• Accueil
  • > Archives pour février 2014

Rythmes scolaires : communiqué SNUipp-FSU (12/02/14)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 février 2014

 

Rythmes scolaires : le SNUipp-FSU rend son « contre rapport »

 

Le SNUipp-FSU rend public son « contre-rapport »sur la réforme des rythmes.

Une enquête qui dresse un bilan de la mise en place 2013 et de la préparation de 2014.

Il fait des propositions concrètes pour faire avancer le dossier, dont la nécessaire réécriture du décret.

 

Cliquer sur les images pour agrandir.

reforme1

reforme2

Une bonne réforme, une réforme réussie, c’est une réforme qui s’appuie sur ceux qui sont chargés de la faire

vivre au quotidien : les enseignants des écoles. Or, que ce soit pour 2013 ou que ce soit pour la préparation

du passage à 2014, cette réforme se fait sans les enseignants, parfois contre eux et n’a pas été articulée

avec des mesures significatives pour le métier en terme de temps, de salaires et de formation continue.

Pour faire avancer ces sujets, le SNUipp-FSU a décidé de leur donner la parole. Il rend public aujourd’hui

le point de vue de 8 000 enseignants et équipes d’écoles dans un « contre-rapport » remis au ministre

ce 12 février au sein du Comité national de suivi de la réforme.

[Lire la suite]

Source illustrations

Télécharger :

- Le contre rapport

- L’analyse du SNUipp-FSU

Publié dans Education nationale, France, SNUipp | Pas de Commentaire »

Humour et Politique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 février 2014

 

Travail et richesses : La vision du Medef !

humour25

vu sur Moissac au Coeur

 

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Qui cultivera le maïs TC1507 ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 février 2014

 

OGM.

Qui cultivera le maïs TC1507 ?

 

Capturemaïs  capture d’écran

  Mardi le Conseil des ministres des Affaires européennes

  n’est pas parvenu à dégager de majorité qualifiée

  concernant l’autorisation de mise en culture de cette plante

  génétiquement modifié (PGM), propriété du groupe américain

  Pioneer.

 

Malgré l’opposition de 19 États sur 28 et l’avis négatif déjà rendu, le 16 janvier, par le Parlement

européen, la Commission a donc acté la possibilité de planter du TC1507 dans les sols de l’UE.

Mais qui le fera ?

Décryptage.

  • Personne pour le moment

Quand bien même la Commission acte l’autorisation de culture, il faudra un certain temps avant que celle-ci ne prenne

tournure. Le site Inf’OGM  détaille ainsi les étapes par lesquelles devra d’abord passer le maïs TC1507 avant de prendre

racine dans nos champs. Entre autres celle d’être enregistrée au catalogue européen des variétés.

Avant cela, la Commission européenne devra avoir publié l’autorisation de culture au Journal officiel, le tout s’avérant

impossible, selon l’organisation de veille citoyenne, d’ici les prochains semis, lesquels doivent débuter dans environ

deux mois.

D’autant que la Commission a les moyens de faire traîner les choses : rien ne la contraint, a priori, à respecter

un quelconque délai, a fortiori de se presser. Encore faut-il qu’elle le décide.

  • La France construit ses barrières

Annulé en août dernier et non remplacé pour le moment, le moratoire par lequel la France faisait valoir sa clause

de sauvegarde pour refuser la culture du maïs MON810 n’a, pour l’heure, pas été remplacé.

Néanmoins, une proposition de loi socialiste sera présentée au sénat lundi 17 février, visant à instaurer l’interdiction

des maïs OGM sur le territoire français. « La mise en culture des variétés de maïs génétiquement modifié est

interdite sur le territoire national » stipule-t-elle dans un article unique se référant au code rural et de la pêche

maritime. « En cas de non-respect de cette interdiction, l’autorité administrative peut ordonner la destruction totale

ou partielle des cultures. »

Résistera-telle mieux aux arguments constitutionnels que ne l’a fait le précédent moratoire ? Oui, estime-t-on

au ministère de l’Agriculture, dans la mesure où il n’était soutenu que par décret. Elle devrait être présentée

le 10 avril devant l’Assemblée nationale.

  • Les pays qui l’ont approuvé seront peu à en planter

C’est sans doute là le plus croustillant. Si le blocage de l’autorisation de mise en culture du TC1507 a été empêché

par le vote favorable de 5 pays sur 28, un seul d’entre eux, seulement, devrait au final cultiver le maïs de Pioneer :

l’Espagne.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Agriculture, Environnement, ETATS-UNIS, EUROPE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

UPM Stracel : Retour sur le lessivage d’une usine rentable

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 février 2014

 

« A Stracel, ils ont jeté le citron après l’avoir pressé » : 

 

5 techniques pour siphonner une usine rentable

 

CaptureStracel   Par Terrains de Luttes et les élus CGT de Stracel

 

  Un cas d’école qui sera demain enseigné    

  aux consultants aux dents longues ?    

  Quand la multinationale finlandaise UPM rachète

  la « Cellulose de Strasbourg » en 1988,  

  les ouvriers de cette usine de production  

  de pâte à papier sont plutôt confiants dans l’avenir.

 

Mais ce rachat ne visait, pour le groupe UPM, qu’à s’implanter sur le territoire français, avec une garantie de pérennité du site de pâte seulement pour 10 ans. La « promesse » prend fin en 1998, avec l’annonce d’un premier plan social massif de 210 salariés, avant l’annonce d’une cession définitive du site en 2012.

Retour sur le lessivage d’une usine rentable.

Le site de production de STRACEL est rentable et l’arrivée d’un grand groupe ne peut qu’être synonyme d’investissements sur le long terme. Et de fait, le site de production va peu à peu s’agrandir, avec notamment la création en 1990 d’une unité de production de papier journal à côté de la vieille chaîne de production de pâte à papier, anciennement nommée Cellulose de Strasbourg. Fin 1999 – début des années 2000, UPM investit même 76 millions d’euros dans un process de fabrication, innovant à l’époque, afin de pouvoir produire le papier couché magazine, un tout nouveau papier brillant et satiné, destiné à la presse écrite.

Mais l’arrivée de ce type de multinationales, hautement capitalistiques, laisse rarement inchangées les logiques comptables qui assuraient jusque-là la rentabilité d’un site de production. Très vite, les représentants du personnel qui siègent au conseil d’établissement, voient défiler devant leurs yeux des comptes de résultats alarmants faisant état de pertes pour leur usine.

La production fonctionne pourtant toujours à plein régime car le marché asiatique est un grand consommateur de papier. Mais par une série de jeux d’écritures comptables l’entreprise a été rendue non rentable. Une manière pour le groupe de ne pas payer d’impôts sur les bénéfices pour ce site et de ramener l’argent vers la holding qui trône au sommet du groupe financier que constitue UPM : le groupe est côté en bourse, à Helsinki et à Londres, le groupe ayant pris la précaution de ne pas déclarer ses cotations boursières en France…

Contrairement à ce que le discours libéral peut laisser croire, les fermetures d’usine ou les délocalisations se font souvent sur des sites de production qui dégageaient de l’argent avant qu’entrent en scène une série de stratégies qui finissent par couler l’usine et entraîner la mise au chômage des ouvriers.

Chose rare dans cette usine, les délégués syndicaux ont sollicité très vite un cabinet d’expertise comptable indépendant, pour porter au jour les malversations internes qui ont mis à terre leur usine. Petit passage en revue des diverses façons de couler une boîte.

Stratégie n° 1 : Les investissements du groupe sont en fait des dettes pour l’usine

[Lire la suite sur Terrains de luttes]

Les ex-salariés de Stracel attendent le délibéré des Prud’hommes

 

La lutte des papetiers de Corbehem doit continuer

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, licenciement boursier, licenciements, SOCIAL | 1 Commentaire »

Municipales Roubaix : Corinne Masiero sur la liste Front de gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 février 2014

 

 

CaptureMasieroC.

  Clic sur l’image pour lire l’article

Publié dans Elections municipales, France, Front de Gauche, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Nouvelle manipulation politique de Jean-François Copé

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 février 2014

 

           L’ordre moral de Jean-François Copé

 

Captureduanyer  capture d’écran

 

  Jean-François Copé, alimente volontairement le vent mauvais

  qui souffle depuis l’extrême-droite. Il se paye le ridicule de

  dénoncer un livre pour enfant paru depuis plus de trois ans.

  Cette attaque est inqualifiable, et le Parti communiste français

  apporte tout son soutien aux auteurs, ainsi qu’aux Editions

  du Rouergue qui publient le plus souvent des textes talentueux

  dans des albums d’une grande qualité graphique.

 

À l’heure où une trentaine de bibliothèques publiques sont victimes de tentative de censure de la part d’extrémistes

qui veulent en purger les rayons de tout ce qui leur déplait, il est grave que le secrétaire général de l’UMP engage

sa formation dans la surenchère, au lieu de défendre les valeurs de liberté de la République.

Jean-François Copé n’a pas un mot devant la fermeture de 21 librairies Chapitre, provoquée par la course au profit

de la filiale d’un fond de pension américain, qui entraîne le chômage pour 500 salariés.

Les communistes, comme ils soutiennent les bibliothécaires et les élus en résistance, se tiennent au coté

des personnels en lutte, qui occupent déjà 10 librairies pour garantir leur avenir.

Ils appellent tous les partisans d’une nouvelle ambition culturelle à partout combattre les dérives liberticides,

 à se mobiliser pour résister à l’effacement de la mission de l’État au service de la culture pour tous, aux baisses

drastiques des budgets culturels de l’État et des collectivités territoriales qui menacent la chaîne du livre

et de la lecture publique.

Communiqué du PCF – 13 février 2014

Voir le dessin de Placide

 

Publié dans France, PCF, POLITIQUE, Propagande - Desinformation, UMP | Pas de Commentaire »

Le Medef veut réduire massivement les droits des demandeurs d’emploi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 février 2014

 

Unedic

Assurance chômage :

        le Medef met sur la table son texte boulet de canon

 

chomeurmanif

 

  Alors que le patronat et les syndicats se retrouvent

  aujourd’hui pour la suite des négociations Unedic,

  le projet patronal s’avère ultrarégressif

  pour les chômeurs.

 

Le patronat a précisé sa thérapie de choc pour les comptes de l’assurance chômage. Révélé sur le site Internet des Échos, le texte qui a été communiqué, hier, aux syndicats propose comme remède au déficit de 4 milliards de l’Unedic de réduire massivement les droits des demandeurs d’emploi. Comme le Medef le laissait déjà pressentir il y a quinze jours, il s’attaque aux régimes des intermittents et aux intérimaires, prétendument trop généreux. Il envisage de les aligner sur le régime général d’indemnisation et « demande à l’État de prendre en charge, s’il considère qu’il relève de l’intérêt général de mieux indemniser les demandeurs d’emploi de l’annexe 8 et 10 (…), le surcoût ».

Respecter les engagements pris au festival d’Avignon

Les intermittents, par la voix de la CGT spectacle, n’ont pas tardé à réagir, estimant « qu’une riposte rapide est indispensable. Il est urgent de rappeler les engagements pris par Michel Sapin et Aurélie Filippetti devant les députés lors du Festival d’Avignon ». Ensuite, l’activité réduite, cumul d’un emploi précaire et d’une allocation, génératrice de trop-perçus pour les chômeurs, est aussi dans la ligne de mire du patronat. Soi-disant pour inciter la reprise d’un emploi, le Medef propose de réduire l’indemnisation, en supprimant le seuil de travail de 110 heures et le plafond de 70 % du salaire antérieur pour en bénéficier, tout comme le plafond de 15 mois pour la durée d’indemnisation. Et envisage aussi que le cumul entre revenu d’activité et allocations soit limité à 80 % de l’ancienne rémunération.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Le représentant de la CGT aux négociations, Eric Aubin, a déchiré ce jeudi devant les caméras le projet de réforme du patronat, qu’il a jugé « inacceptable », à son arrivée au siège du Medef pour une troisième séance de négociation. « La CGT appelle les salariés, les précaires, les demandeurs d’emploi, les intérimaires, les intermittents à se préparer à un rapport de force« , a lancé, Eric Aubin.

CaptureCGTspectacleCliquer sur l’image pour agrandir

1ère riposte des professionnels du spectacle

 

 

 

 

 

 


Lire aussi dans l’Huma :

Publié dans CGT, Chomage, ECONOMIE, France, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Fronde au sein du parti socialiste ? Encore un petit effort pour joindre les actes aux paroles !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 février 2014

 

Appel de la gauche du PS : « Non à la politique de l’offre ! »

 

maurel  Emmanuel Maurel et Jérôme Guedj, signataires de l’appel

  27 membres du bureau national du PS sur 72

  ont signé un appel pour une autre politique.

  Non à la politique de l’offre ! Non à la baisse

  du «coût du travail» disent-ils.

 

« Si 35 % de la direction du parti signe, cela, on peut penser que, à la base, c’est bien plus

que la majorité des adhérents tellement le mécontentement est grand » écrit Gérard Filoche,

également signataire.

 

Extraits de l’appel :

(…) en France, qu’il n’y a pas qu’une seule politique possible.

Or en dépit de la salutaire rupture avec l’ère Sarkozy, l’orientation en matière de politique économique suscite des désaccords et des inquiétudes dans nos rangs.

Nous ne nous reconnaissons pas dans le discours qui tend à faire de la baisse des « charges » et du « coût du travail » la condition d’un retour de la croissance. Il n’y a pas de « charges » mais des cotisations sociales qui sont en réalité du salaire différé.

Et nous sommes inquiets quand nous découvrons que la baisse des cotisations promise aux entreprises s’accompagne d’une réduction de 50 milliards d’euros des dépenses publiques en trois ans, sans même savoir quels sont ceux qui en supporteront les conséquences. Ce qui risque de rogner sur le modèle social français dont les grands principes ont été établis à la Libération.

(…)

La social-démocratie suppose que le parti majoritaire à gauche soutienne les syndicats de salariés pour arracher un compromis au patronat.

Si le Président a été très clair sur les avantages accordés aux entreprises, les contreparties demandées restent floues. Il faudra plus qu’un « observatoire » pour imposer amélioration des conditions de travail, discussion sur les salaires, partage du travail ou multiplication des embauches. D’autant que le MEDEF, par la voix de son président, refuse de rentrer dans une logique de « donnant-­donnant » qui serait pourtant la moindre des choses. En lien avec les déclarations présidentielles, nous insistons sur la double nécessité de ne pas alimenter la rente pour servir l’investissement productif et de faire bénéficier les salariés, par le biais de la rémunération notamment, d’une part de cette aide.

Il n’y aura pas de « compromis social » favorable aux salariés sans mobilisation du parti, des parlementaires, du mouvement social. Salaires, embauches, réduction et partage du temps de travail, droits des salariés, contrôle des licenciements abusifs, modalités de remboursement des aides en cas de non-respect des engagements, politique de redistribution des dividendes : dans tous ces domaines nous devons porter des exigences fortes.

Oui, nous devons les porter, et en toute liberté́. Sachons-nous désintoxiquer des institutions de la Vème République. Tout ne peut procéder d’un seul homme. Les débats politiques ne se règlent pas en brandissant la menace de mesures disciplinaires ou en mettant les parlementaires au pied du mur.

Le PS doit jouer pleinement son rôle. Pour la réussite de la gauche au pouvoir, il faut un Parti autonome, force de propositions, relais des aspirations mais aussi des mécontentements. C’est une des conditions de la réussite commune.

Cette réussite passe aussi par l’implication de la gauche dans toute sa diversité. Il n’y a aujourd’hui de salut pour la gauche française que dans la construction de convergences entre les forces politiques et sociales qui la composent. Au moment où une partie de la droite radicalisée fait jonction avec une extrême droite plus menaçante que jamais, le rassemblement de la gauche est une ardente obligation.

Signataires

27 membres du Bureau National du Parti socialiste (sur 72)  :  Pouria Amirshahi, Tania Assouline, Guillaume Balas, Marie Bidaud, Sandrine Charnoz, Pascal Cherki, Laurianne Deniaud, Stéphane Delpeyrat, Antoine Détourné, Julien Dray, Henri Emmanuelli, Anne Ferreira, Gérard Filoche, Olivier Girardin, Jérôme Guedj, Liêm Hoang-­‐Ngoc, Frédéric Hocquard, Régis Juanico, Marie Noelle Lienemann, Marianne Louis, Fréderic Lutaud, Delphine Mayrargue, Emmanuel Maurel, Jonathan Munoz, Nadia Pellefigue, Paul Quiles Roberto Romero, Jean-­‐François Thomas, Isabelle Thomas

[Lire l’appel sur humanite.fr]

Lire aussi :

 

L’aile gauche du PS met en garde Hollande

Publié dans Austerite, France, Liberalisme, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

« La pauvreté, mon enfer quotidien » (témoignage)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 février 2014

 

Témoignage.

« Objet : désespoir », à retrouver ce mardi dans l’Humanité

 

huma1002

 

 

 

« Quand le frigo est vide, au 10 du mois.

Que l’on ne peut même plus faire

des courses. Des fois, je craque. »

Une femme a envoyé une lettre, au préfet,

aux élus de la République, aux journalistes,

un appel à l’aide.

Ce mardi, elle témoigne dans l’Humanité.

 

 

 

 

 

« Objet : désespoir ». C’est par ces mots en majuscules, soulignés et en caractères rouges,

que débute ce « résumé de vie ». Un appel à l’aide d’une femme de 48 ans, rédigé

par un matin d’hiver dans son deux-pièces de Guéret, dans la Creuse, et qui en dit bien plus

que les dizaines de statistiques publiées sur la pauvreté.

« Mais combien de personnes qui souffrent ? », interroge-t-elle, dans sa lettre. Combien

de femmes et d’hommes survivent, comme elle, à un repas par jour. A faire avec un frigo vide

dès le 10 de chaque mois ? « On en meurt pas », écrit cette femme de 48 ans. On n’en meurt pas,

donc. Mais comment on vit quand il n’y a plus les moyens de vivre ? »

« Je vis seule. Je suis en recherche d’emploi depuis janvier 2013. Je bénéficie d’une reconnaissance

de travailleur handicape. [… ]Je suis résignée, je ne fais qu’un repas par jour, en général le soir,

et puis voilà on en meurt pas – je mets juste ma santé en jeu par ce mode de fonctionnement

alimentaire mais comment faire autrement ? »

[Lire la suite]

 

Publié dans l'Humanité, Pauvrete, SOCIETE | 1 Commentaire »

Humour et Politique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 février 2014

’tention, ça va barder.

gauchepspepe

http://www.legrandsoir.info/tention-ca-va-barder.html

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

1...45678...10
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy