Les Criméens font le choix de la Russie

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 mars 2014

 

   Guerre ou paix, l’éditorial de Jean-Paul Piérot

 

huma1703

Le résultat du référendum organisé hier en Crimée

n’était pas encore connu à l’heure du bouclage

de cette édition, mais on ne prenait pas 
un grand risque

en prévoyant que 
la péninsule de la mer Noire choisirait

de revenir dans le giron de la Fédération de Russie

après soixante ans d’appartenance à l’Ukraine.

Les conditions, dans lesquelles s’est préparée et déroulée

cette consultation, n’étaient guère favorables à l’instauration

d’un débat public, contradictoire, équitable, pour ne pas dire serein.

 

Moins d’un mois s’est écoulé depuis la mise en place 
à Kiev d’un gouvernement intérimaire orienté vers l’Union

européenne et les États-Unis, mais largement contesté dans les régions de l’Est et du Sud, qui redoutent

une prise de distance entre l’Ukraine et la Russie.

L’initiative des autorités pro-russes de Crimée, appuyée par Moscou, apparaît comme un moment du bras de fer

engagé contre un nouveau pouvoir à leurs yeux illégitime et, dans le même mouvement, contre 
les puissances

occidentales et atlantiques dont le soutien à l’insurrection de Maïdan n’avait rien de désintéressé.

Pour autant, il serait faux de conclure que le vote de dimanche ne traduit pas l’opinion majoritaire 
des Criméens,

qui se sont rendus massivement aux urnes. Deux heures avant la fermeture des bureaux de poste, les autorités

annonçaient une participation de 73%. Mais c’est un vote de crise, qui conduit les habitants à chercher une issue

dans la séparation, dans la division, dans l’exaltation de l’identité. L’orientation du nouveau pouvoir de Kiev,

non seulement pro-européen – l’Ukraine est évidemment européenne –, mais plus précisément pro-occidental,

pro-Otan, et qui accepte 
en son sein des factions nationalistes et d’extrême droite, 
a favorisé dans la population

une polarisation autour 
de la Russie, que le Kremlin a évidemment exploitée. 
On peut regretter que la Crimée ait

choisi la sécession, mais la responsabilité n’en incombe pas qu’aux organisateurs du référendum. Loin s’en faut.

Le recours aux modifications des frontières, même revendiqué au nom du droit 
à l’autodétermination des peuples,

est toujours facteur 
de risques. Le réalisme va-t-il commander 
aux dirigeants de Kiev et de Moscou de prendre


des mesures d’apaisement et de confiance afin d’éviter une déstabilisation générale de l’Ukraine si d’autres régions

s’engageaient dans la voie empruntée 
à Simferopol ?

[Lire la suite]

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

euronews (en français)

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy