• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 12 mars 2014

La Cour de Babel, de Julie Bertuccelli

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mars 2014

 

La Cour de Babel.

Une prof en or pour un film qui l’est également

 

CapturelacourdeBabel

  La Cour de Babel, de Julie Bertuccelli. France. 1 h 29.

  La cinéaste a inséré sa caméra parmi le groupe

  composé par une classe d’accueil d’un établissement

  scolaire parisien.

  Ils viennent d’un peu partout, sauf de chez nous, et le français

  n’est pas leur langue maternelle. Ils ont entre onze et quinze

  ans et viennent de faire connaissance entre Brésilien,

  Marocain ou Chinois, Chilien, Libyen ou Ukrainien. Le temps

  d’une année, celle où la caméra de Julie Bertuccelli va

  les suivre et observer leurs réactions, ils cohabitent

  dans la classe d’accueil d’un collège parisien, le collège

  de la Grange-aux-Belles, dans le 11e arrondissement,

quartier populaire quoique dans le centre de la capitale.

 

Peu connues du grand public, ces classes accueillent, du primaire au lycée, des gamins dont leurs parents ont choisi la France comme terre de substitution et d’accueil, les enseignants ayant pour charge de leur faire acquérir une connaissance du français suffisante pour intégrer à terme le cursus classique.

Se concentrant sur le cours de français langue seconde, où tous les élèves sont réunis, le film raconte tout au long de l’année le double apprentissage de la langue et de la vie en commun ainsi que les relations qui se créent entre les élèves et avec leur professeur. Ici, contrairement à bien des idées reçues, ces enfants étrangers ne sont ni une charge ni une cause de problèmes. Cela n’empêche ni les débats ni même éventuellement les accrochages, mais à la question de savoir si l’on peut se comprendre sans parler la même langue, la réalisatrice répond fermement par l’affirmative.

Que l’on vienne d’un pays en guerre ou marqué par des affrontements politiques ou religieux, il existe une fraternité que l’on observe dès la séquence d’ouverture où chaque môme apprend à chaque autre à dire bonjour dans sa langue propre. Utopie ? Peut-être mais l’expérience prouve que certaines de ces classes fonctionnent à la perfection.

La bande annonce :

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Publié dans Cinema, Culture | Pas de Commentaire »

Ukraine : « Gagnants et perdants »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mars 2014

 

L’éditorial : « Gagnants et perdants »

 

crimee  Par Jean-Paul Piérot.

  « Il y a un réel danger qu’au nationalisme ukrainien

  réponde une montée du nationalisme russe

  dans les régions orientales et méridionales.

  
On a ouvert une boîte de Pandore.

  Près d’un quart 
de siècle après le démantèlement

de l’Union soviétique, le risque est grand d’assister à d’autres démembrements à l’intérieur

d’ex-républiques, hier fédérées. »

 

Qui seront les gagnants et qui sont déjà les perdants de la crise ukrainienne et de la surenchère

dans laquelle les États-Unis et l’Union européenne d’un côté et la Russie de l’autre se sont engouffrés ?

On mesure aujourd’hui le résultat de la confondante légèreté dont firent preuve les diplomaties occidentales

en laissant croire à une partie de l’opinion publique et des forces politiques de l’Ukraine qu’il leur était possible

de s’affranchir des dures contingences de la négociation pour imposer un changement géopolitique majeur.

 

CaptureSvoboda2

  
Il ne suffit pas d’un discours enflammé ou incendiaire d’un BHL

  dans le centre de Kiev pour abolir la réalité 
de l’Ukraine :

  la diversité linguistique et culturelle, 
les difficultés économiques,

  des frontières héritées 
de la division administrative de l’époque

  soviétique, 
un territoire traversé par les gazoducs russes, 


  sa dépendance énergétique avec la Russie… 


Compter sur une absence de réaction de Poutine 
relevait

d’un coupable aveuglement.

 

L’Ukraine apparaît dès maintenant comme amputée de la Crimée, dont un référendum 
organisé à la hâte

sous le contrôle de Moscou devrait confirmer dimanche prochain le rattachement à la fédération de Russie.

L’appartenance de cette avancée dans la mer Noire à l’Ukraine, résultat d’une décision prise en 1954 par la direction

soviétique, revêtait 
alors une importance secondaire. La Russie et l’Ukraine faisaient partie du même espace politique

et stratégique, l’URSS, dont une grande partie de la flotte mouillait 
dans le port de Sébastopol.

 

Sur le terreau de la désespérance sociale, 
le nationalisme prospère. 

 

CaptureSvobodaCaptureSvoboda1  

Sur les brassards jaunes,

l’ancien emblème du parti

Svoboda,

qui était la WolfsAngel

(ou “Rune du Loup”)

 

 

 

L’extrémisme de droite s’active. Une réalité politique désolante que Laurent Fabius contre toute évidence

a niée hier matin sur France Inter, assurant que le parti Svoboda, qui siège au gouvernement de Kiev,


ne serait pas d’extrême droite. Lors de son congrès de 2004, Jean-Marie 
Le Pen était invité d’honneur

et son président, toujours en fonction aujourd’hui, éructait contre 
« une mafia judéo-moscovite » (sic).

 

Il y a un réel danger qu’au nationalisme ukrainien réponde une montée du nationalisme russe

dans les régions orientales et méridionales. 
On a ouvert une boîte de Pandore. Près d’un quart 
de siècle

après le démantèlement de l’Union soviétique, le risque est grand d’assister à d’autres démembrements

à l’intérieur d’ex-républiques, hier fédérées. Ce genre d’aventures charrie le plus souvent la violence et efface


les solidarités de classe, entre salariés, contre les oligarques, au profit d’alliances funestes autour de la langue,

voire de la religion. L’est de l’Ukraine échappera-t-elle à cette logique suicidaire ? La Crimée elle-même va-t-elle

être le théâtre de confrontations entre Russes, Ukrainiens ou Tatars ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

Illustrations 2,3 et 4 ajoutées par nous

Lire aussi :

 

Publié dans Monde, POLITIQUE, Ukraine | Pas de Commentaire »

« Discrimination de médiatisation » : Le Parti communiste « quasiment absent des antennes »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mars 2014

 

« Discrimination de médiatisation »: Le PCF alerte le CSA

 

pcf_9

  Le Parti communiste français estime être

  « quasiment absent des antennes » face

  à un Front national qui « a table ouverte ».

  Le PCF a annoncé mercredi avoir alerté

le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA)

à propos de la « discrimination de médiatisation »

dont il est victime.

Le Parti communiste a annoncé dans un communiqué de presse ce mercredi avoir été reçu par le CSA.

« Lors de cette audition par la commission Pluralisme et campagne électorale présidée par Francine Mariani-Ducray

et Sylvie Pierre-Brossolette, le PCF a alerté le CSA sur la discrimination de médiatisation dans l’audiovisuel

dont il était victime ».

« Le PCF, formation fondatrice du Front de gauche, qui est représenté par un groupe parlementaire à l’Assemblée

nationale, au Sénat et au Parlement européen, et qui est la troisième force politique en termes d’élus locaux estime

être « quasiment absent des antennes ». Le PCF estime que « les radios et les chaînes de télévision doivent respecter

les exigences de pluralisme et d’équité des temps de parole entre les différentes formations politiques ». Ce qui est

donc loin d’être le cas.

Surtout si l’on compare le sort réservé au PCF avec le Front National. « Il est ainsi inacceptable que le FN, qui n’a

aucun groupe parlementaire et qui n’a que cinq maires de petites communes, ait table ouverte permanente

sur tous les plateaux de télévision et les radios ».  « De la même manière, les débats de fond comme les confrontations

d’opinion concernant les enjeux liés aux élections municipales et européennes sont dénaturés ou absolument pas

traités. Comment ne pas s’étonner de l’abstention qui risque de favoriser la droite et l’extrême droite ? », interroge

encore le PCF.

« Cette alerte utile à notre démocratie appelle une mobilisation populaire pour contrarier le conformisme dominant

et réhabiliter l’action politique citoyenne et pluraliste », conclut le communiqué.

 

Municipales. Le PCF ciblé au Blanc- Mesnil

La gauche antilibérale aurait le vent en poupe dans l’Union Européenne

Le FN et la presse : « Suis-moi je te fuis »

Publié dans Democratie, Elections municipales, France, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy