• Accueil
  • > France
  • > La nausée, l’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin

La nausée, l’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2014

 

La nausée, l’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin

 

huma2003

L’illusion médiatico-politique n’aura donc pas duré.

Durant quinze jours, à la manière du célèbre proverbe

de Confucius (« quand le sage montre la lune, le sot

regarde le doigt »), la justice de la République montrait

le et les coupables, et pendant ce temps-là, maîtres

en illusions, les affidés voulaient nous forcer à regarder,

tous, dans la mauvaise direction.

Ils souhaitaient que « l’affaire » Sarkozy devienne « l’affaire »

Taubira. La patience a parfois des avantages que la justice

d’un État de droit réclame. Oui, « l’affaire » Sarkozy est

redevenue une affaire d’État. Et pas n’importe laquelle.

 

 

Après la publication par Mediapart d’extraits des fameuses écoutes judiciaires de l’ex-président, les Français découvrent, ahuris, l’accablante opération de corruption mise en place par la Sarkozye. S’ils sont avérés dans les jours qui viennent – comment imaginer le contraire –, ces enregistrements confirmeraient que l’ancien hôte de l’Élysée et son avocat, Thierry Herzog, étaient bel et bien renseignés par le haut magistrat Gilbert Azibert. Nicolas Sarkozy risque d’être accusé de prévarication. Ci-devant, l’un des scandales les plus énormes de la Ve République.

Tout de même, souvenons-nous des jours derniers.

Par une stratégie de contournement qui vient d’exploser en plein vol, tout avait été fait pour que le tumulte des éditocrates nous pousse à oublier les scandales à répétition du pouvoir sarkozyste et, surtout, le scandale des scandales pourtant exposés là, sous nos yeux. Les maladresses et les demi-mensonges du gouvernement avaient bien aidé au détournement d’intérêt. Maintenant c’est fini, retour aux choses sérieuses. Les mots divulgués à la France entière donnent le vertige et montrent à quel point Nicolas Sarkozy, dans l’exercice de la fonction suprême, se moquait éperdument de la justice, des juges et du droit. Ces informations mettent à nu un véritable système élaboré par l’ex-président en personne qui ne visait qu’à avilir la justice de son pays, lui, le garant des institutions. Nous savons désormais que le juge Azibert est directement intervenu auprès de trois magistrats de la Cour de cassation dans l’affaire Bettencourt. Téléphones anonymes, noms d’emprunts, rendez-vous dans une principauté de pacotille pour affairistes sans scrupule, menaces et insultes – « ces bâtards de Bordeaux», s’étouffe Me Herzog en parlant des juges –, le chef de l’État a orchestré un véritable complot contre l’institution judiciaire. De quoi avoir la nausée. Le palais de l’Élysée n’était-il donc que le QG d’une mafia politique dirigée par un cabinet noir ?

La victimisation a fait long feu ; chaque jour un peu plus nous découvrons l’ampleur du mal.

En essuyant ses talons sur « la » politique, le petit bonapartiste des copains et des coquins a abîmé la République. Jusqu’ici, la question de son retour en 2017 ne se posait que par défaut. Si la vie des Français avait vraiment changé depuis l’élection de François Hollande, la peur, légitime, de son retour, aurait été balayée depuis longtemps. Assistons-nous, en direct, à l’arrêt du come-back programmé ?

 

[Lire la suite]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy