• Accueil
  • > CGT
  • > Faire du 1er Mai 2014 un véritable événement au cœur d’un printemps social

Faire du 1er Mai 2014 un véritable événement au cœur d’un printemps social

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

La CGT appelle à un « mois de mai social »

 

Retraites, salaires des fonctionnaires, réformes ferroviaires,

la CGT multiplie les mobilisations

 

Sarah Sudre – 29/04/2014

cgt 1er mai

  Face au plan d’austérité annoncé par le gouvernement Valls,

  la Confédération générale du travail (CGT) en appelle

  à l’irruption des salariés sur la scène sociale.

  Évoquant un « ras-le-bol de s’en prendre toujours aux salariés »,

  l’organisation syndicale organise des mobilisations,

  tout au long du printemps.

 

 « Un beau » 1er mai 

La mobilisation contre la politique d’austérité de Manuel Valls va donner le ton de ce 1er mai 2014. 

La CGT, la FSU, Solidaires et Force ouvrière, qui généralement fait cavalier seul, défileront ensemble.

Cette unité a pour but de « donner corps à notre politique revendicative mais surtout à l’expression nécessaire

des salariés », explique Thierry Lepaon, le secrétaire général de la CGT. 

« Le gouvernement va devoir prendre en compte la colère des salariés qui monte dans le pays, insiste

Thierry Lepaon. « loin du discours tenu au Bourget par François Hollande », le Premier ministre a « tourné le dos 

aux travailleurs, préférant satisfaire le patronat ».

Face à cette « injustice sociale et économique », la CGT encourage l’irruption des salariés sur la scène sociale

dès le 1er mai et avec trois temps forts qui vont rythmer ce printemps « social ».

  • Le 15 mai, stop à la précarisation des fonctionnaires 
  • Le 22 mai, les cheminots prennent Paris
  • Le 3 juin, les retraités se mobilisent pour leur pouvoir d’achat

 

[Article complet sur humanite.fr]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy