• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 24 février 2014

La lutte au bout des ongles

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2014

 

Sans papiers

La lutte au bout des ongles

 

CaptureVimeo1  par Fanny Doumayrou

  Sans salaire depuis deux mois, les cinq manucures

  chinoises d’une onglerie du 10e arrondissement

  de Paris sont
 en grève avec occupation.

  Elles exigent leur paye, et des papiers !

  Boulevard de Strasbourg, dans le 10e arrondissement

  de Paris, le microquartier de la beauté africaine.

Des boutiques de perruques, de cosmétiques, des salons de coiffure, des ongleries, des rabatteurs qui hèlent

les passantes… Et tout à coup, un drapeau CGT et des tracts en vitrine ! Au numéro 50, depuis dix jours le va-et-vient

des clientes de la boutique Supply Beauty a été remplacé par les allées et venues, d’un autre style, des militants

syndicaux et politiques. Avec le soutien de la CGT et du PCF, cinq Chinoises (quatre femmes et un jeune homme,

en fait), employées à la pose de faux ongles, sont en grève et occupent nuit et jour leur lieu de travail, pour réclamer

leur salaire, et des papiers.

Six jours sur sept et même le dimanche

Au rez-de-chaussée minuscule de la boutique – 15 m2 environ – six postes de travail tout aussi étriqués ont été

installés. Des petits bureaux encombrés de boîtes de faux ongles, d’instruments et de produits chimiques,

où les travailleuses s’activent de 9 h 30 le matin, à… 20, 21, voire 22 heures le soir, six jours sur sept et même

le dimanche en décembre, pour les fêtes. La paye, c’est 50/50 avec le patron, ce qui leur laisse entre 800 et 1 500 euros

chaque mois, précise Lin Mei, quarante-sept ans, la gréviste qui parle le mieux le français. Sachant qu’elles achètent

elles-mêmes le matériel, pour 100 à 200 euros par mois. Au fond de la boutique, un escalier branlant en colimaçon

mène à l’étage : trois pièces transformées en salon de coiffure, où travaillent neuf employées d’origine africaine.

Se faire payer n’a jamais été facile, raconte Lin Mei, qui travaille ici depuis deux ans. Le patron, d’origine ivoirienne,

donne l’argent en plusieurs fois, il faut toujours réclamer. Mais, en décembre, l’homme a carrément disparu.

Depuis, les manucures ont travaillé, un « chef » a continué à encaisser les clientes, mais aucun salaire n’a été versé.

Le lundi 3 février, la coupe est pleine, les Chinoises arrêtent le travail. « Elles sont parties en grève toutes seules !

raconte, admirative, Pascale, secrétaire générale de l’union locale CGT du 10e. Au bout de trois jours, elles ont vu

que ça ne donnait rien, elles sont entrées en contact avec la CGT. On a organisé l’occupation. Maintenant, l’objectif

est de récupérer les salaires dus, et d’obtenir une régularisation pour qu’elles aient les mêmes droits que n’importe

quel salarié français. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

Capturevimeo

 

Lire aussi :

Ian Brossat auprès des grévistes de l’onglerie du 10e arrondissement de Paris

 

 

Publié dans droit du travail, France, Luttes, Sans Papiers - Immigration, SOCIAL, Solidarite | Pas de Commentaire »

Vers un Internet à deux vitesses ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2014

 

NEUTRALITÉ DU NET

Le Parlement européen va-t-il instaurer

l’internet à deux vitesses ?

 

internet  par Mathieu Lapprand 20 février 2014

  La Quadrature du net, association de défense des droits

  et libertés des citoyens sur Internet, sonne l’alarme.

  Un vote déterminant pour la « neutralité du net » se tiendra

  la semaine prochaine au Parlement européen.

  La neutralité du net, c’est le fait que les opérateurs

  de communications se contentent de transmettre les données

  sur le réseau internet sans les filtrer ou les discriminer – ralentir

  certains flux pour en privilégier d’autres, par exemple.

Alors que ce principe est difficilement respecté aujourd’hui par les opérateurs, le texte qui risque d’être discuté

au Parlement vise au contraire à légaliser le filtrage des flux par les opérateurs. A quelques mois des élections,

les parlementaires montrent l’influence déterminante des groupes industriels et leur mépris pour les positions

des associations citoyennes.

La Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE) du Parlement européen votera lundi 24 février

sur une proposition de règlement élaborée par la Commissaire européenne Neelie Kroes. Cette proposition établit

« des mesures relatives au marché unique européen des communications électroniques et visant à faire

de l’Europe un continent connecté ». En clair, le texte a notamment pour objet de définir juridiquement la neutralité

du net et ses éventuelles exceptions.

Un Internet à deux vitesses

Plusieurs commissions ont émis, ces dernières semaines, des propositions d’amendements sur ce texte,

pour protéger la neutralité du net. Mais la rapporteure du projet, Pilar Del Castillo Vera, pourrait soumettre au vote

de la commission ITRE un texte intégrant des « amendements de compromis », sans tenir compte des avancées

des dernières discussions. Résultat : « Le principe de la neutralité du Net est en phase d’être complètement

dénaturé afin de satisfaire les intérêts des opérateurs télécoms », alerte La Quadrature du net.

internet1

Le texte adopté en commission sera soumis

au Parlement. Si cette définition de la neutralité

du net était validée, ce serait la porte ouverte

pour des services internet à la carte. Les consommateurs pourraient avoir à payer à leurs fournisseurs d’accès

à Internet (FAI) des frais supplémentaires pour chaque service en ligne. Les FAI pourraient également bloquer

certains contenus, sans aucune contrôle du pouvoir judiciaire, prévient La Quadrature.

[Lire la suite sur Basta !]

Le site de La Quadrature avec les enjeux du débat : savetheinternet

Un service pour appeler gratuitement les permanences de députés.

Illustrations : http://savetheinternet.eu

Creative Commons License

 

Qu’est-ce que la neutralité du Net ?

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

 

Publié dans Democratie, EUROPE, Liberalisme, LIBERTES, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Blocage des salaires des fonctionnaires… ou pas ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2014

 

Blocage des salaires des fonctionnaires… ou pas ?

La brillante réponse d’un « professeur » des écoles

 

vu sur le blog d’Andrée Oger

reprise d’un article publié par Le Huffington Post

Moi, fonctionnaire, de quel droit gèlerait-on mon salaire?

 

blocagesalaire  par Patrice Heems,  Professeur des écoles

  Il parait que l’État a décidé de geler l’avancement

  des fonctionnaires. Il parait que c’est faux. Il parait

  qu’on y a pensé. Il parait que le « sujet est sur la table ».

  Mais le gouvernement dément formellement

  qu’il envisage la chose.

 

Alors, ça se fera-t-y ? Ça se fera-t-y pas ? P’têt’ bin qu’oui, p’têt’ bin qu’non. Comme d’habitude on verra bien

si ça arrive. Comme d’habitude, il émane de cette rumeur l’impression que des décisions se prennent

à la « va comme je te pousse » selon un système de « brainstorming » sauvage auquel tout le monde est invité

à participer. Quelqu’un, quelque part a une idée. Il s’empresse alors, s’il en a la possibilité, de diffuser cette idée

dans les médias et là, immédiatement, chacun se précipite pour donner son avis, commenter, argumenter,

polémiquer. On crie, on s’insulte, on s’accuse: « Non je ne l’ai pas dit ! Si tu l’as dit ! C’est çui qui dit qui est! ».

Peu importe le sujet.

Et si par bonheur, l’idée lancée en pâture concerne un tant soit peu l’école, alors tout le monde s’empresse

d’emboucher sa trompette pour donner son avis pertinent : « Il faut interdire le scandale de la méthode

globale! »,

« Les instits passent leur temps à montrer des livres pornographiques et pédophiles », « Des transsexuels sont

désormais autorisés à venir dans les classes pour apprendre aux enfants la théorie des genres ».

Et allez ! Pourquoi pas ? Il parait même que le Ministère de l’Éducation Nationale envisage l’achat de 25.000

éléphants pour généraliser les cours de cirque dans les maternelles. Si, si, je vous jure, j’ai reçu un SMS

à ce sujet : preuve que c’est vrai !

[Lire la suite]

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, Education nationale, Fonction publique, France, POLITIQUE, Salaires, SOCIETE | Pas de Commentaire »

4ème paquet ferroviaire : Droit de grève des cheminots en danger

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2014

 

L’Union européenne va-t-elle mettre en danger

le droit de grève des cheminots ?

 

Par Jacky Hénin, Député européen

CaptureJackyHenin

  Le Parlement européen va se prononcer le 26 février à Strasbourg

  sur le quatrième paquet ferroviaire. Ce texte est le dernier en date

  d’une longue série de mesures législatives visant à privatiser le rail.

  Petit rappel :

  ♦  Le premier paquet ferroviaire a posé les bases pour la libéralisation

  du fret et de l’interopérabilité.

 

♦  Le deuxième paquet ferroviaire a privatisé le  fret ferroviaire (depuis, le fret ferroviaire a baissé de moitié

reportant une partie importante du trafic sur la route).

♦  Le troisième paquet ferroviaire a libéralisé les transports ferroviaires internationaux (ce qui a entrainé

une explosion des prix pour les usagers).

Cette nouvelle modification de la législation européenne vise à achever la privatisation du rail.

Comment ? Entre autres par la séparation entre gestionnaires d’infrastructure et opérateurs de transport

(particulièrement problématique pour des organisations aux grosses infrastructures comme Eurotunnel),

et l’obligation pour les collectivités de passer par des appels d’offres, avec les couts supplémentaires

que cela implique, (pour l’instant les collectivités ont le droit d’octroyer directement un contrat de service

public à une entreprise ferroviaire si elles le souhaitent). Même l’avis du comité des régions rédigé

par un élu UMP a critiqué cette remise en cause des droits des collectivités à organiser les transports.

Cerise sur le gâteau, lors du vote en commission transports du Parlement européen le 17 décembre,

un amendement a été ajouté demandant :

             «  un niveau de service minimal en cas de grève dans les transports publics« .

Cette mesure va contre le droit de grève, liberté fondamentale des travailleurs du privé comme du public.

Les travailleurs du rail, premiers à voir les conséquences concrètes d’un projet technique, étaient déjà très

remontés, voilà qui n’est pas pour les rassurer.

Avec le quatrième paquet ferroviaire les conditions de travail des salariés comme la sécurité

du réseau ou les coûts pour les passagers ne sont que des variables d’ajustements permettant

d’augmenter les profits des entreprises ferroviaires.

Le dogme de la concurrence dirige une fois de plus la législation européenne au mépris de l’intérêt général.

Pour mieux réussir à faire passer des mesures profondément impopulaires la technique est bien rodée en Europe,

diviser la législation en plusieurs parties et faire avaler la pilule morceau par morceau. Au besoin ajouter une dose

de complexité par-dessus et arroser de mauvaise foi.

Mais les syndicats ne s’y laissent pas prendre, une mobilisation est prévue le mardi 25 février

devant le Parlement européen. Je serai à leurs côtés.

Le blog de Jacky Henin

Publié dans ECONOMIE, EUROPE, Liberalisme, POLITIQUE, Privatisation, SERVICES PUBLICS, Transports - SNCF, Union europeenne | Pas de Commentaire »

CGT : Pacte de responsabilité : Le MEDEF déroule son programme

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2014

 

Pacte de responsabilité

Le MEDEF déroule son programme

 

cgt-pour-l-emploi-et-contre-le-pacte-de-hollande

  Depuis l’annonce du « Pacte de responsabilité », proposé

  par le Président de la République au MEDEF comme un pacte

  pour l’emploi, celui-ci était sommé d’afficher ses engagements.

  Il vient de le faire en réussissant le tour de force

  de ne présenter aucune proposition qui concerne l’emploi.

  Il encaisse le chèque de 30 milliards de suppression

  de la cotisation famille, et confirme les 20 milliards du Crédit

Impôt Compétitivité Emploi.

Il ne prend aucun engagement, ni en termes d’emplois (un million d’emplois en 5 ans, c’est le rythme naturel

de création d’emplois !) ni en termes de relance de l’investissement (renouveler les capacités de production,

c’est le fonctionnement normal d’une entreprise !).

En focalisant sur les engagements du gouvernement dans le cadre du « Pacte de responsabilité », le MEDEF

cherche à échapper à l’évaluation et au contrôle de l’enveloppe globale des 230 milliards d’euros d’aides publiques

aux entreprises, sous forme d’exonérations sociales et fiscales. Cela au moment où il exhorte les chômeurs

à justifier du moindre euro dépensé dans le cadre de l’assurance chômage.

Le MEDEF ne s’engage sur rien, échappe à ses responsabilités et refuse de rendre des comptes,

osant même appeler à un moratoire sur les lois qui « stressent les patrons ».

L’injonction faite aux parlementaires d’un moratoire législatif n’est ni plus ni moins que la remise en cause

de la légitimité de la représentation nationale à produire des lois. C’est la cohésion nationale et le respect

des droits des salariés et de leurs représentants qui sont visés. Dans le collimateur de l’organisation

patronale :

les avancées acquises et votées sur la pénibilité, l’apprentissage, les stages, les contrats de générations

pour les PME, la consultation du comité d’entreprise en cas de revente de l‘entreprise.

C’est insupportable.

Le « Pacte de responsabilité » donne l’occasion au MEDEF de dérouler son programme. Le projet

soumis à discussion n’est rien d’autre que sa feuille de route !

Lors de la réunion entre représentants patronaux et syndicats le 28 février prochain, il sera impératif de changer

de cadre. La CGT y portera des propositions en faveur de l’emploi, des salaires, et de la protection sociale.

Pour que soient mises à l’ordre du jour des négociations avec les représentants des employeurs, des mesures

en faveur des salaires, de la reconnaissance des qualifications, de la protection sociale et de l’emploi stable

et de qualité, il est indispensable que les salariés investissent le terrain social.

La CGT les invite à se mobiliser dans les prochaines semaines et notamment le 18 mars et le 4 avril.

Montreuil, le 19 février 2014

Publié dans CGT, ECONOMIE, F. Hollande, France, Liberalisme, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Marché transatlantique : c’est trop grave ! Le peuple doit être consulté.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2014

 

Marché transatlantique :

          c’est trop grave ! Le peuple doit être consulté.

 

Capturestoplibrechange

  Par Patrick Le Hyaric

  C’est sans doute la ministre, Mme Fleur Pèlerin, qui a le mieux

  caractérisé le sens du voyage d’état de F. Hollande aux Etats-Unis.

  Il était « venu donner des preuves d’amour aux patrons ».

  Et le peuple alors ? A quel sentiment a-t-il droit ?

  De fait, en faisant participer M. Gattaz au dîner d’État,

en se rendant auprès du grand patronat à San Francisco

et en donnant l’accolade au leader du mouvement de novembre 2012, dit des « pigeons », opposé à l’impôt

sur le capital, le Président de la République a malheureusement une nouvelle fois montré quels intérêts il servait.

Nous en sommes au point où la droite n’a même plus le loisir de critiquer les choix économiques, sociaux

et internationaux actuels, puisque ses idées sont mises en œuvre. M. Copé et d’autres en sont réduits

à la surenchère jusqu’à commenter bêtement la qualité de livres pour enfants et à faire courir des rumeurs sur feu

la loi sur la famille ou cette fumeuse prétendue « théorie du genre » à l’école.

Au cours du voyage présidentiel aux Etats-Unis, n’ont jamais été évoqués : ni les affaires d’espionnage par la NSA,

ni le sort de Snowden et d’Assange, ni Guantanamo, ni les enjeux du désarmement pas plus que les largesses

fiscales dont bénéficient des groupes comme Google. Par contre, le Président de la République a de fait poursuivi

sa mue, se dépouillant définitivement des quelques oripeaux sociaux-démocrates qui l’encombraient encore.

En appelant à « accélérer les négociations sur le projet de marché transatlantique, pour une conclusion rapide »,

M. Hollande a donné satisfaction aux organisations patronales allemandes et au Medef qui, dans une déclaration

commune, le réclamaient.

[...]

Ce projet est extrêmement dangereux pour nos vies quotidiennes. Il poursuit plusieurs buts :

tenter de faire face à la crise des débouchés que provoquent les politiques d’austérité en attisant la guerre

économique pour offrir des « marchés » d’exportation aux grandes firmes en éliminant toutes les barrières

douanières et surtout en harmonisant vers le bas toutes les règles du commerce et les normes sociales, sanitaires,

alimentaires ou environnementales. Toutes les mesures de protection sociale comme le salaire minimum garanti,

les précautions sanitaires, la qualité de l’alimentation, les services publics, la création culturelle, la protection

des consommateurs, les droits d’auteurs, l’épargne, seraient alignées sur des « règles mondiales édictées

par le grand capital international » pour augmenter encore ses marges et ses profits.

[...]

M. Hollande connaît si bien ces dangers qu’il s’est écrié devant M. Obama au cours d’une conférence de presse :

« Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon, nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs,

de menaces et de crispations ». Quel terrible aveu ! Quelle négation de la démocratie. Cela ressemble

à une tentative de coup de force dans le dos des populations française et européennes. (…)

[Lire l’article complet sur patrick-le-hyaric.fr]

Capturestoptafta

 

 

 

À lire :

Publié dans ECONOMIE, ETATS-UNIS, EUROPE, F. Hollande, Liberalisme, POLITIQUE, SOCIAL, Union europeenne | Pas de Commentaire »

À la Une de l’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2014

 

Ce lundi dans l’Humanité :

Ukraine, le vrai carburant du soulèvement

 

huma2402

Au lendemain du départ de Viktor Ianoukovitch,

notre envoyé spécial est allé à la rencontre

d’Ukrainiens qui n’en pouvaient plus

des injustices sociales et de l’arrogance

des oligarques.

« Pourquoi nous nous sommes soulevés ».

« Salaires et retraites de misère, chômage,

ça suffit.”

Si une majorité d’Ukrainiens ont soutenu le mouvement

qui a conduit à la destitution, samedi, du président

Ianoukovitch, la détresse sociale fut au centre

du mécontentement politique. C’est elle qui a porté

ces aspirations au changement que l’on retrouve

dans toutes les conversations.

Retrouvez le reportage de notre envoyé spécial à Kiev.

♦ Trois défis à relever d’urgence

Si un accord politique a ramené un calme précaire dans la capitale, le pays reste traversé de tensions fortes.

Les extrémistes sont en embuscade. L’Est parait peu enclin désormais à accepter les décisions de Kiev

et l’économie est exsangue.

♦ L’UE ne promet pas la lune aux manifestants… Juste la Grèce.

Face aux énormes problèmes économiques du pays, plusieurs ministres des Affaires étrangères européens

promettent d’aider l’Ukraine à obtenir… un prêt du FMI.

♦ Portrait : Ioulia Timochenko, une oligarque entrée en politique

A peine libérée de prison, l’ex-Première ministre et leader de la révolution orange fut au coeur des luttes

de clans qui ont fait système dans l’Ukraine de ses deux dernières décennies.

[Lire la suite]

 

Publié dans l'Humanité, Monde, POLITIQUE, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy