• Accueil
  • > EUROPE
  • > Grèce : Syrisa première force politique dans la région d’Athènes

Grèce : Syrisa première force politique dans la région d’Athènes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 mai 2014

 

Grèce : percée de Syriza aux élections locales

 

tsipras

  Ce dimanche, de nombreux Grecs étaient appelés à voter

  dans 325 municipalités et 13 régions.

  Le parti de gauche Syriza s’est affirmé comme la première force

  politique dans la région d’Athènes, qui compte un tiers

  des électeurs grecs.

 

Dans la région de l’Attique qui compte trois des dix millions d’électeurs du pays, la candidate de Syriza Rena Dourou arrive en tête pour le poste de préfet avec près de 24% des suffrages. Le candidat de la gauche anti-austérité Gabriel Sakellaridis à la mairie d’Athènes, est lui en position de se maintenir au second tour avec 20%, soit un point de retard sur le maire sortant soutenu par le Pasok, Georges Kaminis.

Pour la première fois dans la capitale, la droite de Nouvelle Démocratie ne sera pas au second tour. En revanche, le candidat et porte-parole du parti néonazi Aube dorée, Ilias Kassidiaris, arrive en quatrième position avec un score inquiétant de 16% malgré son inculpation, comme la plupart des parlementaires du parti, pour participation à « une organisation criminelle ».

Le succès de Syriza s’amplifierait encore pour les Européennes, selon un sondage à la sortie des bureaux de vote pour l’hebdomadaire Vima. La gauche anti-austérité réaliserait dimanche prochain aux européennes 27,4% contre 22,7% pour la droite qui arriverait en deuxième position. Le scrutin des Européennes coïncide avec le second tour des élections locales, ce qui offre de beaux espoirs pour Syriza qui se maintient dans cinq régions. Huit provinces sont actuellement détenues par le Pasok qui limite la casse au niveau local, alors que les intentions de vote au niveau national et pour les européennes le font apparaître en chute libre.

Avec jusqu’à 9 % des voix au niveau national, et 10,6% dans l’Attique, le KKE¹ (Parti communiste grec, ndlr) se dit satisfait et double son score depuis les législatives de 2012. Il devrait être en mesure de se maintenir au second tour dans plusieurs municipalités.

Un espoir pour les Européennes

Pour Syriza, un tel succès est un signal fort. « Les gens ont, avec leur vote, ouvert une nouvelle voie pour le gouvernement local » s’est réjouit Alexis Tsipras, président de Syriza. « Les élections du 25 mai seront le référendum qui n’a jamais eu lieu sur la politique d’austérité. Ce sera le votre grâce auquel notre pays va retrouver la dignité et une voix en Europe « . Notre pays va envoyer un signal fort à l’Europe et au monde, et la participation sera élevée, plus fort sera le message. Et ce message est : la Grèce n’appartient à personne sauf à ses citoyens. Ils ont le droit de définir leur politique avec comme premier critère le bien communs et les intérêts et les besoins de sa propre population. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

¹ Le KKE réalise de bons scores dans plus de 20 municipalités, à Sérifos avec 49,39% des voix, à Icaria 26,32%, à Πετρουπόλεως 26,32%, à Patras 25.28%, à Skopelos 24,44%, à Kaisarianis 22,32%, à Aliartou 21,54%, à Levadeon 20,95%, 20,39% à Corfou, 19,13% à Tyrnavou, 18,43% à Haidari, 15,42% à Samos, 14,88% à Zagora, 14,86% à Anargiron, 14,79% à Ithaca, 14,05% à Keratsinioy, 13,83% à Aigaleo, 13,39% à Preveza, 13,12% à Korydallou, 13,21% à Fournoi Korseon.  (Source)

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy