• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 31 mai 2014

Pour les retraités comme pour les salariés, vivre c’est lutter (manif du 3 juin)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mai 2014

 

Quand la retraite donne des ailes pour lutter

 

cgt retraites

  Le 3 juin, les retraités manifestent pour leurs droits

  et « pour ne pas laisser à ceux qui suivent un monde

  toujours plus injuste ».

  Déjà mobilisés le 1er Mai et lors des journées d’action

  contre l’austérité, ils refusent plus que jamais d’être

contraints à se serrer toujours plus la ceinture.

 

À la pêche, multipliant les allers et retours sous les tropiques, gâteaux, voire gâteux, devant

leurs petits-enfants… Les clichés concernant les retraités ont la peau dure qui les dépeignent

comme des privilégiés échappant aux vicissitudes de la vie, et pire comme des assistés. Une image

construite à dessein afin de faire passer la pilule des mesures d’austérité qui les frappent sous l’air

d’« ils peuvent bien faire un effort ». « C’est insupportable et insultant de se faire traiter de privilégié »,

s’insurge Bruno Loridan, 82 ans, boucher à la retraite depuis 1993. « Je ne l’ai pas volée, ma retraite.

J’ai travaillé près de 45 ans, un beau métier mais des conditions de travail difficiles. Et après cette vie

de labeur, je touche 1 231,46 euros de retraite de la Sécurité sociale », raconte ce Nordiste établi

aujourd’hui à Hem. « Avec la complémentaire et la petite pension de ma femme, cela nous fait

2 100 euros de revenu mensuel », poursuit le retraité qui « refuse de se plaindre » mais qui trouve

que « c’est un peu juste surtout si un jour on doit faire face à la maladie ou à la dépendance ».

À 65 ans, Colette Chastagnol ne mène pas non plus la grande vie. L’ex-magasinière de l’éducation

nationale touche 1 400 euros de pension. « Je vis dans un petit deux-pièces à Paris. Quand j’ai tout

payé, il me reste à peine 500 euros pour me nourrir, les vêtements et les loisirs. » Colette part

rarement en vacances et jamais à l’autre bout du monde. « Je n’ai pas les moyens », glisse-t-elle

en rigolant. Elle s’inquiète surtout des imprévus. « Les soins dentaires sont très mal remboursés.

Dernièrement, j’ai eu une facture de 1 000 euros. Cela pèse beaucoup sur mon petit budget.

Ce qui m’inquiète, c’est l’avenir. C’est rare qu’en vieillissant, la santé aille en s’améliorant. »

POUR COLETTE, BRUNO, JEAN-PIERRE, DONT LES RETRAITES PLAFONNENT À 1 400 EUROS,

« C’EST AUX ACTIONNAIRES DE SE COLLER AUX EFFORTS ».

[...]

LE GOUVERNEMENT MALTRAITE LES RETRAITÉS

Il est bien loin le temps où le PS s’opposait à la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy,

qui en 2010 a reculé l’âge de la retraite de 60 à 62 ans. Élu président, François Hollande a vite

oublié sa promesse de la remettre en cause. Il n’a rétabli le droit à la retraite à 60 ans

que pour les carrières longues. Une décision à l’ampleur vite restreinte puisque dans le même

temps la durée de cotisation a été portée de 41,5 à 43 annuités (pour les salariés nés à partir

de 1973), ce qui interdira, dans les faits, à de nombreux salariés tout départ à la retraite avant 65,

voire 67 ans.

Les retraités comptent aussi parmi les principales victimes du plan d’austérité de Manuel Valls.

Son plan d’économies de 50 milliards d’euros prévoit le gel des retraites de base pour les pensions

égales à 1 200 euros et plus. Une décision qui vient s’ajouter au blocage du niveau

des complémentaires. Une très mauvaise nouvelle qui s’ajoute à la hausse de la TVA

et à l’augmentation des impôts générée par la suppression de la demi-part fiscale pour les retraités

veufs ou divorcés ayant élevé un enfant.

[...]

[Article complet sur humanite.fr]

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Luttes, Pouvoir d'achat, RETRAITES, SOCIAL | Pas de Commentaire »

La Une de Liberté Hebdo

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mai 2014

 

Cliquer sur l’image pour agrandir

Liberté Hebdo 1121

Urgent : Liberté Hebdo a besoin de nouveaux abonnés

 

Publié dans Liberte Hebdo, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Le Revenu de Solidarité Active (RSA) « fête » ses cinq ans !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mai 2014

 

RSA : Cinq ans après, où en sommes-nous ?

 

Sarah Sudre – 30 mai 2014

 

rsa

  Successeur du RMI, le Revenu de Solidarité Active (RSA) « fête »

  ses cinq ans, au moment où la seule croissance est celle du nombre

  de chômeurs et de travailleurs précaires.

  Ralentie par une réforme qui tarde à se concrétiser, l’efficacité

  du RSA est également compromise par son manque de visibilité

aux yeux de tous.

Créé en 2009 pour remplacer le revenu minimum d’insertion (RMI), le RSA garantit aux personnes

sans ressources ou disposant de faibles ressources, un niveau minimum de revenu.

Pour exemple : une personne seule touche 499,31 euros par mois si elle est inactive, et peut

prétendre au RSA « activité », si elle gagne moins de 1 140 euros.

Au total : 3,9 millions de foyers français devraient avoir le droit à cette prestation sociale du Conseil

général. Mais en 2013, le taux d’usagers éligibles qui n’ont pas fait les démarches pour obtenir

le RSA est sans précédent. 1,736 million n’ont  pas touché le Revenu de Solidarité Active,

divisé, selon la situation de chacun, en un RSA socle, un RSA activité et un couplage

RSA socle – RSA activité*, alors qu’ils y avaient droit. Non pas, parce qu’ils n’en éprouvent pas

le besoin, au contraire « 84% d’entre eux sont en dessous du seuil de bas revenus », précise

l’association Aurore, mais parce qu’ils méconnaissent le processus.

De fait, l’État se retrouve chaque année avec un excédent de 5 milliards d’euros sur son budget  « RSA »,

parce que 36% des bénéficiaires du RSA « socle » et  68% des bénéficiaires potentiels

du RSA « activité » n’en profitent pas, malgré eux. Un excédent financier regrettable qui reflète

les défauts de cette prestation. En soulignant fin 2011, le nombre de personnes éligibles passant

à côté du RSA, le comité national d’évaluation « avait jugé modeste l’impact du RSA « activité »

sur le taux de pauvreté du fait du non-recours  », précise l’AFP.

Comment expliquer le non-recours au RSA ?

Les usagers déplorent un manque d’informations et de visibilité du formulaire. Une méconnaissance

du dispositif qui échappe à certains bénéficiaires potentiels. De son coté, l’association Aurore,

évoque une « trop grande complexité et opacité du dispositif », notamment en cas de reprise

d’activité d’un allocataire du RSA.

[Lire la suite sur humanite.fr]

le dossier de presse de l’association Aurore : Faut-il fêter les 5 ans du RSA ?

Publié dans ECONOMIE, France, Pauvrete, PRECARITE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy