Chez Auchan, promo sur le licenciement !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 février 2014

 

Cactus

Chez Auchan, promo sur le licenciement !

 

CaptureAuchan

  Cactus. La mère d’une caissière a malencontreusement

  utilisé la carte de fidélité réservée à sa fille. Résultat ?

  Trois euros de « préjudice» pour le magasin et mise

   à la porte de l’employée !

Manque de bol, cette dernière ne s’est pas laissé faire…

Ils sont bien embêtés chez Auchan. Depuis une semaine, le mastodonte de la grande distribution se contorsionne pour éteindre l’incendie médiatique autour d’une affaire de licenciement retentissante. Imaginez : une jeune caissière virée illico d’un magasin du groupe pour avoir causé, involontairement, un préjudice de… 3 euros. C’est pourtant la mésaventure arrivée à Adélaïde, une étudiante à la fac d’Amiens qui rentre tous les week-ends chez ses parents et travaillait neuf heures chaque samedi au supermarché de Péronne (Somme) pour payer ses études.

Pendant dix-huit mois, la direction de cet établissement n’a pipé mot. Rien à redire. Jusqu’à ce jour de septembre 2012. Sa mère doit organiser un pot de départ pour l’association dont elle s’occupe. Elle se rend au supermarché où travaille sa fille et réalise une trentaine d’euros d’achats. Au moment de régler, elle donne machinalement la carte de fidélité de sa fille pour créditer les points. Fatale erreur. Car la maman n’aurait jamais dû se trouver en possession de ladite carte. Réservée uniquement aux employés du supermarché, cette « carte collaborateur » leur permet de bénéficier d’un bon d’achat de 10 % sur le montant de ce qu’ils achètent dans le magasin. Et comme écrit dans la charte signée par Adélaïde lors de son embauche, elle ne peut servir qu’à des achats personnels, pour elle et pour les membres de son « foyer fiscal vivant sous le même toit ». Or Adelaïde, pour toucher l’allocation logement et payer son studio à Amiens, s’est déclarée seule. Pour la direction du magasin, l’affaire est donc entendue : la mère de l’étudiante, avec ses 30 euros de facture, a perçu indûment 3 euros de bon d’achat. Et Adélaïde, en la laissant utiliser sa carte, même involontairement, mérite non pas un avertissement mais de prendre la porte ! « Quel que soit le montant, à partir du moment où il y a fraude, à partir du moment où il y a indélicatesse, il y a faute grave », tonne Me Doré, l’avocat d’Auchan interrogé dans le Courrier picard.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy