• Accueil
  • > Austerite
  • > Rigueur et compétitivité : un cocktail toxique pour l’Europe

Rigueur et compétitivité : un cocktail toxique pour l’Europe

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mars 2014

 

Rigueur et compétitivité : un cocktail toxique pour l’Europe

 

Depuis l’éclatement de la crise, les gouvernements européens et la Troïka (la commission européenne, la BCE

et le FMI) mettent en œuvre, de manière plus ou moins violente selon les pays, un « cocktail » de mesures bien établi :

avec d’une part des coupes budgétaires dans les dépenses sociales (austérité), de l’autre des politiques au service

des multinationales et investisseurs privés (compétitivité). Mais ces mesures suscitent de fortes résistances sociales

dans de nombreux pays européens.

 

rigueur

  En Europe, le rouleau compresseur des « réformes » néolibérales

  est placé sous le signe de TINA, le petit surnom de Margaret Thatcher :

  There Is No Alternative (« il n’y a pas d’alternative »). Le programme

  des gouvernements, qu’ils soient conservateurs ou sociaux-démocrates,

  y est partout le même : austérité, compétitivité. Un dogme scandé

  à longueur de journée dans les médias, et ce malgré ses résultats

  catastrophiques : aggravation du chômage, de la crise économique,

tensions sociales… à quoi s’ajoute le retour en force de l’extrême-droite.

Et pourtant, les alternatives existent. D’importants mouvements sociaux se lèvent en Europe depuis les pays

les plus touchés par la crise, qui contestent les privatisations, les reculs sociaux, la mise en pièce de la société

et de la nature par le rouleau compresseur néolibéral. Ces luttes se multiplient, et tentent de se coordonner

au plan européen pour faire émerger un autre projet de société, mettant les besoins écologiques et sociaux

de tous avant les profits d’une minorité. Voici une petite revue des enjeux des politiques menées actuellement

en Europe ainsi que des nécessaires résistances sociales.

 

Quand la compétitivité intoxique la société

 

CaptureRodhocompétitivité  capture d’écran dessin Rodho

  « Compétitivité », le mot est sur toutes les lèvres.

  C’est le seul horizon proposé par les partis politiques

  sociaux-démocrates, de droite ou d’extrême-droite

  pour des « lendemains meilleurs ». Le principe ?

  Les pays européens étant en concurrence, plongés

  qu’ils sont dans la compétition mondiale, ils doivent attirer

  les capitaux et doper leurs entreprises pour garantir

  un niveau d’emploi élevé.

 

Ainsi d’une part, puisque les capitaux circulent librement, les gouvernements doivent se plier aux diktats

des investisseurs : fiscalité aux petits soins, normes environnementales au rabais, droits sociaux à la baisse,

privatisations. De l’autre, ils doivent « doper leurs entreprises » en supprimant les « entraves » au business

et à l’export : cela suppose notamment de baisser les salaires, de supprimer certains droits des travailleurs.

Les employeurs, eux, bénéficient de faveurs : abattements fiscaux, réductions de cotisations sociales, etc.

Des faveurs dont le coût sera financé par l’augmentation des taxes sur la consommation comme la TVA

qui touchent plus directement les couches moyennes ou populaires.

[Lire la suite sur Les Dessous de Bruxelles]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy