responsable à l’organisation de la CGIL (Italie); Gabriele Bischoff, responsable des questions européennes DGB (Allemagne); Arménio Carlos, secrétaire général de la CGTP (Portugal); Giorgios Koutsoukos, membre du syndicat Poe-Doy (Grèce).

 

Athènes, Bruxelles, Berlin , Lisbonne, Madrid… Des centaines de milliers de salariés sont attendus dans les rues des villes d’Europe à l’occasion du 1er mai. En Belgique, ils défileront contre le projet de réforme de l’assurance chômage qui, s’il est adopté, privera 50 000 demandeurs d’emplois de toute indemnisation.

En Allemagne, ce sont les modalités de mise en œuvre du salaire minimum qui seront au cœur des mobilisations tandis qu’en Italie, les salariés manifesteront en faveur d’un plan de relance et d’investissement.

Derrière ces mots d’ordre différents, on retrouve la mise en cause de la même logique, le refus des politiques d’austérité. Depuis la mise en œuvre du traité de stabilité, de gouvernance et de coordination le 1er janvier 2013, l’Europe s’enfonce dans la crise. Conjugué à la dégradation des finances publiques provoquée par le sauvetage du système financier (1 900 milliards d’euros mobilisés en Europe), l’abaissement de l’objectif de réduction des déficits publics de 3 à 1 dans un premier temps (à terme, l’objectif est l’équilibre budgétaire) a plombé la croissance.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, CGT, ECONOMIE, EUROPE, Humanite Dimanche, l'Humanité, Liberalisme, Luttes, SOCIAL, Syndicats, Union europeenne | Pas de Commentaire »

La manif d’Agnès Bihl, une histoire d’amour qui débute sur une manif…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2014

 

Fabrice Savel

Agnes Bihl a récolté les images envoyées par plus de 700 internautes pour réaliser

le clip de cette chanson qui raconte une histoire d’amour qui débute sur une manif…

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

LA MANIF Agnès Bihl

Publié dans Luttes, Musiqe | Pas de Commentaire »

Charbon australien : la Société Générale respecte-t-elle ses propres règles environnementales ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2014

 

CLIMAT

Charbon australien : la Société Générale respecte-t-elle

ses propres règles environnementales ?

 

par Olivier Petitjean – 30 avril 2014

 

CaptureAbbotPoint  capture d’écran

  Alpha Coal : c’est le nom d’un énorme projet charbonnier,

  dans l’État du Queensland, au Nord-est de l’Australie.

  Ce projet inclut l’ouverture d’une immense mine

  de charbon, la construction d’une ligne de chemin de fer

  et la création d’un terminal portuaire géant à Abbot Point

  – en plein dans l’aire protégée de la Grande Barrière

de corail.

Une banque française, la Société Générale, joue un rôle critique dans le montage financier du projet – sans, apparemment, tenir compte des critères environnementaux qu’elle s’est elle-même fixés. Les Amis de la terre et 350.org ont lancé une pétition pour l’appeler à se retirer d’Alpha Coal.

Si le projet Alpha Coal (dont nous avions déjà parlé ici) se concrétise, 30 millions de tonnes de charbon seront extraites et transportées vers d’autres cieux tous les ans. Soit des émissions d’environ 60 millions de tonnes de CO2 par an, selon une étude de Greenpeace [1] – 1,8 milliard de tonnes sur toute la durée de vie de la mine. La construction de la ligne de chemin de fer et du terminal entraîneront la destruction d’habitats côtiers dans la zone de la Grande Barrière de corail, inscrite au patrimoine de l’humanité. L’UNESCO a d’ailleurs menacé l’Australie de l’inscrire sur la liste du patrimoine mondial en danger.

La Société Générale a été chargée d’étudier la faisabilité économique du projet et de conseiller ses promoteurs dans la recherche d’investisseurs pour en boucler le montage financier. Elle est en première ligne pour apporter elle-même une partie des crédits. Interpellée par la société civile (elle a notamment été nominée l’année dernière aux prix Pinocchio pour son implication dans ce projet australien), la banque française assure s’être dotée des normes et des critères nécessaires pour juger de la légitimité et de l’acceptabilité environnementale du projet. C’est la ligne de défense classique des banques lorsqu’elles se trouvent mises en cause quant à l’impact environnemental de leurs financements (voir par exemple ici à propos de BNP Paribas et du charbon). Il n’y aurait, en somme, qu’à leur faire confiance. Et tant pis si l’application de ces critères n’est ni contraignante ni transparente, et s’il n’y a aucun moyen de vérifier leurs assertions de manière indépendante.

[Lire la suite sur l’Observatoire des multinationales]

Creative Commons License

Alpha-Coal, menace environnementale et climatique planétaire

Publié dans Environnement, Liberalisme | Pas de Commentaire »

GDF Suez : le véritable bilan annuel

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2014

 

IMPACTS SOCIAUX

Le rapport d’activité qui ne plaira pas aux actionnaires de GDF Suez

 

par Ivan du Roy 28 avril 2014

 

gdf_suez_amazonie

  Un poids lourd du CAC 40 et de l’industrie énergétique tient

  son assemblée générale des actionnaires ce 28 avril au Palais

  des Congrès à Paris : GDF Suez.

  Des trouble-fêtes s’y sont invités pour dénoncer plusieurs projets

  énergétiques du groupe et leurs impacts sur le climat

  et les communautés locales.

 

En cause : les barrages construits par l’entreprise française en Amazonie brésilienne et ses investissements dans le secteur du charbon, notamment en Afrique du Sud. Des militants d’Amazon Watch et des Amis de la Terre ont distribué aux actionnaires un « correctif » au rapport d’activités officiel présenté par les dirigeants de l’entreprise (accessible ici).

Un « erratum » loin de la novlangue officielle – financière – des rapports d’activité édités par les grandes entreprises. Où l’on apprend que GDF Suez ne fait pas que « réchauffer les cœurs » et « éclairer le monde », comme le prétendaient ses vœux de bonne année. « En mars 2014, un incendie se déclarait dans la mine de charbon de Morwell, en Australie. Durant trois semaines, les fumées toxiques ont exposé les riverains à une pollution élevée. Société civile et communauté scientifique s’interrogent sur la capacité de l’opérateur de la mine, GDF Suez, à maîtriser les risques », peuvent ainsi lire les actionnaires. Ou encore : « Suite à des inondations sans précédent dans le bassin du Rio Madeira, où GDF Suez construit le barrage de Jirau, un juge brésilien a ordonné à l’entreprise de refaire toutes ses études d’impact environnemental et d’indemniser les victimes » (voir notre dossier sur le sujet). Entre résultats financiers, chiffre d’affaires et montants prévisionnels de dividendes, ce genre d’information fait tâche. D’autant qu’elle ne figure bien évidemment jamais dans la documentation officielle.

Principal actionnaire : l’État français

Autre exemple : les projets de la multinationale en Afrique du Sud. Tristen Taylor, coordinateur de l’organisation sud-africaine Earthlife Africa, est venu spécialement en France pour dénoncer le projet de centrale au charbon de Thabametsi, dans le Nord du pays. Cette centrale de 1800 mégawatts (MW) alimentera en électricité les mines et les usines de raffinage de la zone. Elle sera localisée non loin de celle de Medupi (4500 MW), qui avait suscité une importante mobilisation de la société civile internationale. En plus d’engendrer d’importantes émissions de gaz à effet de serre, ces centrales auront pour effet, selon Tristen Taylor, de transformer en désert une région jusqu’alors préservée, en épuisant toutes les ressources en eau. GDF Suez et son partenaire, l’entreprise minière sud-africaine Exxaro, s’étaient dissimulés derrière une société écran – une simple boîte postale – pour solliciter les autorisations administratives [1]. Parallèlement, les leaders des deux plus importantes organisations indigènes du Brésil ont adressé une lettre ouverte aux dirigeants de l’entreprise (disponible ici). Ils demandent un moratoire sur les projets hydroélectriques de GDF Suez en Amazonie et l’engagement d’un dialogue sincère et transparent avec les peuples autochtones avant tout nouveau projet.

L’erratum au rapport remis aux actionnaires pointe aussi « le lobbying contre le climat » auquel participe GDF Suez. Objectif : que l’Union européenne soit moins ambitieuse en matière de réduction de ses émissions de CO2. Rappelons que l’État français est un actionnaire de référence de l’opérateur gazier, détenant 36% des actions. Qu’en dit Arnaud Montebourg ?

Notes

[1] Sur ce projet de centrale, lire aussi cet article de Mediapart.

Source :  Basta !

Illustration ajoutée par nous

Creative Commons License

Grands barrages amazoniens : lettre des organisations indigènes à la direction de GDF Suez

 

Publié dans Environnement, Liberalisme | Pas de Commentaire »

Alstom : le PDG Patrick Kron « assume » le projet de démantèlement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2014

 

Alstom :

le PDG Patrick Kron « assume » le projet de démantèlement

 

alstom1

 

  Le projet de vente à la découpe du groupe Alstom va marquer

  ce 1er mai 2014. Alors que le PDG du groupe « assume »

  le démantèlement d’Alstom et l’accord avec General Electric,

  le gouvernement tente de sauver la face en arguant avoir

  obtenu un délai avant toute décision.

 

Les syndicats demandent à l’État de prendre ses responsabilités pour “l’emploi et l’industrie”.

Dans un entretien accordé au quotidien Le monde daté du 2 mai, Patrick Kron, le PDG d’Alstom, assume le projet de démantèlement du groupe et son engagement en faveur de la vente des activités énergie d’Alstom au géant américain General Electric (GE).

Dans cet entretien, le PDG confirme sa réputation de « patron à poigne » en traitant avec un certain mépris le ministre de l’économie Arnaud Montebourg qui l’accuse de lui avoir menti sur l’avancée des négociations avec GE. « Je n’ai pas l’intention de polémiquer », affirme Patrick Kron avant de renvoyer Arnaud Montebourg dans ses cordes d’une formule lapidaire : « Je récuse cette accusation (de mensonge). Je me suis dit que tout ce qui est excessif est insignifiant ».

Une façon de balayer d’un revers de la main les propos la parole du ministre du gouvernement de la France scandaleuse.

Mercredi matin, les tractations se poursuivaient sur l’avenir d’Alstom. Devant la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, le ministre de l’Économie et du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a cherché à rassurer par un “ce n’est pas plié”, arguant que le gouvernement a “été entendu” et qu’il y a “un mois pour décider”. 

De son côté, le PDG d’Alstom, Patrick Kron, a concédé un “Il est clair que l’État aura son mot à dire”.

Toutefois, le Conseil d’Administration d’Alstom a annoncé sa préférence pour le projet de vente de ses activités du secteur de l’énergie pour 12,35 milliards d’euros à l’américain General Electric, sans fermer la porte, malgré d’éventuelles contre-offres dont celle de l’allemand Siemens.

Ce projet s’apparente à une véritable braderie d’un fleuron industriel. La division énergie d’Alstom représente environ 70% du chiffre d’affaire du groupe, emploie 65 000 personnes dans le monde dont 9000 en France. Si cette vente permettra, selon le CA d’Alstom, “de renforcer les activités transports” et de “rembourser” la dette de l’industriel français, le solde sera “redistribué à ses actionnaires”.

Un scénario que les syndicats rejettent.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, Liberalisme, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

1...7891011
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy