• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 29 avril 2014

Le 1er mai : un temps fort pour nos revendications (Thierry Lepaon)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

294 manifestations et rassemblements en France

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

MyCGT

Avec 294 manifestations, défilés et rassemblements recensés ce 29 avril, le 1er mai s’annonce

d’ores et déjà d’une ampleur plus grande qu’en 2013 où 279 manifestations s’étaient déroulées.

Ces manifestations sont organisées majoritairement sur la base de l’appel unitaire confédéral CGT, FSU, Solidaires.

Et l’on note également un élargissement du front syndical dans certaines villes.

Ainsi, l’UNSA appelle aux manifestations de Béziers (Hérault), Dax (Landes), Bastia (Haute-Corse), Limoges

(Haute-Vienne), ainsi qu’aux manifestations dans les Hautes-Pyrénées, en Vendée.

La CFE-CGC appelle à la manifestation de Decize, dans la Nièvre.

La CFDT appelle à la manifestation de Berck (Pas-de-Calais), Strasbourg (Bas-Rhin), Limoges (Haute-Vienne)

et aux manifestations dans les Hautes-Pyrénées.

La CFTC appelle à la manifestation de Perpignan, dans les Pyrénées Orientales et à la manifestation d’Avignon

(Vaucluse).

Dans certains départements, FO a décidé de se joindre aux appels unitaires : en Ile-de-France, en Ardèche,

dans l’Aude, le Calvados, la Charente-Maritime, la Corse du Sud, la Haute-Corse, la Creuse, la Dordogne,

à Montpellier (Hérault), en Ile et Vilaine, dans l’Indre, l’Indre-et-Loire, les Landes, la Haute Loire,

la Loire-Atlantique, la Manche, la Meuse, l’Oise, le Puy-de-Dôme, les Pyrénées Atlantiques, les Pyrénées Orientales,

la Saône et Loire, la Haute Savoie, la Seine-Maritime, le Tarn et Garonne, le Var, la Vendée.

Concernant les organisations de jeunesse L’UNEF appelle de manière unitaire dans les départements de la Gironde,

du Puy-de-Dôme, de la Sarthe, de la Seine-Maritime.

L’UNL appelle de manière unitaire dans les départements de l’Oise, de la Seine-Maritime.

La JOC participera à la manifestation de la Roche-sur-Yon, en Vendée.

Source : CGT  29 avril 2014

Publié dans CGT, France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Faire du 1er Mai 2014 un véritable événement au cœur d’un printemps social

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

La CGT appelle à un « mois de mai social »

 

Retraites, salaires des fonctionnaires, réformes ferroviaires,

la CGT multiplie les mobilisations

 

Sarah Sudre – 29/04/2014

cgt 1er mai

  Face au plan d’austérité annoncé par le gouvernement Valls,

  la Confédération générale du travail (CGT) en appelle

  à l’irruption des salariés sur la scène sociale.

  Évoquant un « ras-le-bol de s’en prendre toujours aux salariés »,

  l’organisation syndicale organise des mobilisations,

  tout au long du printemps.

 

 « Un beau » 1er mai 

La mobilisation contre la politique d’austérité de Manuel Valls va donner le ton de ce 1er mai 2014. 

La CGT, la FSU, Solidaires et Force ouvrière, qui généralement fait cavalier seul, défileront ensemble.

Cette unité a pour but de « donner corps à notre politique revendicative mais surtout à l’expression nécessaire

des salariés », explique Thierry Lepaon, le secrétaire général de la CGT. 

« Le gouvernement va devoir prendre en compte la colère des salariés qui monte dans le pays, insiste

Thierry Lepaon. « loin du discours tenu au Bourget par François Hollande », le Premier ministre a « tourné le dos 

aux travailleurs, préférant satisfaire le patronat ».

Face à cette « injustice sociale et économique », la CGT encourage l’irruption des salariés sur la scène sociale

dès le 1er mai et avec trois temps forts qui vont rythmer ce printemps « social ».

  • Le 15 mai, stop à la précarisation des fonctionnaires 
  • Le 22 mai, les cheminots prennent Paris
  • Le 3 juin, les retraités se mobilisent pour leur pouvoir d’achat

 

[Article complet sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, FO, France, FSU, Luttes, SOCIAL, Solidaires, Syndicats | Pas de Commentaire »

1er mai littéraire et militant à Arras

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

Pour un 1er mai littéraire et militant à Arras :

ça commence maintenant

 

Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale,

les temps forts de la 13e édition.

 

Eugénie Barbezat – 25/04/2014

Capturearras

  A l’occasion du salon du livre d’expression populaire

  et de critique sociale, toute la journée du 1er mai,

  la fête sera dans les rues d’Arras : concerts, fanfare,

  performances, impromptus.

  Tout n’est pas indiqué dans le programme, c’est en vous

  promenant, en flânant et en discutant que vous aurez

  des surprises. En avant première le vendredi 25 à 18h

  une rencontre avec Valère Staraselki et, mardi 29,

  la projection du film de Gilles Perret « Les jours heureux »,

  suivie d’un débat.

Le Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale se déroule le 1er mai à Arras. Au programme de cette 13e édition, ouverte et close par le « Cri du Beffroi », un appel à la littérature poussé cette année par l’auteur et poète Patrick Varetz du haut de l’édifice typiquement nordiste surplombant la place de la Vacquerie, plusieurs temps forts :

Toute la journée, vous serez susceptibles de croiser, dans les rues de la ville, Trilobeats, un drôle de trio déambulant en habit de lumières  au rythme de percussions alliant découverte musicale et burlesque.

Toujours pour les flâneurs, des bouquinistes auront déployé leurs étals sur les trottoirs, tandis que dès les premières heures de la journée, pour un réveil en douceur, Sophie Boulanger fera la lecture des cinq livres nominés du 10e prix Amila-Merckert, le tout accompagné de viennoiseries pour les premiers auditeurs.

Les enfants ne sont pas oubliés puisqu’un « quartier jeunesse » leur est tout spécialement dédié à l’Hôtel de GuÎnes. Ils pourront, entre autres y assister au spectacle (à 10h30 et 15h30) N’oubliez pas de lui parler de moi, proposé par Amandine Dhée et Saso. Ces deux artistes posent leur regard contemporain sur la « Grande Guerre » (1914-1918). Dans un style qui mêle gravité, humour, candeur et tendresse, elles posent la question du héros et de son droit, ou non à la peur !

Au village de livre, situé sur la place de la Vacquerie, juste derrière l’Hôtel de ville d’Arras, les auteurs d’essais, de BD ou de littérature ont rendez vous avec leurs lecteurs qui auront ainsi l’occasion de mettre un visage sur des mots qui les ont fait réfléchir, rêver ou voyager.

Toute une série de débats se tiendront au cœur du salon durant toute la journée :

- à 15h au Théâtre d’Arras le fondateur de l’Humanité sera à l’Honneur : Charles Sylvestre, auteur de de La victoire de Jean Jaurès et vice président des amis de l’Humanité animera une rencontre intitulée : Jaurès au delà du mythe.

- à 17 h, au même endroit, Monique Pinçon Charlot et Michel Pinçon, deux sociologues pour qui recherche et engagement sont indissociables, tenteront de répondre à cette question : de quoi ont peur les riches ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Culture | Pas de Commentaire »

Des communistes pour une refondation ambitieuse du Front de gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

Des communistes pour une refondation ambitieuse

du Front de gauche

Quelle mobilisation, à la veille des élections européennes ?

Lundi, 28 Avril, 2014

 

fdg2804

  L’avenir du Front de gauche, sa stratégie, ses règles

  de vie suscitent des débats parfois vifs en son sein

  et dans les organisations politiques qui le composent.

  Nous publions ici trois tribunes de responsables du PCF.

  Sans tabous, elles abordent le rôle du Parti communiste

  et l’enjeu des élections européennes,

la “forme” Front de gauche…

Dans une tribune collective, quatorze dirigeants du PCF dénoncent une “bataille pour le leadership

du Front de gauche” illisible pour les concitoyens et demandent le respect de “la souveraineté

des composantes du Front de gauche sur leurs choix électoraux comme sur l’ensemble de leurs décisions”.

 

  • « Pour une bataille efficace du PCF«  (Texte collectif)

Par les économistes du PCF : Paul Boccara, Frédéric Boccara, Yves Dimicoli, Denis Durand, Jean-Marc Durand, Nicolas Marchand et Catherine Mills.

L’enjeu des élections européennes est celui d’une autre Europe contre l’austérité et ses ravages sociaux, avec une autre BCE et un autre euro appuyant l’expansion des services publics et l’emploi contre la domination des marchés financiers. Ceci, depuis le PCF, le Front de gauche et d’autres forces en France, en conjonction avec des forces politiques de la gauche radicale de toute l’Union européenne, notamment en Grèce (Syriza), en Allemagne (Die Linke), en Espagne (Izquierda Unida). Il s’agit de donner une perspective aux luttes politiques, sociales et syndicales déjà engagées par les peuples d’Europe en montrant ce qui peut et doit être changé dès l’immédiat pour une autre Europe. Il s’agit ainsi de briser le consensus dominant entre sociauxlibéraux, droite et extrême droite sur la fausse alternative entre fuite en avant fédéraliste et nationalisme : rester dans l’euro sans changer sa logique austéritaire profonde ou sortir de l’euro – dans les deux cas pour des concurrences à la baisse du « coût du travail », sans s’attaquer aux marchés financiers.

Il s’agit de dénoncer les phrases sur l’Europe sociale, en contradiction totale avec ce qui n’est pas fait pour changer le rôle de la BCE. L’apport communiste et des partis de la gauche radicale européenne du PGE est décisif en ce sens. Un fonds européen de développement social et écologique solidaire, financé par la BCE à taux proche de zéro, pour les dépenses de services publics des États, peut être créé dès à présent. Nous exigeons aussi que l’argent de la BCE soit accordé aux banques pour un autre crédit selon des critères précis en faveur de l’emploi. Formellement, les traités européens n’empêchent pas ces deux transformations radicales.

De ce point de vue, on peut déplorer une certaine dérive de Jean-Luc Mélenchon, et du Parti de gauche en France, déséquilibrant le Front de gauche, en s’enfermant dans le « contre » systématique, flirtant avec les idées de « sortie de l’euro », et tournant le dos au programme « l’Humain d’abord » du Front de gauche. Cette dérive a d’ailleurs connu un clair désaveu aux élections municipales. L’apport du PCF dans le Front de gauche, malgré des pertes, a connu des résistances fortes aux élections municipales et repris, voire conquis certaines villes (Montreuil, Aubervilliers, Thiers). Il s’agit de renforcer et élargir le « contre » par du « pour » tout autrement, en développant des propositions radicales, précises : s’attaquer au coût du capital pour d’autres dépenses, d’emploi et d’efficacité (recherche, investissements, etc.) aussi bien pour les services publics que pour l’emploi. Pourquoi la BCE ne le fait-elle pas ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Elections europeennes, IDEES - DEBATS - PHILO, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Alstom : l’indépendance industrielle plutôt que le choix entre la peste et le choléra (PCF)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

Alstom : l’indépendance industrielle

plutôt que le choix entre la peste et le choléra

 

Face au projet de démembrement d’Alstom au profit de l’américain Général Electric, le gouvernement tente une opération avec l’allemand Siemens. Cet emballement ne doit pas se conclure par un choix entre la peste et le choléra. Pour l’intérêt de la France et des salariés du groupe, il faut refuser de laisser partir un fleuron industriel stratégique hors du territoire national.

Le gouvernement français n’a pas à accepter que l’issue des enjeux industriels et stratégiques autour d’Alstom se résume à arbitrer entre deux OPA. L’Airbus industriel énergétique européen évoqué ces dernières heures pour contrer Général Electric, aura comme conclusion un Siemens de l’énergie, déconnecté de la branche transport qui n’y résistera pas. Il s’agit donc d’un marché de dupes.

Il existe une alternative : la constitution d’un grand pôle public de l’énergie et des transports, seule garantie de l’indépendance industrielle de la France. La question de la nationalisation d’Alstom est posée. Elle est possible : de grands clients du groupe comme EDF, la SNCF, la RATP, AREVA, pourraient souscrire au capital d’Alstom dans le cadre de nouvelles conventions de coopérations stratégiques, industrielles et financières favorables à l’emploi et à l’efficacité sociale.

 

Capturepcfalstom   Cliquer sur l’image pour lire le tract

 

  Alstom : contre la finance de nouveaux

  pouvoirs pour les salariés !


Publié dans ECONOMIE, France, Liberalisme, PCF, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Annonces Valls : du chloroforme pour endormir les députés socialistes (PCF)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

Annonces Valls :

du chloroforme pour endormir les députés socialistes

(Olivier Dartigolles)

 

planvalls1

Face à la fronde d’une partie de sa majorité,

Manuel Valls vient de sortir du chloroforme

pour endormir les députés socialistes

jusqu’au vote de demain. Une fois les additions

faites, rien n’a changé. Les 50 milliards de rigueur

budgétaire sont toujours là. 40 milliards d’euros

seront offerts aux entreprises, sans contre-partie,

mais toujours rien pour le pouvoir d’achat

du plus grand nombre.

Les retraités qui touchent moins de 1200 euros ne se verront pas geler la revalorisation automatique

cette année mais leur pouvoir d’achat sera très durement attaqué par l’augmentation de la TVA

et les coups portés au financement de la protection sociale. Idem pour les fonctionnaires.

Le patronat vit un rêve éveillé, bien réel, quand toutes celles et ceux qui ont cru au changement

en 2012 sont matraqués, semaine après semaine, par une politique injuste et inefficace qui aura

comme conséquence, sans un changement de politique, une augmentation de la précarité

et de la pauvreté.

Ce matin, François Bayrou a apporté son soutien au plan qui sera présenté demain au vote

des députés.

Avant lui, des parlementaires de l’UMP ont aussi exprimé leur adhésion tout en demandant que cela

aille plus vite et plus fort. A l’inverse, des députés PS et d’EELV disent leur très vive préoccupation,

leur désaccord avec une orientation pourtant sanctionnée dans les urnes et par l’abstention

lors des élections municipales.

Le renoncement au changement pour toujours plus d’austérité, voilà ce qui caractérise

la politique de Manuel Valls.

Olivier Dartigolles, porte parole du PCF – 28 avril 2014

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Liberalisme, PCF, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

Comment trouver 50 milliards sans casser les protections sociales ni taxer les classes moyennes (Basta)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

Austérité

Comment trouver 50 milliards sans casser les protections

sociales ni taxer les classes moyennes : notre plan alternatif

 

par Agnès Rousseaux 29 avril 2014

 

austérité2

Économiser ou trouver 50 milliards d’euros,

ce n’est pas si compliqué. Et sans taxer les classes

populaires et moyennes, sans amoindrir

les protections sociales, sans affaiblir les services

publics, ni geler les salaires des fonctionnaires.

Basta ! suggère quelques mesures alternatives

au plan d’austérité concocté par le gouvernement

de Manuel Valls :

s’attaquer vraiment aux niches fiscales et aux fraudeurs du fisc, réduire la rente de l’industrie pharmaceutique qui creuse le déficit de la Sécurité sociale ou taxer les milliards de subventions implicites aux banques. Alors aidons Manuel Valls à récupérer ailleurs au moins 50 milliards d’euros !

« Un effort sans précédent de ralentissement de la dépense ». C’est par cet euphémisme débordant de novlangue que le gouvernement veut vendre les 50 milliards d’euros d’économies à réaliser entre 2015 et 2017. Son « programme de stabilité » est soumis au vote (consultatif) de l’Assemblée nationale mardi 29 avril. Objectif : atteindre l’équilibre des comptes publics d’ici 2017. Et surtout, respecter le chiffre magique des 3 % de déficit dès 2015, et les exigences de l’Union européenne. Certains élus socialistes voudraient ramener ce chiffre à 35 milliards. A l’UMP et chez les centristes de l’UDI, on veut pousser encore plus loin, jusqu’à 80 milliards d’économies, voire 130 milliards, avec une coupe de 65 milliards sur les prestations sociales. Au milieu de la guerre des chiffres, il semble déjà acté que moins, c’est mieux : l’État est dispendieux, il faut dégraisser le mammouth, tout le monde doit faire des efforts… Combien de voix, combien d’articles dans la presse, pour analyser la réelle pertinence de ces mesures d’austérité ? Ou pour questionner l’intérêt de voter une déclaration d’intention générale, sans déclinaison précise concernant la mise en œuvre ?

La proposition défendue par Manuel Valls inclut 18 milliards d’euros de dépenses en moins pour l’État, grâce à des « optimisations de ses interventions » (sic) et une « réduction de son train de vie ». Les collectivités locales sont mises à contribution pour 11 milliards d’euros, l’assurance maladie devra fournir un effort de 10 milliards et 11 milliards d’économies seront réalisées sur les autres dépenses de protection sociale. Peu de détails dans le programme de stabilité présenté. Mais sans aucun doute les habituels ingrédients des plans d’austérité : gel des salaires et des retraites, baisses de prestations, coupes budgétaires pour des agences publiques… S’il faut vraiment rééquilibrer les comptes de 50 milliards d’euros (ce qui mérite discussion), pourrait-on faire en sorte que ce ne soit pas les plus pauvres ou les classes moyennes qui trinquent ? Ou les services publics déjà mis à mal ? Les collectivités locales déjà exsangues ? Avec un peu d’imagination et de courage politique, d’autres pistes mériteraient d’être explorées. En voici quelques unes.

1- Niches fiscales : 50 milliards de dépenses inutiles ?

Pour un gouvernement à l’affut de coupes budgétaires, les niches fiscales et sociales constituent un vivier. En 2011, un rapport de l’Inspection des finances a examiné 538 d’entre elles, qui coûtent près de 104 milliards d’euros par an. Verdict : la moitié de ces dépenses (soit 52 milliards) ne sont « pas économiquement défendables ». Et 19% des niches sont jugées inefficaces et sans impact sur l’emploi. Elles coûtent pourtant 11,7 milliards d’euros à l’État.

Des mesures qui ne servent à rien, donc, sauf à ceux qui en bénéficient : quelques milliards qui s’accumulent dans le patrimoine privé des plus riches. Un exemple ? La réduction d’impôt pour l’emploi à domicile, qui vise à lutter contre le travail au noir et à faciliter le développement des services à domicile. Une mesure a priori utile. Sauf que le coût des services à la personne, 6 milliards, a été multiplié par deux en 6 ans. Et que deux tiers de ces niches sont « consommées » par les 10 % des Français les plus riches, estime le rapport de l’Inspection des finances.

Pourquoi ces niches fiscales, inefficaces ou injustes, existent-elles toujours ? Ce sont « de petites niches pour lesquelles il faudrait mener de grands combats », répond Bercy en 2011. En résumé, il faudrait négocier avec des groupes sociaux peu pressés de lâcher un privilège acquis. Le gouvernement dans sa chasse aux dépenses « superflues » osera-t-il s’y attaquer de manière plus offensive ? Pas sûr : le coût total des niches fiscales et sociales atteindra 80 milliards d’euros en 2014, soit 8 milliards de plus qu’en 2013. Une augmentation liée au Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) – baisses de cotisations sociales pour les entreprises – qui coûtera 9,7 milliards d’euros à l’État en 2014, puis 15,7 milliards en 2015. La plus coûteuse des niches fiscales, sobrement réintégrée dans le « pacte de responsabilité » lancé par Manuel Valls, doit permettre la création de 200 000 emplois. Mais d’après une enquête de l’INSEE [1], 32 % des entreprises affirment qu’elles « emploieront exclusivement le CICE pour améliorer leurs marges ». Une niche fiscale qui risque donc de finir en partie dans la poche des actionnaires.

2 – Fraudeurs du fisc : 30 milliards d’euros en moins dans les caisses

[Lire la suite sur Basta !]

illustration ajoutée par nous

Creative Commons License

 

Publié dans Austerite, Basta!, ECONOMIE, France, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Alstom : « On est sacrifié pour la finance »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

Alstom : « On est sacrifié pour la finance » 

 

Fanny Doumayrou – 28/04/2014
*

Entretien avec Christian Garnier, représentant CGT au comité de groupe et délégué syndical

central de la branche Transport d’Alstom.

 

alstom  Comment avez-vous accueilli la nouvelle des tractations

  entre General Electrique et Alstom ?

  Le PDG se fout de notre gueule ! Il y a deux mois, Alstom nous

  a présenté le projet d’extraire du groupe la branche Transport

  (9.000 salariés en France) pour la mettre en bourse et en vendre

  30% immédiatement. A la clé, 182 suppressions de postes

car il fallait faire le ménage avant la mise en bourse. Et la semaine dernière nous apprenons par la presse

qu’il veut boucler dans le week-end l’explosion du groupe. Ce matin (lundi) devait se tenir à Saint-Ouen,

siège d’Alstom Transport, une réunion de négociation sur les 182 suppressions de postes, la CGT a refusé

de siéger. Il est hors de question de discuter de ces suppressions d’emplois, alors que nous ne savons

même pas si le groupe existera encore mercredi. Demain, nous appelons à la grève sur les trois établissements

Alstom Transport de Saint-Ouen.

Que pensez-vous des difficultés du groupe avancées pour justifier la cession à GE ou Siemens ?

Le groupe est en difficulté financière car il a un endettement important, il a été mal géré et a racheté tout ce qui

bouge ces dernières années. Mais il n’est pas du tout en difficulté industrielle, avec 53 milliards d’euros

de commandes. On n’a jamais connu un tel niveau de commandes. Pour la branche Transport, cela représente

5 années de travail ! La vraie explication du projet de vente, c’est que Bouygues, premier actionnaire,

veut faire une plus-value extraordinaire en vendant ses actions, on est sacrifié pour la finance.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, Finance, France, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Le Front de gauche pour la « contraception et l’avortement libres et gratuits partout en Europe »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

Le Front de gauche pour la « contraception et l’avortement

libres et gratuits partout en Europe »

Élections européennes

 

Eugénie Barbezat – 27/04/2014

Les candidats du Front de Front de gauche aux européennes ont rassemblé les mouvements féministes

samedi 26 avril au siège du PCF à Paris dans le cadre des actions de solidarité menées à l’initiative

du Parti de la Gauche Européenne (PGE) pour défendre ce droit des femmes au libre choix d’avoir ou non un enfant.

« Cette journée de solidarité avec les femmes européennes dont le droit à avoir un enfant au moment

où elles le veulent est menacé est l’occasion de réfléchir ensemble aux enjeux du féminisme à l’échelle

de la gauche européenne et de prendre la mesure du travail à accomplir par les futurs représentants

des partis de la gauche progressiste au parlement européen »,  précise Laurence Cohen, sénatrice du Val

de Marne et Responsable droit des femmes/féminisme au PCF qui coordonne les débats et affirme clairement :

« Les listes du front de gauche sont des listes féministes car elles visent à transformer l’Europe pour qu’elle défende

mieux l’égalité hommes/femmes. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans avortement, Droits des femmes, Elections europeennes, EUROPE, Front de Gauche, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Les salariés sabrent le champagne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

Les salariés sabrent le champagne

LVMH

 

Nicolas Dutent – 25 avril 2014

Capturecgtmarne

Dans la Marne, le monde du champagne 
est en grève

depuis début avril. Après trois semaines de mobilisation

continue sur les sites de Reims et d’Épernay, la grève

des employés des cinq maisons de production

de champagne, propriétés de LVMH, a commencé à porter ses fruits avec une première victoire sur les salaires.

Les salariés des entreprises Veuve Clicquot, Moët et Chandon, Krug, Mercier et Ruinart ont depuis hier

de bonnes raisons de sabrer le champagne.

Après trois semaines de mobilisation continue sur les sites de Reims et d’Épernay, la grève des employés

des cinq maisons de production de champagne, propriétés de LVMH, a commencé à porter ses fruits.

À l’issue d’une ultime réunion de négociation qui s’est tenue mercredi, Patrick Leroy, délégué syndical CGT

chez Veuve Clicquot, déroule, satisfait, les avancées obtenues sur son site : « Une subvention de 75 000  euros

au comité d’entreprise qui se traduira par un reversement de 150  euros par salariés en chèques vacances,

quatre embauches en production, une prime de progrès social désormais officielle et non plus aléatoire,

un abondement de 150  euros du plan épargne entreprise et une revalorisation annuelle des salaires de 1,5 %,

contre 1 % actuellement. »

Début avril, la direction avait mis le feu aux poudres en annonçant, à l’ouverture des négociations annuelles

obligatoires (NAO), un recul (– 22 %) de la participation aux bénéfices des salariés de ce groupe pourtant florissant.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, Luttes, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy